AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Clémentine Beauvais (Collaborateur)Timothée de Fombelle (Collaborateur)Anne-Fleur Multon (Collaborateur)Carina Rozenfeld (Collaborateur)Stéphane Servant (Collaborateur)Anne-Laure Bondoux (Collaborateur)Julia Thévenot (Collaborateur)Flore Vesco (Collaborateur)Thomas Scotto (Collaborateur)Marie Desplechin (Collaborateur)
EAN : 9782957328703
224 pages
Editions du Grand Peut-Être (02/12/2020)
4.42/5   117 notes
Résumé :
Au début de Qui es-tu Alaska ? (John Green, 2007), le héros, Miles, quitte le domicile familial. "Pourquoi ? " demandent ses parents à qui il répond : "François Rabelais, le poète, a dit sur son lit de mort : "Je pars en quête d'un Grand PeutEtre. " Voilà ma raison. Je ne veux pas attendre d'être mort pour partir en quête d'un Grand Peut-Etre". Ce "Grand Peut-Etre" , c'est celui de l'adolescence, ce moment très intense durant lequel tout est encore possible.
... >Voir plus
Que lire après En quête d'un grand peut-êtreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
4,42

sur 117 notes
5
22 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Après Tout sur la littérature jeunesse, nous poursuivons cette semaine de bloganniversaire placée sous le signe des littératures adressées à la jeunesse avec un guide plus spécifiquement consacré à la « littérature ado ». Je devrais plutôt dire « le » guide car à ma connaissance, c'est le premier ouvrage de ce type alors que cette littérature ne cesse de prendre de l'ampleur. Tom et Nathan Lévêque ont su identifier cette lacune et contribuer à combler ce vide. Blogueurs depuis leur propre adolescence, puis acteurs du secteur (l'un chez Sarbacane, l'autre chez Babelio), les deux frères nous entraînent sur les sentiers d'une littérature qu'ils préfèrent définir par son « intensité » que par une tranche d'âge dans laquelle elle ne se laisse pas enfermer.

Comment s'est constituée ce qu'on appelle aujourd'hui la littérature ado ? Dans quelles conditions les textes adressés à cette tranche d'âge ont-ils surmonté les intentions éducatives initiales pour aller vers quelque chose de plus rugueux et subversif – de plus littéraire en un mot ? Cette histoire, présentée de façon claire et attrayante, est très intéressante car elle reflète la reconnaissance de l'adolescence et de la jeunesse comme un âge en soi.

J'ai également pris un grand plaisir à suivre les questionnements sur ce qui constitue la littérature ado. Son évolution ne tend-elle pas vers un décloisonnement par rapport à la littérature « générale » ? Si elle est traversée par des questions autour de l'identité et une créativité extraordinaire – peut-être due à sa marginalité, comme le suppose Coline Pierré p. 40 – elle est présentée (de façon convaincante) comme une littérature complète où tous les genres se mêlent. Pour autant, on comprend en lisant Clémentine Beauvais (p. 54-57) l'intérêt d'une littérature clairement adressée aux jeunes – que nombre d'adultes moins jeunes continuent d'aimer lire ! Et on réalise que ce territoire littéraire marqué, donc par une intensité et une créativité hors du commun, a de quoi contribuer à nourrir la littérature générale et de genre…

Dans ce guide, vous trouverez également 100 incontournables désignés par un collectif très large. de quoi amorcer son expédition en littérature ado en terrain sûr pour mieux pouvoir ensuite s'aventurer seul hors de ce sentier. Mes moussaillons et moi en avions lu 51, tout de même, très différents mais tous de chouettes livres. J'ai apprécié de trouver un nombre significatif de titres venus de l'étranger, comme par exemple Coeur d'encre, de Cornelia Funke ou Signé poète X, d'Elizabeth Acevedo. Nous n'allons donc pas nous priver de piocher dans cette sélection, qu'il serait intéressant de compléter un jour par une liste composée par des ados eux-mêmes. Les identités singulières des prix Goncourt « adulte » et « lycéen » montrent que le résultat pourrait être aussi différent qu'intéressant.

Plus subjective, la suite scrute les liens entre littérature ado et société : quels sont les facteurs sociaux qui travaillent cette littérature, prise entre des attentes contradictoires ? Comment les grandes questions comme la famille, la sexualité ou la mort y sont-elles abordées ? Certains sujets sont-ils tabous ou tordus ? Quand je parle de subjectivité (ce n'est pas une critique), c'est notamment en pensant aux thématiques retenues (on aurait pu aussi bien parler de la violence, de la pauvreté, du changement climatique ou des addictions) et à l'engagement du propos (en faveur d'une littérature plus diverse et inclusive, contre l'imposition de prescriptions, etc.). Des débats qui animent les passionné.e.s, notamment sur les réseaux sociaux. Ces pages permettront aux non-initié.e.s de retracer les principaux arguments. Tout en étant sensible à ces thématiques et en me retrouvant globalement dans les valeurs prônées, j'y ai un peu perdu de vue la dimension littéraire, les émotions, le plaisir de lire.

Ce plaisir est, en revanche, palpable et communicatif dans les entretiens réalisés avec les acteurs et actrices de la création et de la prescription. de beaux parcours et impressions qui présentent un monde à la façon d'un kaléidoscope. Mais là encore, quitte à assumer un prisme personnel et subjectif, il me semble qu'il aurait été chouette d'y faire une place à des lecteur.ice.s ados.

Un ouvrage beau et stimulant, dont les pages vibrent de la passion des auteurs et qui ouvre une brèche. Il semble bien parti pour contribuer à faire toute sa place à la littérature ado.
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
Commenter  J’apprécie          432
Mise à part cette imbuvable écriture inclusive dans laquelle les auteurs ont choisi de s'engouffrer, je peux dire que cet ouvrage est d'une grande qualité. D'abord, il est écrit par deux passionnés – dont je n'ai pas honte de dire que je ne les connaissais pas – et cela se sent vraiment. Ils ont d'ailleurs invité pour construire ce livre avec eux d'autres passionnés et spécialistes, et l'enthousiasme des uns et des autres quant au sujet, la littérature ado, est un réel plaisir pour le lecteur. Ensuite, il est unique en son genre. La littérature jeunesse est une littérature récente et la littérature ado ou « young adult » - la question de la terminologie est d'ailleurs abordée – parfois encore mal définie. On ne connaît pas d'ouvrage qui aborde cette catégorie littéraire alors même qu'elle a vu son développement exploser ses dernières années. Alors, rien que pour cela, que Tom et Nathan Lévêque soient remerciés et félicités ! Entrons un peu dans le détail… L'ouvrage alterne très intelligemment, de manière à éviter toute lassitude, apports théoriques riches, présentation de figures évoluant dans le domaine de la littérature ado, nouvelles inédites ou encore mise en valeur d'oeuvres phares. Les apports théoriques sont classés en quatre grands points : « 01. Historique », « 02. Littérature ado : quelles frontières ? », « 04. Une littérature complète » et « 05. Les chemins de la littérature ado », tous passionnants et empreints d'une grande clarté. La troisième partie est dédiée aux « incontournables » et je peux vous garantir que ces quelques pages vont devenir un repère précieux pour moi car, si j'affectionne particulièrement la littérature ado, je suis bien loin d'avoir lu tous les titres mentionnés. Un très court résumé est proposé, donnant à chaque fois envie de plonger encore et encore le nez dans des pages que l'on aurait tort de penser qu'elles ne nous sont pas destinées, à nous, adultes. D'ailleurs, les idées de lecture foisonnent dans tout le livre, et pas seulement dans cette troisième partie et l'effet est toujours le même, l'envie de noter, ce qui est bien sûr inutile puisque je vais garder ce livre comme un trésor. Il n'y a pas de révélations qui pourraient gâcher le plaisir de la lecture, à l'exception d'un passage consacré à la mort, mais les auteurs ont pris soin de le signaler et ne lisent que ceux qui le veulent bien. J'ai lu ce passage pour ma part, estimant qu'allaient y être abordées des oeuvres que j'avais déjà lues et que, à travers la masse d'informations, il me serait dans tous les cas impossible de me souvenir de ces morts, plus tard, quand je découvrirais les oeuvres en question. La série de « portraits » apporte quelques chose en plus à cet ouvrage, c'est une très bonne idée. Qui mieux que les acteurs du livre – écrivains, éditeurs, libraires, bibliothécaires, professeurs – pour parler avec passion de cette littérature ado ? Quant aux douze nouvelles insérées au fil des pages, elles sont agréables à lire même si elles ne sont pas toutes de la même qualité. Elles sont très frustrantes aussi, on n'aurait aucun mal pour certaines à imaginer un sujet de roman, mais ça, c'est un autre débat ! Un dernier mot enfin pour complimenter les choix de mise en page qui font que cet ouvrage, en plus d'être très intéressant, est particulièrement agréable à feuilleter.
Un très grand merci à Babelio et aux Editions du Grand Peut-Être pour l'envoi de ce livre !

Lien : http://aperto-libro.over-blo..
Commenter  J’apprécie          4510
Une impression de malaise (de colère aussi d'avoir tant attendu que ma commande soit honorée): que m'apporte de nouveau cet éclairage à la torche de jumeaux de 23 ans; ils ont dix ans de lecture ado et jeunes adultes; cette absence de recul est compensée par de nombreux collaborateurs; le vocabulaire est à la mode, plein d'anglicismes: sick-lit, disclaimer, side hick, own voices, fanfiction, fandom; il y en a que je n'ai pas compris: scrollent, lifrejole. Les auteurs "témoignent du besoin grandissant d'imaginer une langue non-genrée qui soit vraiment inclusive." Je n'éprouve pas ce besoin...il ne manquait plus que le terme de "racisé" pour faire dans le vent.
Depuis qu'à quarante cinq ans, après 20 ans d'ENI où je m'intéressais à l'apprentissage de la lecture et à la littérature enfantine, j'ai demandé un CDI de collège, j'ai découvert la littérature ado avec enthousiasme: j'ai lu tout ou presque de ce qui paraissait à l'époque: je voulais aider les collégiens à trouver leur livre-déclic; nous discutions beaucoup ; souvent ils découvraient qu'ils pouvaient se retrouver dans des bouquins et s'apercevaient qu'ils n'étaient pas seuls à éprouver ce qui les troublait; d'autres s'intéressaient au monde et découvraient que des livres pouvaient les aider dans leur quête; on présentait les livres selon leurs goûts et leurs intérêts (des profs de français et d'histoire nous aidaient).
Ma formation de philosophe, mon enseignement de la socio-psycho-pédagogie m'ont conduites à vouloir approfondir: j'ai fait des stages de littérature-jeunesse, j'en ai co-animé ensuite; j'ai écrit pour l'Ecole des Lettres dans le numéro de janvier 93Lire avec les adolescents: j'essayais de répondre à la question: pourquoi devraient-ils lire? En écho aux lamentations: ils ne lisent plus. En fait, ils lisaient en général mais pas ce que les prescriptions étroites voulaient qu'ils lisent. Il se disait que le plaisir de lire n'était éprouvé que par 20 à 30% des jeunes!!
Pour un autre article, j'ai comparé point par point deux collections: Medium (Ecole des Loisirs) et Page Blanche (Gallimard); cette dernière a disparu. D'autres éditeurs proposaient des "séniors"! le travail serait à refaire avec des collections récentes.
Pendant quelques années, j'ai participé à un comité de lecture ado de la Médiathèque départementale: on nous présentait les nouveautés que nous étions invité à emprunter et à présenter à la séance suivante: on en discutait avec des élèves au CDI; leurs avis étaient parfois surprenants mais toujours intéressants. Plus tard, j'ai été "cooptée" par les Rêveurs de l'Odyssée en tant qu'ado ( malgré mon âge).
Et je lisais tout ce qui s'écrivait et m'aidait à approfondir ma perception de la littérature ado (j'ai découvert en Angleterre les apparitions de la littérature young adult) les frontières sont si poreuses que j'ai gardé un spectre large de 12 à 16/18 ans. J'ai lu Je suis un écrivain jeunesse de Christian Grenier et les livres de Marie-Aude Murail (trois au moins )Deux amis précieux!
Tout ceci pour dire que ce guide n'est qu'un nouvel outil parmi d'autres; original par son look, étonnant par l'intégration de nouvelles et de portraits, par la place de la blogosphères (cela m'a parfois semblé être du niveau des micro trottoirs) . J'ai lu une soixantaine des 100 incontournables, en ne distribuant pas les torches de la même manière , j'en ai prévu encore une dizaine; les autres ne m'attirent pas. J'ai ma dose de fantastique avec mon dernier groupe d'échanges; les membres ont de 20 à 30 ans et s'ils sont de grands lecteurs, ils ont plutôt des professions non littéraires.
Dans ce guide, il est fait allusion à une problématique émergente, appelée ici les own voices, pas encore assez réfléchie au point de se tromper de cible: il est idiot de reprocher à des auteurs de ne pas être homosexuel pour aborder le sujet, de ne pas être noir ou asiatique, métis, esclave, femme etc pour traiter ces thèmes dans les romans...en revanche débusquer les clichés, oui. Souvent des auteurs disent qu'ils donnent la parole à ceux qui ne l'ont pas; c'est déjà bien mais on pourrait susciter, encourager des auteurs concernés et leur donner une visibilité; cela va dans le sens de la diversité de cette littérature.
J'espère qu'il y aura une suite laissant une place aux lecteurs non blogueurs, aux enseignants férus de littérature ado...et une plus grande place à la réflexion et la recherche d'informations: j'ai repéré de mon point de vue subjectif des manques: je suis des Hauts de France et ne voir mentionner que les Hallienales m'a consternée, certes il est consacré à l'Imaginaire si cher à Babelio mais il y a depuis longtemps des salons de littérature jeunesse à Valenciennes et Douai et les salons généralistes de Wavrin, Loos et Bondues (j'en oublie) font une large part à la littérature des tout-petits aux jeunes adultes.
Autres manques: Olivier Adam qui depuis 2000 a écrit de nombreux livres en plus de ses livres pour adultes: je n'ai pas vu son nom; il manque aussi Fanny Chiarello qui est une des premières à aborder l'homosexualité féminine (il y en a d'autres et j'avais aussi écrit un article là dessus, évoqué longtemps dans Google, me gênant un peu car je ne voulais pas apparaître comme spécialiste du sujet)
Livre utile pour débuter mais à creuser.
Commenter  J’apprécie          173
J'ai suivi Tom et Nathan Lévèque depuis le début de leur aventure sur Kiss Kiss Bank Bank et attendais impatiemment la publication de leur guide de littérature ado. Et c'est en quelques jours que j'ai dévoré cette Bible.

Je ne sais ce qui m'a plu le plus, de la liste des 100 livres incontournables (ou comment rallonger son pense-bête de plusieurs dizaines de romans), des portraits d'auteurs ou de professionnels de la littérature ado, ou encore des nouvelles de grands noms de plume (j'ai adoré celle de Clémentine Beauvais - tendre et drôle, celle de Timothée de Fombelle - poétique et lumineuse, ou encore celle de Stéphane Servant que je découvrais pour la 1ère fois).

Dans cet ouvrage, les frères Lévèque tentent de définir ce qu'est la littérature ado. Cela n'est pas simple tant les frontières sont floues avec la littérature jeunesse et la littérature adulte. Les contours qu'ils esquissent sont cependant très pertinents : une littérature poléiforme d'une grande richesse dans ses thèmes même si l'on retrouve bien souvent au coeur de ces romans la famille, la quête initiatique et la révolte (intime et structurelle).

Il n'y a qu'une seule chose qui m'ait chagrinée, c'est le choix de l'écriture inclusive que je trouve complètement rédhibitoire. Sans remettre en cause le principe de l'égalité des sexes qui me tient à coeur, l'écriture inclusive me demande un effort de lecture pour m'imprégner du sens. Mon oeil s'accroche indubitablement sur le doublement systématique des noms ou pronoms ("ils et elles", "les auteurs et les autrices"...) et sur le décryptage des adjectif rédigés masculin.féminin.pluriel. Je n'ai pas cessé de penser à tous ceux qui souffrent de troubles dys : la lecture est déjà compliquée pour eux, autant dire que les ouvrages en écriture inclusive leur sont complètement fermés... Quel dommage !
Commenter  J’apprécie          210
J'avais participé avec enthousiasme au financement de la campagne pour ce guide de littérature ado, que je n'ai toutefois pas lu tout de suite.

Ce livre, élaboré par les jumeaux Tom et Nathan Lévêque, notamment connus sur bookstagram, est un guide de littérature ado. On y trouve des références littéraires, des nouvelles inédites écrites par des auteur•rices de littérature ado, des interviews, des thématiques mais aussi surtout un historique et des réflexions autour de la littérature ado.

J'ai beaucoup aimé le format du livre, qui est bien illustré et agréable à lire. J'ai mis plusieurs mois pour terminer cet ouvrage, pas parce qu'il ne me plaisait pas, mais parce que ça n'est pas le genre de livre qu'on lit d'une traite. le contenu était très intéressant et très riche, et on sent que les auteurs sont des amateurs de la littérature ado et qu'ils la défendent.

C'est très appréciable parce qu'ils nous offrent leur regard de lecteurs - mais aussi de booktubeurs et bookstagrammeurs - sur cette littérature souvent méprisée. Il n'y a pas de paternalisme ou de condescendance dans leur manière de traiter la littérature ado et c'est ce que j'ai aimé. de plus, les interviews de professionnel•les et les interventions d'autres influenceur•euses littéraires permettent d'avoir plusieurs points de vue.

C'est un guide très riche et bien fourni, que j'ai pris plaisir à lire, et qui m'a fait découvrir pleins de titres prometteurs ! Cet ouvrage parle de littérature ado avec un regard critique sans se montrer condescendant. Un ouvrage à lire et à réouvrir pour le feuilleter !
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
La littérature ado n'est pas un genre littéraire : (...)

En explorant un peu la liste des 100 incontournables au chapitre suivant (page 62), on remarque ainsi l'éclectisme des genres qui composent cette littérature : roman intimiste, fantasy, fantastique, post-apocalyptique, dystopie, uchronie, western, historique, policier, science-fiction, conte, etc. (...)
La littérature ado est donc une littérature complète, composée de beaucoup de genres littéraires différents - ce qui explique qu'il est difficile, comme en littérature générale, d'en définir les frontières.(p. 37 - p. 38)
Commenter  J’apprécie          70
[Portrait Christine Baker]:

La littérature ado, "c'est la nouvelle littérature populaire" analyse Christine Baker. Selon elle, c'est une métaphore de notre société : "on est autonomes de plus en plus tard et comme toutes les intensités de la littérature ado reflètent notre monde, elle nous parle aussi de plus en plus tard." (...)

"Peut-être est-ce très adolescent, d'être ainsi passionnée par un personnage, qu'il soit d'aujourd'hui ou d'ailleurs."

(p. 29)
Commenter  J’apprécie          92
Sommaire :

Introduction ;

01 - HISTORIQUE :
. Historique : Focus - Comment Harry Potter a changé la littérature ado ;
Frise chronologique ;
[Portrait Christine Baker] ; [Portrait Véronique Durand].

02 - LITTERATURE ADO : QUELLES FRONTIERES ?
. Une littérature complète ;
[Portrait Cécile Térouane] ;
. La littérature young adult : une littérature de passage ?
[Portrait Sylvie Gracia] ;
. Pourquoi lire de la la littérature ado quand on est adulte ?

03 - LES INCONTOURNABLES :
. Les 100 incontournables ;
[Portrait John Green] ;
[Portrait Christelle Dabos ] ;
. Nos coups de coeur ;
[Portrait Martin Page et Colie Pierré] ;

04 - LITTERATURE ADO ET SOCIETE :
- La famille ;
[Portrait Marie-Aude Murrail] ;
- Littérature et protection de la jeunesse : des enjeux contraires ?
Focus : la loi de juillet 1949 ;
. La sexualité, tabou ultime ;
. La révolte ;
Diversité et représentations en littérature ado ;
. Un monde en crise : la question des migrations ;
. La mort.

05 - Entrer en littérature ado :prescription et anticipation :
[Portrait Simon Roguet] ;
[Portrait Céline Bouju] ;
[Portrait Claire Rouveron] ;
[Portrait Ambre Belmont] ;
Focus : une littérature qui ne fait pas bonne presse ;
. C'est quoi, une bonne couverture ?
Focus - Réseaux sociaux littéraires: la prescription a de l'avenir ;
. Un territoire de créativité et d'innovation ?
[Portrait Myriam Touche] ;
. Une exploration collective de la littérature ado ;
[Portrait Sonia de Leusse-Le Guillou] ;
. Transcender la lecture .

Conclusion et bibliographie.

BOITE A OUTILS :
Vous recherchez des conseils de lecture ...
. Presse - ; . Blogs, Booktube, Bookstagram ; - Prix de littérature ado ;
Vous voulez rencontrer ceux et celles qui font la littérature ado ..
- Salons du livre pour ados ;
Vous êtes auteur-rice... :
. Des ressources en tant qu'auteur ou autrice - . Maisons d'édition.
Commenter  J’apprécie          10
Une littérature de l'intensité: (...)

Quelques penseurs et penseuses de la littérature ado emploient le terme "d intensité" - et c'est celui que nous rejoindrons -. Cette approche des limites de la littérature ado va chercher son essence dans celle de l'adolescence : n'est-ce pas l'âge des grandes premières fois (mais aussi dernières) et des émotions poussées à leur paroxysme ? La littérature ado, des romans "miroirs" aux sagas fantastiques en passant par les romances ou les récits historiques dépint, fait (re)vivre et éprouve cette intensité que l'on ressent à l'adolescence.
Elle est donc aussi "beaucoup lue par les adultes parce qu'à tout âge les lecteurs et lectrices vont de reconnaître dans ces moments d'intensité si passionnés propres à l'adolescence qu'ils et elles ne trouvent pas dans la littérature "vieillesse" [...].
C'est une littérature qui aprle beaucoup de nouveauté. elle est donc dans sa grande majorité empreinte de sens pour des gens qui traversent des époques où physiologiquement et dans leurs expériences, il y a des changements et des nouveautés majeurs." 1 (...)

1. C. Beauvais, "Dis, Clémentine Beauvais, c'est quoi la littérature ado ?", Boîtamo, le 19 novembre 2017, sur Youtube.

Tom et Nathan Lévêque.

(p. 9 à p.10)
Commenter  J’apprécie          10
Ma conclusion générale tient en une phrase : les adultes doivent apprendre à accepter l'existence d'une littérature d'excellence dont ils et elles ne sont pas les destinataires privilégiés
Commenter  J’apprécie          123

autres livres classés : littérature pour adolescentsVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (353) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1504 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..