AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782080667908
470 pages
Éditeur : Flammarion (07/09/1993)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 33 notes)
Résumé :
En 1925, elle est à New York un mannequin vedette de Vogue. Cinq ans plus tard, à Paris, elle est une égérie du surréalisme, amie de Man Ray, interprète de Cocteau. On la retrouve au Caire, épouse d'un richissime égyptien, puis à Londres pendant le Blitz. En 1944, photographe, elle est l'une des deux femmes accréditées auprès de l'US Army pour suivre les combats de la libération de Paris et de l'Alsace. Elle parcourra ensuite inlassablement l'Europe en ruines, laiss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Chouchane
  08 février 2013
Vous connaissez tous Lee Miller ! c'est la jeune femme d'une stupéfiante beauté (naturelle !) photographiée par Man Ray dans les années 30. Muse d'artistes mais pas que… C'est une femme libre qui choisit ses amours et ses amants, qui travaille et sera correspondante de guerre et photographe pour Vogue entre 1942 et 1946. Elle prendra les premiers clichés des camps de la mort et, devant l'horreur, devra certifier par écrit que ces photos sont vraies. Une vie de légende que Marc Lambron essaie de retracer à partir de cette période où elle suit l'armée américaine pénétrant l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie après la déroute des nazis. le matériau est riche mais le récit est ennuyeux. Cette fiction est écrite à partir des pseudo-souvenirs du journaliste David Sherman qui fut réellement son compagnon de reportage dans les pays de l'Est. On croise dans le roman Picasso, Cocteau… les grands hôtels de Paris où les militaires américains prennent leurs quartiers après la libération, on s'embarque sur des jeeps et des tanks pour traverser les pays de l'Est dévastés par cette guerre. Cependant, on peine à suivre l'histoire d'amour entre Lee et David, on s'ennuie ferme devant les détails des manoeuvres militaires au départ de Paris pour l'Allemagne, les descriptions de paysages s'enlisent dans la poussières et la boue et celles de beauté de Lee sont assez convenues. Quelques morceaux sont plaisants comme cette tentative, à partir de la vraie photo de Lee Miller prenant un bain dans la baignoire d'Hitler en Autriche, de saisir l'avant et l'après « clic » photographique. Peut-être que le principal défaut du livre (qui a quand même reçu le prix Fémina 1993) est d'être un peu fourre-tout à la fois un roman historique, d'amour, de guerre, d'art, de psychologie notamment par la tentative d'expliquer la personnalité de Lee Miller a partir des drame de sa vie , viol, noyade. On retrouve tous les genres sans arriver à pénétrer en profondeur la situation. J'ai beaucoup peiné à lire et finir ces 500 pages mais m'y suis astreinte pour découvrir cette femme étonnante qu'est Lee Miller. C'est chose faite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ahasverus
  08 avril 2013
Mon attention sur ce livre avait été retenue par la critique de notre camarade Chouchane.
Quel sujet passionnant que la vie de la très belle Lee Miller ! Mannequin, photographe, elle suivit l'armée américaine à la fin de la seconde guerre mondiale, de la France à la Roumanie, en passant par des camps de concentration.
Malgré les mots tièdes de notre amie Babelionaute précédemment citée, j'espérais, séduit comme tous les hommes par l'image de Lee Miller, que cette biographie romancée me ramènerait sur les rives du très réussi Alabama Song de Gilles Leroy.
Hélas ! Si l'affaire s'engageait bien avec une mise en place intéressante du narrateur par un prologue, je découvris très vite un fouillis et des redites qui installèrent beaucoup plus l'ennui que moi dans les pages de ce roman.
Imaginez qu'on vous invite à entrer dans un vaste appartement dont vous savez que les pièces recèlent des merveilles mais qu'on vous laisse dans le hall.
Je me suis également perdu dans les sauts dans le temps dont je n'ai pas compris l'intérêt.
J'ai capitulé plus vite que les Nazis, laissant tout cela vers la page 210, avec quelques coups de main vers les pages 239, 277, 309, 343 et 365, mais sans que ces contre-offensives n'amènent un quelconque renversement.
Dommage, car la plume de Marc Lambron est capable de belles formules, ainsi cette réflexion du narrateur qui croise une colonne de civils allemands en déroute :
"A cet instant-là, sur cette route, je les ai plaints d'avoir mis cet effroi dans le regard de leurs enfants. Ils ne leur avaient même pas transmis la haine, ils leur avaient seulement appris la peur."
De tout cela, il n'est rien resté qu'un ennui mou, un regret, un goût de promesse non tenue, et la certitude que j'aurais dû me fier à la critique de Chouchane.
"Et je me souviens, mais comme tout le monde, n'est-ce pas, d'une femme.", écrit l'auteur. Certes, de la femme je m'en souviendrai. Quant au livre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Wyoming
  01 mai 2018
La vie de Lee Miller romancée par Marc Lambron, depuis 1925 à New York jusqu'en Allemagne en 1945. Un torrent d'événements que Marc Lambron déverse à sa manière, que tous n'aiment pas. Moi, si.
Commenter  J’apprécie          20
IsabelleFleury
  01 décembre 2017
Je suis mitigée par ce roman. J'en ai aimé de grands bouts et j'en ai trouvé d'autres d'une longueur endormante.
Il s'agit d'une oeuvre de fiction retraçant la réelle vie de Lee Miller, photographe en temps de guerre, femme libre et indépendante pour son temps et modèle pour le réputé photographe et réalisateur Man Ray. le côté historique du roman est très intéressant.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
ChouchaneChouchane   08 février 2013
(En Autriche)
- Vous chercherez, répondit Agata. Les coupables ne manquent pas. Il y avait un monde, et il n'est plus. Vous savez, j'ai encore connu ce monde-là dans mon enfance (...) J'ai entendu ma nurse demander à ma mère "lequel de vos enfants vous accompagnera en promenade ?", et ma mère répondre : "Celui qui va avec ma robe bleue".
Commenter  J’apprécie          80
ahasverusahasverus   02 mars 2013
Chacun se croit toute sa vie appelé devant le tribunal de sa propre enfance, et cela aussi est superflu. Nous perdons beaucoup de temps à ne pas nous savoir innocents, à ne pas exempter les autres de notre pesanteur.
Commenter  J’apprécie          70
WyomingWyoming   01 avril 2018
Tu fuyais cette mort vivante que les photographes avaient infligée à ta jeunesse, tu avais été cette ombre qu'ils voyaient apparaître sur la plaque, fille de l'eau renaissant dans le temps arrêté. Mais pour moi ton corps vivait dans sa saveur, son mouvement, non plus le reflet d'un passé, mais l'éternité d'un instant arraché aux images où le temps t'avait emprisonnée. En te serrant contre moi, je sentais la houle d'une vie traquée battre contre la mienne, et le temps s'arrêtait dans la certitude d'avoir trouvé enfin ce pour quoi j'étais là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ahasverusahasverus   23 février 2013
Je crois que la guerre abat ou rachète. Elle pousse les abjects plus bas qu'eux-mêmes ; elle révèle aux valeureux leur courage bien au-delà de ce qu'ils pouvaient imaginer.
Commenter  J’apprécie          30
WyomingWyoming   01 avril 2018
Ce ne sont pas les photos qui vous survivent. On survit plutôt à ses photos, aussi longtemps que l'on peut vieillir. Chaque cliché est une première mort.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marc Lambron (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Lambron
Marc Lambron - On n'est pas couché 14 décembre 2019 #ONPC
On n'est pas couché  14 décembre 2019 Laurent Ruquier sur France 2 #ONPC
Toutes les informations sur les invités et leur actualité https://www.france.tv/france-2/on-n-e...
Suivez @ONPCofficiel et réagissez en direct avec le hashtag #ONPC  https://twitter.com/ONPCofficiel
Continuez le débat sur Facebook https://www.facebook.com/onpcF2
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1009 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre