AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848866047
Éditeur : Lucien Souny (05/05/2017)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Dans un commissariat de la banlieue parisienne, Paul Catard est interrogé par le capitaine Vigeois. On vient de retrouver l’homme bâillonné et menotté dans la chambre de sa petite amie. La situation prêterait à sourire si la petite amie n’était pas Mélanie Vasseur, lieutenant de police travaillant dans l’équipe de Vigeois. La surprise est d’autant plus grande lorsque Catard dévoile que Mélanie a survécu à une innommable tragédie qui s’est déroulée dans un lycée de p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
LanaTurner
  20 mai 2017

«Il faut ici bannir tout soupçon de ton coeur,
il faut en chasser toute vile crainte.»
Imaginez-vous ce professeur de français, tout à fait ordinaire.
Nulle le temps de sortir vos cahiers, que celui-ci
Tiens son arme ainsi dirigée sur sa classe.
Entrez ainsi donc, aux premières loges du dernier «Act»
Nommée: la divine comédie, ( Douces références à «Dante»).
Sans autre issue qu' «écrire» la dictée récitée... ou «mourir».
Intense polar, amenant à quelques souvenirs Kingiens.
Tenir le cap, parce qu'une seule faute vous sera permise.
Et tenter de survivre jusqu'à l'arrivée des secours.

LéGer résumé? Toutes histoires nous réserve son lot de surprise, et Frank Klarczyk sait jouer de ses lignes.
Bonne petite histoire, qui se déroule en deux temps, courte de 189 pages. L'écriture est fluide, et ne comporte aucune explication inutile. Je n'ai pas relevé d'incohérence, et le texte est solide. J'ai trouvé les dialogues des jeunes en récréation, ou par messages, un peu typé, (amplifié), mais rien de bien méchant. Je crois que d'une certaine façon, cela appuyait ce que l'auteur voulait nous faire ressentir, dans la compréhension du geste à venir.
Le roman démarre sur les chapeaux de roue, et nous pose immédiatement dans le contexte. Il a une maîtrise certaine de la langue française et de la syntaxe. Sans jeu de mot, sur l'histoire! Absolument rien à en redire. Son style, et ses références, ajoutent un petit + au roman, ouvrant notre esprit sur d'autres univers, tout en restant à la fois sérieux et structuré!
Tout le roman ne se passe pas en huit-clos dans la classe prise en otage, il y a aussi une partie extérieur dans le second temps, où les choses se compliquent et offre une petite course poursuite, avec ses rebondissements!
L'unique bémol à mes yeux, (ou mon coeur), c'est les émotions!
Une fois passé le choc de l'impact initial, c'est rapidement répétitif.
Je crois que ce roman aurait gagné en profondeur, si l'on avait pu suivre la vie de certains élèves. En savoir plus que leur dernières pensées, ce qu'étaient leur vie de famille, leurs peurs, leurs problèmes ou même leurs joies. Et ainsi se sentir concerné et cruellement affligé par l'injustice de leurs morts.
Je conseille ce roman, car il est bien écrit et que l'auteur à de très bonnes idées.
Lana.C
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          842
gruz
  11 juillet 2017
Il n'y a pas si longtemps encore, l'enseignement était un sacerdoce. Un métier qui avait une valeur ajoutée. Mais d'année en année, le métier est dévalorisé, et le niveau des élèves nivelé par le bas.
Franck Klarczyk pointe cet état de fait dans un roman court et tendu. Avec la mort comme point final.
Qu'on soit bien clair, Mort point final n'est pas un pamphlet mais bien un thriller ancré dans notre société. L'auteur a choisi de proposer un format assez ramassé (190 pages) et d'y développer un rythme haletant ; de quoi ramasser le lecteur à la petite cuillère à la fin. Une intelligente manière de mélanger divertissement et questionnements, et une belle preuve que le thriller peut être le terrain de jeu de réflexions sociétales.
Franck Klarczyk est à la fois un défenseur de la langue tout autant qu'un admirateur de la littérature populaire. Il se permet de proposer un professeur de français clamant La divine comédie de Dante tout en ne cachant pas son admiration pour l'oeuvre de Stephen King. La boucle est bouclée en beauté.
Tout ne m'a pas semblé parfait dans ce récit qui aurait mérité davantage de développement, à mon sens. Il y avait de quoi aller plus loin avec une telle trame de fond. Mais on sent bien que c'est un parti pris de l'auteur que de privilégier la tension, et c'est un choix qui se respecte.
Le récit est continuellement au bord de la rupture, et la violence prend clairement à la gorge. Étonnante manière de défendre une institution scolaire bafouée d'en haut comme d'en bas, tout en dictant un tempo d'enfer.
Franck Klarczyk sait manier la langue et les codes du thriller avec talent. Mort point final a de quoi être un bon point d'entrée dans l'univers d'un auteur à suivre avec intérêt (point d'exclamation).
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
EmilieAFDL
  14 novembre 2018
Tout d'abord, je dois avouer que la quatrième ne correspond pas vraiment à l'histoire (tout en racontant tout le bouquin). Pas du tout même. La majeure partie de ce livre est le récit d'un professeur de français qui, pour révolutionner l'enseignement va s'inspirer d'un livre de Stephen King. le but est simple : une dictée, un seul droit à l'erreur. Au bout de la seconde faute, le professeur flingue l'élève concerné. Ce récit, c'est le fameux Paul Catard du résumé qui le raconte aux flics et donc aux lecteurs.
Passée la surprise de la découverte de l'intrigue ne m'attendant absolument pas à ça mais plus à du policier traditionnel (un a priori), je me suis assez vite lassée de ce professeur tortionnaire. J'ai trouvé les chapitres du professeur qui canarde ses élèves trop longs et très répétitifs parce que les chapitres sont tous construits de la même manière : le professeur répète inlassablement les mêmes parties du texte qu'il dicte, puis il passe dans les rangs relever les fautes des élèves et enfin, il tire dans le tas. J'ajoute à cela que les lycéens sont des clichés sur pattes, le genre d'adolescents que l'on retrouve dans tous les livres, les séries et les films qui les mettent en scène. du caractère au style vestimentaire, tous les stéréotypes y passent. de plus, je n'ai pas spécialement accroché avec leurs dialogues qui là aussi, regorgent de clichés. Dernier point, les pensées des personnages mis entre guillemets en plein récit : c'est tout à fait personnel, je déteste ça dans tous les romans. En bref, un avis mitigé dès le départ et qui n'a pas été en s'arrangeant.
J'ai donc terminé ce livre dubitative, je n'ai vraiment pas accroché. Seule la fin m'a convaincue parce que je ne pensais pas qu'il y avait une plus grosse affaire derrière les confessions de Paul Catard et que l'auteur allait totalement changer l'angle de son intrigue (sauf que si on lit la quatrième, on est au courant). Seulement, ça ne dure pas longtemps car sur les 188 pages de ce court livre, cela représente très peu – quelques 60 pages.
J'ai trouvé que l'on tournait un peu en rond et que le récit de la tuerie était trop long à mon goût. Les personnages ne sont pas assez creusés, notamment le professeur (et ses intentions ainsi que son état d'esprit) et le flic qui pète une durite en plein intervention. Il y a tant à dire sur l'état psychologique des personnes se trouvant autour de cette tuerie et qui ne peuvent rien faire ou n'en ont pas la force, que ne pas l'avoir eu, m'a un peu manqué.
La partie enquête qui prend à peine un quart du livre était plus intéressante et surprenante mais trop courte.
Au niveau du style, là aussi rien de transcendant ou de singulier. Je suis un peu déçue parce que compte tenu des différents retours lus ici et là, je m'attendais à autre chose. Tant pis.
Lien : https://surlestracesde.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
klimt4
  03 mars 2018
MORT POINT FINAL
Franck Klazczyk.
188 P.
Éditions Lucien Soury pour Plumes Noires.
Un jour , deux heures de cours de français. Monsieur Bertrand , professeur de français , prend en charge sa classe de seconde , pour une dictée " non , pas celle de Mérimée - exécutoire pour enseignants- et plus particulièrement pour mon grand frère David , que je ne remercierai jamais assez de m'avoir fait découvrir Stephen King quand j'étais gamin."
Le voici , face à ses élèves: vingt, pour la dictée de la Divine Comédie de Dante. Seulement voilà , il est armé jusqu'au bout des dents !et le voici , marchant dans les rangs , en surveillant ses élèves et leur offre deux erreurs avant de tirer.Bien sur , rapidement , sort son Baretta. L'un des élèves compte six balles.C'est un carnage!Mais , sitôt les six balles tirées , donc six élèves tués, il sort un pistolet automatique, équipé d'un silencieux. Les gendarmes du GIGN sont postés mais sans pouvoir aider. Monsieur Bertrand a tout prévu , y compris la Police.
Une seule survivante : Mélanie Vasseur. Pourquoi ?
Nous retrouvons Mélanie Vasseur, bien des années plus tard , dans la Police ! Pourquoi est - elle arrivée là ?Quelles sont ses motivations ?
La seconde partie du roman nous transporte dans le monde des enseignants et leur mal être: tous ont des points communs, dépression , burn - out , malaise de l' Éducation Nationale.
A la fin du roman , à la dernière page, nous découvrons la vérité.
Je vous invite à découvrir ce livre qui sort , vraiment de l'ordinaire.
Amateurs , amoureux de Stephen King , à vous la lecture !
" Toujours jugé sur son estrade , il ressentait une émotion intense.Une satisfaction démesurée. Une jouissance presque."
Professeur émérite , Monsieur Bertrand avait une culture impressionnante.
"Nous nageons en pleine tragédie shakespearienne! " dit - il je me sens comme Hamlet! Errant au milieu d'un cimetière ...Voyez à quoi mène ce laisser - aller, dont , je vous parlais tout à l'heure. Une société en pleine déchéance. Une hécatombe. Comme Brassens l'a bien chantée."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jardinssecrets
  19 juillet 2018
Bonjour à toutes et à tous…
Je pourrais résumer ce roman en un seul mot : “Wahou”.
Mais vous risqueriez de penser que je me la joue facile !!!
Tout d'abord un grand merci à Caroline Vallat, qui m'en a parlé, et je dois dire qu'elle me l'avais bien vendu.
Mais cette lecture est vraiment allé au delà de ce à quoi je m'attendais.
Malgré un récit un peu court à mon goût, Frank réussit dès le prologue à me captiver.
Les chapitres qui ne sont pas numérotés (???) sont très bien rythmés, avec une histoire dans l'histoire, et des flashback récurrents…
Ça démarre très vite, et j'en ai pris vraiment plein les yeux…
Devant les élèves d'une classe indisciplinée, qui manquent de volonté, d'envie et ne connaissent pas le respect, un professeur de français impose une technique personnelle afin de les motiver à travailler.
J'ai suivi avec délectation le “pétage de plomb” de ce professeur sur les premières 122 pages véritablement haletantes…
Plus j'avançais dans le récit plus je me demandais si je lisais bien ce que je lisais !!!
Je ne peux malheureusement pour vous rien dire de plus sans dévoiler le pourquoi du roman, mais en plus de cette écriture (fort belle d'ailleurs) sur les chapeaux de roue, l'auteur nous offre une vraie course poursuite, avec plusieurs rebondissements très intelligents jusqu'à la dernière ligne, que dis-je ?… Jusqu'au point final !!!
Je suis passé par plusieurs phases de sentiments le long de cette lecture.
Car en plus d'être un véritable ”page turner“, Frank soulève “sournoisement” ou pas, certains points très intéressants sur les problèmes qui entourent l'Éducation Nationale. de nouveaux programmes que l'on arrive pas à développer jusqu'au bout, le français écrit qui se perd peu à peu dans son orthographe, des professeurs dépassés par une évolution constante de la technologie…

C'est le troisième roman de Frank Klarczyk. Il me reste donc à rattraper mon retard, et je vous incite à faire comme moi.
Il y a bien longtemps qu'une envie de me ronger les ongles ne m'était venue !
Extrait :
“Le professeur reprenait sa dictée. Toutes les têtes blondes étaient au travail maintenant. Toujours juché sur son estrade, il ressentait une émotion intense. Une satisfaction démesurée. Une jouissance presque. Un sentiment qu'il n'avait pas éprouvé depuis très longtemps en classe. Sans doute même jamais. Pas à un tel degré. Ses ouailles étaient enfin concentrés sur leur devoir. Réellement. Sans un bruit, sans une parole, sans une réflexion déplacée et malvenue. A l'écoute de leur maître. Un moment auquel il aspirait depuis si longtemps. Il le savourait.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LanaTurnerLanaTurner   19 mai 2017
"L'homme inspira une ultime bouffée de nicotine. Il éteignit son mégot sur le rebord d'une poubelle publique avant de l'y jeter. Il ramassa son cartable et se dirigea d'un pas déterminé vers le lycée. Vers son destin".
Commenter  J’apprécie          410
MissonlyMissonly   14 mai 2017
La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle...
Commenter  J’apprécie          40
MissonlyMissonly   27 avril 2018
Si je vois une faute sur votre copie, vous avez un premier avertissement. Au second, la sanction tombe. comme dans Marche ou crève, expliqua-t-il en se grattant la tempe du bout de son silencieux. Sauf que je réduis le protocole d'un avertissement, faute de temps. Mais je ne pense pas que Stephen King m'en tienne rigueur...
Commenter  J’apprécie          00
MissCodeMissCode   12 juin 2017
Alors, expliquez-moi comment elle a pu vous raconter, avec autant de détails, tout ce qu'il s'est passé à l'extérieur de la salle où elle était théoriquement enfermée.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Frank Klarczyk (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frank Klarczyk
Le libraire Gérard Collard recevait sur la scène des déblogueurs les auteurs Grégoire Courtois, Franck Klarszyk et Joseph Incardona à l'occasion de la dixième édition du salon international du livre de poche Saint-Maur En Poche.
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
Les lois du ciel de Grégoire Courtois aux éditions Folio Policier https://www.lagriffenoire.com/106848-divers-polar-les-lois-du-ciel.html
Mort point final de Frank Klarczyk aux éditions Lucien Souny https://www.lagriffenoire.com/84832-romans-mort---point-final.html
Derrière les panneaux, il y a des hommes de Joseph Incardona aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/69849-divers-polar-derriere-les-panneaux--il-y-a-des-hommes.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. Gerard collard? Jean-Edgar Casel
#soutenezpartagezcommentezlgn #librairie #livres #livre #lecture #culture #passiondulivre #lirepourleplaisir #lirerendheureux #bookstagram #livrestagram #instaculture #instalecture #instalire #romans #roman
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1486 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..