AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

François Maspero (Traducteur)
EAN : 9782020581134
368 pages
Seuil (18/05/2004)
3.64/5   108 notes
Résumé :
Mis à la porte de l'asile où il est resté enfermé pendant de longues années, le personnage du Mystère de la crypte ensorcelée et du Labyrinthe aux olives fait un retour fracassant dans une Barcelone transformée. Coiffeur occasionnel, bohème et voyou impénitent, il se voit obligé de mener l'enquête sur l'assassinat d'un homme d'affaires important afin de ne pas être accusé de meurtre.

Mais si le personnage est toujours aussi rocambolesque, la ville, el... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 108 notes
5
2 avis
4
1 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis

Ambages
  13 septembre 2017
L'artiste des Dames est un somptueux salon de coiffure où j'irai volontiers faire un petit tour mais certainement pas pour me faire coiffer. le propriétaire est le frère du narrateur et peu présent dans cette histoire. Celui qui tient la vedette, c'est le narrateur. Un magnifique spécimen, comme on en rencontre peu. Fin psychologue après avoir passé de nombreuses années -en tant que patient- dans un asile psychiatrique, une fois revenu à la vie civile il cherche à retrouver sa soeur. Celle-ci est justement mariée au propriétaire du salon, d'où la proposition d'embauche qui arrange bien les petits papiers du beauf, qui a d'autres occupations, bien loin des cheveux. Après avoir remis un peu d'ordre dans ce somptueux salon crasseux, poussiéreux et minuscule où peu de clients viennent (c'est-à-dire aucun), il se retrouve embrigadé dans une sombre affaire et va devoir commettre un vol (bien contre sa volonté mais il lui est toujours difficile de refuser ses services, clientèle oblige -surtout quand elle est bien roulée et maîtrise le chantage, juste un peu). A partir de là Eduardo Mendoza va embarquer le lecteur dans une histoire loufoque, caustique et complètement déjantée avec une belle satire de la haute magistrature de Barcelone. Ce roman a l'aspect du polar avec le burlesque en prime et j'avoue avoir passé un très bon moment de lecture (toutefois, moins drôle que Sans nouvelles de Gurb).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
CorinneCo
  29 novembre 2020
« Il » sort d'un asile psychiatrique où il fut interné pendant plusieurs années. A titre abusif ? Sûrement. Il se retrouve dans une Barcelone qui a bien changé à ses yeux. Au passage petite allusion à Onofre Bouvila de la part du personnage principal en début de narration (ce que j'ai apprécié).
Normal que l'on ne puisse nommer ce personnage puisque ses parents ne l'ont pas reconnu à sa naissance. Rationnel que tout soit « contourné » puisque c'est lui le narrateur de cette histoire et qu'il est « fou ».
Car ce récit est délicieusement absurde, loufoque, délirant, burlesque... Tous les personnages ont un discours ou une attitude irrationnelle, saugrenue ; Est-ce parce qu'ils sont vraiment caricaturaux ? Disjonctés ? Ou bien est-ce le regard du narrateur qui déforme tout autour de lui ?
Edouardo Mendoza nous plonge dans une loufoquerie qui pourrait lasser certains lecteurs par la profondeur de la bizarrerie alimentant chaque page. Certains diront : trop c'est trop !
Derrière se cache la critique mordante de la société et des institutions espagnoles. Mendoza n'épargne pas grand monde. Les pauvres comme les riches, les bourgeois comme les ouvriers, les différents pouvoirs politiques, les pouvoirs publics, le monde du travail, etc.…
« Il » est un ancien délinquant, voleur, escroc, qui au lieu d'être incarcéré, s'est retrouvé à l'asile ; Décidé à rester dans le « droit chemin », il devient « gérant » du salon de coiffure de son beau-frère : « l'artiste des dames » ! Lieu improbable pour un apprenti coiffeur catastrophique mais remplit de la meilleure volonté du monde ! Commerce à la clientèle quasiment inexistante, laissé pratiquement à l'abandon par un beau-frère plus préoccupé par ses pulsions sexuelles que par la prospérité de sa boutique.
C'est dans ce capharnaüm à la gloire du cheveu que « Il » va plonger dans une histoire de vol, de meurtre où il deviendra le principal suspect et devra prouver son innocence.
Entre en scène une succession de personnages savoureux dont la palme revient à Monsieur le Maire, politicien corrompu et abruti de haut vol, ici en pleine campagne pour sa réélection. Les autres : un immigré africain philosophe et extrêmement myope, un avocat véreux pathétique, un homme d'affaire assassiné, un tueur à gages, des policiers douteux, un homme qui est une femme, une prostituée fétichiste au grand coeur, une Ivette qui est en fait deux, etc. Les personnages féminins ne sont pas les plus épargnés : femmes vénales, mégères, ravissantes garces...
Il y a chez Mendoza une férocité du trait, une lucidité ironique de la situation, camouflée derrière le burlesque et l'imprévisibilité des personnages.
Le héros de cette histoire, malgré son passé chaotique, a une propension miraculeuse à se sortir des situations désespérées : est-ce malgré tout son regard décalé sur les êtres, la vie, qui le protège ? Est-ce une clairvoyance pointue de la nature humaine cachée sous son air d'imbécile ? ; D'ailleurs tous pensent berner ce crétin prodigieux….
Ce livre aurait pu être un roman policier comme tant d'autres et devient un grand guignol attachant, où « un fou » avec le plus grand sérieux, se démène pour savoir qui a tué Manuel Pardalot, directeur de la société « Le Filou Espagnol » alors que beaucoup aimerait que ce soit lui. Certains passages du livre pourraient même devenir des sketchs.
Si on laisse de côté l'aspect divertissant de l'histoire (humour, loufoqueries en tout genre….) « notre héros » a vécu une vie infernale dans cet asile et à sa sortie, dans un quartier oublié de Barcelone, il mène une existence à la limite de la misère sociale, âpre et définitive. Et puis il y a cet épilogue - à la Frank Capra – comme si le rire dissolvait la noirceur souterraine de l'histoire et apportait vaille que vaille un souffle d'espérance...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
unetassedebonheur
  26 mai 2014
Si vous avez envie de rire, comme vous l'avez fait en regardant les "Tontons flingueurs"... Si vous avez envie de faire un cluedo et deviner qui a tué Pardalot... Si vous avez envie de lire un bon roman dont l'écriture élaborée contraste avec les personnages sulfureux de ce Barcelone miséreux, et il faut le dire un peu pourrie, alors n'hésitez pas à lire l'artiste des dames.
Cañuno est le héros et celui qui raconte son histoire. Il est d'abord libéré d'un asile qui fait faillite, et retourne à Barcelone. Il rencontre une femme qui lui propose de gagner un peu d'argent en allant voler des dossiers. Or il trouve un cadavre, et il va maintenant falloir qu'il prouve son innocence. C'est là que commencent les appartions de personnages tous aussi véreux et loufoques les uns que les autres : l'avocat, une vraie Yvette et une fausse, le maire de Barcelone, qui n'a qu'une obsession, les prochaines élections ( aucuns sous entendus ), la maîtresse du mort, un chauffeur de limousine...
C'est savoureux... Certains passages sont à mourir de rire, la mise en scène m'ayant fait parfois penser aus "Tontons flingueurs" . Sous une apparente légèreté, ce roman est construit comme un thriller avec le dénouement final, écrit avec un ton caustique qui colle fort bien à l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
micka01
  06 janvier 2021
Le héros du "Mystère de la crypte ensorcelée" et du "Labyrinthe aux olives" est de retour dans ce roman pour notre plus grand plaisir.
Une intrigue cocasse, des situations rocambolesques et des personnages plus dérangés les uns que les autres font de ce roman un vrai bonheur. L'auteur Eduardo Mendoza nous transporte encore dans le maniement de l'humour absurde et de la parodie .
N'hésitez donc surtout pas à vous plonger dans la lecture de ce roman (voire de cette trilogie), rire garanti !
Commenter  J’apprécie          110
Aline1102
  15 août 2018
Ce roman caricaturant les polars fut une bonne lecture, dans l'ensemble.
Les situations cocasses et rocambolesques dans lesquelles se retrouvent les personnages donnent un certain rythme au récit. Et l'humour (parfois noir) est au rendez-vous, ce qui est toujours appréciable.
De plus, même si L'Artiste des Dames met en scène un héros récurrent de Mendoza, il est tout à fait possible de le découvrir sans avoir lu les autres romans mettant en scène le personnage (ce qui était mon cas) : l'auteur met son récit bien en place et n'hésite pas à faire quelques rappels pour les lecteurs indisciplinés dans mon genre…
Par contre, un seul bémol : le récit souffre de certaines longueurs. Certaines scènes du roman pourraient parfaitement être raccourcies de moitié sans que l'histoire en souffre beaucoup. le dénouement de l'histoire, par exemple, dure une bonne soixantaine de pages, ce qui est assez fastidieux à lire. On est plus d'une fois tenté d'aller voir ce qui se passe dans les dernières pages, histoire de faire avancer quelque peu une intrigue qui s'essouffle parfois un peu.
Mais cette lecture m'a tout de même permis de passer un bon moment, c'est l'essentiel. Et je n'hésiterai pas à lire les autres opus de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
AmbagesAmbages   13 septembre 2017
Le repas terminé, arrosé d'un délicieux cabernet sauvignon de fabrication toute locale et égayé par la maman de Viriato (dont je n'ai pu déduire le nom de la conversation, car on s'adressait à elle en employant des épithètes affectueuses, telles que « sorcière » ou « crapaud »), laquelle, avec ce don naturel qu'ont beaucoup de vieilles personnes pour jouer les boute-en-train, nous a régalés du récit choisi de ses meilleures diarrhées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
CorinneCoCorinneCo   28 novembre 2020
- Mon grand-père avait été fétichiste, a poursuivi Ivette Pardalot, et c'est pour ça qu'il avait un pistolet.
- Phalangiste, mon biquet, pas fétichiste, l'a corrigée maître Miscosillas. Dans l'après-guerre, certains avaient des pistolets, et d'autres des femmes légères. Mais les pistolets et les femmes légères à la fois, c'étaient seulement les phalangistes.
Commenter  J’apprécie          81
AmbagesAmbages   13 septembre 2017
- Eh bien, soyez le bienvenu chez moi, et dites-moi en quoi je peux vous être utiles, mon cher Santi.
- D'abord en répondant à une question sans tenter de manœuvres dilatoires : avez-vous tué Pardalot ?
- Mais non, voyons !
- Pourtant, tout Barcelone le dit.
- Ça ne signifie rien, ai-je fait remarquer. Dans cette ville, la calomnie n'épargne même pas nos hommes politiques et leur entourage.
- Oui, a-t-il admis, mais dans l'exemple que vous citez, les calomnies coïncident avec la vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CorinneCoCorinneCo   27 mars 2021
Durant toute la matinée je n’ai eu à travailler que deux fois : j’ai lavé et démêlé les cheveux de jumeaux pour qu’ils puissent vivre séparés, et j’ai expulsé à coups de balai une souris surprise en train de siffler un pot de lait de beauté Ph5 (stabilise la couche acide de la peau, lui donne souplesse et tonus, et plait beaucoup aux souris).
Commenter  J’apprécie          40
patatarte2001patatarte2001   06 juin 2014
Elle mène ma mère prendre l'air sur la terrasse quand il fait beau, elle ne se livre pas à des dépenses somptuaires et nettoie autant qu'elle salit. Je sais qu'un jour je les tuerai toutes les deux à coup de hache, mais en attendant nous vivons bien
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Eduardo Mendoza (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eduardo Mendoza
Rencontre avec Eduardo Mendoza en partenariat avec l'Institut Cervantès de Bordeaux. Entretien avec Yves Harté.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/Recherche/Auteur/301-160316/eduardo-mendoza
Note de Musique : Free Musique Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Découvrez Eduardo Mendoza en vous amusant

Je commençais à m'inquiéter, j'étais sans nouvelles de ...?... depuis maintenant plusieurs jours. Pas de lettres, pas de SMS, pas d'appels. Rien, Nada !

Blurb
Gurb
Glub
Glurb

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Eduardo MendozaCréer un quiz sur ce livre