AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Alien (Traducteur)
EAN : 9782246139539
336 pages
Éditeur : Grasset (17/10/2007)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Lorsque Norman Mailer fit paraître Un rêve américain (en 1965), il n'avait pas publié de roman depuis dix ans.
Il se contentait de tenir son rôle d'enfant terrible de la littérature américaine, à travers diverses publications et prises de position à la télévision. Aussi ce roman fut-il salué non seulement comme un événement, mais encore comme une oeuvre d'une virtuosité étourdissante. Norman Mailer y raconte l'histoire d'un meurtre falsifié en suicide. Stephe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
horline
  05 juillet 2011
Il n'y a que Norman Mailer pour démolir tous les poncifs attachés au mythe du rêve américain : sous sa plume l'Amérique ressemble à l'antichambre du chaos où les individus se débattent contre leurs névroses et leurs angoisses.
Et Stephen Rojack, héros de la guerre 39-45 traumatisé par ce qu'il a vu en fait partie. Revenu à la vie civile, il fait de la politique sans grande ambition, fini par être professeur d'université et s'essaie à la télévision sans grand enthousiasme. Il épouse Déborah, une jeune mondaine riche qui se révélera très vite cruelle et cynique. Les années de mariage se transforment en vague de haine et de rancoeur qui fluent et refluent jusqu'au jour où les morsures pleines de fiel se font plus aigues. Ne pouvant contenir ses pensées fétides et la rage qui en découle, Rojack tue sa femme. Il en éprouve une jouissance libératrice qui le conduit à maquiller le meurtre en suicide.
Seulement cette jouissance est de courte durée… il s'ensuit des jours ressemblant à une descente en enfer.
C'est un roman décapant d'une noirceur extrême où règne de manière continue une tension obsédante, voire hypnotique : on est aveuglé par les lumières blafardes des néons de New York et épuisé par les nuits blanches de Rojack arrosées au whisky. On est sans cesse plongé dans un flot de pensées éclatées qui jaillissent et assaillent Rojack. Il faut reconnaître que l'alcool permet d'expédier toutes les pensées primitives et tous les cadavres décomposés. C'est un récit nerveux où le lecteur a véritablement peu de répit lorsqu'il prend conscience du portrait d'un homme en perdition qui s'engouffre dans les entrailles de la souffrance et de la peur. Mailer ne nous épargne rien, il ne se soucie guère de l'esthétique.
Oui le plaisir de la lecture se mérite ! Il faut adhérer à l'écriture obsessionnelle et à l'imagination sans fard de l'auteur pour se laisser prendre par le pouvoir d'attraction du roman. le plaisir est réel pour tous ceux sont attirés par le subversif, le désenchantement et toute une galerie de personnages torturés qui semblent empruntés aux romans d'Ellroy : des flics tordus, des filles paumées, des mafieux, sans oublier des interrogatoires et des dialogues qui ressemblent tantôt à des matchs de boxe entre esquives et coups directs, tantôt à des parties de poker entre bluff et coups agressifs.
Ça sent la violence, la fureur, le rut, l'alcool, le rance, les vomissures ….ça crache le cynisme depuis le tréfonds des entrailles comme si tout était condamné.
Mais derrières tous ces vices apparents, on décèle toutes les obsessions de l'Amérique : la peur de la mort, des maladies, de la Rédemption et de la guerre éternelle dans laquelle Dieu et le Diable se sont engagés… le mal est si profondément ancré dans ce portrait peu flatteur du pays que l'auteur émet l'hypothèse que le Démon peut un jour éventuellement gagner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
colimasson
  03 octobre 2019
Pour Mailer, le roman a le pouvoir de « créer des histoires d'un meilleur niveau en ajoutant au réel l'invérifiable et le totalement inventé ».

Mon intuition me dit que chez Mailer, les parties cul relèvent de la plus pure fantasmagorie nombrilesque. Disséquons un peu l'obsession de ce gribouilleur qui, non content de se lancer des fleurs à tout bout de champ, s'étale sur ses frasques sexuelles comme un puceau racontant à ses petits copains sa dernière baise imaginaire.

Pour brouiller les pistes, Norman donne le nom de Stephen Rojack à son personnage librement inspiré de lui-même. Un soir, au cours d'une dispute conjugale, SR menace sa femme, une riche héritière, avant de l'étrangler et de chasser toute vie hors d'elle. Sentant vaguement qu'il a fait une bêtise, il se met à errer à travers les nombreuses pièces de son loft, finissant par entrer dans la chambre de sa bonniche qui était justement en train de s'adonner à une séance de doigtage.

Enfin, un peu d'action, se dit-on avant de découvrir que Mailer parle de la baise comme d'un sacerdoce dédié à sa pure et transcendante gloire, entremêlant ici et là, en plein coeur de l'action, des métaphores qu'il a sans doute récupérées des poèmes d'amour écrits au cours de son adolescence.

SR, profitant de son récent veuvage, interrompt la bonniche dans son agréable séance d'onanisme et, sûr de la puissance enchanteresse de son regard hollywoodien, vient lui planter sa bite tantôt dans l'anus, tantôt dans la chatte. Il est des indécisions existentielles des plus cruelles, et nous nous surprenons à bâiller sur ces entrefaites. de la chatte ou de l'anus, qui gagnera ? le résultat semble des plus incertains et souhaitant préserver le suspens, se retenant de lâcher sa semence au plus vite, ce qui serait une bonne chose de faite, Mailer se met à invoquer tantôt le Diable, tantôt Dieu – le Diable étant évidemment associé au fion, ce qui ne saurait surprendre les catéchumènes zélés. Craignant peut-être que cette allusion divine ne suffise pas, Mailer file la métaphore en invitant les animaux à entrer dans la danse :

« Voici donc comment je lui fis l'amour, une minute ici, une minute là, un voyage pour le Diable et un pour le Seigneur, comme un chien qui abandonne la meute pour capturer lui-même le renard ».

Et la traque n'en finit pas, SR jonglant du vagin à l'anus sans jamais ne faire fausse route une fois, récitant des Pater noster pour se donner de la contenance. Les animaux reviennent de temps à autre, sous des formes sans cesse changeantes, marquant une imagination délirante : « comme un chat pris entre deux fils je sautais de l'un à l'autre, un coup chaque fois, portant les dépouilles et les secrets de l'enfer au Seigneur, rapportant des messages de défaite du ventre désolé, puis je choisis -ah ! mais j'avais le temps de changer- je choisis son vagin. Ce n'était plus un cimetière, un entrepôt, non, plutôt une chapelle désormais, un endroit décent, modeste, aux parois confortables, à l'odeur verte ».

Bien sûr, ce SR se croit génial mais pendant ce temps, sa bonniche doit patienter sagement le temps qu'il termine de réciter ses chapelets – non contente de torcher les chiottes toute la journée, elle doit aussi se faire torcher l'intérieur du cul pendant ses heures de repos. Après dix pages de Diable et de Dieu, de chats, de loups et de renards, l'affaire se conclue et, tout en soupirant de soulagement, la bonniche déclare : « Mr. Rojack, […] je ne comprends pas pourquoi vous avez des ennuis avec votre femme. Vous êtes un véritable génie ». Espérait-elle une augmentation ? SR serait assez imbu de lui-même pour croire qu'un paiement en nature lui suffirait. Encore une bonniche qui n'a rien compris à la vie.

Quelque peu apaisé, SR retourne dans la piaule où git sa femme. Il se passe encore quelques petites affaires et la meuf finit écrasée sur le béton, sous la fenêtre de sa chambre, dix étages plus bas. Les inspecteurs arrivent pour l'interrogatoire. SR pense leur avoir retourné le cerveau, à défaut d'avoir pu les baiser eux aussi. Que de stress. Tout chamboulé, SR décide d'aller traîner sa nuit blanche dans un boui-boui musical où il retrouve sur scène une certaine Cherry qu'il devait déjà connaître au sens chrétien du terme, nous supposons. Et c'est reparti mon kiki. SR élimine du regard quatre jouvenceaux qui tournoyaient autour de la juteuse Cherry avant d'embarquer son butin pour lui faire la fête. Dieu a désormais disparu. Nous partons pour une promenade en forêt dans la brume :

« J'entrai en elle de nouveau, ce fut comme se plonger dans l'eau chaude un jour glacé d'hiver, et nos désirs s'étaient rejoints comme des yeux qui ne se quittent plus du regard, nos désirs enfin unis dans l'égalité commencèrent à laisser couler leurs larmes, à s'attendrir dans cette lumière qu'étouffe la volonté pour ne pas pleurer, fer contre fer jusqu'à vibrer dans un brouillard de rosée, être essuyés puis mouillés à nouveau. Je traversais une grotte aux étranges lumières, sombres, comme des lanternes de couleur qui auraient brûlé sous la mer, frémissant reflet de flèches ornées de pierreries, la cité de rêve qui m'était apparue pendant que Deborah agonisait contre mon bras serré, et une voix me demanda si bas que j'entendis à peine, une voix comme un murmure d'enfant apporté par le vent : « Veux-tu d'elle ? Veux-tu vraiment d'elle, veux-tu enfin savoir ce qu'est l'amour ? » »

C'est vrai, c'est une excellente question. Personnellement, je n'ai plus du tout envie de savoir. Après ça, le mec de Cherry se ramène dans la piaule. C'est un black, il doit en avoir une grosse. Pas de problème, SR le remet à sa place – c'est pas la taille qui compte. D'ailleurs, Cherry profite de cette nouvelle victoire pour lui glisser, au coin d'une oreille pendante d'infatuation : « Alors écoute, Stephen, je vais te le dire. Avec toi, c'est arrivé. J'ai eu un orgasme. Je n'y étais jamais arrivée. Console-toi avec ça ». Aaaah ! et moi j'ai eu un orgasme de la connerie de la bite ! Toutes les femmes racontent ça à leur mec pour les tenir par la main des couilles, c'est de bonne guerre.

Allez, moi je vais aller me faire littérairement sauter par Bukowski maintenant. Lui au moins c'est un bon coup.Tchao.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
doyoulikefrogs
  14 juin 2017
Stephen Rojack est un gros c**. Dès le début du roman, l'auteur n'y va pas par quatre chemins ! de but en blanc, comme ça sans prévenir, il nous donne dans le meurtre, l'humiliation, le suicide, le sexe et la sauvagerie. J'aurais pu lâcher le roman aussitôt, mais comme il s'agit de Norman Mailer, chaque mot pèse son poids, chaque mot a son importance, chaque phrase chez Mailer est un vers de poésie.
Avec une force et une vérité dans sa plume, l'auteur a la capacité de révéler la poussière sous le vernis, la fêlure sous le placo, la fissure au plafond, bref, c'est un auteur qui livre une oeuvre absolument magistrale.
Stephen Rojack, pur produit américain, donc, tue sa femme, fait passer la chose pour un suicide... Cela aurait pu passer comme une lettre à la poste, mais les flics de là-bas, ce genre d'histoire, ils connaissent... Cependant, Stephen Rojack a des amis qui lui veulent du bien (ou pas), des amis puissants.... sauf que, Rojack aura du mal à vivre avec ce secret, ce meurtre.
A travers cette histoire étrange, absurde parfois même, Norman Mailer nous entraîne dans les bas-fonds, les détours les plus sombres de l'Amérique, dans les rues les plus sales, les arrière-salles les plus obscures et les appartements les plus lugubres. A travers le récit d'un raté, Mailer délivre un portrait grinçant et glacial des Etats-Unis d'Amérique, entre corruption, pouvoir, sexe, argent et culture de la consommation, et puis surtout les problèmes de moeurs, la religion, cette religion qui entrave, et enfin le racisme, qui s'insinue dans les veines de chacun... L'Amérique dans toute sa splendeur ?
Un roman coup de poing, un roman qui brise des miroirs, qui vous emporte dans de très belles envolées lyriques et poétiques, en bref, j'ai été estomaquée !
Lien : http://www.unefrancaisedansl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
aouatef79
  21 avril 2015
J ai lu ce livre et sa lecture ne peut laisser indifferent tellement une violence sous differentes formes ,des fois sourdes, est la ,presente, poignante.Un homme detruit interieurement et traumatise; Une femme pleine de fiel,cynique ,cruelle et haineuse. Avec tous ces tares entre les epoux, il faut s attendre a tout! Et ce qui devrait venir est arrive :le meurtre deguise alors que l entourage immediat savait ou pressentait que ce n etait pas le cas ! Mais, il faut sauver les apparences: quel cynisme,quelle violence dans cette societe americaine NEVROSEE
Commenter  J’apprécie          90
clefran45
  21 février 2017
Un livre dans lequel il n'est pas simple de "rentrer"..disons que l'écriture de N Mailer est très imagée, et parfois, il m'est arrivé de perdre le fil de l'écriture. C'est un livre très noir, avec peu d'optimisme: du racisme, une critique ardue de ceux qui ont "réussi" au sens du rêve américain justement: le crime, la mafia, la perversion n'est pas loin..derrière la richesse ou le succès se cachent des réalités parfois sordides, des secrets les plus noirs ..
Pour finir, j'ai apprécié l'écriture très visuelle de N Mailer, parfois très crue, mais j'ai parfois eu du mal à suivre les tourments du personnages et la façon dont il "part" très loin dans des souvenirs, des liens qu'il fait..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   14 octobre 2019
Voici donc comment je lui fis l’amour, une minute ici, une minute là, un voyage pour le Diable et un pour le Seigneur, comme un chien qui abandonne la meute pour capturer lui-même le renard. […]
Ses yeux brillaient d’une rare gourmandise, le plaisir était dans sa bouche, elle était heureuse. J’étais prêt à poursuivre, gavé, prêt à lancer le premier jet au bord du choix, comme un chat pris entre deux fils je sautais de l’un à l’autre, un coup chaque fois, portant les dépouilles et les secrets de l’enfer au Seigneur, rapportant des messages de défaite du ventre désolé, puis je choisis -ah ! mais j’avais le temps de changer- je choisis son vagin. Ce n’était plus un cimetière, un entrepôt, non, plutôt une chapelle désormais, un endroit décent, modeste, aux parois confortables, à l’odeur verte. Il y avait là une douceur étouffée, respectueuse, entre des murs de pierre. « Voilà ce que sera la prison pour toi », dit ma voix intérieure dans un dernier effort. « Reste là ! » me dit une autre voix. Je pouvais sentir la cuisine du diable dont les feux traversaient le plancher, j’attendais que la chaleur me parvienne, monte des caves inférieures pour apporter l’alcool, la chaleur et les langues agiles, j’étais au bord d’un choix qui me lancerait sur un vent ou sur l’autre, il fallait me donner, je ne pouvais me retenir, et il y eut une explosion, furieuse, traîtresse et brûlante comme les portes d’un slalom glacé et la vitesse de mes talons dépassa ma tête, je connus une de ces fractions de seconde où s’envolent les sens et à cet instant même le désir me saisit et me fit sortir et je m’enfonçai dans son cul pour jaillir comme si j’avais été lancé au travers de la chambre. Elle eut un cri de rage. Sa jouissance dut prendre un tournant féroce. Les yeux fermés, je pouvais sentir des eaux basses et stagnantes, autour d’un tronc d’arbre mort dans un étang la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   21 octobre 2019
J’entrai en elle de nouveau, ce fut comme se plonger dans l’eau chaude un jour glacé d’hiver, et nos désirs s’étaient rejoints comme des yeux qui e se quittent plus du regard, nos désirs enfin unis dans l’égalité commencèrent à laisser couler leurs larmes, à s’attendrir dans cette lumière qu’étouffe la volonté pour ne pas pleurer, fer contre fer jusqu’à vibrer dans un brouillard de rosée, être essuyés puis mouillés à nouveau. Je traversais une grotte aux étranges lumières, sombres, comme des lanternes de couleur qui auraient brûlé sous la mer, frémissant reflet de flèches ornées de pierreries, la cité de rêve qui m’était apparue pendant que Deborah agonisait contre mon bras serré, et une voix me demanda si bas que j’entendis à peine, une voix comme un murmure d’enfant apporté par le vent : « Veux-tu d’elle ? Veux-tu vraiment d’elle, veux-tu enfin savoir ce qu’est l’amour ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   11 octobre 2019
« Ja ». Elle secoua la tête. « Non, non, dit-elle encore. Ja, ne t’arrête pas, ja. » Enculer une nazi me procurait un plaisir très particulier, il y avait là quelque chose de propre -je me sentais glisser dans un air pur au-dessus des rustauds de Luther, elle était libre et relâchée, très libre et très détendue, comme si après tout c’était pour elle un acte naturel : une foule de magnifiques cadeaux monta de l’enfer jusqu’à moi, le mensonge, la fourberie, une âpreté tendue tout entière vers le vol, l’astuce à rouler les autorités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
colimassoncolimasson   03 octobre 2019
Je pense parfois que ma carte de la Guilde des Intellectuels ne m’empêche pas de glisser peu à peu vers la horde des médiocres et des cinglés, ceux qui se fient à la sagesse populaire et aux coïncidences. La seule différence entre le Président et moi tient peut-être à ce que j’ai fini par accorder trop d’importance à la lune.
Commenter  J’apprécie          60
colimassoncolimasson   05 octobre 2019
Le canon de mon fusil pivota comme une longue et délicate antenne vers la droite, savoir le nid de mitrailleuse où une grande tête d’Allemand sanglante et douce, un jeune visage sain gâté archi-gâté léché d’amour maternel avec la bouche trop ronde de tous ces mignons petits grassouillets qui s’occupent de leur rectum depuis l’adolescence, sortit en pleurant, sortit lourdement en souriant par-dessus le rebord de son trou, « Salut la mort ! », le sang et la boue sur sa poitrine comme l’enseigne de la sodomie, et j’appuyai sur la détente comme sur la gorge tendre du plus tendre des pigeons qui ait jamais volé […].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Norman Mailer (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Norman Mailer
Tough Guys Don't Dance (1987) trailer
autres livres classés : sexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Rey ou Reyes ?

Le boucher (1988)

Françoise Rey
Alina Reyes

20 questions
13 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , roman érotique , érotisme , littérature française , écrivain femmeCréer un quiz sur ce livre