AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Sgard (Éditeur scientifique)
ISBN : 2253193119
Éditeur : Le Livre de Poche (27/08/2003)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Un soir, l'aimable Clitandre se glisse dans le lit de la belle Cidalise, qui ne dit pas absolument non. Elle ne dit pas oui non plus, mais souhaite qu'on lui parle, et Clitandre, multipliant les travaux d'approche, lui raconte ses exploits récents : comment il a séduit la belle et froide Célimène, la grosse Araminte, Julie, la physicienne intrépide, Luscinde l'étourdie, la tendre Aspasie et la nonchalante Bélise. Six histoires où seule compte la manière : séduire sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Pasoa
  10 juin 2017
Publié en 1755, dans La Nuit et le Moment ou Les Matines de Cythère, Crébillon-fils magnifie dans un savoureux dialogue, celui de la belle Cidalise et de Clitandre, l'art subtil de la narration et de la séduction. plaisant sujet.

Ainsi donc, la nuit tombée, Cidalise reçoit dans sa chambre la visite inattendue de son impétueux ami Clitandre. Celui-ci ne s'en cache pas: il avoue, tout impétueux, que c'est mû par le seul désir de gagner le coeur et les charmes de Cidalise qu'il est venu jusqu'ici. Cependant sa réputation (celle d'une courtisan aux multiples conquêtes amoureuses) l'a semble-t-il précédé. Bien informée, Cidalise ne se soumet pas aisément aux avances de son visiteur et exige, pour le tenir à distance, qu'il lui confie par le détail le récit de ses aventures amoureuses, celles en tout cas qu'on lui connaît... Clitandre se soumet. Contrarié et présomptueux, il ne manque cependant pas de ressources et d'arguments pour revenir à l'objet de son désir. Et si le coeur de Cidalise n'est pas facile à prendre, il ne demeure pas insensible...
La Nuit et le Moment est, dans la littérature libertine du XVIIIème siècle, un véritable petit bijou. L'éloquence, le raffinement, la gravité et la légèreté des propos et de la scène font de cette oeuvre comme un délicieux petit bréviaire sur la séduction, sur l'amour naissant, ce toujours doux compromis entre passion et raison.
Un beau et plaisant moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AmandineMM
  12 août 2011
La nuit et le moment : un coup de coeur! Il s'agit d'un dialogue à deux voix (entre une femme, Cidalise, et un homme, Clitandre) composé à la fois d'une séduction et de récits de séductions passées. le libertin Clitandre, qui semble fort habile dans ce premier art, l'est tout autant dans celui de narrer. Persuasif, pressant et délicat, respectueux et impertinent, cet amant a décidément tous les tons pour plaire, et la faiblesse de Cidalise se comprend aisément. Bien plus qu'un savoir-faire (même s'il ne semble pas en manquer non plus d'après les impressions de ses amantes), il possède un savoir-parler absolument délicieux et irrésistible.
Crébillon déploie non seulement un style théâtral et libertin auquel je suis particulièrement sensible, mais aussi une certaine ironie vis-à-vis de sa propre oeuvre dans ses didascalies. Bref, un véritable régal stylistique!
Commenter  J’apprécie          40
MarcelP
  19 janvier 2016
Une femme, un homme et un lit.
Cidalise et Clitandre dialoguent : ils jouent avec les mots, usent de litotes et de périphrases et, après chaque période, font la chose (paraphrasant le vaillant petit tailleur, Clitandre pourrait s'exclamer, le bienheureux, "Sept d'un coup"!)
Un érotisme aussi léger qu'une espuma : l'art de faire deviner -et que trop bien- ce qu'à aucun moment l'on ne nomme.
Crébillon s'amuse et nous divertit (nous échauffe) au plus haut point : une langue subtile car multiple, un libertinage de haute volée et une maestria dans l'usage du double sens dont la tradition s'est perdue...
"Mais c'est la chose avec le mot
Mais c'est le mot avec la chose
Autrement la chose et le mot
A mes yeux seraient peu de chose"
Abbé de L'Attaignant
Commenter  J’apprécie          30
Elvira
  27 juin 2011
Bien que cette oeuvre soit considérée comme un roman, il prend la forme d'une petite pièce de théâtre, ce qui le rend vraiment très agréable à lire. J'ai adoré le style de l'auteur, même s'il peut paraître difficile pour ceux qui ne sont pas habitués aux tournures de phrases et expressions du XVIIIe siècle, mais je ne pense pas que ce petit obstacle gâche vraiment la lecture.
On peut rapprocher cette oeuvre des Liaisons Dangereuses de Laclos : les thèmes de la séduction, de la tromperie et des réflexions sur l'amour et la passion sont très présents. Clitandre le libertin n'est toutefois jamais cruel avec ses conquêtes et reste très ambigu quant à ses intentions envers Cidalise.
Lien : http://metamorphoses-de-psyc..
Commenter  J’apprécie          10
Lcorso
  11 mai 2016
La pudeur, le consentement
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AmandineMMAmandineMM   06 février 2012
On se plaît, on se prend. S’ennuie-t-on l’un avec l’autre ? on se quitte avec tout aussi peu de cérémonie que l’on s’est pris. Revient-on à se plaire ? on se reprend avec autant de vivacité que si c’était la première fois qu’on s’engageât ensemble. On se quitte encore, et jamais on ne se brouille. Il est vrai que l’amour n’est entré pour rien dans tout cela ; mais l’amour, qu’était-il un désir que l’on se plaisait à s’exagérer ? Un mouvement des sens, dont il avait plu à la vanité des hommes de faire une vertu ? On sait aujourd’hui que le goût seul existe ;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LiisaLiisa   25 janvier 2013
Son imagination s'embrasait; elle se revoltait contre la froideur de ses sens, et mettait tout en usage pour la vaincre. Cette ardeur dont elle se sentaît brûler, et qui se repandait dans toutes ses veines, devenait enfin un supplice pour elle, et je l'ai vue plus d'une fois pleurer d'être livrée à des désirs si violents, et de ne pouvoir ni les éteindre, ni les satisfaire.
Commenter  J’apprécie          30
ieo9ieo9   06 février 2013
La réputation que mes premières affaires me firent, m'en attira nécessairement d'autres, et sans avoir formé le projet d'avoir toutes les femmes, bientôt il n'y eut point dans Paris de celles, que leurs vices, encore plus que leurs agréments, mettent sur le trottoir, qui ne se crussent obligées de m'avoir, et qu'à mon tour je ne me crusse obligé de prendre.
Commenter  J’apprécie          30
ElviraElvira   27 juin 2011
Il est, permettez-moi de vous le dire, bien singulier que m’aimant autant que vous me le dites, vous ayez pu vous attacher si fortement à d’autres, et que vous ne m’ayez même jamais parlé de vos sentiments
Commenter  J’apprécie          60
Astrid2479Astrid2479   12 février 2014
Vous croyez la haïr, et quand on hait encore ce qu'on a tendrement aimé, il s'en faut beaucoup que le cœur soit guéri.
Commenter  J’apprécie          50
Video de Claude-Prosper Jolyot de Crébillon (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude-Prosper Jolyot de Crébillon
Claude Prosper Jolyot de CRÉBILLON– Le Sopha (FR)
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : dialoguesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
6558 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre