AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020121212
Éditeur : Seuil (02/05/1990)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 38 notes)
Résumé :
"Après huit cents livres sur de Gaulle, voici le premier" écrivait Pierre Nora, à la sortie voici plus de vingt ans de l’exceptionnelle biographie de Jean Lacouture.

A l’occasion du soixante-dixième anniversaire de l’appel du 18 juin et du quarantième anniversaire de la mort du général de Gaulle, ce coffret prestigieux rassemble les trois tomes de l’œuvre monumentale de Lacouture.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Sarindar
  17 novembre 2015
Dire "non", c'est le courage de l'homme d'exception. Un "non" d'autant plus remarquable qu'il vient d'un homme censé obéir, parce que militaire et officier. Quand d'autres, notamment Pétain, qui avait été son supérieur et qui s'était servi de De Gaulle comme d'un porte-plume entre les deux guerres, se couchèrent devant l'occupant en accusant les politiques en place avant eux et en n'ayant même pas le courage de reconnaître que l'armée française n'avait pas su prévenir l'invasion, enfermée qu'elle était dans la logique de la défense arc-boutée sur la ligne Maginot alors que le colonel De Gaulle, à l'instar d'officiers américains, anglais et allemands prônait l'usage de corps blindés non disséminés dans les unités mais regroupés en masse pour faire percée, sous couverture aérienne. Pétain fit déclarer De Gaulle passible de la peine de mort au cas où il tomberait entre les mains des forces "légitimistes" pour sa fuite en Angleterre et son appel - le fameux appel du 18 juin - à continuer le combat contre les forces de l'Axe qui, affirma-t-il dès le début, seraient terrassées par les mêmes moyens mécaniques qui avaient d'abord assuré leur succès.
De Gaulle, le Connétable, le chef emblématique de la France Libre, tint tête à tous ceux qui voulaient étouffer ou minimiser le rôle des forces françaises qui voulaient continuer la lutte à ses côtés : contre Churchil, prêt à le sacrifier sur l'autel de l'entente avec Rossevelt, qui regardait De Gaulle comme un "apprenti dictateur", en réalité pour enfoncer la tête d'une France vaincue et humiliée en 1940 et bonne pour être mise sous tutelle américaine après la guerre, selon le Président des États-Unis. Roosevelt qui maintint longtemps ses relations diplomatiques avec le régime de Vichy, par la personne de son représentant en France, l'amiral Leahy, préféra Darlan à De Gaulle, quand Darlan, présent en Afrique du Nord lors du débarquement américain, se rangea du côté des Alliés contre l'Allemagne et l'Italie, bien qu'il eût été, peu de temps avant cela, reçu par le chancelier Hitler à Berchtesgaden ; le même Roosevelt préféra encore Giraud à De Gaulle, quand Giraud, échappé de sa prison allemande, atterrit à son tour en Afrique du Nord.
Saluons le courage de De Gaulle qui sut rassembler des hommes venus de tous les horizons politiques, des René Cassin, des Pierre Brossolette, des Jean Moulin, des Pierre Mendès France, des Edgar Pisani, etc., et qui le fit certes sans comprendre pendant longtemps l'importance de la résistance intérieure avant qu'on ne lui ouvrît les yeux, et qui sut empêcher les Américains de "démembrer" la France, comme ils en avaient le projet (idée du rattachement du Nord de notre pays à la Belgique) et de mettre en place une monnaie indexée sur le dollar et une administration militaire américaine en France. Il mena un combat de tous les instants, à la fois contre l'occupant allemand pour qu'il subisse à son tour une défaite sans appel, et contre les Alliés qui voulaient profiter de la défaite de juin 1940 pour mettre fin à la "grandeur" française. Gardien vigilant des intérêts de notre pays, Charles de Gaulle veilla à les préserver par tous les moyens, mais avec la nature qui était la sienne, et qui lui faisait confondre sa personne avec le destin de notre pays. Il faisait de cela une affaire personnelle, et c'est à la fois ce qui fait sa grandeur et sa petitesse. Car il devait nous entretenir pendant longtemps dans l'idée que c'était toute la France qui avait continué le combat. Cerise sur le gâteau, il finit par convaincre Eisenhower de laisser la 2ème Division blindée du général Leclerc entrer dans Paris dont les forces vives s'étaient insurgées contre l'occupant allemand en août 1944, alors qu'Hitler, dans un accès de furie, ordonnait au commandant militaire de la place de détruire la capitale française.
Jean Lacouture, avec le style qui est le sien (usage de beaucoup de guillemets), a su rendre un bel hommage à Charles de Gaulle, dont il fut, en d'autres circonstances, comme journaliste, après le retour du Général au pouvoir, en 1958, un opposant responsable. Je tiens ce livre comme l'un des plus beaux qui aient jamais été écrits sur Charles de Gaulle.
François Sarindar
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6712
frandj
  10 juin 2017
J'ai retrouvé ce livre dans la bibliothèque de feu mon père. C'est peut-être la meilleure étude historique consacrée à De Gaulle. Il fallait le magistral ouvrage de Jean Lacouture pour retracer l'extraordinaire destin d'un tel personnage hors du commun. Le livre expose dans les moindres détails tout son parcours pendant la guerre (jusqu'en 1944). Maintenant que les querelles partisanes sont apaisées, personne ne nie le rôle crucial qu'il a joué lors d'une catastrophe majeure pour notre pays. Dans la débâcle, cet officier a osé désobéir au gouvernement français en place. Analysant la vraie nature de la guerre contre l'Allemagne nazie, il a compris que le conflit n'était pas seulement européen, mais qu'il allait concerner le monde entier. D'où l'appel du 18 Juin. Il s'est révélé être un organisateur remarquable, un meneur d'hommes, un homme politique d'autant plus intransigeant qu'il était encore faible. Considéré à Vichy comme un traître, il a inspiré et dirigé la Résistance française depuis Londres, non sans ferrailler durement contre Churchill et surtout contre Roosevelt (après l'entrée en guerre des USA). D'abord, la France Libre fut une force presque ridicule; puis elle acquit une place remarquable au milieu des Alliés en raison de la volonté inébranlable de De Gaulle. En fait, celui-ci était à la fois un visionnaire et un homme viscéralement attaché aux valeurs du passé. Il reste la question fondamentale: s'identifiant quasiment à sa patrie, Charles de Gaulle a-t-il eu pour unique ambition la résurrection de la France, ou bien les soupçons de pouvoir personnel (qui seront plus ouvertement exprimés sous la Vème République) étaient-ils justifiés ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
docare
  02 juin 2016
Pour moi la meilleure biographie de cette statue que fut le Général. Une oeuvre sans concession et sans parti pris, remarquablement documentée, parfaitement située, à chaque instant, dans son contexte, qui ne laisse rien dans l'ombre, des grandeurs aux faiblesses, de l'homme providentiel à celui peut être dépassé par l' époque. Une somme à lire et à relire pour comprendre quasiment tout un siècle d'histoire.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jean Lacouture (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Lacouture
20 mai 1996 Olivier BARROT présente une biographie de MONTAIGNE, écrite par Jean LACOUTURE, aux éditions du Seuil : "MONTAIGNE A CHEVAL". Images d'archive INA
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
748 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre