AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070385140
Éditeur : Gallimard (14/05/1992)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 12 notes)
Résumé :

A deux heures de l'après-midi, comme un couvercle ouaté, sur le Pelvoux le silence tombe. La cure commence qui porte son nom. Aux balcons, les grands stores sont baissés. Ils protègent contre le vent, la neige, le soleil et les sons. Sur leurs lits, les malades s'allongent immobiles. Ni livres ni jeux. Il faut que le corps et l'esprit, livrés a eux-mêmes, connaissent l'absolu repos. Ils sont tous là, parallèlement ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
santorin
  11 août 2018
Toujours sous le charme de l'écriture de Joseph Kessel qui dépeint avec sensibilité et sans pathos la douloureuse et angoissante vie quotidienne de malades atteints de tuberculose qui se font soigner dans un sanatorium au milieu des années 1920.
Un établissement, le Pelvoux, situé en Suisse où un médecin humain et bienveillant envers ses patients essaye de leur apporter la sérénité dans leur combat contre une maladie souvent mortelle à cette époque là.
Commenter  J’apprécie          300
chapochapi
  08 décembre 2012
Marc Oetilé est un vendeur de voiture prétentieux, hautain, vaguement misogyne (il est si sûr de sa supériorité masculine), qui ruine sa santé dans les cigarettes, l'alcool et les nuits blanches. Il ne s'intéresse à personne, méprise tout le monde à l'exception de son frère (qui n'apparaîtra pas dans le roman) et le monde le lui rend bien puisqu'il n'a aucun ami. Son orgueil en prend un coup un jour qu'il s'aperçoit qu'il est atteint de pneumonie. Quoi ? lui si beau, si maître de son corps, si volontaire serait atteint de cette maladie débilitante qui l'oblige à se réfugier dans un sanatorium, espace clos pour personnes faibles ? Et bien soit ! il ira, il verra et il vaincra cette inflammation, sans se mêler aux autres patients, pauvres créatures méprisables qui se complaisent dans la cure.
Ce personnage détestable va, évidemment, vivre une expérience qui servira de morale au livre. Cependant, cette dernière n'est pas pesante car si l'évolution d'Oetilé est prévisible, le monde décrit n'est pas enrobé de sucre d'orge pour autant. Par ailleurs, Oetilé est un personnage complexe qui se sent changer, refuse le changement, veut aller vers les autres mais les rejette dans le même temps, a si peur de la mort qu'il refuse tout d'abord de la voir, puis l'accepte et s'humanise à son contact. Ces pauvres malades qu'il observe de si haut vont brusquement devenir des combattants à ses yeux : comme ses camarades du front, les patients du Pelvoux se battent quotidiennement pour vivre mais eux n'ont pas la possibilité d'oublier leur mal le temps d'une partie de cartes. Dans ce sanatorium, sous les allures sereines et frivoles, les regards sont anxieux et la joie poussive, les joues se creusent et les malades observent chez les autres l'avancée ou le recul de la maladie. Adultes et enfants luttent quotidiennement pour survivre d'abord, et vivre aussi un peu en reproduisant les gestes et les relations du monde extérieur.
Dans l'espace clos du sanatorium, les malades sont captifs de leur corps qu'ils tentent de soigner le plus rigoureusement possible, ou de détruire en brulant leur angoisse dans de fausses joies, de faux amours. On perçoit les moments de doutes, d'abandon, les sursauts de vie, les moments de bonne humeur, la paranoïa passagère.
Ces malades sont aussi captifs du lieu, des contraintes de la cure et des faibles loisirs proposés.
Enfin, ils sont captifs des conventions sociales et des rôles qu'ils se sont donnés dans la société. le misogyne peut-il accepter d'aimer puis d'être rejeté par une femme qui ne l'aime plus ? La jeune femme de bonne famille peut-elle reconnaître son amour pour un coiffeur miséreux ? L'épouse peut-elle devenir adultère ? L'aviateur frimeur peut-il admettre un amour sincère sans perdre la face ? Pour tous, la maladie est un révélateur qui les aide aussi à se libérer.
Kessel rend compte de tous ces états d'âme sans sombrer dans l'excès de bons sentiments ou dans une pitié déplacée pour ces hommes et ces femmes qui sont décrits dans toute leur complexité. Comme Oetilé regardant, dans une mise en abyme, ce romancier qui observe la jeune Michelle à la toute fin du livre, clin d'oeil au réalisme des événements, on pourrait se demander ce que des lecteurs en bonne santé pourraient comprendre à ces malades ? Peut-être que ce qu'il y a à retenir de ce livre, ce n'est pas le pathétique de ces personnages mais leur courage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JeanLouis298
  22 octobre 2014
J'ai découvert un peu par hasard ce roman de Joseph KESSEL.
Outre le fait que je me suis délecté de son écriture, de la beauté de ses tournures de phrases, je suis obligé de reconnaître que l'empathie est totale avec cet écrivain. Il me fait rêver. Qu'est ce que cela fait du bien de lire un roman d'un auteur, un vrai, qui vous fait partager la passion de ses mots et de la vie.
il nous fait partager à travers ce roman ce qu'a pu être le combat de nombreuses personnes qui au début du XXème siècle, luttaient contre cette maladie que nous ne connaissons plus, la tuberculose.
L'action se situe dans les années 1925 1926 et le héros est un homme d'une trentaine, voire d'une quarantaine d'années.
Arrogant au début du livre, dénué de tout sentiments, Marc Oetilé se retrouve dans un sanatorium un peu comme dans un paquebot à effectuer un voyage ou les différentes "escales" ne sont pas aussi merveilleuses que ce que l'on peut imaginer.
Et comme ses compagnons de route, il se retrouve "captif" de ce sanatorium jusqu'à sa guérison.
Il va se trouver confronté à des gens, qui un peu comme dans une croisière, essaient d'occulter la maladie, la mort, à travers leurs activités. ce qui dénote l'absurdité de la situation.
Il va changer, lui qui a connu la grande guerre, et va peu à peu s'ouvrir à ce que la vie réserve de meilleur, même si la souffrance et la mort en sont des étapes.
A vous de le découvrir lorsque vous partagerez ce roman.
J'ai aimé. mais je dois avouer que je suis un fan inconditionnel de KESSEL. Ce n'est donc pas objectif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BillDOE
  23 décembre 2014
"Les captifs" sont les patients d'un sanatorium dans les pyrénées, pendant l'entre-deux guerres. Petit monde en huit-clos d'une société de bourgeois qui se retrouvent pour la plupart pour vivre leurs derniers jours.
Des idylles voient le jour. Des amitiés se font et se défont. On trompe l'ennui comme on peut.
C'est une très belle caricature d'une certaine caste de la société de l'époque.
Evidemment, c est très bien écrit avec, à charge pour l'éditeur, pas mal de fautes d'orthographe non corrigées au moment de l'impression.
C'est dommage et grotesque.
Commenter  J’apprécie          30
horizondesmots
  10 janvier 2016
https://horizondesmots.wordpress.com/2015/12/23/bouquin-36-les-captifs-de-joseph-kessel/
Lien : https://horizondesmots.wordp..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
santorinsantorin   09 août 2018
Que lui rappelait donc cette existence où la mort sans répit insinuait son mufle ? N'était-ce pas le front ? Sans doute rien, apparemment, n'était semblable. Là-bas, la tranchée, la vermine, ici tout le confort. Là-bas, des hommes ensauvagés et le vol ululant des obus ; ici, le raffinement, l'amour et la douce mitraille de la neige. Mais sur l'Yser ou à Verdun, l'on ne pensait pas tout le temps à la balle qui frappe. La vie s'organisait dans les boyaux, les abris. Il y avait des amitiés, des joies, le repos. Quant on emportait un camarade, c'était comme par hasard. On y songeait un peu et l'on se remettait à la tâche d'exister…. N'en allait-il pas de même au Pelvoux ? C'était un combat plus veule, plus secret mais aussi périlleux. Si la forme de vie et de mort y était différente, le rythme profond était le même dans ce cirque abrité que dans les petits postes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
santorinsantorin   01 août 2018
Au printemps, en été, le long de la voie, poussent des boutons d'or, des pervenches, des soldanelles. L'herbe est très grasse et très verte. De petits champs de roses éclatent soudain. L'odeur des sapins chauffés entre dans les voitures.
Mais, dès l'automne, des nuages capturent à mi-chemin le funiculaire et c'est à travers eux qu'il avance. La brume glacée couvre les champs, estompe les arbres. Elle dérobe le monde aux regards, enferme les corps dans son inconsistante prison. A mesure que monte le funiculaire, elle se fait plus serrée et plus froide. Il semble qu'elle ne permettra point de retour.
Quelquefois, avant de toucher à son terme, le train perce la couche de brouillard. Alors le ciel, le soleil resplendissent sur le cirque de montagnes qui enferme la ville des malades. Un monde lumineux, clos, repose entre la blancheur des nuages et celle des cimes.
Ce fut par un de ces matins magnifiques et désolés que Mar arriva.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
santorinsantorin   01 août 2018
Autour de lui, tout, également, était comme enchainé : les lignes rigides de la maison, les arbres chargés de neige cotonneuse, les grands monts arrêtés dans leur élan de vague, l'air même, fixe et pur. Cette torpeur était pour Marc la pire épreuve.
Combien eût-il préféré la table d'opération où, par trois fois, la guerre l'avait étendu ! Les muscles déchirés, les nuits de feu toute souffrance était plus facile à supporter que celle de ne ressentir aucun malaise et d'attendre indéfiniment sur une chaise longue.
Il avait besoin de toute sa volonté pour vaincre l'impatience de son corps actif. Il lui fallait le maîtriser sans cesse, le forcer à la molle et insipide station dont on lui promettait tant de bienfaits. Mais n'était pas au Pelvoux pour guérir et guérir vite ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
santorinsantorin   09 août 2018
Ainsi s'établissaient entre eux de fausses images. Elle lui croyait ses propres goûts et certaines qualités de son âme, alors qu'il ne cherchait en elle qu'un élément physique. Et Marc supposait à Thérèse une gaieté constante, une humeur facile, qui, en réalité, venaient seulement de sa présence et de ce que, par erreur, elle lui prêtait d'elle-même. Mais ce malentendu les avait déjà liés mieux qu'un accord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
chapochapichapochapi   08 décembre 2012
Oetilé essaya de considérer la vie du Pelvoux avec les yeux qu'il avait en arrivant. C'était pourtant le même air de luxe, d'insouciance, les mêmes figures qui semblaient reposées, les mêmes fleurs sur les tables, le même orchestre. Mais, à présent, Marc, trop clairvoyant, perçait le masque. Il ne pouvait plus oublier que ces gens qui raient, jouaient, flirtaient, iraient tout à l'heure regagner leur terrasse pour y défendre leur vie, qu'ils économisaient leurs mouvements, leurs paroles, qu'un impitoyable rappel suivait toute imprudence et qu'ils étaient plus prisonniers de leurs corps amoindris que du sanatorium lui-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Joseph Kessel (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Kessel
Bande annonce du film "L'équipage"
autres livres classés : sanatoriumVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Mais si, vous connaissez Joseph Kessel !

Avec son neveu, il est l'auteur des paroles d'un hymne à la révolte et à la résistance écrit à Londres dans les années 40 :

L'affiche rouge
Potemkine
Le chant des partisans

10 questions
125 lecteurs ont répondu
Thème : Joseph KesselCréer un quiz sur ce livre