AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081425629
Éditeur : Editions Arthaud (07/03/2018)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Cosme ou l'histoire d'un fils d'immigrés espagnols, agrégé de rien, pas même bachelier, qui découvre le Graal de la poésie française : le sens caché du sulfureux et mystique poème de Rimbaud, 'Voyelles'.
Guillaume Meurice le suit, de son enfance dans les rues de Biarritz à cette quête poétique dans son minuscule appartement parisien, en passant par la délinquance des banlieues chaudes de la capitale, un service militaire à décrypter des messages secrets ; le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  21 décembre 2018
Malgré mon admiration pour l'auteur, ses talents d'humoriste sur France Inter, ses engagements de sympathique 'gauchiasse' (sic), j'ai tourné autour de cet ouvrage pendant des mois. C'est le sujet qui me faisait hésiter et différer cette lecture : analyse approfondie et découverte du sens caché du célèbre poème de Rimbaud : 'Voyelles'. La poésie, je n'y comprends pas grand chose, sauf si le texte est aussi limpide et émouvant que celui du 'Dormeur du Val', par exemple.
Guillaume Meurice retrace ici la vie de Cosme Olvera, un vrai monsieur, pas un personnage de fiction, fils d'immigrés espagnols, autodidacte, féru d'échecs (le jeu), de cryptologie, de littérature. C'est lui qui, plus de cent ans après l'écriture de ce poème 'sulfureux et mystique' en aurait trouvé les clefs, alors que tant d'autres s'y sont essayé et cassé les dents.
Le roman/biographie s'ouvre et se ferme sur des considérations très techniques sur le décryptage de 'Voyelles'. C'est long, ardu (surtout la fin) et ça vole beaucoup trop haut pour moi.
Au milieu du sandwich, le meilleur : la jeunesse mouvementée et riche en expériences du touche-à-tout Cosme Olvera, dans les années 80.
Ecriture nerveuse, efficace, une petite ressemblance avec Teulé, en plus 'fin', ça se lit tout seul, avec plaisir. Sauf les nombreux passages sur les échecs, un univers encore plus abscons pour moi que celui de la poésie.
Lecture déstabilisante, parce que je n'ai pas reconnu la patte de Meurice, ou ce que j'en attendais. Et à cause de ce flou, à la fin, en lisant « Les auteurs remercient... ». C'est donc Cosme Olvera qui a rédigé les parties ardues (que j'ai survolées) ? Si oui, pourquoi son nom ne figure-t-il pas en haut de l'ouvrage, à côté de celui de Guillaume Meurice ? Stratégie éditoriale ? Autrement dit 'commerciale', pour ne pas effrayer le client ?
Si j'avais su tout ça, si c'était à refaire, je ne pense pas que je lirais cet ouvrage. Je n'aime pas refermer un livre en ayant la sensation d'être complètement idiote. Surtout quand l'auteur (les auteurs ?) s'en fiche(nt) :
« A ce stade, je sais que nous avons perdu pas mal de témoins de cette lettre... Tant mieux, ça leur permettra de s'intéresser à quelque chose d'autre qui les élèvera et leur siéra certainement mieux que ce voyage au royaume de 'Voyelles'. » (p. 316/332)
Merci de me congédier quinze pages avant la fin, les gars.
Le gogo a acheté le livre, il peut partir : « Casse-toi pov'con ! » comme dirait l'autre...
___
Philippe Pascal (ex du groupe 'Marquis de Sade', puis 'Marc Seberg') chante 'Recueillement' de Baudelaire :
♪♫ https://www.youtube.com/watch?v=MfgZPYp-bck
(cité p. 261)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
amandine_koko
  17 mars 2018
J'ai fait ma groupie. J'ai acheté Cosme parce que j'adore écouter Guillaume Meurice sur France Inter et que je voulais savoir ce qu'il donnait en tant qu'auteur. Et j'ai vu. Littéralement bluffée la Koko ! Avalé en quelques heures, je sais déjà qu'il sera relu, plus calmement, pour mieux le digérer, pour en retirer toute la substantifique moelle. Ou dit plus simplement : ce bouquin est une tuerie !
Avec Cosme, Guillaume Meurice entre par la grande porte dans le cercle restreint à mon sens des grands écrivains. de ceux qui manient les mots autant que les idées. de ceux qui se lisent comme du miel, comme du nectar. de ceux qui se dévorent.
« L'esprit de l'homme a trois clés qui ouvrent tout : le chiffre, la lettre, la note. Savoir, penser, rêver. Tout est là. »
En référence à cette magnifique citation d'Hugo en épigraphe, il allie le chiffre et la lettre dans une sublime mélodie de mots, de sensations pour nous mener au coeur d'une véritable quête initiatique et poétique : Cosme devra se trouver lui-même avant de découvrir l'ultime secret du sonnet le plus mystique et mystérieux d'Arthur Rimbaud : Voyelles.
Si on peut regretter quelques facilités, écueils presque inévitables d'un premier roman, elles sont vite effacées par la qualité générale. le choix des mots, la structure des phrases mais aussi du texte dans son ensemble forment juste un équilibre parfait. Brillant.
Coup de génie ou génie tout court, une chose est sûre si mon impertinent radiophonique préféré réitère son incursion au royaume du romanesque, j'y replongerai avec lui tête baissée !
Lien : https://www.labiblidekoko.cl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Foolly
  23 avril 2018
Montagnes russes : de chefs d'oeuvres en moments plus ennuyeux.
Pour être honnête, je dois dire que j'admire tellement l'homme et l'humoriste que peu importe la qualité que j'attribuerai à ce roman, je lirai les suivants s'il y en a.
Passé ce hiatus, je dois avouer avoir cru à un chef d'oeuvre en lisant le premier chapitre centré sur la poésie. Même si le style n'est pas très digeste, ce premier chapitre m'a vraiment emporté et je le lisais très lentement pour en savourer la découverte.
Seulement, une fois que le récit de l'enfance de Cosme commence, on sort du chef d'oeuvre pour arriver brutalement sur un récit somme toute très classique. Loin d'être inintéressante, la délinquance provoquée par le racisme est révélée de très belle manière sans être passionnante. Il en va de même pour la description avisée de l'armée. Intéressante mais déjà vue et ennuyante.
Les chapitres suivants, plus penché sur les côtés littéraires et spirituels sont superbes. Je me suis obligé à m'arrêter pour rallonger le plaisir tellement les pages étaient belles. Comme j'aime relire la discussion finale dans le Meilleur des Mondes, je relierai ces chapitres.
Petite déception pour le final que je n’ai pas bien compris. J'aurais aimé qu'il soit un peu plus clair. Je suis pourtant amateur de poésie mais les pages parlant poésie tout au long du roman auraient gagné à être plus clair pour un non initié.
Finalement, les chapitres moins bons s'expliquent par le fait que tout est vrai et que ce n'est pas vraiment une fiction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Marti94
  13 juillet 2018
J'apprécie Guillaume Meurice pour ses chroniques humoristiques du matin sur France Inter mais je suis un peu déçue par son premier roman. C'est l'histoire d'un mec comme dirait Coluche.
Avec "Cosme" rien de drôle, c'est le poète qui parle. Passionné par Arthur Rimbaud il cherche à décrypter le sens du poème "Voyelles". Les chapitres sont donc construits selon les lettres énoncés dans le poème.
Le A correspond à l'enfance de Cosme à Biarritz avec des parents émigrés espagnols et une scolarité chaotique.
Le E, ce sont les petits boulots et larcins qui commencent à Vitry-sur-Seine en région parisienne. C'est la ville où j'habite alors je devrais être contente qu'elle soit évoquée. Mais pas du tout. On retrouve avec la lettre/chapitre I les stéréotypes de la banlieue. C'est désolant et je peux vous assurer que Vitry est une ville où l'on vit très bien avec des coins de campagne à proximité de Paris. Pourtant Cosme se retrouve SDF et voyou par choix en fréquentant Momo le gentil zonard et Didi le chef de bande.
Le U est l'époque du service militaire. A l'armée, Cosme le rebelle apprend à décrypter des messages à son poste de transmetteur, ce qui va l'aider à trouver un sens caché au poème de Rimbaud.
Le O est le retour à la réalité après la caserne. le jeune homme rentre et se retrouve au chômage. Il accepte de travailler en intérim et fait de nouvelles rencontres. C'est à cette époque que ses passions s'exacerbent: jouer aux échecs, lire (surtout de la poésie) et écrire.
Le Y est rimbaldien. Cosme cherchant à dévoiler le secret du sonnet, propose un décodage.
C'est un peu n'importe quoi et je n'en vois pas l'intérêt. Dommage que ça ne soit pas drôle.
Au final, je trouve le thème de ce roman sur le parcours d'un poète assez passionnant et pourtant pas très convainquant (mais c'est un premier roman).
Je reste quand même très motivée pour aller voir Guillaume Meurice sur scène prochainement, dans un autre registre.
Lu en juillet 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Anne_Litt_
  08 mai 2018
Cosme grandit à Biarritz dans une famille d'émigrés espagnols. Une enfance plutôt classique, ses parents ont peu mais il ne manque de rien. Mais Cosme est un esprit libre et il préfère vite à l'école de la république, celle de la vie même si cela le met en danger. Sa passion les codes, les clés, les règles du jeu : le code « d'honneur » des voleurs de banlieue parisienne, les codes des messages militaires, les règles du jeu au travail et celles des échecs. Il veut tout comprendre, y compris et surtout la poésie qui devient au fil des années sa passion. Arrivera-t-il à décoder le mystérieux « voyelles » d'Arthur Rimbaud ? J'ai beaucoup aimé l'écriture de Guillaume Meurice, vive, presque hachée, rythmée et qui va à l'essentiel avec de jolis mots. Merci à ces messieurs du Masque et la Plume sans qui je serais passée à côté de ce livre à part...... et oui ce Guillaume Meurice est bien le même que celui que l'on entend sur France inter, et qui a donc de belles cordes à son arc
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (1)
Lexpress   14 mars 2018
Au fil de son livre, l'humoriste Guillaume Meurice nous fait découvrir les multiples facettes et talents de Cosme Olvera qui détient la clef de l'énigme de Voyelles, le poème de Rimbaud.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   22 décembre 2018
A la nuit tombée, les seuls recours possibles restent des caves d'immeuble abandonnées, un Abribus, ou un carton posé à même le sol. La journée, il continue de chercher quelques trafics, en même temps que des planques pour ses uniques possessions : deux pantalons, deux pulls, trois tee-shirts, trois caleçons et trois paires de chaussettes. Expérience du dénuement total.
Pourtant, il se refuse à faire la manche. Teste ses capacités de résistance. Naufragé volontaire, il traverses l'indigence, le froid. La faim le tiraille, imprime dans sa mémoire des sensations extrêmes. Les maigres fruits du recel sont dévorés immédiatement. Dans ces conditions, chaque repas est un dîner de roi.
(p. 123)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   20 décembre 2018
Marcher des dizaines de kilomètres dans la forêt par moins dix degrés. Se raser à l'air libre, à l'eau froide, sauter dans la boue, rouler dans la boue, ramper dans la boue. Pompes, sanctions, brimades, pour tout le groupe dès qu'une chaussure dépasse d'un casier. En langage militaire : faire ses classes.
Au milieu de ses semblables, [il] songe aux parachutistes de Dax croisés dans les bars de Biarritz chaque week-end de son adolescence. Forts en gueule. Bagarreurs. Des bribes de discussions avec quelques amis de retour du service militaire lui reviennent aussi en mémoire. L'humiliation quotidienne. La servitude élevée au rang de vertu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   23 décembre 2018
L'ouvrage qu'il tient dans les mains semble posséder un intérêt particulier. Un format poche à la couverture aguicheuse.
Un titre intrigant : 'J'ai peur des mouches'. Et le nom de son auteur : Frédéric Dard. Sitôt ouvert, pas refermé avant le point final. La découverte d'un style qui réinvente chaque phrase. Qui explose les codes, sublime l'auteur et réjouit le lecteur. Une mine d'élucubrations jaillissantes. Des scènes érotiques qui ne sont plus coupées par la télécommande [de son père]. Mais codées par l'esprit facétieux du créateur et ses saillies imagées. Pure jouissance de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   20 décembre 2018
[Son frère] fut le premier à lui parler de cet auteur [Antonin Artaud]. A l'époque où il était membre d'un groupe de musique électronique, tantôt psychédélique, tantôt incantatrice. De la poésie sauvage. Sans compromis avec les standards du moment. Il se souvient d'un frère attentionné lui conseillant de prendre garde à ce type de lecture. Celles qui « mangent le cerveau ».
C'est le cas. Artaud le hante. Le fait vaciller. L'immerge. Le submerge. Pour tenter de remonter à la surface, il trouve une parade. Il écrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          115
ZilizZiliz   24 décembre 2018
Ses orientations scolaires sont aussi guidées par d'autres critères que ceux de l'amusement ou le programme des cours. S'il se retrouve dans la filière littéraire, c'est moins pour l'option latine et grecque que pour l'opportunité d'être entouré des cinq filles les plus fascinantes à ses yeux, toutes plus inaccessibles les unes que les autres. Moments uniques. Trajectoire guidée par les tangentes féminines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Videos de Guillaume Meurice (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Meurice
L'essentiel de la journée de vendredi en vidéo ? Et comme on est sympa, sur notre chaine Youtube, TOUTES les vidéos sont en intégralité. ? Expositions (16 vidéos et interviews): http://bit.ly/Expositions2018 ? Un oeil en coulisse (2 vidéos): http://bit.ly/OeilCoulisses ? La vie du Festival (5 vidéos) : http://bit.ly/Vie2018 ? Mais aussi le Zapping (3 vidéos) : http://bit.ly/Zapping2018 N?hésitez pas à partager vos moments préférés.
? le concert exceptionnel de Rokia Traore? et Ruben Pellejero?, les émissions de France Inter? en direct du #FIBD2018 avec Antoine de Caunes? Page Charline Vanhoenacker? Guillaume Meurice? et #PhilippeColin, l'exposition immersive d'Oriane Lassus, la Rencontre Internationnale avec Joann Sfar? & Christophe Blain? qui ont évoqué leur reprise de #Blueberry, le live Facebook avec GIPI (Gian Alfonso Pacinotti)?, focus sur Emmanuel Guibert?, extraits de la Masterclass Fairy Tail by Hiro Mashima - Official?, gros plan sur l'artiste Sonny Liew?
Programmation et infos sur www.bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @bdangouleme #partageonslaBD
RAJA partenaire principal du Festival : www.raja.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
693 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre
.. ..