AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Anabel Herbout (Traducteur)Edgardo Cozarinsky (Traducteur)
EAN : 9782020333061
181 pages
Seuil (20/01/1998)
3.63/5   254 notes
Résumé :
Deux pensionnaires d'un collège religieux de Barcelone ont disparu. Une nonne délirante et un policier véreux promettent la liberté à un délinquant fou à condition qu'il éclaircisse le mystère.
Ce roman policier d'une férocité parodique porte sur l'Espagne de l'après-franquisme un regard aussi cocasse qu'impitoyable.
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,63

sur 254 notes

J'avais lu Sans nouvelle de Gurb précédemment, je me doutais donc qu'en attaquant le mystère de la crypte ensorcelée, je plongeais dans un univers bizarre.

Le narrateur est interné dans un hôpital psychiatrique suite à ses problèmes avec la justice. Un policier pas très clean et une nonne allumée viennent l'en tirer pour enquêter sur la disparition de deux donzelles pensionnaires d'un établissement religieux.

Rien moins qu'enquêteur, notre bonhomme est largué dans Barcelone pour retrouver les collégiennes et trouver le fin mot de l'histoire. Est-il utile de préciser que ce n'est pas gagner d'avance?

Eduardo Mendoza multiplie les péripéties étranges et/ou grotesques sur la route de son (anti)héros. C'est l'occasion de dézinguer à tout va le vernis de la société espagnole. Sous ses airs foutraques le récit se révèle plutôt noir et caustique. Mieux vaut attacher sa ceinture en commençant le roman.

Je ne lirais pas plusieurs ouvrages d'affilée de ce genre mais la découverte est plaisante. L'auteur crée son propre univers tordu pour réveiller les consciences et faire rire aussi. le mystère de la crypte ensorcelée est le premier tome d'une trilogie avec le narrateur non nommé. A suivre donc.

Commenter  J’apprécie          382

Eduardo Mendoza vient de me faire passer de bons moments de lecture!

Au tout début de ce Mystère de la crypte ensorcelée, le narrateur m'a paru -un court instant- insupportablement bavard... Mais je me suis "fait" à ces personnages au langage sophistiqué voire alambiqué.

C'est réjouissant et très drôle.

Au début (encore) on se croirait dans Vol au-dessus d'un nid de coucous.... Mais l'innommé narrateur (pas si fou) est lâché dans la nature par un commissaire de police assez fainéant et un médecin psychiatre pas trop regardant.

Le héros entreprend une enquête aussi vague qu'improbable, dans laquelle son flair est aussi fin que les odeurs qu'il dégage sont pestilentielles... Eduardo Mendoza prenant un malin plaisir à souiller et empuantir son héros à l'extrême!

Au passage, le lecteur fait la connaissance de Candida, la soeur du fou, et du suédois (le cadavre de l' intrigue).... Personnage liés à une invraisemblable histoire de disparition de jeune fille!..

L'intrigue policière, menée à la va-comme-je-te-pousse, ne m'a pas semblé le point le plus intéressant du roman de Mendoza... C'est plutôt cet enchainement de situations tellement drôles et le récit terriblement bavard du narrateur, qui fait le suc de ce récit... Et ces considérations sur une société qui mute et se transforme (la tirade du dentiste, sur le sujet, est particulièrement savoureuse!).

J'ai donc hâte de lire d'autres livres d''un auteur qui a su me retenir en ses pages de si belle façon!

Commenter  J’apprécie          280

A dire vrai je suis resté sur ma faim. C'est vrai, les dialogues sont croustillants, j'ai ri parfois, souri souvent de ces envolées lyriques dont je me demandais où elles mèneraient. C'est rocambolesque et parfois on dirait du San-Antonio, dans la bouche de Bérurier avec, à la place de l'argot, des mots alambiqués. le mot "prépostfranquiste" est fabuleux, comme ubiquiste et d'autres, comme le leitmotiv : c'était mieux avant, soit du temps de Franco. Oui, Mendoza se paie la tête de ses concitoyens avec malice et humour décalé, impitoyable et absurde.

Je pense que le livre en version originale doit dire et révéler beaucoup plus que sa traduction que j'ai trouvé mauvaise, trop proche du dictionnaire, pas assez interprétée, exemple : cafetière pour voiture, j'aurais traduit, bagnole ou tire ou char ou charrette mais pas cafetière, idem melonnière pour poitrine, jamais entendu. Il doit y avoir des calembours et des jeux de mots un peu partout et, notamment avec les noms des personnages, qui nous échappent. Dommage !

L'intrigue policière est mièvre mais ce n'est pas un polar, quant à autantenemportelevent, le principal protagoniste, il s'exprime remarquablement pour quelqu'un ayant grandi dans la rue, sans instruction.


Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          272

Que peut faire un délinquant interné depuis plusieurs années en hôpital psychiatrique pour actes anti-sociaux, quand un commissaire de police et la mère supérieure d'un internat de jeunes filles l'investissent d'une mission très particulière, celle d'enquêter à leur place sur l'énigmatique disparition de deux pensionnaires de la vénérable institution des soeurs lazaristes ?

Notre picaro, adepte de la rhétorique, n'a d'autre choix que de tenter de percer un mystère qui va vite se révéler aussi complexe que semé d'embûches...

Un roman volubile et pétillant qui, dans une langue superbe, châtiée et stylisée à souhait, nous embarque dans une histoire des plus loufoques et des plus cocasses au côté d'un personnage issu de la plus pure tradition picaresque, aussi hilarant que fin observateur malgré son statut de délinquant aliéné.

Mais au fil d'évènements rocambolesques et sous le couvert de l'humour cocasse, affleure une peinture peu reluisante de l'Espagne post-franquiste : corruption policière, misère, prostitution, bourgeoisie mafieuse...

Un roman plein de peps et d'entrain qui décrit toutefois l'envers d'un pays accablé de pauvreté.

Un agréable moment de lecture.

Commenter  J’apprécie          220

Véritable roman noir ou habile parodie ? Picaresque moderne (avec le antihéros par excellence, un personnage issu des couches les plus basses de la société et dont la morale est souvent discutable) ?

Sans rentrer dans ce débat, c'est à mes yeux une petite pépite …

Prenons le héros tout d'abord. Anonyme dont le véritable nom ne sera jamais révélé, il souffre d'une défaillance mentale (et non pas d'une déficience, sa folie est toute relative !) qui lui donne une perception / interprétation fantaisiste(s) de la réalité. Il se fait « engager » par des puissants de Barcelone à cause de sa connaissance des bas-fonds de la ville pour résoudre cette enquête. S'il réussit, on lui promet la liberté (autrement dit, bye bye asile et bonjour ce qu'il imagine être une vie de rêve!). S'il échoue, tant pis, ce ne sera qu'un inconnu qui, mué par ses « légers » problèmes psychologiques, se sera mêlé de quelque chose qui ne le regardait pas. Un dommage collatéral excellent en fait...

Voici le point de départ d'une enquête noire, très noire, qui scrute à la loupe les différents milieux de Barcelone (du commissaire à l'homme politique en passant par les religieuses), pour nous livrer, dans un second degré acide, une véritable critique de la société de l'après-dictature franquiste.

Au-delà de cet portrait amer, la grande réussite de ce roman est, à mes yeux, la narration. Eduardo Mendoza aurait pu se contenter de nous livrer un formidable roman noir, le contexte s'y prêtait. Mais il ne s'est pas arrêté à cela.

La narration à la première personne, sorte de mémoires d'un héros pas comme les autres, nous fait pénétrer dans les méandres de différents milieux avec les yeux du protagoniste, nous fait interpréter les choses à sa façon, dans le langage raffiné de celui qui veut être pris au sérieux et qui est convaincu d'être ce que nous savons qu'il n'est pas. Sa perception, souvent surprenante des choses est biaisée, et à plus d'une reprise un sourire s'est franchement dessiné sur mes lèvres… Sans parler du burlesque de certaines situations (fou oblige), et de la noirceur de certains personnages qui m'a conduite à me demander si en définitive, il ne valait pas mieux avoir la folie du héros.

Je me répète, une pépite…. Suivie de 3 autres aventures que j'ai dévorées tout aussi vite…


Lien : http://lelivrevie.blogspot.f..
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation

- Comme c'est étrange, commençai-je. La mémoire est le survivant ultime après le naufrage de notre existence, le passé exsude des stalactites dans le vide de notre exécutoire, le rempart de nos certitudes s'écroule sous la brise légère de nos nostalgies. Je suis né à une époque que je juge triste a posteriori. Mais je ne vais pas faire un cours d'histoire : il est possible que toute enfance soit amène. L'égrènement des heures était mon laconique compagnon de jeux et chaque nuit apportait, toute prête, une triste séparation. Je me souviens que je jetais avec joie le temps par-dessus bord dan l'espoir que le globe prendrait son vol et m'entrainerait vers un futur meilleur. Désir fou, car nous serons toujours ce que déjà nous fûmes.

Commenter  J’apprécie          220

La pension vers laquelle je me dirigeai était commodément située à un détour de la rue Tapias, et portait l'enseigne de l'hôtel Cupidon, tout confort, bidet dans toutes les chambres. Le préposé ronflait comme un sonneur et se réveilla furieux. Il était borgne et porté au blasphème. Il consentit non sans rechigner à troquer montre et Bic contre une chambre avec fenêtre pour trois nuits. Il allégua contre mes protestations que l'instabilité politique avait entamé l'afflux touristique et diminué les investissements privés de capital. Je répondis que si ces facteurs avaient affecté l'industrie hôtelière, ils avaient également touché l'industrie horlogère et celle du stylo-bille, qu'elle s'appelle ou non de la sorte. Sur quoi, le borgne rétorqua qu'il s'en fichait, que trois nuits, c'était son dernier mot, à prendre ou à laisser. Le marché était abusif mais il ne me restait pas d'autre remède que d'accepter. La chambre que le sort m'octroya était une porcherie qui sentait l'urine. Les draps étaient si sales que je dus les décoller par à-coups ; je découvris une chaussette trouée sous l'oreiller. La salle-de-bains commune était une vraie piscine, les cabinets et le lavabo étaient bouchés ; il flottait d'ailleurs dans ce dernier une substance visqueuse et irisée dont les mouches se montraient friandes. Je renonçai à me doucher et regagnai ma chambre.

Commenter  J’apprécie          80

On entendait, à travers les cloisons, des expectorations, des halètements et, sporadiquement, des pets. Je me dis que si un jour j'étais riche, je ne me permettrais qu'un luxe, celui de fréquenter exclusivement des hôtels à une étoile minimum. Tandis que je piétinais les cafards qui couraient sur le lit, je ne pus m'empêcher de me souvenir de ma cellule à l'asile, si hygiénique, et je confesse que j'en éprouvai de la nostalgie. Mais il n'y a pas de plus grande richesse que la liberté, dit-on, et il n'était pas question de la sous-estimer maintenant que j'en jouissais. Je me mis donc au lit avec cette idée consolante et tentai de m'endormir en ressassant l'heure à laquelle je voulais me réveiller : car je sais que le subconscient, en plus de dénaturer notre enfance, déformer nos attachements, nous rappeler ce que nous sommes anxieux d'oublier, nous révéler ce que notre condition a d'abject, en bref, nous démolir la vie, fait aussi office de réveil quand on en a envie, comme par une sorte de compensation.

Commenter  J’apprécie          90

Je crois arrivé le moment de dissiper les doutes possibles qu'un aimable lecteur aura pu engranger jusqu'ici à mon égard. Je suis, en effet, ou plutôt j'ai été, sous un forme non alternative mais cumulative, un fou, un scélérat, un délinquant, un individu d'instruction et de cultures déficientes du fait que je n'ai eu d'autre école que la rue, d'autre maître que les mauvaises fréquentations; mais je n'ai jamais fait montre de la moindre sottise: les belles paroles enchâssées dans le bijou d'une syntaxe correcte peuvent m'éblouir quelques instants, brouiller ma perspective, troubler ma représentation de la réalité; mais ces effets ne sont pas durables [...]

Commenter  J’apprécie          60

-- (...) Aidez-moi à sauter : j'ai acheté un pantalon deux tailles au-dessous de la mienne dans une accès d'autosatisfaction.

Je lui tendis la main.

"Non mon vieux, pas comme ça. Prenez-moi par la taille, n'ayez crainte, je ne vais pas me casser. J'ai connu des bousculades plus fortes. Seriez-vous timide, refoulé ou tout simplement maladroit ?"

Son corps se heurta au mien et, la lâchant précipitamment, je me mis à contempler la lune qui brillait derrière mon dos pour dissimuler l'érection digne de remarque que son contact avait provoquée.

Commenter  J’apprécie          70

Videos de Eduardo Mendoza (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eduardo Mendoza
Rencontre avec Eduardo Mendoza en partenariat avec l'Institut Cervantès de Bordeaux. Entretien avec Yves Harté.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/Recherche/Auteur/301-160316/eduardo-mendoza
Note de Musique : Free Musique Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Découvrez Eduardo Mendoza en vous amusant

Je commençais à m'inquiéter, j'étais sans nouvelles de ...?... depuis maintenant plusieurs jours. Pas de lettres, pas de SMS, pas d'appels. Rien, Nada !

Blurb
Gurb
Glub
Glurb

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Eduardo MendozaCréer un quiz sur ce livre