AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782260015970
106 pages
Éditeur : Editions Julliard (21/08/2003)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 245 notes)
Résumé :
Hanté par la mort de son père, oublié par sa mère, blessé par l'absence de son frère adoré, un jeune Algérien se laisse peu à peu envahir par ses sentiments pour sa belle cousine.

Très vite, cet amour devient une obsession. Comment s'approprier cette fille capricieuse, si proche et pourtant inaccessible ?

Entre les deux adolescents, une relation de victime à bourreau s'installe. Croyant apaiser sa souffrance, l'amoureux envisage de se ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  12 août 2015
C'est sombre, on y plonge dans la noirceur d'un coeur gangrené par la pourriture du malheur.

Un enfant innocent qui découvre son père assassiné…

Un enfant mal aimé, qui ne trouve jamais grâce auprès de sa mère. On ne saura jamais pourquoi, mais elle n'a jamais pour lui un geste tendre, réservant ses grâces pour son frère ou pour la cousine K.

Un enfant amoureux de sa trop belle cousine, qui le nargue et se moque de lui.

La suite dramatique est à découvrir dans ce roman très court, mais pas du tout léger…
Commenter  J’apprécie          550
Yggdrasila
  29 novembre 2015
Un roman très court d'une centaine de pages où Khadra évoque avec talent le thème de la solitude et du délaissement.
Je me suis attachée à son personnage, un jeune algérien qui nous offre son regard sur sa triste vie avec un entourage pour qui il est quasiment inexistant: affecté par la mort de son père, méprisé par sa mère et moqué en permanence par sa cousine, il tente malgré tout de se construire autour de cette famille.
On fait une plongée avec lui dans sa souffrance qu'il intériorise. J'ai constaté à certains moments comme une renonciation de sa part car aucune révolte ne transparaissait.

A travers cette histoire on comprend la nécessité pour chacun de se sentir exister aux yeux des autres.
C'est brillamment écrit comme toujours avec cet auteur. Je m'attendais juste à ce que la passion amoureuse destructrice qui vire à l'obsession soit plus accentuée dans cette histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
isabelleisapure
  02 août 2015
Une vie de frustration, de manque d'amour et de jalousie, c'est ce que nous conte Yasmina Khadra en donnant la parole à un jeune homme sans nom perdu dans ses souvenirs.
Khadra installe brillamment une atmosphère très âpre : la sécheresse du pays, la tristesse et la pauvreté des habitants, le vent qui souffle plante le décor. Puis il y a cet homme enfermé derrière ses volets qui épie le moindre geste et qui se souvient de son enfance.
La découverte du corps de son père sauvagement assassiné marque à jamais le jeune garçon. Il passe son enfance à chercher en vain un peu d'amour auprès d'une mère indifférente qui ne voit que son frère ainé, plus beau, plus brillant, meilleur élève. Lorsqu'arrive Cousine K, c'est l'amour et la jalousie qu'il découvre.
Yasmina Khadra nous propose dans ce court roman une réflexion sur les ravages causés par une enfance cabossée.
J'ai retrouvé dans ce court roman l'écriture à la fois imagée, poignante et poétique de Yasmina Khadra.
Une très belle lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
zabeth55
  23 octobre 2014
Un être désabusé, neurasthénique, que rien ne touche ni n'émeut plus, se souvient de son enfance. Il est étranger à lui-même comme l'était le Meursault de Camus.
Petit garçon subjugué par sa cousine, il quêtait l'amour de sa mère, s'étonnait de celui de son frère.
C'est un texte court mais intense en sentiments, et qui se déguste lentement.
Yasmina khadra manie parfaitement les mots, et les mots justes, et certains passages se lisent comme de la poésie.
La fin est totalement imprévisible mais explique mieux cette obsession de la Cousine K.
Un excellent moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          332
aouatef79
  04 décembre 2017
" Cousine K " est un roman de Yasmina Khadra . Livre court et bref d' une
centaine de pages . Sommairement , ce roman est le récit d' un adolescent qui
a été traumatisé par la découverte de son père pendu à un esse , mutilé et
ensanglanté . Il est le mal-aimé de sa mère attitude qui lui cause une frustration et un manque d' affection . Il a une cousine qu' il aime mais qui fait peu de cas de lui .Pour consolation :il a son frère aîné qui l' adore .
Il est rejeté par sa mère , sa cousine : personne ne lui accorde de l ' importance . Il vit dramatiquement cette désaffection qui le conduit finalement à l' irréparable .
Yasmina Khadra sait avec les mots qu' il utilise nous émouvoir et nous faire partager les émotions de cet adolescent rejeté par ses proches .
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
latracelatrace   28 mai 2010
Nul n’est comblé. Il y a toujours un besoin quelque part, un oubli, un mangue lancinant. On a beau se répéter que tout va bien, que tout est au mieux, ce n’est pas vrai. Que l’on habite dans un palais ou dans un gourbi, que l’on s’habille de soie ou de hardes, que l’on soit courtisé ou vomi, on a obligatoirement besoin de quelque chose, ou de quelqu’un. On implore un regard, un mot, un signe, et souvent nos prières les plus ferventes s’avèrent irrecevables. Pourquoi? Parce que c’est ainsi. Inutile de chercher la faille; la faille est en chacun de nous, elle est toutes ces questions que l’on se pose et qui ne nous avancent à rien…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          671
latracelatrace   28 mai 2010
Le temps passe et n’attend personne. Toutes les amarres du monde ne sauraient le retenir. Il n’a pas de port d’attache, le temps; ce n’est qu’un coup de vent qui passe et qui ne se retourne pas. J’égrène l’instant machinalement. Comme l’horloge. Affichant l’heure sans m’attarder dessus. Je ne vis pas vraiment; je ne fais qu’être là, quelque part; une ornière sur un chemin, un nom sur un registre communal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
EpicteteEpictete   18 décembre 2013
J'ai toujours détesté mon chat. Entré par effraction dans mon intimité, il s'y ancrait sans vergogne, sûr de me mettre devant le fait accompli. J'étais jaloux de le voir bénéficier d'égards simplement parce qu'il savait exactement quand s'allonger à proximité d'une main et transformer un pur réflexe en caresse attentionnée.
Iln'y a pas mieux qu'un chien pour construire un homme. Si j'en avais eu un, dans mon enfance, il m'aurait peut être construit autrement. Mais la fatalité m'a imposé ce chat simulateur et bancal qui n'avait même pas eu la présence d'esprit d'être là quand mes doigts se diluaient dans le noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
aouatef79aouatef79   07 décembre 2017
Ma nuit est une concubine frigide et ingénue . Ses baisers sont urticants ,ses fantasmes incongrus . Dès le coucher du soleil , elle me rejoint . De la même façon . Au même endroit , au même moment .Sans vergogne et sans retenue .
Aussi révoltante qu' un orgasme rétif . Souillant mes draps et mes chairs à la manière d' une truie .En suite, elle se retire . En même temps que la marée . Tirant la couverture vers elle . M' abandonnant seul et nu, comme un ver solitaire , dans le monde démentiel du " déjà-vu" .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
bilodohbilodoh   12 août 2015
C’est mon avis; il vaut ce qu’il vaut, et je l’assume en entier. Comme j’assume l’histoire qui va suivre, elle vaut ce qu’elle vaut, elle aussi…(p.11)

(Une citation que je dédie à Nastasia-B qui utilisait une formule semblable,,,)
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Yasmina Khadra (90) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yasmina Khadra
Lorsqu'une femme claque la porte et s'en va, elle emporte le monde avec elle. Adem Naït-Gacem l'apprend à ses dépens. Ne supportant pas le vide laissé par le départ de son épouse, l'instituteur abandonne ses élèves et, tel un don Quichotte des temps modernes, livré aux vents contraires de l'errance, quitte tout pour partir sur les chemins. Des rencontres providentielles jalonnent sa route : nain en quête d'affection, musicien aveugle au chant prophétique, vieux briscards, galériens convalescents et simples d'esprit le renvoient constamment aux rédemptions en lesquelles il refuse de croire. Jusqu'au jour où il est rattrapé par ses vieux démons. À travers les pérégrinations d'un antihéros mélancolique, flanqué d'une galerie de personnages hors du commun, Yasmina Khadra nous offre une méditation sur la possession et la rupture, le déni et la méprise, et sur la place qu'occupent les femmes dans les mentalités obtuses.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature algérienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Livres de Yasmina Khadra

Comment s'appelle le personnage principal de "Ce que le jour doit à la nuit" ?

Malik
Yousef
Younes
Mehdi

5 questions
195 lecteurs ont répondu
Thème : Yasmina KhadraCréer un quiz sur ce livre

.. ..