AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070129624
Éditeur : Gallimard (19/08/2010)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 146 notes)
Résumé :
Pointe-Noire, capitale économique du Congo, dans les années 1970. Le narrateur, Michel, est un garçon d’une dizaine d’années qui fait l’apprentissage de la vie, de l’amitié et de l’amour, tandis que le Congo vit sa première décennie d’indépendance sous la houlette de « l’Immortel Marien Ngouabi », chef charismatique marxiste.

Les épisodes d’une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent, avec ses situations burlesques, ses personnages hau... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
carre
  11 février 2013
Quelle plaisir de lire la magnifique langue d'Alain Mabanckou. Nous sommes au Congo dans les années soixante dix. Michel est un jeune garçon qui découvre avec candeur et lucidité les complexités de la vie et le monde des adultes.
De son amourette avec Caroline, en passant par la découverte des livres (celle de Rimbaud est magnifique), ces interrogations politiques, existentielles, Michel (Alain Mabanckou ?), tente de trouver une voie que même les adultes ont du mal à trouver.
Tantôt grave, le plus souvent drôle, l'écriture de Mabanckou fait merveille. La rencontre improbable de Michel avec un fou surnommé Petit Piment, les informations entendues sur le radiocassette familial que Michel interprète avec le regard d'un môme de dix ans, ces avions qui zèbrent le ciel, que lui et son ami Lounès, s'amusent à deviner la destination pour rêver d'un ailleurs, autant de moments plein de grâce et de justesse. Un roman initiatique empli de poésie raconté avec un immense talent. Ne grandit pas trop vite petit Michel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
litolff
  16 février 2013
Une enfance congolaise
Michel, 10 ans, a été adopté par Papa Roger et partage sa vie entre Maman Pauline, sa mère, et Maman Martine, la première femme de Papa Roger. Plus tard il épousera Caroline, et ils vivront ensemble dans un château avec une voiture rouge, deux enfants et un chien blanc. Comme Maman Pauline n'arrive pas à avoir d'autre enfant, un « féticheur » décrète que c'est Michel qui a caché la clé du ventre de sa mère par jalousie, parce qu'il ne veut pas avoir de petits frères et soeurs : il faut donc que Michel rende cette clé à sa maman. Mais Michel trouverait plus simple que Maman Martine qui a eu 7 enfants sans problème, accepte de prendre une graine de Maman Pauline et la fasse pousser dans son ventre… un visionnaire, ce petit Michel !
Je suis née à Pointe-Noire et j'y ai peut-être croisé Alain Mabanckou, alors forcément j'ai beaucoup aimé l'évocation de ces lieux qui ont bercé mon enfance, la Bouenza, le Kouyou, Dolisie… Et bien que je n'aie aucun souvenir de ma ville natale, j'ai beaucoup aimé lire le quotidien de Michel dans sa famille africaine élargie, cette famille où les deux « mamans » de Michel se croisent avec bienveillance et où Marx, Engels et Lénine sont invités à table chez son oncle. C'est le Congo postcolonial vu par les yeux d'un enfant de 10 ans que nous découvrons sous la plume parfois candide, parfois ironique d'Alain Mabanckou. le petit Michel qui découvre avec émerveillement Rimbaud, Brassens ou St-Exupéry décrypte avec une sensibilité et une lucidité qui font souvent défaut aux adultes qui l'entourent, les évènements familiaux, comme l'actualité nationale ou internationale. Ainsi trouve-t-il pour le moins étrange que tonton René, le communiste passionné qui lui a donné son nom, n'hésite pas à spolier toute sa famille pour s'accaparer les héritages successifs… On y redécouvre, sous un angle inédit, l'affaire des diamants Bokassa-Giscard, l'exil du Shah d'Iran, la fuite d'Idi Amin Dada en Arabie Saoudite avec en arrière-plan les aspects pittoresques de la vie quotidienne d'un enfant rêveur et sensible au Congo Brazzaville, l'emprise des « féticheurs » et la subtile toile des relations familiales. Quelques longueurs au début mais au final, un roman touchant et éclairant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
PiertyM
  07 juin 2014
Dans notre pays un chef doit être chauve et avoir un gros ventre. Comme mon oncle n'est pas chauve et n'as pas un gros ventre, quand tu le vois c'est pas tout de suite que tu peux savoir que lui c'est un vrai chef avec un grand bureau au centre-ville.
Commenter  J’apprécie          360
Bookycooky
  24 mars 2015
Un petit garçon de dix ans raconte son enfance à Pointe-Noire,au Congo,fin des annees 70.Il est à la découverte du monde qui l'entoure:les adultes,les filles,la politique...Ce roman autobiographique raconté avec une langue enfantine et répétitive qui fatigue au début,peu à peu nous entraîne dans ce monde de l'enfance haut en couleur,avec sa logique encore intacte(qui semble de la naïveté,mais n'en ai pas).J'ai beaucoup aimé.L'auteur a écrit la suite dans son dernier (à ce qui me paraît ) livre"Lumières de Pointe-Noire"que j'espère lire bientôt.
Commenter  J’apprécie          300
Ellane92
  22 novembre 2013
Michel est une jeune garçon qui vit dans un quartier populaire de Pointe Noire, au Congo, dans les années 70. Il vit tranquillement avec sa maman Pauline, et plus occasionnellement avec son père, réceptionniste d'un grand hôtel touristique, qui ramène à la maison un transistor avec une cassette de Georges Brassens. C'est l'occasion pour toute la famille d'écouter les informations, notamment Roger Guy Folly, journaliste à la Voix de l'Amérique.
Malgré le climat tourmenté de l'Afrique des années 70, entre l'exil du Shah d'Iran et les diamants de Bokassa, Michel s'intéresse aux sujets de son âge : la tristesse de sa maman qui n'a pas d'autre enfant, les séjours chez l'autre femme de son père et sa fratrie, l'école où les maitres punissent les élèves pas uniquement en leur donnant de mauvais points, la musique, l'amitié et bien sur, les yeux rieurs de la belle Caroline.
J'ai trouvé beaucoup d'amusement, de fraicheur et de naïveté à ce livre d'Alain Mabanckou. Si l'écriture m'a d'abord un peu désarçonnée (les formulations et le vocabulaire sont empruntés à ceux d'un enfant de 10 ans), elle participe au final au parti pris de l'auteur de laisser s'exprimer son malicieux petit protagoniste.
Le microcosme qui gravite autour du jeune héros est très réussi : les personnages décrits semblent plus vrais que nature (j'ai adoré le tonton René, terrible oncle richissime et communiste), les centres d'intérêts sont vraisemblables (les amis, la nourriture, l'amour, la poésie, les ... moustiques aussi !), les amalgames sur la situation politique ou les difficultés de compréhension de la chanson de Brassens sont drôles, quant aux coutumes locales et façons de vivre évoquées, elles m'ont fait voyager !
Alain Mabanckou nous invite à observer ce jeune garçon en train de grandir (et oui, demain, il aura vingt ans... ou après-demain plutôt !). La bienveillance qu'il manifeste envers lui est contagieuse, et même si, au final, j'ai trouvé que l'ouvrage manquait un peu de profondeur, j'ai apprécié l'espoir et l'optimisme qui se dégageaient de cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192

critiques presse (2)
Telerama   02 janvier 2013
Le regard scrute l'espace et le temps de manière cinématographique — chaque chapitre renvoie à un titre de film, passe avec le même brio de la couleur au sépia, du plus léger au plus grave.
Lire la critique sur le site : Telerama
LeFigaro   19 avril 2012
Ce récit au ton candide d'un enfant dépassé par les enjeux des adultes fonctionne à merveille.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   25 janvier 2013
Peut-être que lorsqu'on a bu on discute avec des gens invisibles que ceux qui fabriquent l'alcool ont cachés dans la bouteille et que ceux qui ne boivent pas sont incapables de voir.
Commenter  J’apprécie          670
carrecarre   08 février 2013
Papa Roger a donc toujours un mot pour que ces blancs rient car, dit-il, avec le froid qu'il y a là-bas en Europe les blancs ne rient pas beaucoup.
Les muscles de leur visage sont congelés.
Commenter  J’apprécie          580
carrecarre   09 février 2013
Je te construirai une jolie maison en planches
Comme celle de maman Pauline et papa Roger
Un château c'est trop grand
J'ai peur que mes rêves se perdent dedans
Commenter  J’apprécie          550
carrecarre   24 janvier 2013
Quand Dieu a déjà fabriqué un être et qu'il l'a envoyé dans notre monde à nous, c'est fini, il ne revient plus sur Sa décision sinon les gens ne vont plus le respecter. En plus, ça voudrait dire que Dieu est capable de Se tromper comme nous autres.
Commenter  J’apprécie          340
litolfflitolff   16 février 2013
Comme papa Roger constate que je ne le suis pas bien, que je me gratte la tête à cause des pensées qui se mélangent dans mon esprit, il me précise qu'un ministre des Finances c'est celui qui s'occupe de l'argent d'un pays, mais il est bien surveillé par l'Etat alors que chez nous un ministre des Finances c'est celui qui vole l'argent du pays ou qui aide le Président et les membres du gouvernement à le cacher dans les banques de la Suisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Alain Mabanckou (125) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Mabanckou
Leçon inaugurale d'Alain Mabanckou, écrivain, professeur de littérature à UCLA (17 mars 2016). "L?Afrique a pendant plusieurs siècles été vue, imaginée, fantasmée par les Européens comme un continent sauvage, ténébreux, matière première des récits d?aventures et d?exploration, teintés d?exotisme, qui ne laissaient pourtant entendre qu?une seule voix, celle du colonisateur. Il faut attendre le milieu du XXe siècle pour qu?une littérature écrite par et pour les Africains se révèle. de la négritude à la « migritude », il appartient aux écrivains noirs d?aujourd?hui de penser et de vivre leur identité artistique en pleine lumière." Revoir tous les cours donnés par Alain Mabanckou au Collège de France : https://www.college-de-france.fr/site/alain-mabanckou/_course.htm
+ Lire la suite
autres livres classés : congoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14591 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre