AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782812616396
Editions du Rouergue (22/08/2018)
3.88/5   308 notes
Résumé :
«  Lorsque quelqu’un est aussi discret que moi, personne n’imagine qu’il puisse avoir un tempérament passionné. Mais – je le sais mieux que personne – il ne faut pas juger un livre à sa couverture. »

Après vingt-trois ans de silence, Helen et Franck se croisent par hasard sur un trottoir de Londres.
Dans le choc des retrouvailles, la voix d’Helen s’élève pour livrer à Franck sa version de leur vie ensemble, depuis leur rencontre en 1950, à Rome... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (112) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 308 notes

cicou45
  21 avril 2019
Lorsque l'on m'a donné cet ouvrage pour la médiathèque, je ne sais pas pourquoi, j'ai comme étant aimanté et ai absolument tenu à le lire avant de le mettre en rayon et j'avoue que je ne regrette rien, au contraire maintenant je vais pouvoir le conseiller et le recommander à mes lecteurs comme il se doit et je vais également tenter de vous convaincre par la même occasion.
Helen et Franck ses sont connus très jeunes et se ressemblaient étrangement puisque leurs pères respectifs travaillaient devaient se retrouver à Rome pour travailler ensemble, quoique se détestant et occuper tous deux de hautes fonctions. Helen et Franck n'ont jamais été aimés par leurs parents comme il se doit. Aussi, après l'obtention de leurs diplômes (enfin pour Helen car Franck le rata mais avec promesse de le repasser plus tard) et que l'occasion s'est vu pour Helen de fuir cette famille haïe, exécrée même, elle n'y a pas réfléchi à deux fois et c'est ainsi que nos deux jeunes héros se sont retrouvés ensemble à Amsterdam dans la maison de jeune fille de la mère d'Helen. Si celle-ci est très travailleuse et se passionne pour les livres, Franck, lui, se cherche et ce n'est qu'à vingt-huit ans qu'il se découvrira une passion pour la peinture et l'amènera vers les plus grands sommets de la gloire. S'ensuit alors, comme souvent pour certains artistes qui s'enivrent de leur renommée, une vie de débauche mais cependant toujours recadrée et remis dans le bon chemin par Helen. Les femmes se presseront autour de lui et bien qu'Helen en ait toujours été amoureuse, elle acceptera tout, même de partager jusqu'au jour où elle partira à son tour. Mais cet amour ou ce lien qui les lie est tellement fort et indescriptible car mystérieux à la fois qu'ils finiront par se retrouver des années plus tard puis à se détester.
Tout cela, le lecteur le découvre non pas en temps réel mais au travers des mots qu'Helen adresse à Franck pour décrire ce qu'à été leur vie à tous deux, à le fois ensemble mais également chacun dans des périodes de leurs vies où ils vivaient séparément.
Un roman écrit à la deuxième personne du singulier puisque ce n'est pas au lecteur que la narratrice s'adresse mais bel et bien à Franck tout au long de ce roman lorsqu'ils se recroisent à Londres et que leur vie est maintenant derrière eux. Elle retrace leur parcours depuis l'enfance jusqu'au drame qui finira de les séparer à tout jamais, sans cette fois-ci , une quelconque possibilité de retour en arrière.
Un roman fort, très puissant avec des chapitres extrêmement courts et dans lequel le lecteur suit les deux protagonistes dans toutes les villes du monde dans lesquelles ils ont vécu, se sont croisés, se sont aimés et se sont détestés. Un livre que je ne peux donc que vous recommander tant l'écriture de Julia Kerninon, auteure que j'ai découvert en même temps que cet ouvrage, est fluide mais peut être aussi cruelle et douce. Paradoxal, non ? Non car c'est la magie des mots qui fait cela...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
isabelleisapure
  06 décembre 2018
Helen croise par hasard Franck dans une rue de Londres. Elle ne l'a pas vu depuis dix-neuf ans, depuis qu'un tragique événement a mis fin à leur relation. C'est l'occasion pour elle de lui raconter la véritable nature de ses sentiments à son égard, en retraçant leur vie commune depuis leur rencontre à l'âge de douze ans dans une ambassade à Rome, en passant par l'appartement qu'ils partagèrent à Amsterdam et jusqu'à leur maison dans la campagne française.
J'ai tout aimé dans ce roman. J'ai eu un énorme coup de coeur pour ce portrait de femme subtil et fascinant.
Julia Kerninon m'a happée dès les premières pages dans une histoire d'amour haletante, passionnée, intemporelle et m'a menée d'un bout à l'autre du récit, presque dans un souffle, de son écriture délicate et incisive. Je n'ai pas eu envie de lâcher le livre avant de savoir ce qu'il est advenu de ce duo auparavant inséparable.
Un très beau roman, doux amer sur une amitié fusionnelle, une histoire d'amour et ses conséquences dévastatrices.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          541
Annette55
  11 août 2021
À quoi bon ajouter une critique ? .
Tout a été dit déjà.
C'est mon quatrième livre de cette jeune auteure , mais que d'émotions à la lecture !
À travers cette double biographie , une femme âgée met à plat sans langue de bois ni pathos, honnêtement, un parcours animé, vivant, douloureux , d'amitié amoureuse —— élans amoureux brûlants——- entre tumulte des sentiments , douleurs anciennes ravivées , regrets , rancoeurs anciennes , paradoxe de ces deux vies entrecroisées, toute passion dépassée !

Un livre bouleversant où l'auteure explore les âmes avec une infinie délicatesse où le sacrifice , le dévouement inconditionnel , côtoient l'amitié , la blessure , le manque, le drame, la tragédie, la rupture .

Elle peint avec subtilité , intelligence et profondeur la force implacable qui lia Helen et Franck , jeune homme égoïste , oisif, négligent et fantasque ———il deviendra un peintre célèbre ——-à l'éblouissante carrière , Helen, une femme sensible , discrète ,efficace ,intelligente , qui facilitera la vie de Franck, entièrement dévouée à l'homme qui enchantera sa vie et l'assombrira tout autant.

À travers des chapitres courts , magnifiques l'auteure peint ces deux êtres : ils se sont aimés ,liés , déchirés , séparés ….
Le besoin constant qu'ils ont eu l'un de l'autre …..
On les suit depuis leur rencontre en 1950 à Rome encore adolescents jusqu'en janvier 1995, à Londres , Amsterdam, Venise, Boston,La Normandie , et Londres à nouveau…..
Chaque étape , chaque souvenir s'incruste dans un parcours de dévouement inconditionnel à un garçon frivole ,solaire, égocentrique , irrespectueux, quelque part irresponsable .
Un livre subtil, sensible, sorte d'analyse psychologique, dévotion d'une femme à l'égard d'un homme , relation compliquée , très forte , profonde, puissante , parfois dangereuse d'un grand amour !
Magnifique analyse d'un GRAND AMOUR !
«  Je crois qu'il y a bientôt six heures que je te parle tout bas.
Cela aura été notre vie, Franck.
C'est tout. Embrasse - moi . Pour tout le reste , il est trop tard .. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          429
Allantvers
  04 février 2019
Helen a 72 ans. Quand elle croise par hasard dans une rue de Londres Franck qu'elle n'a pas vu depuis vingt ans, c'est le moment, enfin, de tout lui dire. Confession murmurée, écrite ou parlée avec les yeux: on ne sait. Elle durera six heures pendant lesquelles Helen revisitera sans concession mais le coeur apaisé leur longue histoire commune, depuis leur adolescence errante d'ambassade en ambassade, l'explosion de la carrière de peintre de Franck jusqu'au retrait normand. Fusionnels mais pas sur la même vibration, l'un dans l'ombre de l'autre, parlant beaucoup mais jamais de l'essentiel, jusqu'au drame.
Coup de coeur inattendu pour ce livre découvert à l'occasion du prix Libraires en Seine, et qui est l'illustration parfaite de cette rare alchimie qui advient entre un livre et son lecteur, moi en l'occurrence, qui ai été aspirée dès les premières lignes par les mots d'Helen.
Il s'en dégage une musique si mélancolique, une puissance d'évocation si réelle que l'on ne peut s'empêcher ni de s'identifier, ni de tourner les pages pour remonter avec Helen le cours de son histoire belle et tragique avec le bel Appledore, si proche et si lointain.
Beau à pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
sabine59
  22 octobre 2021
J'ai retrouvé avec grand plaisir l'auteure, dont j'aime le souffle romanesque et l'écriture dense.
Jusqu'où est-on prêt à aller, lorsqu'on vénère quelqu'un et que rien d'autre n'a d'importance? Jusqu'où la dévotion entraine-t-elle les êtres? C'est le coeur de cette histoire.
Sur un trottoir londonien, la narratrice, Helen, maintenant une vieille dame, revoit Franck, l'homme qu'elle a tant aimé. Pourquoi ces deux-là, inséparables durant de nombreuses années, et ce depuis l'adolescence, sont-ils restés aussi longtemps sans se rencontrer. Qu'ont-ils fui en refusant tout contact?
Dans un long monologue qu'adresse Helen à Franck, elle va remonter le fil du temps , égrener les souvenirs, révéler les secrets, bien gardés pourtant, et évoquer enfin l'événement qui a scellé leur rupture définitive.
Même si le personnage d'Helen a des excuses ( horreur de son enfance!), on s'indigne quand même de son aveuglement, de ses décisions si catastrophiques. Et l'égocentrique et inconséquent Frank est exaspérant.
Cependant, comme dans " Buvard", l'auteure excelle à raconter les affres de la création, picturale ou littéraire, l'état d'esprit complexe des artistes. La joie d'être à l'origine d'une vocation, comme Helen l'a été pour Franck. Les limites d'un sacrifice destructeur.
Un roman très prenant, présentant des personnages passionnés, précipités vers le drame par leurs faiblesses, leurs dénis. Leur dévotion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          426


critiques presse (3)
LaPresse   27 mars 2019
Un roman brillant qui parle de sacrifice et d'amitié, mais aussi d'art et de célébrité.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeDevoir   22 octobre 2018
Le dernier roman de Julia Kerninon offre un univers qu’il fait bon côtoyer, où s’incarnent des personnages forts, pétris de paradoxes et de beautés.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeMonde   31 août 2018
« Ma dévotion » est l’adresse d’une vieille femme à un vieil homme, toutes passions et douleurs anciennes ravivées. Subtil.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (92) Voir plus Ajouter une citation
fertiti65fertiti65   26 novembre 2019
J'étais la fille unique de cet homme là, mais moi, je n'ai jamais su "dire". J'ai écrit des dizaines de milliers de mots, dans ma vie, mais les prononcer a toujours semblé douloureusement hors de ma portée. Si je t'avais parlé à temps, Frank. Si je t'avais une seule fois, dit quelque chose au lieu de simplement "faire", toujours tout faire, si j'avais su utiliser les mots qui étaient pourtant, sous leur forme écrite, ma compétence la plus achevée, si j'avais su les dompter pour qu'ils portent ma voix, rien de tout cela ne serait arrivé, n'est-ce pas ? C'est pour ça que je parle, maintenant, et que tu dois m'écouter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
fertiti65fertiti65   02 décembre 2019
Lorsque quelqu'un est aussi discret que moi, personne n'imagine qu'il puisse avoir un tempérament passionné. Les gens pensent que ma personnalité est un genre de bruit blanc, que le silence que je fais en société est l'écho de celui qui résonne, depuis toujours, dans l'espace clos de ma tête, sous les cheveux coiffés. Mais - je le sais mieux que personne - il ne faut pas juger un livre à sa couverture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fertiti65fertiti65   29 novembre 2019
Et même quand je suis venue vivre avec vous, même quand nos trois ombres dessinaient devant nous une image familiale sur le bitume des routes du Perche, tu n'as jamais saisi que j'étais venue pour ton enfant. Comme les fées qui dans les contes viennent échanger leurs affreux rejetons contre des petits d'hommes qu'elles arrachent à leurs berceaux pendant la nuit, j'étais venue, moi, échanger ma stérilité et mon mariage échoué contre une place au chaud dans ta vie lumineuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
oreeoree   02 septembre 2019
Comme la plupart des gens, lorsque j'ai commencé à me détacher de cette histoire d'amour, j'en ai imputé d'abord la responsabilité à mon partenaire, j'ai puisé aux riches heures des premiers temps pour ciseler des armes sournoises, taillées dans la matière même de notre entente et donc d'une efficacité inégalable pour la défaire. J'ai retourné ses mots comme ma veste, je l'ai provoqué, humilié, j'ai tout fait pour lui essorer des larmes, j'ai brûlé ce que j'avais aimé, parce qu'en quittant quelqu'un nous cherchons souvent à dire adieu à une version de nous qui en est venue à nous sembler trop étroite, trop usée, et nous débattons violemment pour nous en extraire comme d'une venimeuse tunique de Nessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fertiti65fertiti65   25 novembre 2019
Déménager à soixante-douze ans est une expérience assez étrange, mais ma solitude me dispense au moins de l'inquiétude d'autrui. Personne ne se soucie de moi, sinon une poignée d'individus suffisamment âgés eux-mêmes pour ne pas pouvoir prétendre me protéger, alors finalement il a suffi de faire appel à une entreprise de déménagement qui a transporté mes meubles à destination sans poser de questions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Julia Kerninon (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Kerninon
Julia Kerninon | "Toucher la terre ferme"
autres livres classés : monologueVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (591) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4574 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre