AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Maspero (Traducteur)
EAN : 9782020982634
225 pages
Éditeur : Seuil (12/03/2009)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 123 notes)
Résumé :
Au premier siècle de notre ère, le philosophe et naturaliste Pomponius Flatus entreprend un voyage aux confins de l'Empire romain à la recherche d'eaux miraculeuses. Le hasard conduit ses pas à Nazareth, où le tribun Appius Pulcher doit procéder à l'exécution du charpentier du village, accusé du meurtre d'un riche citoyen répondant au nom d'Epulon. Convaincu de l'innocence de son père, le fils du charpentier, un enfant charmant mais quelque peu étrange, supplie Pomp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  21 juin 2016
Je commence un peu à me lasser du style d'Eduardo Mendoza. J'avais adoré le mystère de la crypte ensorcelée puis le labyrinthe des olives. Que ce soit son ton humoristique, son style déjanté, des personnages originaux et détraqués, des aventures tirées par les cheveux, abracadabresques, à la limite du possible. Bref, il ne se prenait pas trop au sérieux et c'était rafraichissant. Mais trop, c'est comme pas assez. Quelques uns de ses autres romans m'ont laissé de marbre. Et, avec Les aventures miraculeuses de Pomponius Flatus, mon désenchantement se poursuit. Mais bon, avec cet auteur, on aime ou on n'aime pas, il ne semble pas y avoir de juste milieu.
Dans ce roman, Pomponius Flatus (déjà, un nom ridicule), un philosophe et naturaliste romain délaisse sa vie vide de sens et entreprend un voyage vers l'Orient, où des eaux aux aux vertues purifiantes sont supposées lui apporter la sagesse intérieure. Malheureusement, au début du premier siècle de notre ère, le Levant n'est pas très sécuritaire et il des fait détrousser dans les environs de Nazareth. Pour subvenir à ses besoins, il accepte moyennant rémunération de mener une enquête : le jeune Jésus, douze ans, veut qu'il innocente son père Joseph du meurtre d'un riche marchand grec.
L'enquête est sérieuse (des recherches méthodiques ont surement été requises) et les personnages sont crédibles. Et je ne suis pas puriste ni religieux au point de voir une offense dans l'utilisation des figures historiques-religieuses telles Jésus, Joseph et Marie. Mais je n'en vois pas la nécessité. C'est inutilement provocateur. D'autant plus qu'il s'agit d'une parodie malgré tout. Il s'en dégage une légèreté qui, si elle fonctionnait ailleurs, n'est pas appropriée ici. Dans tous les cas, l'intrigue en souffre. le dénouement, même s'il respecte la logique de l'oeuvre, est trop facile à mon gout. Bref, une grande déception dans mon cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Sharon
  05 février 2014
Gonflé ! Et fortement érudit.
Je ne veux pas trop vous en dévoiler sur l'intrigue, pour ne pas vous gâcher l'effet de surprise de cette intrigue remarquablement construites, où chaque péripétie est à sa place, sans excès. le propre de la véritable érudition est de passé tout seul, sans effet de manche, avec une écriture limpide, drôle, qui appelle un chat un chat, et une hétaïre, une hétaïre.
Pomponius écrit donc une lettre à son meilleur ami pour lui raconter ses tribulations en Palestine, et il n'est pas déçu de son voyage. Philosophe, mais pas passif, il est amené à enquêter pour innocenter un intègre charpentier, à la demande du jeune fils de celui-ci. Comme il n'est pas juif, il n'a pas les mêmes scrupuleuses règles que le condamné et peut se permettre quelques libertés dans son enquête, y compris celle de faire tourner en bourrique un humble porte-enseigne aussi baraqué que naïf. Comme il est romain, de l'ordre équestre qui plus est, il bénéficie d'une certaine impunité face à ses démarches un peu hasardeuse. Je me permets tout de même un petit spoiler : il bénéficie aussi d'aides en haut lieu.
Drôle et réaliste, émaillé de mythe et de récits érudits, les aventures miraculeuses de Pomponius Flatus est un roman policier non conventionnel, un roman historique pas barbant, une biographie non pontifiante, qui compose une oeuvre majeure, d'un écrivain qui ne l'est pas moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
nathalie_MarketMarcel
  05 mai 2020
Le narrateur, Pomponius Flatus, est un philosophe romain, voyageant pour augmenter son savoir, mais aussi pour tester toutes les sources guérisseuses. le hasard l'amène à Nazareth. Un enfant, Jésus, le charge d'élucider un crime dont son père, Joseph, un charpentier, est accusé injustement – il risque d'être crucifié.
C'est un petit roman tout à fait plaisant. Nous avons une intrigue policière avec un mort en chambre close et un tribun romain peu intéressé par la question. Il y a une foule de personnages : Jésus et sa famille, un mendiant, une prostituée, des soldats romains, des bandits juifs… Et bien sûr, le tout avec moult clins d'oeil qui nous rappellent une autre histoire : les ragots qui disent que Jésus n'est pas vraiment le fils de son père, le mendiant Lazare qui n'a rien d'un saint, une scène de quasi-sacrifice dans le cimetière, un cadavre qui disparaît, un gars fan de voitures nommé Judas (ou Judas Ben-Hur), etc. Tout cela est très amusant ! Coupler l'histoire sainte à une enquête policière produit des effets tout à fait cocasses. Et puis l'incompréhension totale des Romains devant les histoires des Juifs est assez bien rendue (mais pourquoi tous ces gens cherchent-ils le Messie ?).
C'est cocasse, mais pas irrespectueux, car Pomponius, tout affligé de flatulences qu'il soit, est un philosophe, assez curieux de connaître les mythes des uns et des autres et sceptique à l'égard des différents dieux. D'ailleurs, il rêve aussi de corbeau et de renard et de fromage. le roman est inséré dans un pseudo voyage philosophique, à la rencontre des divers peuples du monde – Nazareth est une étape comme une autre. L'usage de formules rappelant l'épopée (l'Aurore aux doigts de rose, Zara aux belles chevilles) souligne les manières élégantes, un peu ampoulées du narrateur (il est un peu enflé à tous les sens du terme).
Tous les personnages ont l'air d'avoir quelque chose à cacher. L'astuce est que ce quelque chose n'a rien à voir avec le crime comme le croit le narrateur, mais avec la suite de l'histoire chrétienne, comme le sait pertinemment le lecteur. Pomponius finira-t-il par identifier le vrai mystère de ce roman ? L'humour et l'intérêt du récit reposent en grande partie sur ce décalage. La narration est effectuée par quelqu'un qui ne voit pas ce qui se passe sous ses yeux et qui interprète mal les signes exposés. C'est plutôt réjouissant.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
miriam
  29 mai 2020
Après une série de lectures épidémiques dans la Contagion du Covid, des livres tragiques, voici une bouffonnerie pour sourire maintenant que l'horizon s'élargit. 
De Mendoza j'ai beaucoup aimé La Ville des Prodiges qui est un livre passionnant  racontant Barcelone,et  beaucoup ri avec La Grande Embrouille et le Mystère de la Crypte ensorcelée deux polars brindezingues, moins aimé le labyrinthe aux olives de la même veine que les deux précédents. 
Les Aventures Miraculeuses de Pomponius Flatus pourraient être qualifiés de polar biblique. L'action se déroule aux temps de l'enfance de Jésus, à Nazareth. le détective, Pomponius Flatus,est un philosophe romain affligé de désordres intestinaux (flatus comme flatulences) à la recherche d'eaux thermales curatives dans les provinces asiatiques de l'Empire romain. 
A peine débarqué d'une caravane nabatéenne, il rencontre une légion romaine qui doit rétablir l'ordre en Palestine et qui l'accompagne jusqu'à Nazareth. Pomponius est contacté par l'Enfant Jésus : on va crucifier Joseph, accusé de meurtre. C'est Joseph, le charpentier, qui doit fabriquer sa croix. Pour sauver Joseph, il faut chercher le coupable.
A propos de Joseph : 
".....rumeur persistante selon laquelle Joseph, veuf d'un certain âge, a contracté des fiançailles avec une très jeune
personne nommée Marie, laquelle, presque aussitôt, présenta des signes non équivoques de grossesse....."

"Dieu a dit : « Tu ne tueras point », et j'ai été fidèle à la volonté de Dieu. Je suis d'un naturel peu porté à la
violence. Une fois, j'ai douté de l'honnêteté de mon épouse et j'ai été sur le point de lui donner une raclée."
L'humour de Mendoza est ravageur. J'ai ri aux éclats aux détournements des Ecritures et souri aux allusions (parfois bien appuyées) mythologie greco-romaine, histoire romaine, et surtout références à l'histoire sainte. Une lecture jouissive.
Quelques "perles" pour vous donner envie d'en lire plus :
A propos de la "victime" qui s'est fait passer pour assassiné :
"Voilà bien, en vérité, une idée originale, admis-je. Être enterré trois jours et ressusciter au bout du troisième. Qui
pourrait croire une chose pareille ? "

A propos de Jésus que Pomponius prétend vouloir adopter pour le protéger en en faisant un citoyen romain :
"Je ne veux pas être citoyen romain, dit Jésus. de plus, j'ai déjà un père. Et un autre, putatif. Je n'ai pas besoin
d'un troisième. Et enfin, dire des mensonges, c'est offenser Dieu."
Je pourrais multiplier les exemples de références bibliques ; Mendoza s'inspire aussi de la culture gréco- latine
A propos de Cave canem , écriteau reproduit en grec, hébreu :

Ce doit être un chien très dangereux, pour mériter un avertissement aussi pléonastique,

pas très fin mais cela m'a fait rire :

Et comme il n'y avait rien d'autre de disponible, j'ai opté pour me masturber en lisant La Guerre des Gaules.
le bruit court que le désordre règne à Nazareth, le prix du terrain dégringolera, et cela, par Hercule, nous ne
pouvons le permettre. 
son nom complet était Judas Ben-Hur, qu'il n'avait rien à voir avec les mouvements séparatistes et que son unique
passion était les courses de chars.

Je me suis bien amusée, à vous de le lire! 
Lien : https://netsdevoyages.car.blog
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mosaique92
  26 novembre 2014
J'ai hésité entre deux et trois étoiles car j'ai retiré une impression mitigée de la lecture de ce livre.
L'histoire est ingénieuse : une enquête policière effectuée par un philosophe romain de passage en Jordanie assisté d'un jeune enfant, Jésus ; ce dernier a demandé à Pomponius de l'aider à retrouver le vrai coupable d'un meurtre imputé à son père Joseph, lequel est condamné à la crucifixion…
Bien entendu, l'histoire se déroule à Nazareth. C'est très bien documenté : une foule de détails sur la vie des juifs et des romains et sur l'architecture et les moeurs de l'époque rendent le récit très vivant. C'est une suite de péripéties toutes plus burlesques les unes que les autres mêlant histoire et fiction. On assiste au télescopage des dieux romains et de Yahvé qui donne lieu à quelques critiques bien senties sur les religions. Les personnages sont souvent caricaturaux à souhait.
Mais toute cette mécanique est gâchée par les allusions continuelles aux flatulences du héros (ses expériences précédentes lui ont déréglé les intestins) et à la sodomie… à croire que celle-ci se pratiquait en permanence, dans tous les milieux et dans tous les coins (un aspect de l'histoire que mes livres scolaires – ou autres – n'avaient jamais mis en lumière !!).
En conclusion : le burlesque, oui ; la paillardise, non
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   13 juin 2016
La situation, Fabius, était devenue critique, car quand la plèbe se heurte à la détermination, à l'unité et à la force, elle est naturellement soumise et même abjecte, mais quand elle perçoit les symptômes de l'hésitation, de la discorde ou de la défaite, alors elle devient insolente et téméraire, et il suffit alors que quelques individus, protégés par leur anonymat, répandent des rumeurs, aggravent les insultes et fassent miroiter des perspectives de pillage pour que, sur les eaux les plus tranquilles, se déchaine une tempête qui emporte tout sur son passage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
SachenkaSachenka   08 juin 2016
- [...] Mais revenons à notre affaire : le monde est un nid de serpents venimeux. Le mieux est d'être pauvre et couvert de plaies. Ainsi, on ne provoque pas l'envie et on n'excite pas la jalousie d'autrui. Il est évident aussi que les femmes ne font pas grand cas de moi. Une chose en entraîné une autre. Avoir des femmes et des richesses ne sert à rien si c'est pour finir poignardé. Les derniers seront les premiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
kanarmorkanarmor   25 mars 2014
Je connais cet enfant insupportable depuis qu’il est arrivé à Nazareth ! Je l’ai accueilli un temps à la synagogue pour qu’il y soit instruit, mais j’ai fini par l’expulser pour ses opinions hérétiques et sa persistante insubordination. Déjà, alors, je lui annoncé une carrière de délinquant et lui ai prédit qu’il finirait en prison ou même sur la croix, comme son père, qui n’est autre que Joseph, l’assassin condamné !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RusenRusen   15 octobre 2016
La rue était déserte et, dans le silence de la nuit, le vent apportait le bruit des armes et le martellement des pas des patrouilles sur le pavé. Ce même vent dissipait la fétidité de mes constantes ventosités. Je sais que ce grossier détail n'augmente pas le mérite du récit, mais je suis attaché à l'étude de la Nature et de ses phénomènes, non de la Poésie et de ses formes, et je crois que s'ils avaient été à ma place, ni Archimède, ni Thalès de Milet, ni Strabon, dans leurs doctes traités, n'auraient omis ce détail pour des raisons d'esthétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SachenkaSachenka   07 juin 2016
- Si. Personne ne ment totalement, et même s'il le fait, tout mensonge contient des éléments de vérité. Ou le contraire.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Eduardo Mendoza (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eduardo Mendoza
Rencontre avec Eduardo Mendoza en partenariat avec l'Institut Cervantès de Bordeaux. Entretien avec Yves Harté.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/Recherche/Auteur/301-160316/eduardo-mendoza
Note de Musique : Free Musique Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Découvrez Eduardo Mendoza en vous amusant

Je commençais à m'inquiéter, j'étais sans nouvelles de ...?... depuis maintenant plusieurs jours. Pas de lettres, pas de SMS, pas d'appels. Rien, Nada !

Blurb
Gurb
Glub
Glurb

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Eduardo MendozaCréer un quiz sur ce livre

.. ..