AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2803630508
Éditeur : Le Lombard (28/09/2012)

Note moyenne : 3.11/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Dans une Grèce antique de légende, sur l'île d'Ankinoë, le Prince Golias rêve de voyages tout en s'entraînant avec son compagnon d'armes et jouissant des douces mélopées de sa sœur. Mais quand son cousin décide d'assouvir ses pulsions les plus sordides, les luttes de pouvoirs larvées éclatent au grand jour et remettent en cause la destinée de chacun. S'il veut conserver son rang et sauver la vie de son père, le Roi, Golias va devoir affronter bien des périls.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  06 mars 2017
Ce tome 1 intitulé "Le Roi perdu" aurait pu commencer par « il était une fois » tant nous sommes dans le classicisme du conte du fée : le roi Falstal de la riche cité d'Ankinoë refuse de répudier son épouse qui tarde à lui donner un héritier, au plus grand bonheur de son frère Polynos qui attend son heure, mais le mage nubien Sarhan qui affirme que le problème vient du roi et non de la reine propose un remède… Si la potion fonctionne à lui la fortune et la gloire, si elle ne fonctionne pas à lui le bourreau et la hache…
16 ans plus tard nous retrouvons le prince Golias en bute à la jalousie de son cousin Varon, et la princesse Aeréna en bute à la concupiscence de son cousin Varon, tous les deux coincés entre le souvenir de leur défunte mère et un père bien vivant mais toujours plongé dans le chagrin. La suite on la connaît que trop bien avec les manigances de celui qui veut devenir roi à la place du roi… Ce qui m'a enquiquiné c'est que naïvement tout le monde croit sur parole ceux qui portent leur vilenie sur leur visage : Polynos le tyran en puissance prêt à tout et au reste à commencer par un fratricide répugnant, Varon le violeur, Krotal le traître (pour un empoisonneur rien que le nom déjà ^^), et Bolos le pirate vénal et son animal de compagnie reptilien et venimeux (remember "Jurassic Park" ^^)…
Golias, Konios et Sarhan quittent donc Ankinoë pour partir en quête de la Fleur du Souvenir pour sauver Falstal et Aeréna, mais on peut s'interroger sur la volonté du scénariste qui nous explique bien noir sur blanc que cela ne sert à rien car il est déjà trop tard… Je sais bien que le voyage importe plus que la destination, mais c'est fort de café quand même…

Si j'ai bien compris, au départ les scénarii de la mini-série "Golias" étaient destinés à servir de support à la franchise "Thorgal" (et franchement on sent que les personnages Golias et Aeréna ont des faux airs de Jolan et Louve ^^), mais le travail de Serge le Tendre ayant été recalé il est passé de l'odyssée septentrionale à l'odyssée méridionale puisant largement dans le mythe de Jason et la Toison d'Or…
Avec le recul il y a une parenté avec la saga culte de "La Quête de l'oiseau du temps", mais ici la jeune génération ne bénéficie pas de la protection d'un mentor badass. du coup on pioche autant dans l'universelle Quête du héros aux mille et un visages que dans les classiques de la tragédie antique, sauf que le sage Sarhan se fait embobiner à chaque fois, que Konios ne change absolument pas de la première à la dernière page, que Golias doit grandir pour prouvuer qu'il est apte à régner mais quand il fait un pas en avant en faisant preuve de courage et d'altruisme il en fait deux en arrière à cause de son orgueil… Ceux que les dieux veulent condamner ils les frappent de folie, et force est de constater que le héros fait preuve d'hybris avant que le ciel ne lui tombe sur la tête ! (Finalement seule Aeréna évolue de manière sensée gagne en maturité et présente une évolution sensée)
Le gros souci de la série vient surtout d'un build-up à la fois bancal et basique (fuite, 1 épreuve/péripétie, réussite de la quête, 1 épreuve/péripétie, retour et conclusion), largement imputable aux lacunes de l'éditeur qui est parti pour 4 tomes, puis pour 3 tomes, ce qui a obligé les auteurs a changé leur fusil d'épaule et à accélérer l'histoire, avant de changer d'avis à nouveau en revenant à 4 tomes, ce qui a obligé les auteurs a encore changé leur fusil d'épaule pour intercaler un tome de transition avant la conclusion… C'est n'importe quoi et cela se voit en nuisant grandement à une série sympathique portée par les dessins impeccables de Jérôme Lereculey assisté aux couleurs de Stambecco, qui nous offrent des graphismes beaux, fluides et dynamiques parfaitement dans le ton de la Grèce de légende qui nous est contée (même si le tome 4 est un chouia en-dessous).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Erik35
  03 août 2017
OÙ L'ON SE CROIRAIT CHEZ LES ATRIDE.
Il ne fait décidément jamais très bon appartenir à une famille royale à l'époque de la mythique Grèce antique. Nous le savions déjà à la lecture du divin Homère, c'était un fait accompli chez Sophocle ou encore Euripide, c'est donc encore le cas lorsque le célèbre Serge le Tendre - La Quête de l'oiseau du temps - et le génial dessinateur du cycle Arthur (chez Soleil Celtique) ou du plus récent (et somptueux) Wollodrïn (chez Delcourt) s'emparent de l'époque dans un motif emprunt de magie, de rapports complexes entre hommes et dieux, de soif du pouvoir, d'amitié ou de haine, et de sexualité mortifère.
On suit ainsi les (més)aventures du jeune Golias, aîné tardif d'un père à la fertilité laborieuse et néanmoins Roi de l'île d'Ankinoë, orphelin d'une mère morte trop tôt, et frère de la ravissante et subtile Aeréna.
Le jeune homme rêve de voyage et d'exploits quand son gras et antipathique cousin ne songe qu'à marier, de force s'il le faut, sa cousine. Evidemment, le père de ce rejeton disgracieux n'est autre que le fils du frère puîné de Sa Majesté - à la triste figure, depuis le décès de son épouse tant aimée -, et ce frère plus jeune, velléitaire, fourbe, hypocrite, indélicat, perfide, et plus ! n'a, bien entendu qu'un seul but : devenir calife à la place du calife (pardon à René Goscinny pour cet emprunt indélicat).
Un peu de magie pour agrémenter : c'est un homme venu des confins de l'Afrique qui permet au roi de se guérir de son infécondité. Ce personnage de mage flegmatique et sage, nommé Sarhan, va à la fois devenir un des conseillers du père et le Mentor du fils. N'oublions pas non plus l'ami fort et fidèle - «avoir un bon copain, Voilà c'qu'il y a d'meilleur au monde» rappelle la chansonnette d'Henri Garat - pour compléter la fiche technique.
Mélangez un peu tout cela, ajoutez une goutte d'eau pour mettre le feu à la mer (méditerranée) - c'est l'affreux et obsessif cousin qui s'en charge - et vous obtenez une potion certes explosive mais un peu lourde, sans grande originalité ni surprise, sans désagrément non plus. On espère vivement que cet album ne soit qu'un passage obligé de présentation, d'exposition, pour plus nous amener à plus de vivacité, de véracité... A un peu plus de profondeur aussi : bien qu'attachants, on peine à croire aux personnages, taillés à la serpe, en dehors de celui de la jeune soeur, la seule qui bénéficie d'une personnalité sincère, évoluant au fil des événements.
Ni calamiteux, ni génial, cet album Golias, tome 1 : le roi perdu ne répond pas vraiment aux attentes lorsque l'on songe aux deux signatures proposées. Mais la dernière page de cette entame d'histoire mériterait, à elle seule, l'acquisition de l'ouvrage. C'est que M. Jérôme Lereculey est décidément doué, très doué... Son coloriste, Stambecco, qu'il ne faut surtout pas oublier, n'est pas un manche non plus !
Croisons les doigts pour la suite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Kenehan
  08 mars 2014
Golias, c'est l'histoire déjà-vu d'un roi et d'une reine qui ne peuvent avoir d'enfant avant de recevoir l'aide d'un sorcier.
Golias, c'est l'histoire déjà-vu d'un fils en conflit constant avec son père, le roi, jusqu'à ce que le destin ne les sépare.
Golias, c'est l'histoire déjà-vu d'un frère jaloux qui désire ardemment le trône au point de comploter contre toute sa famille et tenter de les éliminer.
Golias, c'est l'histoire déjà-vu d'un jeune homme qui s'embarque dans une quête avec l'espoir de restaurer la paix initiale à son retour sur l'île.
Beaucoup d'éléments peu originaux donc. On peut y voir un côté trop classique ou bien manquant d'audace. Mais c'est un premier tome, alors on peut tout de même espérer quelques idées originales pour la suite. D'autant que le résumé annonce une histoire se déroulant "dans une Grèce antique de légende". A moins que ce ne soit un motif pour s'affranchir de toutes limites historiques et laisser libre cours à une imagination inspirée plus directement par la mythologie.
Si l'histoire n'a rien de surprenant, elle nous fait passer un petit moment sympathique. Les dessins, colorés et doux, accompagnent le récit et constituent le petit plus de cette bande dessinée.
Je lirais la suite un de ces jours si j'en ai l'occasion mais pas je ne suis pas plus pressé que ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
celosie77
  18 mars 2019
Comme de nombreux héros mythologiques, Golias a eu une naissance remarquable. En l'occurrence c'est sa conception qui a été compliquée et qui a nécessité l'intervention d'un mage venu d'un lointain pays. Tant attendu par son père le roi Falstal, le jeune prince Golias ne cessera d'être traqué par son oncle et son cousin qui, eux, se seraient bien vu s'emparer du trône. (bizarrement, ils attendent cependant tous qu'il ait 16 ans pour essayer de se débarrasser de lui, mais bon, passons...)
Un épisode de mise-en-place des plus classiques, donc, avec intrigues, complots et manigances pour évincer Golias, et je ne suis franchement pas convaincue. Pourtant il y a tout ce qu'il faut : dessins et couleurs impeccables, jolies filles, beaux garçons, aventures, une pointe de fantastique, des références à la mythologie... Il manque donc peut-être sans doute l'empathie pour un Golias trop lisse et un intérêt pour cette histoire dans laquelle je ne suis pas vraiment entrée.
Commenter  J’apprécie          40
Parthenia
  30 août 2013
Le roi Farstal, selon les traditions de son peuple, n'a plus que deux ans pour donner un héritier au trône d'Ankinoë; passé ce délai, il devra céder sa couronne à son amibitieux frère Polynos.
Jusqu'ici, les guérisseurs qui se sont risqués à soigner la stérilité de la reine, ont tous échoué et l'ont payé de leur vie. Mais l'arrivée du mage nubien Sarhan redonne espoir aux deux époux royaux, qui finissent par engendrer Golias, le successeur désigné du roi, et Aeréna, princesse aussi belle que sa mère.
16 ans plus tard, les ambitions de Polynos n'ont guère faibli, et le prince félon décide de forcer le destin...
Les magnifiques première et quatrième de couverture m'avaient laissé présager une plongée enchanteresse au sein de la Grèce antique, mais je dois avouer que si la lecture fut plaisante, elle n'en reste pas moins décevante et sans surprise...
La faute selon moi à des personnages trop manichéens et stéréotypés et à une histoire trop prévisible.
Les méchants sont laids (mention spéciale au cousin Varon, adipeux et libidineux, veule et répugnant) et les gentils beaux ! J'aurais aimé un peu plus de profondeur dans les personnages et de complexité dans la trame scénaristique, j'aurais aimé que certains passages soient plus développés (par exemple, que l'on en apprenne davantage sur les machinations de l'oncle Polynos). de plus, les thèmes sont assez convenus : la rivalité de deux frères pour le pouvoir, un complot, une trahison. Cela ne me gêne pas en soi-même, mais le traitement ne laisse place à aucune révélation surprenante, ni aucun suspens. Je reste donc un peu sur ma faim même si le rythme de la narration est enlevé et agréable...
Côté dessin, j'ai apprécié le trait précis du dessinateur qui nous offre des personnages aux visages réalistes et expressifs, ainsi que des décors détaillés. le découpage et le cadrage donnent du rythme à l'histoire.
Pour conclure, une lecture à la fois distrayante et frustrante. le potentiel est un peu gâché à mes yeux par une narration un peu trop linéaire et quelques poncifs, mais je sens que je ne pourrai pas m'empêcher de lire la suite en espérant cette fois être surprise !
Lien : http://parthenia01.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (4)
BulledEncre   19 octobre 2012
Serge Le Tendre mêle des sentiments humains très forts comme la jalousie entre frères, le désir de pouvoir ou encore la trahison avec parcimonie donnant ainsi toute sa force à l’histoire. Le dessin précis de Jérôme Lereculey (Arthur), un habitué des légendes, donne corps à ce récit de très belle manière.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BoDoi   15 octobre 2012
Voilà un début de saga antique bien troussé, sans défaut véritable, mais sans surprise non plus.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   01 octobre 2012
La narration n’est pas désagréable, proposant une intrigue bien construite et rythmée, seulement celle-ci n'a rien de très surprenant (un complot familial pour le pouvoir) et est dépourvue du suspense qui aurait un peu épicé la lecture [...]. Ce côté linéaire n’est pas compensé par le charisme des protagonistes.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   20 septembre 2012
Un récit fort passionnant, qui s'avère être une très bonne histoire d'aventures. […] La lecture de ses planches se fait avec un certain plaisir [car le dessinateur] a su donner vie à cet univers avec un certain savoir-faire qui risque d'en surprendre plus d'un !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   05 mars 2017
- Tu insinues que c’est de ma faute si la reine ne me donne pas d’enfants ?
- Les lois de la nature sont parfois capricieuses.
Commenter  J’apprécie          170
AlfaricAlfaric   11 mars 2017
[Aeréna] Décidément, non. Je ne comprendrai jamais les garçons. Ils passent leur temps à se pavaner devant les filles, ou à se battre pour un oui ou pour un non.
Commenter  J’apprécie          120
Erik35Erik35   02 août 2017
- Tu as as raison d'avoir peur, mon enfant.
Conserve-là précieusement, cette peur... Elle sera ta seule compagne jusqu'au retour de ton cher frère.
Car dès demain, tu feras partie des esclaves du nouveau Roi d'Ankinoë, ha ha ha !
Commenter  J’apprécie          80
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   01 novembre 2013
Seules les Moires, filles dela nuit, connaissent notre destin. A chacune de nos vies, elles ont rattaché un fil qu'elles mesurent et coupent au gré de leur humeur.
C'est pourquoi nous vivons dans l'ignorance mais aussi dans l'espérance.
Commenter  J’apprécie          50
CielvariableCielvariable   08 janvier 2019
L'une de nos traditions dit que si le roi reste sans descendance mâle avant sa cinquantième année, il est destitué. Et la reine n'a plus que 2 ans pour lui donner un héritier. Mais rien n'y fait, ni potion, ni philtre ... son ventre reste désespérément stérile.

-Il y en a un qui pavoise, c'est Polynos, le frère du roi. Depuis des années, ce fourbe ne rêve que de s'assoir sur le trône.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Serge Le Tendre (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Le Tendre
La série culte de l'héroïc-fantasy est de retour ! Voici le nouvel album d'Avant la Quête, le prequel de la Quête de L'Oiseau du Temps, par Serge le Tendre, Régis Loisel et David Etien
Voir la BD : https://www.dargaud.com/bd/Quete-de-l-Oiseau-du-Temps-La/La-Quete-de-l-Oiseau-du-Temps-Avant-la-Quete/La-Quete-de-l-Oiseau-du-Temps-Avant-la-Quete-tome-6-Kryll
autres livres classés : grèce antiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3623 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre