AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070408313
248 pages
Gallimard (13/07/1999)
3.86/5   115 notes
Résumé :
La gendarmerie mène à tout. Et même à la profession de détective privé. Minable, bien sûr Sauf... sauf quand on s'embringue, malgré soi, dans un sauvetage d'orpheline qui aboutit à des incidents aussi bizarres qu'affreux: incendies de voitures, massacres en chaîne, hystérie raciale, dinguerie caractérisée.
Que lire après Morgue pleineVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 115 notes
5
6 avis
4
3 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis
En 1973, Jean-Patrick Manchette se décide à créer son détective privé à lui, à peu près au mitan de ses romans policiers. Pas qu'il en ait écrit tant que ça, d'ailleurs, car contrairement à ses modèles américains, il était tout sauf un stakhanoviste de la Remington.
Bref, l'ancien gendarme Eugène Tarpon, un nom le plus banalement con possible, apparaît dans son cinquième polar. Associé à une narration à la première personne, justifiant quelques épanchements introspectifs qui rompent avec le style factuellement clinique habituel.

L'exposition est désopilante. Manchette aligne les poncifs du genre (le privé au fond du trou) avec un bonheur teinté d'une ironie nihiliste réjouissante. À tel point que quand l'intrigue démarre, on regrette que ça ne dure pas plus longtemps.
Heureusement, l'humour ne disparaîtra pas totalement. le poulet en chef s'appelle le commissaire Coquelet. Une bande de pieds nickelés gauchistes fait un passage… remarqué. La beauferie sous diverses formes s'en prend plein les quenottes. Les clichés du genre se font délicieusement allumer, notamment en les poussant à des extrêmes qui les rendent surréalistes (« l'homme qui pleure »).

Bref, Manchette s'amuse et nous amuse. Il se moque de tout, jusqu'à lui-même, par exemple en appelant les frères Grimm à la rescousse pour démolir une scène qui aurait pu être poignante. Ou en dézinguant joyeusement les tentatives d'explication psychanalytique des mobiles de l'assassin.
Et même si le titre est justifié par le nombre de cadavres, ça n'a finalement de noir que la couleur de la jaquette.
Commenter  J’apprécie          579
Une chronique 2 en 1, à la croisée des parallèles :

Ce qui suit mêle deux ressentis : l'un issu du roman (1973), l'autre de la BD qui en est l'adaptation (2021). Lus d'affilée, Manchette en premier. Les deux médias se bonifient l'un l'autre, forment un tout plus grand que la somme de ses composants. La cohabitation montre de grandes richesses complémentaires, à l'image d'un semblable binôme couplant, dans le même temps, un roman et son film associé.

Présentation commune :

Paris. Au coeur des 70's.

Eugène Tarpon. La quarantaine imbibée d'alcool (Ricard et Whisky à satiété). Un éthylo-tabagique empuanti de l'odeur des Gauloises qu'il fume, chacune allumée au mégot de la précédente (les cendriers débordent). Un passé douloureux traine à ses basques, en tâche d'ombre, occultant tout espoir en l'avenir. C'est un ex-gendarme mobile mis à pied ou démissionnaire, c'est selon (on en saura la raison en cours de récit). Eugène Tarpon, un homme confronté au peu qui reste de lui-même, néanmoins plein d'humour et d'auto-dérision, introspectif, falot et gris muraille, à deux doigts de la marginalité financière. Un mari largué, jeté, divorcé, résigné. Un enfant prodige à deux doigts du retour au bercail. Il a laissé passer les cartes maitresses de l'ultime donne que lui a offert la vie. Il mène désormais une existence sans atout. Clap de (presque) fin ? Si ce n'est qu'un tendre visage féminin entrevu va le pousser à accepter l'improbable.

Eugène Tarpon. Détective privé comme à regret et à défaut, désespérément sans client car sans réelle expérience (il lui faudra un alter-ego, journaliste à la retraite mais toujours sur la brèche par ennui, pour l'aider à progresser dans une enquête qui ne le booste pas plu que çà).

Un personnage central à la ramasse, donc. Dans la dèche et la mouise, proche du décrochage résigné et fataliste. Un poissard en « Je narratif », mode anti-héros auto caricaturé « ON ». Une vie, boulet au pied l'entravant ; il s'y sent morveux et s'y mouche complaisamment. Un être fantomatique dépassé par tout ce qui l'entoure. Désabusé de tout, désabusé d'un rien ... Il va lui falloir de la ressource pour se dépêtrer du m******.

Un bureau d'agence miteux, au sixième sans ascenseur, un simple bristol punaisé à ses nom et fonction, pas de plaque dorée en bas d'immeuble … Quelqu'un frappe à sa porte. Une cliente … et, en brave type au grand coeur, il va accepter une affaire qui va lui causer bien des tracas.

La suite appartient au récit … Bienvenue en Polar-Land. Noire en sera la couleur.

Le roman :

Un peu déçu, je suis. Déconcerté serait terme plus adéquat. Je suis resté à l'écart du fond et de la forme. Distant et désorienté. Quelque chose d'inattendu et d'inhabituel, en gâte-plaisir, s'est intercalé entre le récit et moi. L'auteur m'était, pourtant, jusqu'à présent, une référence d'un genre auquel je suis très attaché, le néo-polar.

Alors quoi ? Peut-être n'était-ce pas, tout simplement, le bon moment ? Y'a des livres, comme çà, à ne chopper sur l'étagère que lorsqu'ils nous clignent vraiment de l'oeil. C'était le cas de la tentante BD en parution librairie toute récente, pas du roman qui ne m'avait pas encore donné son feu vert. Hors l'instant ad hoc, c'est râpé ; il me faudra une prochaine concordance favorable … pour le relire. Cabanes a su y faire, Manchette m'a laissé un tantinet sur voie de garage.

Je m'attendais tout simplement à autre chose … à du Manchette habituel, celui pur sucre, en chef de fil du néo-polar qu'il est. Il sait si bien s'y prendre qu'on en redemande à chaque fois. Tout en rapidité et concision, en flèches narratives fichées coeur de cible, en faits et gestes de ses héros désolidarisés de toute explication psychologique les concernant. Eh ben non : « Morgue pleine » impose d'emblée une autre facette du talent de l'auteur. Manchette, en éternel gourmand du polar noir US, rend ici un hommage marqué au genre. le néo-polar dont il est l'initiateur lui doit tant. Lui renvoyer l'ascenseur devient, ici, révérence et salut bas oblige. Il le fait dans l'urgence d'un porte-monnaie vide (payer les impôts affirme t'il en préface) et s'en sort bien (malgré tout). Il en reprend patiemment les formes archétypales, les clichés, borderline pastiche et parodie, tout sourire et franche jubilation perceptible. Manchette fait corps avec le modèle et court-circuite sa manière habituelle. Démarche logique : j'aurais dû m'en douter. Je n'ignorais rien du caractère atypique du roman dans la bibliographie de l'auteur, des objectifs qu'il ciblait. J'étais prévenu. La manière ne pouvait que différer.

Le "Je narratif" à l'oeuvre met le lecteur en empathie avec le héros. A l'ordinaire, Manchette s'en garde bien ; il ne nous montre son héros que par le petit bout de sa lorgnette. Comme à distance. Il n'explore, volontairement, qu'à minima la psychologie de ses personnages, ou du moins ne le fait qu'en rebonds de leurs faits et gestes. L'action masquant l'introspection, charge au lecteur d'assembler au mieux les pièces du puzzle.

L'humour fataliste et résigné gicle à chaque coin de phrases, l'aspect pastiche/parodie soft du polar noir US est réussi. Mais cela m'a éjecté du Manchette type, je n'y ai pas retrouvé mes marques. de plus, en écho aux intrigues touffues et alambiquées des maîtres du genre (Raymond Chandler et Cie), celle de « Morgue pleine » l'est tout autant, elle m'a perdu dans ses méandres.

En 1976, Manchette reviendra, avec « Que d'os !», vers le personnage d'Eugène Tapon. Une suite à ses aventures y sera donnée. Les intentions d'auteur y seront les mêmes. Me voilà prévenu. Je ne l'ai pas encore lu. Nul doute que mon ressenti, partant du bon pied, sera différent.

La BD :

Roman lu. Je reprends l'histoire, version BD, pour ce qu'elle est : un hommage au polar US d'antan. Ma désorientation première s'efface. Mon ressenti BD est tout autre. ... aux couleurs graphiques retrouvées des 70's.
A l'égal du roman, y mijotent certains marqueurs-type des 70's : la contre-culture, le gauchisme, le militantisme actif mais naïf de l'extrême-gauche … Via ses dessins, Cabanes montre plus que ne mentionne Manchette de ces années-là. Nostalgie. L'oeil se surprend à fouiller (par jeu) les vignettes, à la recherche des objets du quotidien de l'époque. Les pattes-d'eph, les pochettes de 33 tours (Miles Davis, Chet Baker), les unes de magazines (« Love Story », « Rock & Folk », « Pilote », « Lui »), les uniformes à képis, le formica des tables de cuisine, les voitures iconiques de l'époque (la deudeuche-camionnette, la 4L, la 3cv, le combi VW, la DS, l'Aronde, le tube-Citroën façon Louis la Brocante), l'exubérance psychédélique des tapisseries et des posters muraux (Jimi Hendrix), les motards sans casque, la clope à tous les becs ou presque, les paquets de gauloises cabossés/froissés/flétris, les postes fixes téléphoniques, les cabines-monnaie au coin des rues, le Ricard omniprésent, le design mobilier tout en laideur, Frank Zappa en imprimé t-shirt, la machine à écrire (ruban et ses feuilles carbone inclus). Ainsi se bâtit peu à peu un catalogue graphique, précis et jubilatoire, d'un quotidien suranné, celui d'une époque révolue.

En 2021, nombre de romans signés Manchette ont déjà été adapté en BDs. Tardi et Cabanes se partagent la plupart des titres en copiés/collés quasi constant des textes originaux (ultime hommage, me semble t'il). Leurs manières graphiques respectives sont différentes mais, toutes deux efficaces, enchantent. le premier use du contraste appuyé entre le noir et le blanc, de détails précis apportés au background, de la presque rondeur schématique des visages. Cabanes se fait volontairement imprécis, rapide, nerveux et vif, nuancé, coloré sans outrance, comme en demi-teintes. Les deux « racontent » Manchette ... que c'en est un vrai bonheur.

Manchette, Tardi, Cabanes … sacrée triplette.

Lien : https://laconvergenceparalle..
Commenter  J’apprécie          144
Allez ! vous pouvez mettre au placard vos Sam Spade ou autre Philip Marlowe. La fine fleur des détectives privés est français. Je parle bien évidemment du dénommé Eugène Tarpon.

Eugène Tarpon est un ancien gendarme mobile mis à pied après avoir tué accidentellement un manifestant. Il est devenu enquêteur privé mais ses affaires marchent mal. Il appelle sa vieille maman pour lui annoncer qu'il rentre au bercail. Son départ pour l'Allier est prévu pour le lendemain matin. Pour calmer ses nerfs, il boit des Ricard tièdes négligeant à la fin de la soirée de mettre de l'eau dans son pastis. À minuit, notre héros est tiré de son lourd sommeil par des coups de sonnette. Une jeune femme paniquée entre dans son modeste appartement et lui demande de l'aide. Sa colocataire a été lardée de coups de couteau et les premiers éléments trouvés sur le lieu du drame font d'elle la coupable idéale. Il refuse et lui conseille de prévenir la police. Déçue, elle l'assomme et s'enfuit. Eugène Tarpon décide de se rendre à l'appartement de la victime. le voilà pris malgré lui dans l'engrenage d'une affaire abracadabrantesque.

On retrouve dans « Morgue pleine » tous les codes du roman « hard-boiled » : détective privé, intrigue mystérieuse, femme fatale, filatures, bandits, fusillades, etc. Mais le roman est complètement décalé, ce qui fait son charme et son originalité. Les dialogues sont percutants et drolatiques et les personnages souvent ridicules. J'ai parfois eu l'impression de lire du Hammett cuisiné à la sauce Westlake avec un zeste de Manchette (je pense à la présence impromptue de terroristes d'extrême gauche bien naïfs). Alors oui, tout n'est pas rose dans le milieu des films pornographiques, mais que les gangsters américains et les vachers normands se méfient, Eugène Tarpon « is in da place » !
Commenter  J’apprécie          240
J'ai dit dans ma critique de "le Petit Bleu de la Côte Ouest" que Manchette ce n'est pas de la psycho, c'est de la socio.

Avec "Morgue Pleine", Manchette s'essaye justement à la psycho, en passant du "il" au "je" et en mettant en scène un privé de son invention : Eugène Tarpon (qui est également le principal protagoniste de "Que d'Os").

"Morgue Pleine" fut adapté à l'écran, en 1984, sous le titre "Polar". Eugène Tarpon y est interprété par Jean-François Balmer, ce qui est un bon choix à mon avis, car on l'imagine bien avec ce physique là.

Manchette dit de "Morgue Pleine" que c'est une histoire complétement "américaine". Pourtant, même si les péripéties de Tarpon sont extraordinaires pour un privé de son acabit, c'est encore une fois le Paris des 70's, dans tout ce qu'il avait de plus ordinaire et populaire qui est mis en avant, et non le Los Angeles de "L.A. Confidential".

Mais c'est vrai que "Morgue Pleine" peut être vu comme un hommage, et en même temps un pastiche, des polars américains des années 20 et 30. Jean-Patrick essaye d'y être drôle et ça marche souvent. L'écriture y est encore une fois impeccable.

PS : le roman vaut le coup rien que pour l'explication "psychanalytique" des motivations du meurtrier.



Commenter  J’apprécie          232
Jean-Patrick Manchette (1942-1995) est un écrivain français, auteur de romans policiers, critique littéraire et de cinéma, scénariste et dialoguiste de cinéma, traducteur. Reconnu comme l'un des auteurs les plus marquants du polar français des années 1970-1980, il est également connu pour ses opinions d'extrême-gauche. Morgue pleine, paru en 1973, est le quatrième roman de Jean-Patrick Manchette.
Le détective Eugène Tarpon est un ancien gendarme qui a quitté le métier après une sombre affaire de manifestant tué. Son cabinet, dans le quartier des Halles, n'est pas des plus florissants loin de là, d'ailleurs il se prépare à plier bagages pour retourner vivre avec sa mère dans un petit village de province quand il reçoit la visite d'un ex-collègue reconverti dans la formation d'agents de sécurité pour les entreprises confrontées à mouvements sociaux, qui lui propose de le rejoindre pour encadrer des équipes de briseurs de grèves. Ecoeuré, Tarpon le met à la porte et commence à se saouler.
Il reçoit alors une seconde visite, un jeune musicien ayant ouvert une boîte de jazz et qui se trouve aux prises avec des racketteurs. Agacé par la naïveté du jeune homme, le détective l'expulse de son bureau et s'endort avant d'être réveillé par une très jolie jeune femme, « plutôt une minette comme ils disent », prétendant s'appeler Memphis Charles, venue lui réclamer son aide. Sa colocataire a été égorgée et elle refuse d'aller voir la police de peur d'être suspectée.
Tarpon mènera l'enquête contre son gré, aidé par un vieux journaliste à la retraite, Heymann. Comme le titre du polar l'indique, les cadavres vont commencer à pleuvoir. Ajoutons des tueurs américains, un commando merdique de barbus gauchistes et un producteur de films (« euh…suédois » pour employer la terminologie de l'époque) pour étayer cette glauque histoire de famille avec un vieux père maffieux revenu au pays pour connaître sa fille et un frère barjot sexuellement perturbé.
J'avais lu Manchette dans ma jeunesse, La position du tireur couché par exemple, et je n'avais pas du tout aimé, m'étonnant des louanges de la critique pour cet écrivain que je trouvais particulièrement ennuyeux à lire. Quarante ans plus tard, ce Morgue pleine m'ouvre les yeux comme une révélation.
Une intrigue qui tient la route, une vraie écriture et tous les ingrédients du polar certifié. le privé et le commissaire aux noms gratinés, Eugène Tarpon pour le premier et Coquelet pour le poulet ! Tout le bouquin ne manque pas d'humour d'ailleurs, que ce soient les situations ou les réflexions de l'Eugène, Manchette fait son Dashiell Hammett en y introduisant une touche de fantaisie ironique. Ironie à son encontre ou clin d'oeil au lecteur ?
Autre plaisir de lecture, le bouquin date de 1973 et ça se voit, dans les marques des voitures, dans des réflexions comme « Il ressemblait à Jean Tissier » ou plus certainement encore dans l'évocation des gauchistes anti-impérialistes.
Un bon polar, tout à fait dans la tradition à l'ancienne, comme on dit pour les baguettes de pain. Pour information, le roman a été adapté au cinéma sous le titre Polar par Jacques Bral en 1983 avec Jean-François Balmer dans le rôle d'Eugène Tarpon.
Commenter  J’apprécie          141


critiques presse (1)
ActuaBD
06 janvier 2022
Scénariste de Tardi (sur "Griffu", notamment), Manchette sait faire parler les images et boucler les intrigues. Une aptitude que Max Cabanes arrive à sublimer de son dessin virtuose restituant avec brio le Paris des années Giscard.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
— Il faut vous en aller, monsieur ! a fait la responsable avec une pointe d’exaspération.
Elle était rose d’irritation. Elle était affreusement moche. Haymann s’est levé. Il a sorti un bouquin broché de la poche de son imper. Il l’a posé sur la table de chevet en le faisant claquer contre la tôle. C’était " Trois essais sur la théorie de la sexualité ".
— Ça manque de fesse, malgré son titre, a déclaré le journaliste. Mais j’ai pensé que ça vous endormirait.
Commenter  J’apprécie          100
J’ai secoué la tête pour m’éclaircir les idées. Vivre dans le rêve, je ne sais pas si c’était à cause du manque de nourriture ou du manque de sommeil, mais ça commençait à être mon activité principale. Et la réalité des choses n’arrangeait rien. Bien sûr qu’elle ne tenait pas debout, son histoire, à Memphis Charles ; mais qu’est-ce qui tient debout, de nos jours ? Des mômes de vingt ans attaquent les commissariats avec des bouteilles d’essence, et moi, j’avais tué, d’une grenade en pleine figure, un gamin qui lançait des pavés. Le monde est fou. J’aurais dû me tirer chez maman, comme j’avais prévu.
Commenter  J’apprécie          70
Écoutez, mon petit. (Je tâchais d'avoir l'air paternel et de bon conseil.) S'il y a eu meurtre, ou suicide, ou je ne sais quoi, il faut appeler la police et puis c'est tout. On ne s'en va pas en courant chez un enquêteur privé. Pas dans la vie réelle. Et d'abord, dans la vie réelle, un enquêteur privé, ça s'occupe de divorces, de surveillance de magasins et, quand ça a davantage de standing que moi, d'espionnage industriel. Pas de mort violente.
Commenter  J’apprécie          70
Méchamment éduqué. Il avait dû faire le concours externe, celui où il faut la licence, pour devenir commissaire. Un oiseau rare. Personnellement, j’ai du mal à comprendre les gens qui ont eu des facilités pour leur éducation et qui se mettent flics.
Commenter  J’apprécie          110
Les petits détectives privés, a dit Coccioli, il y en a de deux sortes. Les anciens flics et les repris de justice. Et des fois, c'est difficile de faire la différence. Si on juge par leurs façons.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Jean-Patrick Manchette (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Patrick Manchette
Spécial Eté ! Avant une petite trêve estivale !1,2,3 BD ! Chez les libraires ! présente les BD coups de coeurs de Jérôme et la librairie La planète Dessin à Paris !!! Et ce soir, ce n'est pas trois conseils de lecture mais plutôt la découverte des collections été des éditeurs à glisser dans les valises ! Lisez des BD et bonnes vacances. -Les incontournables du roman graphique(ALICE GUY Catel & Bocquet, LE CRÉPUSCULE DES IDIOTS Jean-Paul Krassinsky, GUIRLANDA Lorenzo Mattotti & Jerry Kramsky, MAGIC PEN Dylan Horrocks, QUATORZE JUILLET Bastien Vivès & Martin Quenehen, JOHNNY CASH - I SEE A DARKNESS Reinhard Kleist) chez Cas-terman -Version poche (La mémoire dans les poches Récit de Luc Brunschwig. Dessin d'Étienne le Roux, Mauvais garçons Récit de Christophe Dabitch. Dessin de Benjamin Flao, La position du tireur couché D'après le roman de Jean-Patrick Manchette. Adaptation et dessin de Tardi, …) -La sélection BD poche (Seconds de Bryan Lee O'Malley, Glenn Gould de Sandrine Revel, Riche, pourquoi pas toi ? de Marion Montaigne, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Opération Copperhead de Jean Harambat, Noire d'Émilie Plateau, d'après Tania de Montaigne, Lip, des héros ordinaires de Laurent Galandon et Damien Vidal, le Retour de la bondrée d'Aimée de Jongh, le Mystère du Monde Quantique de Thibault Damour et Mathieu Burniat, Guantanamo Kid de Jérôme Tubiana et Alexandre Franc) chez Dargaud -Sarbacane 20 ans (L'Aimant Édition poche Lucas Harari, le dieu vagabond Édition poche Fabrizio Dori, Dans la forêt Édition poche Lomig, Un travail comme un autre Édition poche Alex W. Inker) -La Boîte à bulles 20 ans (La plus belle femme du monde Dorange et Roy, Dans les vestiaires le Boucher, L'immeuble d'en face Vanyda, Kaboul Disco Wild) -Collection Nomad Urban Comics 1,2,3 BD c'est le jeudi à 18h30 sur la chaine Youtube et les RS. Trait pour Trait parcourt toujours les librairies de France pour des conseils de lecture. #GALERIE #BD #POPCULTURE #BANDEDESSINEE #COMICBOOKS #9EMEART#MANGA Retrouvez 1,2,3 BD ! Chez les libraires! sur : https://www.youtube.com/TraitpourtraitBD https://www.facebook.com/TraitpourTraitBD https://www.instagram.com/traitpourtraitbd/ https://twitter.com/TPTBD
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (313) Voir plus



Quiz Voir plus

Un coup de Manchette

"Le terrorisme gauchiste et le terrorisme étatique, quoique leurs mobiles soient incomparables, sont les deux mâchoires du même piège à cons" affirme avec sagacité un personnage de ce roman au titre nihiliste....

Jamais sans mon AK 47
Nada
Non, rien de rien
Nevers est contre tout

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Patrick ManchetteCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..