AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264034874
Éditeur : 10-18 (07/03/2002)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Sur un chantier de basse Volga, deux hommes se rencontrent et commencent à se raconter, l’un est constructeur de charpentes métalliques, l’autre est chimiste…et l’intelligence du chimiste est de se taire mais surtout d’écouter activement son compagnon…
"Vous avez sûrement remarqué que dans la vie cela n’arrive quasi jamais, alors pour bien se rendre compte que les histoires de chaudronnier, de tuyauteur, de soudeur à l’autogène et autres plombiers zingue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  03 février 2014
Aimez-vous votre boulot? Ce n'est pas l'intro d'un quiz de psychologie populaire : le travail est vraiment le thème de ce roman de Primo Levi, un texte bien différent des horreurs des camps de « Si c'était un homme ».

« le fait d'aimer son travail — qui est, hélas! le privilège de peu de gens — est bien ce qui peut donner la meilleure idée et la plus concrète du bonheur sur terre. (p.102)

Les métiers de la construction ne sont pas très présents dans la littérature, peut-être parce qu'il n'est pas très courant d'avoir à la fois l'imagination littéraire et l'intelligence concrète des bâtisseurs. On trouve plus facilement des romans qui traitent des difficultés des écrivains!

De ce texte de Levi, je retiens la beauté du travail d'ingénierie, la satisfaction devant l'élégance et la solidité de la structure d'un pont ou d'une tour. Dans les discussions entre les gars, on découvre aussi l'amitié entre les hommes et la vision du monde des travailleurs qui vont d'un chantier à l'autre sans s'attacher.

Une oeuvre à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
topocl
  23 août 2015
« Et raconter, vous le savez bien, vous me l'avez même dit, c'est une des joies de la vie. »

Deux types rencontrent leurs solitudes temporaires à l'occasion de missions professionnelles, dans la cantine d'un hôtel au fin fond de l'URSS. Dans leurs heures de désoeuvrement , Faussone raconte son métier (monteur en structures métalliques) qui le passionne, qui est le nerf d'une vie faite d'espace, de mouvement et de liberté,où l'excellence est une victoire au quotidien. Et raconter son métier, au dela des précisions techniques qu'il ne nous épargne pas, c'est se raconter lui-même, ses espoirs, ses amours, ses choix, ses opinions, ses manques, toute sa vie, quoi.
« En écoutant Faussone, une ébauche d'hypothèse se formait en moi, que je n'ai pas travaillée par la suite que je soumets ici au lecteur : le terme «liberté» a notoirement beaucoup d'acceptions, mais peut-être que le genre de liberté le plus accessible, le plus goûté subjectivement et le plus utile à l'homme, coïncide avec le fait d'être compétent dans son propre travail, et donc avec le fait de l'exécuter avec plaisir. »

Primo Levi, car c'est lui, l'écoute, savourant ses digressions car «interrompre, arrêter un récit de Faussone, c'est comme arrêter la progression de la marée . » Il demande des explications, fait préciser tel détail, distrait des sombres horizons soviétiques par la découverte de cet homme ordinaire, primaire en apparence, mais hors du commun (comme tout un chacun).
« En fait, ainsi qu'il existe un art de conter solidement codifié par des milliers d'essais et d'erreurs, il existe également un art d'écouter, tout aussi ancien et estimable, duquel toutefois, pour autant que je sache, les règles n'ont jamais été définies. Pourtant, toute personne qui parle ou raconte sait par expérience que l'auditeur apporte une contribution décisive à ce qu'elle lui dit : un public distrait ou hostile affaiblit n'importe quelle conférence ou leçon, alors qu'un public amical les vivifie. Mais même l'auditeur, en tant qu'individu, à une part de responsabilité dans cette « oeuvre d'art », qu'est tout récit. »
Puis, contrepartie, Primo Levi raconte ce qu'est être chimiste, avec une même passion pour le travail aimé et bien fait, qui contribue à construire une vie, et là encore, comme c'est souvent le cas quand on parle de ses passions, il emporte une adhésion du lecteur à travers un récit qu'on suit comme une aventure burlesque.
Il s'interroge aussi , et ils échangent, sur le parallèle entre ces métiers matérialistes et son second métier, celui d'écrivain, car à travers ces activités si diverses, ces hommes construisent et transmettent quelque chose qui donne un sens à leurs vies.
« Nous sommes tombés d'accord sur ce que nous avons de bon en commun. Sur l'avantage de pouvoir connaître ce que nous valons sans avoir besoin que d'autres nous le disent, sur celui aussi de nous refléter dans nos oeuvres. Sur le plaisir qu'il y a de voir grandir notre « enfant », plaque de fer après plaque de fer, boulon après boulon, solide, nécessaire, symétrique, bien adapté à son objet. Et une fois achevé, on le regarde de nouveau et on se dit qu'il vivra peut-être plus longtemps que nous et qu'il servira peut-être à quelqu'un qu'on ne connaît pas, et qui ne nous connaît pas. »

C'est un bouquin qui paraît a priori totalement inintéressant - deux types, l'un monteur de structures métalliques, l'autre chimiste qui parlent de leur travail – et qui, au fil des pages, se révèle plein de une malice, de tendresse, de profondeur, et vous scotche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JeanLouisBOIS
  15 janvier 2014
le travail, c'est toute une histoire.
Avec La Clé à molette, Primo Levi aborde un thème peu présent dans les romans du 20ème siècle : le travail manuel comme outil de dignité humaine et de relations entre les individus par la transmission de connaissances spécifiques et par la source d'histoires racontées et échangées.
Cet ouvrage constitue véritablement un roman, même s'il, peut apparaître au premier abord comme un recueil de nouvelles. En effet, Faussone raconte au narrateur très semblable à l'auteur (italien, chimiste, écrivain) le récit de son expérience de monteur international et c'est l'occasion de mettre en scène de nombreuses petites saynètes relatant son mode de vie avec les joies et les peines qui en résultent. Il en ressort un amour du travail bien fait mais aussi une certaine affection pour le travail qui ne se passe pas comme prévu et qui exige du monteur une capacité de dépasser ses habitudes pour pouvoir résoudre les problèmes qui se présentent. Ces obstacles plus ou moins bien surmontés représentent pour Faussone le sel de son métier et la base des histoires qu'il prend plaisir à raconter. La confrontation entre le travail manuel et intellectuel aboutit souvent à des rapprochements où la complémentarité et une certaine similarité se font jour et où l'opposition est souvent surmontée. D'autant que le narrateur a lui aussi son histoire à raconter ce qui en fin de compte rapproche les deux compères et les place sur un pied d'égalité ou de comparaison. On voit donc que l'ensemble de cette trame structure un roman à partir de récits a priori dispersés.
On trouve aussi dans La Clé à molette des réflexions sur l'importance de l'auditeur et sur le roman en train de s'écrire qui donnent à ce livre une profondeur supplémentaire. On pourrait même y trouver une sorte d'allégorie de l'écrivain. En effet, un auteur de livres se nourrit d'expériences multiples et variées comme celles que Faussone se plaît à raconter. Puis le romancier crée une histoire originale qui fait la synthèse du matériau brut en utilisant ce qui l'intéresse comme il y est fait allusion dans La Clé à molette. Cet effet de miroir, cette mise en abyme renforce évidemment le charme du récit où on sent les clins d'oeil amusés de Primo Levi.
On a ainsi affaire à un roman drôle et désabusé, mais pas comique et pas désespéré où percent à chaque page l'humanisme et l'universalisme de l'auteur italien.

