AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283029023
Éditeur : Buchet-Chastel (02/05/2016)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Umami donne voix aux différents habitants d'un petit lotissement de la ville de Mexico, que la disparition d'une petite fille renvoie chacun à leurs propres blessures et au passé qui les hante. C'est Ana, sa grande soeur, qui mène la danse : Ana voudrait vivre mais le poids de la peine des adultes, l'ennui d'un été qui n'en finit pas et son propre chagrin l'en empêchent. Elle décide de se lancer corps et âme dans un projet audacieux : planter dans l'arrière-cour de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Killing79
  19 juin 2017
Ne connaissant ni cette auteure, ni la signification du titre, je me suis donc avancé les yeux fermés vers ce livre. Dans un coin du Mexique, l'auteur nous propose un éventail de portraits assez variés. Ils vivent tous dans une communauté de quelques maisons. Ils ont un quotidien différent, des histoires différentes, des caractères différents mais représentent un tout, par le point commun qui les unit: le vide. Chaque acteur de cette micro société côtoie le vide d'une manière ou d'une autre. Qu'ils soient en deuil suite au décès d'une femme ou d'une enfant ou qu'ils subissent simplement l'éloignement d'un proche, leurs destinées sont marquées par la trace qu'ont laissée les disparus. Par leur tristesse permanente, les personnages en deviennent assez attachants et on se lie à eux au fil du texte, plein de tendresse et d'amour.
De plus, grâce à ce récit, je connais dorénavant la définition du mot « Umami » que je n'avais jamais croisé, même dans mes plus lointains voyages littéraires. Je ne veux pas vous en dire trop, vous découvrirez par vous-même cette saveur gastronomique, très présente dans cette partie du monde.
Vous avez donc compris que c'est un roman qui dégage une bonne dose d'humanité qui fait du bien. Seulement il pâtit de plusieurs imperfections, détériorant un peu mon impression globale. Tout d'abord le début du livre a été très compliqué pour moi, tant je l'ai trouvé confus et difficilement compréhensif. Néanmoins, une fois passées ces quelques pages, je suis quand même entré dans l'histoire. Ensuite, chaque personnage raconte sa vie comme dans sa tête. Il ou elle passe d'une idée à une autre sans véritable logique et cela rend la lecture un peu hachée et déstabilisante. Heureusement certains chapitres sont linéaires et stables dans les idées et ce sont d'ailleurs les meilleurs passages. Et pour conclure, la chute du roman est plutôt abrupte et m'a laissé sur ma faim.
En résumé, « Umami » n'imprimera pas ma mémoire. Ce fut un bon moment de lecture sur les relations humaines dans ce pays mais parfois trop difficile à suivre pour faire partie de mes préférés. A vous de juger!
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
zofiamiu
  23 juin 2016
Je remercie Babelio et les éditions Buchet Chastel qui m'ont permis de lire et découvrir Umami.
J'ai choisi Umami dans la liste de la Masse Critique de Babelio car j'avais envie de découvrir une autre littérature et je ne serais peut-être pas allée vers ce bouquin en librairie, je suis contente de l'avoir choisie car la plume de l'autrice m'a beaucoup plu, tout comme les personnage de la Cour Cloche-en-terre.
Umami, c'est l'histoire des habitants de la Cour Cloche-en-terre, au Mexique. Une cour que Alfonso, le propriétaire et habitant de la maison Umami a transformé en petit lotissement de cinq habitations : la Maison Umami avec Alfonso, la Maison Amère avec Marina et ses nouvelles couleurs, la Maison Acide avec Beto et sa fille Pina, la Maison Salée avec Linda, Victor, Ana, Theo et Olmo et la Maison Sucrée qui est l'atelier musical des Pérez.
Umami, c'est aussi le cinquième goût identifiable par la langue humaine et qualifié comme "savoureux". Découvert officiellement en 1985, il est principalement contenu dans le glutamate et crée une sorte d'équilibre parfait en bouche. C'est aussi une des spécialités d'Alfonso, anthropologue spécialisé dans l'alimentation précolombienne.
Dans la Cour Cloche-en-terre, tout le monde a perdu quelqu'un... Ana a perdu sa jeune soeur, Alfonso sa femme, Pina a vu sa mère partir sans jamais plus donner de nouvelles et Marina a fui sa famille. Tous ces personnages vont se croiser et évoluer ensemble.
J'ai aimé Umami car c'est un roman qui m'a surpris par son contenu et par sa forme. L'autrice Laïa Jufresa offre un roman avec de multiples narrateurs et points de vue, chaque chapitre permet de rentrer dans les vies de tous ces personnages, les rencontrer, les connaître, avant, pendant et après leur deuil. Ce n'est pas triste pour autant, au contraire. On sent que certains personnages insufflent la vie et l'espoir à ceux qui peuvent en manquer, je pense surtout à Ana et Alfonso en disant cela. Bien sûr, les chapitres racontés du point de vue de Luz, la soeur d'Ana, sont très touchants et aident à comprendre comment le drame a pu arriver.
L'histoire se déroule dans un quartier de Mexico mais oubliez tout ce à quoi vous pourriez vous attendre : trafic de drogue, corruption, guerre des gangs, prostitution, enlèvements, règlements de compte, ici il n'en est pas question.
Le thème de la perte et du deuil a déjà été exploré de nombreuses fois mais Umami propose une approche originale, ce mélange des voix, ces différences d'âge ou de sexe des narrateurs montre toute la palette des sentiments et des ressentis. J'ai aimé cette variation de tons, ces changements de héros.
Il y a beaucoup de poésie et de sensibilité dans l'écriture de Laïa Jufresa, c'est à la fois touchant, vif à l'image d'Ana, drôle, optimiste. On vit avec les habitants de ce petit lotissement, on traverse la milpa plantée par Ana, les petites cours, on s'attarde sur telle famille, on s'attache à ces héros qui portent le poids des pertes, on voyage dans leurs vies, dans cette culture, et pendant quelques temps, on habite nous aussi dans la Cour Cloche-en-terre.
Lien : http://revoir1printemps.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
aaahhh
  27 septembre 2018
Magnifique roman choral qui nous plonge dans la vie et les affres des habitants d'une jolie petite résidence au sein de la grande ville de Mexico.
De la jeune Ana qui plante une milpa tout en faisant le deuil de sa petite soeur à Alfredo qui dompte une machine à écrire moderne pour retrouver son épouse, Laia Jufresa nous fait tournoyer d'une belle âme à l'autre avec une merveilleuse délicatesse.
Passant de chapitre en chapitre d'une année à l'autre et d'un personnage à l'autre, l'auteur nous perd pour mieux nous retrouver. Un vrai regal !
Aussi véritablement drôle que profondément triste, "Umami" se lit dans une étrange alternance entre rires francs et larmes sincères et de ce roman d'une grande intelligence, je garde quelques très belles reflexion sur la vie et l'humanité.
Définitivement un vrai coup de coeur!
Commenter  J’apprécie          50
jonask54
  25 juin 2016
Merci aux éditions Buchet / Chastel et à Babelio de m'avoir permis de remporter ce livre lors de la dernière "Masse critique générale".
Tout d'abord, grâce à ce roman, j'ai appris ce qu'est l'umami, la 5e saveur de base. Ce titre correspond également au nom de l'une des maisons de la cour Cloche en Terre, celle d'Alfonso, anthropologue et de son épouse décédée, Noelia Vargas Vargas, médecin.
La construction du roman est intéressante car dans chacune des quatre parties qui le compose, chaque chapitre correspond à une année et un personnage et se déroule à rebours puisque l'on passe de 2004 à 2000.
