AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266272063
128 pages
Pocket (18/05/2017)
3.3/5   25 notes
Résumé :
Peut-on goûter aux fruits d'une imposture et rester, néanmoins, honnête homme ?
Parce que, la première fois qu'elle le vit, Gilles était habillé d'un bleu de travail, la belle Armande le prend pour un maçon. Lui, professeur d'histoire, laisse filer le malentendu, d'autant que sa conquête – une intellectuelle – semble tenir à ses fantasmes d'homme " manuel ". Et tant qu'à faire, Gilles s'invente une femme – un beau visage sur une photo, croisé jadis à Lisbonn... >Voir plus
Que lire après Revenir à LisbonneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Les portugais ne sont pas tous maçons. Stop aux clichés ! Il y a aussi des plâtriers, des couvreurs, des carreleurs, des peintres, des tailleurs de pierre…
Je reviens de Bacalhau city avant l'invasion de tous les scouts et Côme de France pour les JMJ et je suis effaré du nombre de maisons en perpétuels travaux. Moi, les vacances, c'est les pieds dans le sable. Eux, c'est les mains dans le ciment. En fait, incapable de planter un clou droit, c'est vraiment la jalousie qui parle face à ce peuple de bâtisseurs… et d'entraîneurs de foot aussi.
Cette digression inaugurale n'est pas sans lien avec le roman de Patrice Jean. Gilles, professeur de son état, donne un coup de main et de truelle à un ami pour des travaux dans son appartement parisien. En bleu de travail, une charmante galeriste le prend pour un maçon. Amusé et séduit, Gilles décide d'entretenir le malentendu et il endosse le rôle manuel dans l'espoir de plaire à la jeune femme qui semble plus excitée par la force brute et les mains cornées que par les intellectuels au cerveau en pierre ponce.
La belle Armande va trainer Gilles dans des vernissages nombrilistes de bobos qui se prennent très au sérieux, l'inviter à des performances artistiques improbables qui voisinent le ridicule, le rendre complice d'actions de résistances culturelles pathétiques digne des Césars. Gilles joue le jeu pour mettre la jeune femme dans son lit. C'est le sens masculin du sacrifice.
Comme il n'est pas à un mensonge près, il va s'inventer une épouse en ressortant une vielle photo prise lors d'un voyage au Portugal et sur laquelle il pose avec une belle inconnue. le faux-maçon va repartir à Lisbonne pour la retrouver ainsi que pour rencontrer un écrivain, Lorenzo de Lenclos, auteur du cultissime « Traité de l'honnête homme au XXI -ème siècle.
Pour mon voyage, j'avais choisi d'embarquer ce roman car j'étais en rade de Saramago, que le Livre de l'intranquillité de Pessoa pour suicidaires amateurs de falaises prend trop de place dans une valise envahie par les paires de chaussure de sa moitié et que les romans de Eça de Queiroz sont des romans de cheminée et pas de plage.
Excuses bidon car la vraie raison, c'est que j'apprécie la vision de monde sarcastique de Patrice Jean, son aversion pour une culture des artifices et son style classique de dresseur de subjonctifs.
Néanmoins, ce petit roman n'est pas son meilleur. L'histoire est un peu trop décousue, les personnages peu attachants et j'ai trouvé que l'idée savoureuse de départ de jouer sur l'imposture des étiquettes sociales aurait mérité d'être élargie au-delà du microcosme culturel chic.
Il reste des passages assez drôles et des formules bien senties, plats signatures de l'auteur qui boîte à droite.
On dirait pas mais j'adore le Portugal, aimant à retraités défiscalisés. J'aime surtout trop les Pastéis de Nata et le vinho verde...
Commenter  J’apprécie          878
Gilles Ménage, un professeur d'histoire, se fait passer pour un maçon auprès d'Armande, une femme qui travaille dans le secteur culturel, à la fois par plaisanterie et pour la séduire, et va se trouver obligé de continuer à lui mentir. ● Je suis bien déçu par cette petite fable assez niaise, après m'être régalé des deux livres les plus récents de l'auteur, L'Homme surnuméraire et La Poursuite de l'idéal, qui sont d'une toute autre ampleur. ● On trouve déjà ici certains thèmes qui s'affirment dans les deux livres ultérieurs, comme la figure du vieux sage, le dégoût de l'époque contemporaine, une certaine misanthropie, une pensée qu'on pourrait appeler réactionnaire. On y trouve aussi le style très classique ne reculant devant aucun imparfait du subjonctif. ● Mais la forme brève ne semble pas convenir à l'auteur et on reste vraiment sur sa faim. Aucun de ces thèmes n'est vraiment développé, et on n'a affaire qu'à un petit roman racontant un amour mensonger et parsemé de maximes qui veulent peut-être parodier celles de l'honnête homme des siècles classiques – le sous-titre de l'oeuvre, « Ou l'Imposture amoureuse », fleure bon le XVIIIe siècle – mais ne parviennent qu'à nous faire bâiller.
Commenter  J’apprécie          450
Gilles, un professeur d'histoire revêt une salopette de maçon pour aider un ami à s'installer et décide d'endosser le rôle de l'ouvrier en bâtiment devant les invités qui arrivent pour la crémaillère le jour même. C'est ainsi qu'il fait connaissance avec Armande, qui travaille dans une galerie d'art et qui tombe sous son charme uniquement parce qu'elle est intéressé par son état d'ouvrier, ce qui, dit-elle, la change des intellectuels. Gilles, qui veut séduire Armande (comprenez : coucher avec elle) n'ose pas lui révéler la vérité et ils entament une liaison. Lorsque Armande lui avoue qu'elle est mariée, Gilles est dépité et s'invente une épouse en la personne d'une portugaise avec laquelle il a été pris en photo lors d'un voyage touristique plusieurs années auparavant. Fatigué de vivre dans les mensonges avec une Armande qui refuse de comprendre la vérité qu'il lui a finalement pourtant avoué, Gilles décide de partir pour Lisbonne à la recherche de son "épouse" avec pour seul indice son nom et son métier qu'elle lui avait donné plus de 10 ans afin qu'il lui envoie un exemplaire de leur photo.
*************************
Chaque livre a une histoire et concentre des promesses. Celui-ci, je l'ai choisi il y a deux semaines à la FNAC de la gare de l'Est avant de prendre mon train car je n'avais rien emporté à lire pour le week-end et je voulais un "petit livre" (pas un "pavé"). Après de longues hésitations devant les titres et lecture des avis éventuels au dos des couverture je me suis enthousiasmée sur ce bouquin prometteur et c'est pourquoi ma déception fut grande ! Je m'attendais effectivement à la parodie annoncée mais je n'ai pas du tout accroché aux personnages superficiels. Les premières pages donnent le change et j'ai souri, mais au bout de deux chapitres, mon intérêt était retombé comme un soufflet.
Le récit manque d'homogénéité entre l'évolution de la séduction entre Gilles et Armande qui ne font même pas un beau couple car la relation est vraiment malsaine, et les petites leçons de morale sociale (nommées les "maximes") qui parsèment le livre ; cette rupture a pour moi un effet de lourdeur là où il aurait fallu trouvé un certain comique de situation pour dénoncer la difficulté d'être un couple durable dans un monde où finalement, personne ne sait vraiment rien sur l'autre. le voyage lisboète de Gilles conçut comme un remède à son mal-être n'a rien de passionnant ni de dépaysant, et le pire c'est qu'il n'est pas plausible ! Je me suis ennuyée, et si je suis allée au bout du roman, c'est parce qu'il n'y a qu'une centaine de pages.
Commenter  J’apprécie          30
Un professeur se faisant passer pour un maçon afin de séduire une jeune femme travaillant dans le milieu culturel... Cette romance aurait pu être plaisante ; la critique sociétale amusante. Malheureusement le style est lourd et l'histoire tourne très vite en rond.
A tout prendre, je conseillerai plutôt la France de Bernard, du même auteur. L'idée est assez proche, mais la critique sociétale/politique mieux travaillée.
Commenter  J’apprécie          20
L'histoire de Gilles et Armande bâti sur le mensonge et la tricherie. le début peu paraître comique et intriguant mais la lourdeur de la narration prend vite le dessus. Un livre ponctué de "maximes" venant couper une histoire en perdition, enfin un retour à Lisbonne tardif et illusoire dont le but est irréel, le roman est court ce qui le rend finissable.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Depuis la chute originelle, les descendants d'Adam et Eve couvrent leur nudité d’étoffes et de rubans. Moins majestueux que les lions, plus fragiles que les rhinocéros, nous sommes obligés de revêtir une seconde peau artificielle : les toilettes ennoblissent les corps impeccables et dissimulent les corps contrefaits.
Le vulgaire, à rebours, se complaît en cette idée fausse que la belle apparence est une préoccupation futile. Son rejet s'affermit à l'aide de proverbes tels que «l'habit ne fait pas le moine» ou bien «les apparences sont trompeuses». Les plus sots s'imaginent qu'un costume bien coupé exclut son propriétaire du domaine de la pensée, alors qu'une tenue négligée traduirait, selon eux, l'indifférence aux tracas superficiels et, partant, la sincérité et la profondeur. Forts de ces certitudes, les sots promènent sur le théâtre des jours une allure lamentable.

(p.103)
Commenter  J’apprécie          110
Certains êtres ne peuvent s'aimer que dans l'attente et l'espoir de l'union, union qu'ils repoussent sans cesse, sentant confusément qu'elle signera, en son exécution, l'achèvement de la passion.
(page 53)
Commenter  J’apprécie          321
Il commençait à ressentir de la fatigue et alla s'asseoir sur une chaise, à l'écart des invités, à côté d'un bassin où une Vénus de Milo de pacotille se mirait. Il étira ses bras en grimaçant de bien-être, puis il ferma les yeux quelques secondes afin de récupérer l'énergie dissipée. Quand il les rouvrit, la belle brune se tenait face à lui et elle souriait. "Je ne vous dérange pas, demanda-t-elle sans perdre son sourire, vous devez être fatigué ?
-Pas le moins du monde...je me repose...je suis assis, répondit-il tout en appréciant la silhouette de la dame.
-Vous faites un métier difficile...
-Certainement...mais passionnant...
-Je n'en doute pas... Moi qui suis ce qu'on appelle une intellectuelle, incapable de faire quoi que ce soit avec mes mains, les gens qui, eux, sont des artistes de la main, m'impressionnent...
Commenter  J’apprécie          20
Si l'on en croit Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition : une rapide course à pied instruit des sensations d'un sprinter olympique, une carte postale à écrire et l'on expérimente les tourments de la création, la rencontre d'un chauffard impatient, pressé, pressant, klaxonnant, injecté dans les veines un sang homicide.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Patrice Jean (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Jean
Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le Stradivarius de Goebbels de Yoann Iacono aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/le-stradivarius-de-goebbels-1.html • le Roman de Vienne de Jean des Cars aux éditions Litos 9782268056197 • le diable parle toutes les langues de Jennifer Richard aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/le-diable-parle-toutes-les-langues-1.html • L'Homme qui peignait les âmes de Metin Arditi aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/l-homme-qui-peignait-les-ames-1.html • le Turquetto de Metin Arditi aux éditions Babel https://www.lagriffenoire.com/le-turquetto.html • Moi et François Mitterrand de Hervé le Tellier aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/moi-et-francois-mitterrand-moi-et-jacques-chirac-moi-et-sarkosy-moi-et-francois-hollande.html • Il était une fois Lamartine de Sylvie Yvert aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/il-etait-une-fois-lamartine.html • Maigrir pourquoi je n'y arrive pas ? de Jean-Michel Cohen aux éditions First https://www.lagriffenoire.com/maigrir-pourquoi-je-n-y-arrive-pas.html • Les aveux de John Wainwright et Laurence Romance aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/les-aveux.html • Les Trois Meurtres de William Drever de John Wainwright et Clément Baude aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/les-trois-meurtres-de-william-drever.html • Rééducation Nationale de Patrice Jean aux éditions Rue Fromentin https://www.lagriffenoire.com/reeducation-nationale.html • Souvenirs souvenirs... (T01) de Catherine Nay aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/souvenirs-souvenirs...-vol01.html • Tu le sais bien, le temps passe de Catherine Nay aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/tu-le-sais-bien-le-temps-passe-souvenirs-souvenirs-2.html • Histoire intime de la V République: le sursaut (T1) : Histoire intime de la Ve République de Franz-Olivier Giesbert aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/histoire-intime-de-la-v-republique-vol01-le-sursaut.html • Histoire intime de la V République: La belle époque (T2) de Franz-Olivier Giesbert aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/histoire-intime-de-la-v-republique-vol02-la-belle-epoque.html • Sambre: Radioscopie d'un fait divers de Alice Géraud aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/sambre-radioscopie-d-un-fait-divers.html • Gazoline de Emmanuel Flesch
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (39) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3743 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..