Lien : http://catsbooksrock.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Gast
  23 février 2011
Après une relative déception avec "Le système périodique" c'est quelque peu méfiant tout autant que remplis d'espoir que j'ai continué ma cure de Primo Levi.
Ce livre n'est pas un témoignage au sens où "Si c'est un homme" ou "La trêve" ont pu l'être. Pas d'horreur indescriptible ici, pas de retour à la vie ni de notion de survie, mais une intense réflexion sur la vie, sur la famille, sur l'homme ; et son rapport au travail, à la société. Bref ! J'ai retrouvé là, à travers ce témoignage de seconde main relaté par Primo Levi l'auteur qui avait forcé mon admiration dans "Si c'est un homme" où le réel et ses impondérables sert de base à une réflexion bien plus large sur la vie et le sens à lui donner.
L'ouvrage n'est certes pas exempt de quelques passages à vide mais il reste malgré tout une oeuvre ambitieuse dans ce que j'ai pu lire de cet auteur ; et alors que j'étais déjà séduit, par sa conclusion, cette citation magistrale et guise de point final au récit, Primo Levi fait de ce livre un petit diamant finement travaillé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Hardiviller
  05 mai 2015
Un des titres les moins connus de l'auteur de " Si c'est un homme " à ne surtout pas confondre avec " Le gang de la clef à molette " .
Une autre facette de Primo Levi , qui correspond à son métier premier ( l'ingénierie ) et ou il montre son amour du travail bien fait mais surtout celui des travailleurs manuels œuvrant sur les chantiers . Une approche si peu courante en littérature , un joli cadeau à offrir aux amoureux du travail manuel .
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
kathykathy   06 juillet 2011
En fait, ainsi qu'il existe un art de conter solidement codifié par des milliers d'essais et d'erreurs, il existe également un art d'écouter, tout aussi ancien et estimable, duquel toutefois, pour autant que je sache, les règles n'ont jamais été définies. Pourtant, toute personne qui parle ou raconte sait par expérience que l'auditeur apporte une contribution décisive à ce qu'elle lui dit : un public distrait ou hostile affaiblit n'importe quelle conférence ou leçon, alors qu'un public amical les vivifie. Mais même l'auditeur, en tant qu'individu, a une part de responsabilité dans cette "oeuvre d'art" qu'est tout récit : quiconque raconte une histoire au téléphone s'en rend parfaitement compte et perd de sa chaleur, car les réactions visibles de l'auditeur lui manquent, lequel, dans ce cas, en est réduit à manifester de temps en temps son intérêt éventuel par quelques monosyllabes ou grognements. Et c'est là la raison principale qui fait que les écrivains qui s'adressent à un public incorporel sont peu nombreux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LatmaLatma   08 mai 2011
Si l'on fait exception des moments merveilleux et singuliers que le destin peut nous réserver, le fait d'aimer son travail – qui est, hélas, le privilège de peu de gens – est bien ce qui peut donner la meilleure idée et la plus concrète du bonheur sur terre. Mais c'est là une vérité qui n'est guère connue.
Commenter  J’apprécie          60
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   14 janvier 2014
Seulement, moi, mes rêves, j'aime qu'ils se réalisent; sans ça ils deviennent comme une maladie qu'on traîne toute la vie après soi, ou comme une cicatrice qui, chaque fois que le temps tourne à l'humide, recommence à vous faire mal. (p.10).
Commenter  J’apprécie          40
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   14 janvier 2014
Affirmer que les mêmes causes produisent les mêmes effets: c'est une invention de tous ceux qui ne font pas les choses eux-mêmes, mais les font faire par d'autres. (p.209).
Commenter  J’apprécie          40
lagnilagni   17 septembre 2018
Hé Non! Je peux pas tout vous dire. Ou je vous dis le pays ou je vous raconte la chose : Moi cependant, si j'étais à votre place, je choisirai la chose, parce que c'est une belle chose. Après, si vous voulez vraiment la raconter, vous travaillez dessus, vous la corriger, la polissez, vous lui enlevez les bavures, vous lui donnez un peu de relief et vous en tirez une histoire.

Extrait de Méchamment prémédité
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Primo Levi (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Primo Levi
La Story : Primo Levi, l’histoire de son chef-d’œuvre
Enquête sur un best-seller pas comme les autres : « Si c’est un homme », de Primo Levi. Le récit autobiographique d’un jeune juif italien qui raconte l’horreur de la déportation à Auschwitz. Une œuvre majeure de la littérature qui a pourtant failli ne jamais voir le jour. Stupéfiant ! vous raconte son histoire.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Si c'est un homme

Quelle est la forme ce texte ?

C'est un roman.
C'est un recueil de nouvelles.
C'est un récit autobiographique.

10 questions
952 lecteurs ont répondu
Thème : Si c'est un homme de Primo LeviCréer un quiz sur ce livre