AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Claude Auger (Traducteur)
EAN : 9782070622054
624 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (15/01/2009)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 869 notes)
Résumé :
Meggie, douze ans, vit seule avec son père, Mo. Comme lui, elle a une passion pour les livres. Mais pourquoi Mo ne lit-il plus d'histoires à voix haute ? Ses livres auraient-ils un secret ? Leurs mots auraient-ils un pouvoir ? Un soir, un étrange personnage frappe à la porte. Alors commence pour Meggie et Mo une extraordinaire aventure, encore plus folle que celles que racontent les livres. Et leur vie va changer pour toujours...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (167) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  28 décembre 2013
Ce roman jeunesse, publié en 2003 et illustré par l'auteur elle-même, met en scène Meggie Folchart, adolescente, et son père Mortimer "Mo", relieur de métier et amoureux de l'objet livre. Il a transmis cette passion à sa fille. Il cache néanmoins un grand secret qui, comme tout secret, finit par se savoir (sans quoi, le roman n'aurait guère avancé). Il est une "Langue Magique": il peut faire sortir des éléments et des personnes des livres lus à haute voix. Dans une notion d'échange équivalent, des éléments de notre monde partent dans ce livre. c'est ainsi qu'il a "perdu" sa femme lorsque Meggie étatit bébé, dans un livre de fantasy du nom de "Coeur d'encre". Sont sortis de notre côté des personnages, forcément, peu fréquentables. Et débute alors la grande aventure.
L'Allemande signe ici un roman fabuleux, palpitant à souhait, pleind e rebondissements. Mêlant fantasy et quotidien, elle nous invite dans un univers à la frontière des livres et de la réalité.Les personnages sont bien identifiés, traités en profondeur. On n'est pas dans un schéma bons/méchants tranchés, chacun évoluant avec sa part d'ombre et de lumière.
Au-delà de la narration domine les livres et l'amour qu'ils suscitent. qu'il soit tendre et réparateur (Mortimer, Meggie)ou fou (la tante Elinor, personnage haut en couleur). Les livres dépassent ici la notion d'objets et deviennent des portes, des complices, des amis face aux avanies du destin. Mais ils apportent également le danger avec de sombres personnages tels que Basta ou Capricorne.
On ressort de ce roman avec de la magie plein les yeux, une envie de pouvoir également faire sortir nos héros de nos livres préférés. Et surtout, un amour revivifié, si besoin en est, de cet étrange et compact objet qu'on appelle "livre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Foxfire
  15 mai 2019
C'est Mladoria qui m'avait parlé de cette trilogie jeunesse qui dormait dans sa PAL, je me suis alors renseignée et la couverture ainsi que l'argument ont achevé de me convaincre d'en faire l'acquisition. Peu de temps après, Mladoria a initié une lecture commune sur ce 1er volet avec moi et d'autres babéliotes-trolls. Finalement, ce premier tome de la trilogie est plaisant mais très imparfait. Il y a des défauts importants dans ce roman.
Un roman jeunesse fantastique dans lequel les livres jouent un rôle important, voilà qui avait de quoi me séduire. Cet aspect du roman est d'ailleurs très réussi et l'histoire est intéressante. Mais malgré cela mon plaisir de lecture a été amoindri en raison des faiblesses du roman.
Si l'argument est intéressant, le traitement est loin d'être parfait. Il y a beaucoup, beaucoup de longueurs dans « Coeur d'encre ». J'ai parfois trouvé le temps long au cours de ma lecture, tout particulièrement vers le milieu du roman où l'intrigue patine sévèrement. le récit aurait gagné en efficacité s'il avait été élagué d'au moins une centaine de pages. Par ailleurs, j'ai aussi trouvé des faiblesses dans la caractérisation de certains personnages, Mo et l'écrivain sont assez fades, Capricorne est un méchant qui manque un peu de charisme. Certains personnages sont même, selon moi, assez inutiles. C'est le cas notamment d'Elinor qui n'apporte pas grand-chose.
Mais ne vous inquiétez pas tout n'est pas raté dans « Coeur d'encre », le roman a aussi des qualités qui en font une lecture agréable. A côté des personnages manquant d'épaisseur, on en trouve d'autres qui sont, eux, très réussis. En premier lieu, Meggie qui est une jeune héroïne attachante. C'est une jeune fille sensible sans être mièvre, courageuse tout en étant crédible, intelligente et cultivée. Je regrette simplement qu'elle ne soit finalement pas plus actrice de l'action, mais ça c'est à imputer à une faiblesse dans la façon de construire et mener l'intrigue plutôt qu'à une mauvaise caractérisation du personnage. Je la sens vraiment prometteuse (à voir dans les autres tomes donc). J'ai beaucoup aimé le personnage de Basta. Voilà un méchant efficace mais pas totalement manichéen et qui a de la profondeur malgré la brièveté de ses apparitions. Farid est aussi un chouette personnage et j'ai beaucoup aimé sa relation avec Doigt de Poussière. Ce dernier est d'ailleurs incontestablement mon personnage préféré. Doté d'un fort charisme, d'une aura particulière, il apporte beaucoup d'intensité à chaque fois qu'on le voit et il réveille le récit.
L'écriture de Funke est agréable et soignée. Elle respecte ses jeunes lecteurs et leur propose un roman bien écrit.
J'ai donc passé un moment agréable avec ce « Coeur d'encre » malgré ses défauts de narration. Je ne vais pas enchaîner immédiatement sur le 2ème volet mais il ne fait aucun doute que je lirai l'ensemble de la trilogie. Je vais juste laisser passer un peu de temps mais ce sera avec plaisir que je retrouverai Meggie qui, je l'espère, s'étoffera dans le 2ème tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Shan_Ze
  20 mai 2019
Meggie, douze ans, vit avec son père, Mo dans leur maison remplie de livres mais un soir, une étrange personne fait irruption chez eux. Ils partent alors chez une vieille tante et c'est le début pour eux d'une grande et longue aventure parmi les livres...
Contente d'avoir faire cette lecture commune et avoir pu partagé nos impressions ! Surtout sur un livre parlant de livres... J'ai aimé les références et les citations d'autres livres d'aventures, ça m'a permis de voyager dans des mondes incroyables.
L'histoire débute assez rapidement, on rentre dans l'action : des méchants qui veulent un livre, c'est assez étonnant, on se demande ce qu'il a de particulier, j'ai d'abord à un livre précieux, rare (dans un sens c'est vrai) mais le mystère s'éclaircit et on comprend le secret de ce livre... j'avoue que j'ai été la découverte de ce roman jeunesse.
Par la suite, on retombe dans l'attente, les personnages sont souvent emprisonnées, il n'y a que peu d'évolution, je me suis un peu ennuyée. La fin relève un peu cette seconde partie monotone mais les actions n'en sont pas pour autant relevées.
Les personnages sont bien décrits même si j'avoue que je n'ai pas trop aimé Elinor (sauf pour l'intérieur de sa maison et quand elle découvre que...), Meggie est bien vaillante même si elle est parfois pas très maligne (son jeune âge l'explique). Je pensais qu'on verrait plus Langue Magique mais finalement, il est un peu trop en retrait... J'ai été frustrée du manque de repères spatiales, par les descriptions, on dirait le sud mais quel sud ?
Dans l'ensemble, j'ai apprécié cette lecture même s'il manque un peu d'action, surtout du côté des "gentils", beaucoup de moments sans beaucoup d'avancées. Je lirai sans doute la suite (le premier chapitre du deuxième tome était à la fin), je laisserai un peu de temps pour digérer ce premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
deidamie
  18 mai 2019
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, on va parler d'un roman jeunesse allemand, Coeur d'encre, de Cornelia Funke, lu dans le cadre d'une lecture commune et progressive en compagnie de nos copains les Trolls.
-J'ai arrêté de comprendre après « compagnie ».
-Un groupe de Babélionautes, horrifié par le système de groupes, a fondé un forum alternatif, où ils organisent des challenges et des lectures communes, ça s'appelle Les Trolls de Babel. Il y a de jolies sections, la présentation est propre, harmonieuse…
-Bon, t'es là pour faire de la pub ou pour parler du bouquin ?
-Pardon. Or donc Meggie, douze ans, vit seule avec son père, Mo, un réparateur de livre. Une nuit, un mystérieux inconnu à l'étrange nom, Doigt de Poussière, se présente au logis avec des nouvelles contrariantes pour Mo. C'est le début d'une folle aventure pleine de mystère, de magie, de littérature et de méchants très méchants !
-On dit un restaurateur, Déidamie.
-Mais non, il ne sert pas à manger…
-Déidamie, on ne répare pas les livres, on les restaure ! Comme les tableaux !
-Ca mange quoi, un tableau ? Ah, je sais ! Des sardines, pour l'huile !
-Aaah, mais tu le fais exprès !
-Oui, là, j'avoue. Bref, reprenons. L'histoire se révèle prenante avec un début riche en questions sans réponses. le lecteur suit les choses avec le point de vue de Meggie, fillette curieuse qui exige – et à raison – de savoir. Pourquoi Mo s'appelle-t-il aussi Langue Magique ? Et pourquoi ne lit-il jamais d'histoires à voix haute ? Qui est Capricorne ?
-Oui, c'est très mignon, tout ça, mais moi, j'ai pas aimé le style.
-Ben quoi ? Il va bien, le style…
-Non. Je le trouve trop simple, trop limité. Moi, j'adore les figures de style, et quand je lis trois comparaisons d'affilée, je m'ennuie. J'ai l'impression que le texte est bridé par la répétition, c'est dommage.
-Ah ? Peut-être…
-Et puis, d'une façon générale, les dialogues m'ont déçue. Pas assez percutants, trop répétitifs, trop de « tu veux que je fasse un truc qui va pas te plaire ? » de la part des méchants. Basta, l'un des sbires, avait un peu de potentiel, mais finalement, il retombe comme un soufflé. Ensuite, le cliché « les méchants ne savent pas tirer », ça m'a agacée aussi : de quoi peut-on avoir peur, s'ils sont incompétents ?
-Oui, mais il y a une chouette aventure…
-Aaaaaaah ! Mais pourquoi ce rythme est aussi inégal ? On avance, on n'avance plus, on avance, on régresse et on stagne… l'histoire perd en souffle et en énergie. Quant aux personnages, ils restent un peu à l'état d'ébauche…
-Elinor est intéressante, quand même, avec son caractère bien trempé.
-Oui, elle donne une saveur douce-amère et relève un peu le texte… mais le reste…
-En tout cas, il reste une chose importante.
-Laquelle ?
-Ce roman rend hommage à la littérature. En la citant abondamment, pour commencer, et en proposant une jolie et poétique description du métier d'écrivain pour continuer.
-Sans doute, mais cela ne suffit pas à me convaincre de lire la suite. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
pititecali
  10 mars 2013
Mon avis : 5/5 Ce livre est un vrai petit trésor.
Je possède ce livre depuis mai dernier (mon anniversaire). Étant grande fan du film Coeur d'encre (avec Brendan Frasier) je savais que j'allais adorer. Mais bon, quand on connait déjà l'histoire, il est vrai qu'on est un peu moins pressé de se précipiter à sa découverte.
Aussi, quand on s'est rendu compte avec les trinomettes (Péléane et Lydie) qu'on l'avait toutes les 3 et qu'on avait toutes les trois envie de le lire, je dois dire que j'ai trouvé l'occasion trop belle pour la laisser passer.
Du coup, hop, aussitôt dit, aussitôt fait, on s'organise une lecture commune débutant le 1er mars. Perrine, Céline et Ambre se sont jointes à nous pour cette lecture.
Malheureusement, j'ai été un peu gourmande sur le mois de mars, et je n'ai pas pu attendre mes co-lectrices comme j'aurais dû le faire à chaque étape, car je devais absolument avoir fini ce livre aujourd'hui pour pouvoir démarrer ce jour une autre LC... Aussi, j'ai du larguer là la lecture commune, et essayer de me dépêcher toute seule pour le finir dans les temps. J'y suis arrivée, ouf !
Et bien entendu, dès que leurs chroniques seront disponibles, je vous en ferai immédiatement profiter !

Coeur d'encre, c'est définitivement et totalement le genre de livre qui me prend au coeur du premier au dernier mot. Je ressens toute la magie, tout l'émerveillement d'une gosse de 10 ans devant ce genre d'histoire.
Si ce livre n'a pas la mention "coup de coeur du Calidoscope", c'est uniquement la faute de la couverture. Couverture qui est jolie et sympathique, certes, mais qui aurait mérité tellement, tellement plus ! En effet, dans ce roman, les livres sont des objet tellement précieux, tellement magnifiques, des trésors dont on prend un soin infini, des outils magiques, des bijoux auxquels on confectionne les plus beaux écrins. Et là, je dois dire que cette couverture m'a un peu déçue. Elle aurait mérité d'avoir plu l'air "à l'ancienne", plus magique, plus merveilleuse. La couverture d'un tel roman aurait dû être époustouflante à mes yeux. Mais bon, elle n'est pas moche hein :D lol
Et il suffit d'ouvrir le livre, de déchiffrer les premiers mots, pour être complètement happé par un tourbillon de magie et de sensations, se retrouver plongé à l'intérieur du livre, à l'intérieur de l'histoire, ce qui est exactement ce qui se passe justement dans le roman. le livre prend vie, et la fiction se réalise presque sous nos yeux. Ça pourrait se rapprocher d'une mise en abyme au cinéma. En tout cas, c'est comme ça que je l'ai ressenti. J'avais l'impression d'avoir le vrai livre Coeur d'encre dont l'histoire traite entre les mains, l'impression qu'à tout moment, si je me mettais à lire à voix haute, j'allais voir surgir les personnages des pages noircies de mots puissants et magiques.
C'est difficile de vous expliquer tout cela, j'ai du mal à trouver les mots qui vous feront comprendre ce sentiment étrange que j'ai ressenti durant ma lecture, après tout, je ne suis pas écrivain, mais c'était absolument fabuleux.
Somme toute, l'histoire du livre et du film sont plutôt proches (encore une adaptation ciné que je pourrais qualifier de plutôt réussie donc). Désormais je n'ai plus que deux envies : revoir le film une énième fois, et démarrer le tome 2 le plus vite possible, pour avoir enfin de l'inédit à me mettre sous la dent.
Les personnages de Coeur d'encre sont hyper attachants. Ils ont un tel amour des livres, une telle passion pour les mots, un tel respect pour leur pouvoir. Leur plus grand plaisir est d'admirer une belle bibliothèque bien entretenue, avec de beaux livres joliment reliés, traités avec amour et douceur, on ne peut que les comprendre et les aimer, nous qui avons ce même amour pour la littérature, ces mêmes rêves de remplir nos bibliothèques de tant de trésors qu'on ne pourrait plus les compter, de voir nos enfants venir piocher dans nos romans pour ouvrir leurs esprits à des mondes merveilleux et fabuleux, et voir surgir de leur imagination les personnages les plus prodigieux !
Mo est le plus attachant, un vrai gentil qu'on adore adorer, Meggie est charmante, courageuse et incroyablement mature pour ses 12 ans, Resa nous serre le coeur, Elinor est la plus rigolote, avec ses répliques cinglantes de vieille fille, mais qui est au fond une personne vraiment adorable, Doigt de poussière apporte ce qu'il faut de mystère et de doute, Farid est drôle et délicieusement décalé, les méchants sont horriblement méchants et on les déteste de toutes nos forces...
Je m'emballe, je m'emballe, mais le fait est que j'ai tellement tellement aimé ce livre ! :D
Le style de Cornélia Funke est impeccable, irréprochable. Parfaitement adapté à n'importe quel lecteur, de l'ado de 12-13 ans, à l'adulte en mal de merveilleux. L'écriture est fluide, le texte se lit très vite, très facilement, sans aucun accroc. Chaque chapitre démarre sur la citation d'un roman jeunesse fantastique, qu'on connait ou pas, et j'ai tellement tellement aimé découvrir tous ces petits bouts de magie ! (Alors que généralement, les citations en début de chapitre me saoulent plus qu'autre chose, souvent je ne les comprends pas, et encore plus souvent, je les trouve totalement inadaptés et sans aucun rapport avec l'histoire du livre ou du chapitre) Ici, ils sont parfaitement choisis. Comme chacun des mots utilisés par l'auteure d'ailleurs. Chaque mot, chaque phrase est parfaitement en place, parfaitement utile, et sert merveilleusement le roman, aucun n'est superflu. Chaque description nous emmène un peu plus loin sur les terres de notre imagination. J'ai trouvé tout cela parfait, absolument parfait.
Et enfin l'histoire : absolument passionnante, et le rythme est parfaitement étudié, ce qu'il faut d'action, ce qu'il faut de descriptions, ce qu'il faut de dialogues, quelques pointes d'humour avec le délectable personnage d'Elinor (qui est peut-être mon perso préféré, ce qui n'était pas du tout le cas dans le film), un pointe de romance entre Mo et sa femme, Résa et Doigt de poussière, Meggie et Farid... C'est surprenant d'équilibre et de naturel. Ça glisse vraiment tout seul !
Je ne saurais que trop conseiller à tous les réveurs de la terre, ceux qui aiment les choses qui nous sortent de notre morne réalité, ceux qui aiment pousser leur imagination à son paroxysme, de se jeter sur ce roman, puis sur le film, puis sur les autres tomes, car ce n'est vraiment que du bonheur.

Cali
Lien : http://calidoscope.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (126) Voir plus Ajouter une citation
faeryfaery   19 février 2010
Si quelqu'un vole des livres ou ne rend pas des livres empruntés, que dans sa main le livre se métamorphose en un serpent féroce. Que la foudre le frappe et paralyse ses membres. Qu'il demande grâce en criant et en gémissant et que rien ne vienne apaiser ses souffrances avant qu'il ne tombe en putréfaction. Que les vers des livres rongent ses viscères comme le ver des morts qui jamais ne meurt. Et à l'heure du Jugement dernier, qu'il se consume à jamais dans le feu de l'enfer.

Inscription dans la bibliothèque du cloître de San Pedro à Barcelone
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
zazimuthzazimuth   24 août 2010
Quand tu emportes un livre en voyage (...), il se passe quelque chose d'étrange : le livre se met à rassembler tes souvenirs et, plus tard, il suffit que tu l'ouvres pour te retrouver à l'endroit même où tu l'avais lu. Dès les premiers mots, tout revient : les images, les odeurs, la glace que tu mangeais alors... Crois-moi, les livres sont comme le papier dont on se sert pour attraper les mouches. Les souvenirs n'adhèrent nulle part aussi bien que sur des feuilles de papier imprimé. (p.29-30)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          388
zazimuthzazimuth   24 août 2010
Il y a des livres que l'on déguste,
D'autres que l'on dévore,
Et quelques-uns, rares, que l'on mâche,
et que l'on digère, entièrement.
p.18
Commenter  J’apprécie          620
nekomusumenekomusume   02 janvier 2012
Les livres aimaient quiconque les ouvrait, ils donnaient un sentiment d'intimité et d'amitié sans rien attendre en échange, ils ne vous quittaient jamais, même si on les traitait mal.
Commenter  J’apprécie          400
JeannepeJeannepe   12 octobre 2016
Alors, tout disparut. Les murs rouges de l’église, les visages des hommes et même Capricorne dans son fauteuil. Il n’y avait plus que la voix de Mo et les images que les mots faisaient naître. Si Meggie avait pu haïr Capricorne plus encore, elle l’aurait fait. Car si, durant toutes ces années, Mo ne lui avait pas lu une seule histoire, c’était sa faute. Elle songea à tout ce qu’il aurait pu faire surgir dans sa chambre avec sa voix qui donnait à chaque mot un autre goût, à chaque phrase une mélode ! Même Cockerell en avait oublié son couteau et les langues qu’il devait couper. Il écoutait, le regard absent. Nez Aplati regardait en l’air, la mine béate, comme si un bateau de pirates passait, toutes voiles gonflées, par un des vitraux de l’église. Tous se taisaient. Hormis la voix de Mo qui donnait vie aux lettres et aux mots, on n’entendait pas un bruit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Cornelia Funke (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cornelia Funke
Cornelia Funke nous accueille chez elle, en Californie, pour nous parler du deuxième tome de "Cavalier du dragon" : "La plume du griffon" à paraître en octobre 2018.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : livresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coeur d'encre

Qui apparaît dans la maison de Meggie et Mo pendant la nuit ?

Langue Magique
Basta
Elinor
Doigt de Poussière

14 questions
116 lecteurs ont répondu
Thème : Coeur d'encre de Cornelia FunkeCréer un quiz sur ce livre
.. ..