AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070416887
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 66 notes)
Résumé :
Marseille sous l'Occupation. Denis Leterrand, quatorze ans, est élève dans un collège de Jésuites. A l'hôpital, où les collégiens rendent visite aux malades, Denis croise une jeune religieuse, soeur Clotilde. Dès lors, il ne vit plus que pour la revoir. Soeur Clotilde, elle, ne sait plus quel nom donner à cette relation qui s'enflamme. Ils deviennent amants. La famille, l'âge, la religion : tout est contre eux. Ils fuient vers la paix et la solitude, mais leur histo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Audreyy
06 décembre 2011
Sébastien Japrisot est un auteur que je souhaite découvrir encore et encore ! Après avoir lu "Un long dimanche de fiancailles" que j'avais aimé sans plus, je me suis intéressée à ce livre : Les mal partis. Ce roman, Sébastien l'a écrit alors qu'il n'avait pas dix-huit ans et ça se ressent à travers l'écriture qui est très simple. Une écriture légère, fluide avec beaucoup de dialogues.
Et son contenu est très beau et bouleversant !
C'est l'histoire d'un jeune garçon de quatorze ans qui tombe amoureux d'une religieuse âgée de vingt-six ans. L'amour est réciproque et magnifique seulement, impossible et interdit au yeux de tout le monde. Mais, il continueront de vivre leur histoire en secret jusqu'au jour où la nouvelle se répandra. Les religieuses, les amis ainsi que les parents de Denis feront tout pour les séparer...
C'est une très belle histoire que j'ai adoré lire. On se sent très vite concerné par cette histoire d'amour qu'on suit jusqu'à la fin et, qui a été jusqu'à me faire pleurer. Peut-être car la fin n'était pas comme je l'imaginais ou bien parce qu'on s'attache aux deux personnages principaux. Les raisons sont multiples.
J'ai eu envie de le lire car je trouve l'histoire plutôt originale. C'est vrai une histoire d'amour entre une religieuse et un pré-ado, je n'en ai jamais vu beaucoup, voir pas du tout. C'est donc un roman que je vous conseille !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ChristianAttard
08 janvier 2017
Entre littérature et cinéma, le coeur de Sébastien Japrisot balançait souvent. On se souvient de Compartiments tueurs, l'Eté meurtrier, La dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil et de beaucoup d'autres excellents scénarios portés à l'écran. Après avoir réalisé quelques courts métrages, il adapta à l'écran son propre roman : Les mal partis en 1975.
Ceux qui eurent la chance de voir le film se souviennent de l'émouvante interprétation de France Dougnac, jeune soeur Clotilde éprise d'un adolescent de 14 ans. Peu diffusé, peu critiqué, ce premier long métrage marqua malgré tout les esprits. Il faut dire que les relations amoureuses d'une nonne de 26 ans et d'un enfant avaient de quoi choquer même le public des années 70. le roman, le premier de Japrisot, publié en 1950 avait outré bien d'avantage. Mais valait-il le film ?
Malheureusement souvenirs contre lecture, je pense avoir préféré l'adaptation cinématographique au roman. Certains on dit que le style du livre était simple, épuré, je le trouve naïf et souvent même particulièrement niais. Les dialogues sont puérils et très mal adaptés aux personnages. L'enfant ayant parfois une maturité totalement irréaliste et la nonne au contraire, une absence de réflexion affligeante.
On se prend à songer à ce qu'aurait pu donner un scénario aussi sulfureux traité par Peyrefyte ou Montherlant
Mais à sa décharge, Japrisot n'avait que quelques trois années de plus que son jeune héros lorsqu'il écrivit ce roman, troublant toutefois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Laerte
12 avril 2017
C'était du temps ou Sébastien s'appelait encore Jean-Baptiste. Tout jeune encore, il écrivit ce roman linéaire bien loin de la complexité de ses futurs récits (je pense en cela à l'Eté meurtrier ou à la Passion des femmes).
Il n'empêche qu'on est en présence d'une oeuvre profondément attachante, extrêmement romantique.
On y voit les personnages aller droit dans le mur tout en vivant une merveilleuse histoire. L'intrigue est sans doute invraisemblable sans être impossible non plus, et ça reste beau et lumineux malgré la situation dramatique.
Je n'en dirai pas plus sur l'intrigue parce qu'il ne faut pas divulguer quoique ce soit qui puisse gâcher le plaisir des futurs lecteurs.
Seules les premières pages sont un peu laborieuses lorsque l'auteur dresse le portrait des premiers personnages, mais c'est vite oublié lorsque se développe l'histoire principale.
Commenter  J’apprécie          30
Gessie76
17 juillet 2015
Je n'ai pas lu le livre mais j'avais à peine 8 ans lorsqu'il a été adapté en film, et aux alentours de 14 ans lorsque je l'ai vu pour la première fois à la télévision, l'ayant enregistré, je l'ai regardé en boucle, jusqu'à à en user la bande. Aujourd'hui je découvre que le film a eu une très mauvaise critique, sûrement qu'à l'époque le sujet était trop osé, j'ai aimé l'histoire et pense que j'aimerai lire le livre qui doit certainement dépasser le film
Commenter  J’apprécie          40
mumu57
27 octobre 2014
Changement de style, mais j'ai lu d'une traite !
Commenter  J’apprécie          50
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
Ticette14100Ticette1410018 février 2009
Si tu le peux, crois en ton Dieu
Mais surtout, crois en ta vie.
Si tu oublie ton Dieu, garde ta vie.
Si ton Dieu emprêche ta vie, rejettre ton Dieu.
Ta vie est l'unique,
Et, qui que stu sois, ton Dieu n'est pas le mien
Commenter  J’apprécie          80
line70line7022 mars 2011
Je l'aime. Je ne sais plus comment je l'aime, ni pourquoi je l'aime, ni combien je l'aime. Mais je l'aime. J'existe. Je me sens bien. Je me sens mal. Je me crois bonne ou je me crois mauvaise, mais j'existe.
Commenter  J’apprécie          80
AudreyyAudreyy06 décembre 2011
Il l'entoura de ses bras, la serrant contre lui au-dessus de la barrière de fer, sentant toute une somme de malheur qui s'abattait d'un coup. Ne plus la voir, rieuse et tendre. Ne plus l'entendre. Ne plus l'embrasser. Ne plus l'aimer.
Commenter  J’apprécie          10
AudreyyAudreyy06 décembre 2011
On dort trop et on ne vit pas assez.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Sébastien Japrisot (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sébastien Japrisot
Le Passager de la pluie. Bande annonce. Film réalisé par René Clément, sur un scénario original de Sébastien Japrisot, sorti en 1970 avec Charles Bronson, Marlène Jobert et Annie Cordy.
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Sébastien Japrisot

Sébastien Japrisot est le pseudonyme et l'anagramme de :

Jean-Baptiste Risso
Jean-Baptiste Rossi
Jean-Baptiste Ossir
C'est son vrai nom

10 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Sébastien JaprisotCréer un quiz sur ce livre