Laia Jufresa par ce dispositif nous place au plus près des émotions de ses personnages. Les chapitres que j'ai préférés sont ceux qui évoquent la vie d'Alfonso avant la mort de sa femme et après celle-ci, leur relation de couple si particulière, si forte. Ana, soeur de Luz et amie de Pina est l'autre figure centrale du roman. L'auteur alterne entre touches d'humour et moments de gravité, ce qui est appréciable.
La fin est un tout petit peu trop abrupte mais c'est un beau roman sur la tendresse et le deuil notamment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LFolavril
  12 février 2018
Umami est un roman choral, où les voix se font entendre à rebours ; en effet, chaque chapitre remonte dans le temps, sur cinq années… Ces voix, elles proviennent de la Cour Cloche-en-terre, une cour composée de cinq maisons, toutes imaginées selon le plan d'une langue.
2004. Ana Pérez Walker, une gamine de douze ans, dont la petite soeur Luz est morte noyée. Elle vit avec ses parents et ses deux frères dans les maisons Sucrée & Salée.
2003. Marina, c'est la jeune peintre qui par moments se laisse mourir de faim et de soif et qui vit dans la maison Amère ; elle voit tout à travers les couleurs et aime en inventer de nouvelles. Elle garde les enfants Walker le weekend en échange de leçons d'anglais.
2002. Alf, un docteur en anthropologie dont la femme Noelia est morte d'un cancer ; il s'agit de la voix centrale du roman. Ayant écrit une thèse sur l'umami, ce cinquième goût, il a imaginé la cour Cloche-en-terre… Après la mort de sa femme, Alf prend une année sabbatique et se met à écrire sur Noelia, l'amour de sa vie.
2001. La voix de Luz, l'enfant de cinq ans qui s'est noyée.
2000. La cinquième et dernière voix, c'est celle de Pina, la meilleure amie d'Ana, qui vit seule avec son père Beto dans la maison Acide, depuis que sa mère les a quittés pour vivre une autre vie.
Ce roman mexicain qui file la métaphore du goût et des papilles porte à merveille son titre. J'ai découvert un joli roman sur le deuil, l'amour et la famille ; les personnages sont attachants dans leur tentatives pour gérer la douleur de la perte et du manque. Umami se dévoile page après page, et se laisse effeuiller à travers une écriture empreinte de pudeur, qui m'a émue par sa simplicité et sa force.
Lien : https://folavrilivres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
enirac007enirac007   19 octobre 2016
L'être humain possède deux caractéristiques de base, m'expliquait point par point Noelia, après sa deuxième tequila, à l'époque où le sujet était le plus sensible pour elle. Etre progéniture et être géniteur. J'ai décidé de ne faire l'expérience que d'une seule de ces caractéristiques ; est-ce que ça signifie que je n'ai d'une certaine façon choisi de n'être qu'une moitié d'individu ? C'est une équation délicate, socialement parlant. Si tu cumules les deux, c'est comme si tu étais deux personnes à la fois : fille et mère. Moi, j'ai préféré n'être qu'une seule personne, point.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zofiamiuzofiamiu   20 juin 2016
Depuis que Luz s'est noyée, il y a toujours quelque chose qui se noie chez nous. Même s'il y a des jours où non. Des jours où on pense être à nouveau vivants, les cinq survivants de la famille : j'ai un bouton qui pousse, une fille téléphone à Theo, Olmo donne son premier concert, papa rentre de tournée, maman fait une tourte. Mais après, en entrant dans la cuisine, on aperçoit la tourte encore crue sur la table en bois, la pâte à moitié piquée à la fourchette, l’autre moitié encore intacte, et maman, immobile et le regard fixe, la fourchette en l'air ; alors on se rappelle qu'on sera toujours presque six.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zofiamiuzofiamiu   20 juin 2016
Maman pleure en lisant le mail, en regardant les photos. C'est pire pour elle l'été. Comme une rivière polluée charrie des ordures, l'été dépose à notre porte l'anniversaire de la mort de ma sœur Luz. La dernière-née.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
806 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre