AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782080352521
124 pages
Flammarion (04/06/1997)
3.77/5   26 notes
Résumé :
A la fois évident et impalpable, substantiel et fuyant, le temps s'impose dans toutes disciplines sans être l'apanage d'aucune.
Etienne Klein, physicien, nous entraîne du temps de la physique à la philosophie du temps.
Que lire après Le tempsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Étienne Klein est à la fois physicien , directeur de recherche au CEA, et docteur en philosophie des sciences. Il anime sur France Culture l'émission Sciences en questions. Il a consacré plusieurs ouvrages à cette notion mystérieuse et insaisissable qu'est le temps. Ce petit livre en fait partie.
C'est un mélange entre la vulgarisation scientifique et la réflexion philosophique.
Dans deux parties distinctes, très claires quoique pas toujours simples en ce qui concerne la première, et pimentées d'humour, il expose tout d'abord la notion du temps en physique et comment la façon dont le temps est décrit a évolué avec le progrès de nos connaissances.. Il explique que le temps était considéré comme immuable et universel, cette notion ayant été confortée par Newton. Puis, cette notion a évolué, d'abord par la découverte des lois de la thermodynamique, et la non-réversibilité des processus qu'elles décrivent, impliquant qu'il y'a une flèche du temps et non un temps cyclique (pas d'éternel retour cher à Nietzsche! ), puis surtout au 20ème siècle grâce à la théorie de la relativité, puis aux progrès de la physique quantique. Avec la théorie de la relativité restreinte, Einstein a montré que l'espace et le temps sont deux éléments liés, et que l'écoulement du temps dépend intimement du déplacement des objets dans l'espace, de leur vitesse de déplacement et donc qu'il y a autant de temps différents que d'observateurs différents. Et puis avec la théorie de la relativité générale que la force de gravitation modifie la courbure de l'espace-temps. Et puis, avec la physique quantique, d'autres étranges découvertes ont été faites concernant le temps, entre autres que des particules que l'on dit intriquées peuvent interagir à une distance supérieure à une propagation d'information à la vitesse de la lumière.
Toutes ces découvertes sur le temps sont clairement exposées, ce n'est pas forcément simple pour un lecteur non familier de ces notions, mais constitue un excellent rappel pour celles et ceux qui se sont déjà penchés (sans tomber!) sur cette question.

La seconde partie, plus courte, est moins intéressante et surtout je n'ai pas perçu le lien avec la première. C'est la notion du temps abordée par les philosophes. La difficulté de la perception et de la définition du temps sont ainsi analysées, en faisant référence aux philosophes et théologiens de Saint Augustin à Bergson. Les notions de durée, d'instant de passe et futur, de notre sentiment de finitude devant la mort, tout cela est évoqué de façon assez succincte. L'auteur y ajoute aussi la question de la responsabilité de l'espèce humaine sur son devenir, y mêlant les préoccupations écologiques Une deuxième partie que j'ai perçue comme un peu fourre-tout .

Il y a très peu de lien entre ces deux parties, ce qui se comprend tout à fait. Mais le lecteur se dit que l'ouvrage aurait pu se limiter à la notion de temps en physique, qui est quand même la partie la plus intéressante de ce petit ouvrage.
Commenter  J’apprécie          3710

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Bergson objecte à Einstein que le temps mathématique et déshumanisé du physicien n'épuise pas le sens du temps vécu et que, de toute façon, ni la science ni la métaphysique n'ont jamais rien dit qui vaille sur l'expérience du temps, essentiellement parce qu'elles se confient à l'intelligence qui est réfractaire à la durée, dont le sens commun a l'intuition. Nous avons beau porter une montre au poignet, nous ne sommes pas réductibles à un chronomètre, ni même à une horloge parlante. C'est pourquoi la pensée scientifique, et même la pensée tout court, se trompe lorsqu'elle croit dire le temps. N'étant qu'un fragment de la vie, elle n'a pas les moyens de dicter ses règles à la vie. A trop schématiser le temps, on laisse certainement échapper quelques unes de ses propriétés fondamentales. Sur ce point, le débat reste ouvert : lorsque nous examinons la beauté, la puissance et l'efficacité des théories physiques actuelles, oublieuses du temps, nous ne pouvons que donner raison à Einstein ; mais lorsque nous voyons un enfant qui grandit en inventant chaque jour de nouveaux gestes, nous percevons mieux la pertinence des objections de Bergson. Sa philosophie passe probablement comme lettre à la poste auprès des pères de famille attentifs.
Reste que la furtivité de l'instant physique a du mal à rendre compte de l'épaisseur de la durée psychologique. Chronos et tempus rechignent à se confondre, la ponctualité de l'un s'accordant mal avec la continuité de l'autre. Einstein lui-même en convenait : "Il n'y a pas un temps des philosophes ; il n'y a qu'un temps psychologique différent du temps des physiciens." L'opposition des arguments d'Einstein et de Bergson fournit une estimation de la distance qui sépare ces deux sortes de temps. L'affrontement de ces deux géants de la pensée posait indirectement une autre question, celle de savoir qui a autorité pour parler du temps. La réponse est certainement : personne, ou plutôt tout le monde. Dans le domaine de la pensée, le temps incarne la fin des privilèges. Il n'est l'apanage d'aucune discipline et nul ne peut, sur un tel sujet, revendiquer une quelconque préséance. Mais on sait bien que la fin des privilèges ne signifie pas celle des affrontements.
Commenter  J’apprécie          20
Il y a le paradoxe, et même le prodige, de la réalité même du temps. Puisque le passé n'est plus, que l'avenir n'est pas encore, puisque le présent lui-même a déjà fini d'être dès qu'il est sur le point de commencer, comment pourrait-on concevoir un être du temps ? Comment pourrait-il y avoir une existence du temps si le temps n'est ainsi composé que d'inexistences ? Convenons qu'il serait bien hasardeux de fonder la réalité du temps sur une réalité aussi peu réelle que celle de l'instant, qu'on se représente toujours comme une sorte d'atome temporel, de point-limite insécable suspendu entre deux néants : l'instant n'est qu'un frisson, et un frisson n'a guère de poids ontologique. Alors, si « l'instant n'a pas de temps », comme le notait Léonard de Vinci dans ses Fragments, comment le temps pourrait-il être fait d'instants ? Par quelle alchimie ces admirables tremblements de temps pourraient-ils s'épaissir en durée ? À peine né, l'instant neuf doit passer à l'ancien, comme soldé avant l'heure, faisant du présent l'urgence d'un futur frémissant déjà dans les transes de l'imminence.
Commenter  J’apprécie          20
La technique a depuis peu évolué beaucoup plus vite que la culture, au point que nous ne sommes plus en mesure d'élaborer une représentation générale des développements de toute sorte qui sont en train de s'accomplir. Aussi avons-nous désormais le sentiment d'être dans le temps de tous les possibles, qui est aussi, par les choix qu'il offre et les questions qu'il invente, le temps des grands désarrois. Nous en venons à nous demander si l'abus de notre domination sur la nature pourrait conduire à la destruction de tout ce que nous avons appris à dominer. Dans le doute, que devons-nous faire pour garantir que le pouvoir de l'homme ne deviendra pas une malédiction pour lui ?
Cette question tiraille nos consciences et creuse nos traits, car les termes de sa réponse révèlent des antagonismes. D'une part, l'accroissement de notre puissance suppose un accroissement équivalent de nos responsabilités et de notre vigilance. Mais d'autre part, la rigueur obligatoire de la responsabilité est en contradiction avec les discours de libération, d'émancipation, d'évasion, de jouissance qui sont communément tenus. La responsabilité en vient à ressembler à une entrave dont l'immensité même invite à l'esquive, c'est-à dire à son exact contraire, l'irresponsabilité. Nous assistons en sommes au gonflement simultané de deux tendances opposées. D'un côté, une puissance dont les conséquences impliquent qu'on limite son pouvoir d'action. De l'autre, une crise portant justement sur la notion même de limitation, d'interdit, de renoncement. Ce paradoxe est l'un des inconforts de la modernité. Son dépassement reste l'un de ses principaux défis.
Commenter  J’apprécie          10
Plutôt que de dire que (l'avenir) est ce qui vient vers nous, il faut désormais le voir comme ce vers quoi nous décidons d'aller. Ce renversement, d'apparence byzantine, n'est pas une pirouette : il modifie notre rapport aux temps qui s'annoncent en nous mettant en demeure de les anticiper. Bien sûr, l'avenir ne sera pas ce que, dans nos rêves les plus fous ou dans nos pronostics les plus optimistes, nous aurions désiré en faire, car trop d'éléments nous échappent pour que nous puissions croire que nous le déterminons.
Mais nous devons réfléchir aux moyens d'empêcher qu'il accouche du pire des mondes. Au lieu d'attendre passivement que l'avenir se contente d'advenir, tentons de faire en sorte que son visage ne soit pas hideux. Un tel voeu pieux est évidemment plus facile à énoncer qu'à réaliser, car les détails de sa mise en oeuvre n'ont pas la simplicité des principes. L'éthique n'est pas toujours à portée de la pratique, et cette dernière n'a pas forcément l'élégance de la première. (...) Néanmoins, nous sentons confusément que tout cela demande de la réflexion, de l'action, peut-être des renoncements, en tout cas une volonté d'anticipation sans laquelle l'avenir perdrait toute conaturalité avec notre présent, lui serait absolument étranger. "L'avenir, c'est du passé en préparation", disait le très regretté Pierre Dac. Cette phrase est vraie au point d'ignorer la flèche du temps : on peut y bouleverser la chronologie en disant , aussi, que "le présent, c'est du futur qui se prépare".
Commenter  J’apprécie          00
L'accélération de l'histoire (...) devient encore plus manifeste si l'on inclut dans l'histoire la préhistoire. Cinq cent millions d'années ont séparé l'invention du feu de celle de l'arme à feu, mais six cents ans ont suffi pour passer de l'arme à feu au feu nucléaire. Dans un registre moins guerrier et plus récent, citons l'exemple spectaculaire des transports : avant-hier, Marseille était à une semaine de Paris, hier à une journée, aujourd'hui à quatre heures ; et demain, tout sera à un quart d'heure de tout. Mille autres exemples pourraient venir confirmer que l'idée de progrès contient sa propre amplification et suscite ses propres vertiges. Qu'il s'agisse d'armes, d'outils, d'ordinateurs ou de voitures, on met vite le progrès au rebut. A peine nées, les nouveautés se périment, et rares sont les fabricants qui ne proposent pas chaque année, au mépris du sens des mots, une "nouvelle génération". L'accélération de l'histoire s'accélère donc d'elle-même, victime de sa propre dynamique. A ce rythme, jusqu'où ira-t-elle ? On peut se demander où trouver un point fixe dans un contexte aussi mouvant. Existe-t-il seulement un repère, même mobile, qui puisse nous servir d'assise ? Notre monde, en pur devenir, semble échapper à toute forme d'arrêt et de repos. (...) Simone Weil faisait judicieusement observer qu'il faudrait dire des choses éternelles pour être sûr qu'elles soient d'actualité.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Étienne Klein (75) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Étienne Klein
L’Éternité béante - la première BD d’Étienne Klein
autres livres classés : tempsVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (88) Voir plus



Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
414 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}