AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782848659237
231 pages
Sarbacane (05/10/2016)
4.04/5   163 notes
Résumé :
Turbulents, pas vraiment délinquants, ils cumulent les bêtises plus ou moins graves, les rires et les bleus. Vasco est en CFA BTP, Djib passe en première S. Leur dernière rixe est pourtant celle de trop…
Afin de leur mettre du plomb dans la tête, leurs parents décident d’employer les grands moyens : ils envoient les deux ados dans la Nièvre, le temps d’un été chez un ami du père de Vasco, entrepreneur local qui propose ses services comme famille d’accueil po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 163 notes
5
41 avis
4
13 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
3 avis

Bazart
  16 juin 2019
Vasco et Djib' habitent la banlieue parisienne et sont inséprables depuis leur enfance. Ensemble, ils font les 400 coups, sans tomber toutefois dans la délinquance jusqu'au jour où, après une bagarre, leurs parents décident de les envoyer dans la Nièvre où un couple accueillant des enfants de la DDASS accepte de les recevoir en échange de leur aide à la réparation d'une grange.
Vasco et Djib découvrent un mode de vie radicalement différent du leur : leur arrivée va provoquer quelques remous dans la petite bourgade campagnarde et dans la maison des Favre. la vie en communauté et le partage des tâches, la confection maison du pain tous les matins..
Un livre formidable plutot axé jeunesse ( à partir de 13 ans) par un auteur dont on avait lu sa seule incursion pour les adultes avec Rural Noir car Minville est un peu comme le spécialiste du roman qui se déroule dans la campagne et particulièrement la Nièvre sa région de coeur.
Un roman juste et sensible qui décrit merveilleusement bien le quotidien et ce qu'il se passe dans la tête de deux adolescents de 17 ans au seuil de leur vie d'adulte, découvrant pour la première fois une expérience et environnement différents du leur.
Benoît Minville a la plume vive et ses personnages sont d'une belle épaisseur. Les belles vies est un roman d'apprentissage juste et sensible .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
orbe
  13 octobre 2016
Vasco et Djib quittent leur cité après après une altercation qui a provoqué un dépôt de plainte. Ils vont être hébergés pour l'été dans une famille d'accueil à la campagne, loin de tout, avec pour mission de retaper une grange.
A l'arrivée, ils découvrent un couple soudé qui recueille des enfants cabossés par la vie. Ils vont devoir cohabiter avec le jeune Dylan qui tient des propos raciste et se révèle violent, des jumeaux marqués jusque sur leur visage, un trio de petits et deux adolescentes très différentes.
C'est la personnalité et le savoir faire de Tonton et Tata qui permettent à tous de retrouver une certaine normalité avec notamment une relation proche avec la nature et des activités communes simples et nombreuses.
Mais Vasco repère très vite le corps de Jessica, Dylan s'échauffe et les embrouilles ne sont jamais très loin…
Un beau roman sur les liens qui se tissent entre des gens très différents qui en vivant côte à côte vont nouer entre eux des sentiments forts et marquer leur histoire.
Au kaléidoscope de leur personnalité l'auteur superpose l'obligation de rester souder, de s'épauler. Il dessine une nouvelle famille, celle que l'on peut créer soi-même avec un peu de temps, de tolérance et de don de soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LeaTouchBook
  14 octobre 2016
Benoît Minville est à mes yeux un des plus grands auteurs français de notre temps. Capable de jongler de la littérature jeunesse au country noir. Il est enfin de retour avec Les belles vies !
C'est l'histoire de la vie, de certaines vies, de belles vies. Remplies de casseroles, de joies et de peines, mais surtout riches de sentiments et d'aventures, d'espoirs et d'opiniâtreté. Ici pas question d'enjoliver l'existence, de donner une perception erronée du monde qui nous entoure; nous sommes dans le vrai. le lecteur rencontre des enfants et adolescents au passé difficile, au présent rédempteur et au futur incertain. C'est dans cette joyeuse troupe que débarquent deux jeunes de la banlieue : Vasco et Djib vont passer un été inoubliable.
J'ai lu ce livre alors que j'étais dans une petite période de doute et je dois avouer qu'il m'a fait le plus grand bien, m'a mis du baume au coeur. J'ai adoré suivre les péripéties de cette bande de bras cassés où les adolescents vivent leurs premiers émois et où les enfants veulent rester encore dans cette insouciance si essentielle et dont ils ont été parfois privés trop rapidement. Aux côtés de nos deux héros, il y a Dylan, presque un jeune homme, perturbé, en colère mais tellement humain; Chloé une jeune fille courageuse, passionnée de théâtre et dont le passé restera mystérieux jusqu'à la révélation finale; Jessica la belle adolescente sexy et qui joue de ses charmes mais qui en réalité cache un profond manque de confiance en soi. Tous ensemble pour un été, un été qui changera leur vie. Un été où chaque moment est gravé dans leur marbre, le marbre qui forge ce que l'on deviendra.
Même si le lecteur peut facilement deviner la suite des évènements, en réalité peu lui importe car le plus important dans cette histoire ce sont les destins et les personnages. le plus important repose dans leurs choix. le choix d'avancer, de croire, d'espérer, d'aimer. Ils choisissent de refuser d'abandonner, et même si les larmes coulent à certains moments, il faut surtout retenir qu'ils se relèvent à chaque fois. Ils font le choix d'une belle vie.
Benoît Minville nous livre ainsi un livre d'une tendresse folle, on sent les souvenirs, on sent la sincérité. C'est le genre de récit que j'aimerais mettre entre les mains de tous les adolescents, de tous ceux qui perdent courage, c'est un roman qui fait du bien et qui résonne dans le coeur du lecteur.
En définitive, si vous ne connaissez pas déjà la plume de Benoît Minville il faut lire ce livre et si vous la connaissez déjà je sais que vous l'avez déjà entre vos mains ;)
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
sylvieboop24
  18 janvier 2022
L'histoire :
Celle de deux copains de cité, Vasco et Djib.
Les parents de Vasco, Lina et José, ont quitté le Portugal d'après Salazar.
La mère de Djibril, Fatoumata, veut tant que son fils, qui en a la possibilité, fasse des études et réussisse. Elle s'éreinte à faire des ménages pour subvenir aux besoins de ses enfants. Seule c'est difficile.
Ces deux gamins ne sont pas pires que les autres, mais Vasco est impétueux, colérique.
La bagarre c'est son moyen d'expression. Et si tu touches à son pote Djibril, tu le trouves sur ton chemin, les poings dressés. Et cela depuis le jardin d'enfants.
Et lorsque qu'un grand balaise tente de choper ouvertement la copine de Djib, Vasco, malgré sa colère ne fait pas le poids, tout s'emballe. Il est costaud mais pas assez, et Djib fonce lui aussi dans la mêlée. Un dernier jour d'école qui avait bien commencé et qui se termine au poste de police.
La connerie de trop. le grand balaise qu'ils ont cogné a porté plainte !
Djib a honte d'avoir déçu sa mère, encore. Malgré ses promesses. Il en veut à son copain.
Vasco fanfaronne. Il tente de rassurer Djib : au pire il prendra tout sur lui. Ce n'est pas si grave.
La 1ère punition est tombée. José a confisqué la télé et la Play. Mais ce n'est que le début. IL n'y aura pas de vacances au bled cette année pour Vasco. Les boules !
Mais le conseil des parents leur réserve pire. Lina a la solution ! Fatoumata approuve.
Extrait P.23 -24 :
« Je refuse qu'on dise que je ne m'occupe pas de mon fils. Il faut que ces enfants comprennent, cette fois. »
Un ami d'enfance, Armando, boulanger dans la Nièvre, lorsqu'il a eu des soucis, a été aidé par une travailleuse sociale de la DDASS, qui accueille des enfants. Son mari âgé à une grange à retaper !
José n'est pas emballé :
« - Tu veux mettre nos gosses à la DDASS ? Tu plaisantes j'espère ! »
José est réticent, mais il va suivre le mouvement.
Voilà nos deux gamins de cité parachutés dans une ferme de la Nièvre. Sacré décalage.
Albert Favre, 80 ans mais sacrément tonique, et sa femme Marie, 60 ans, gère déjà une bande de gamins cabossés par la vie :
Il y a les petits, Kamel, Farah et Sirine, dont le couple a élevé le père. Les petits sont chez eux à toutes les vacances.
Puis les jumeaux, Gaétan et Gwen arrivés à la suite d'un placement judiciaire. La violence ils l'ont subi de ceux censés les protéger.
Puis les grands, que leur mère qui tente de se reprendre après bien des errances, espère récupérer :
Dylan dont la violence est toujours prête à déborder, et dont le racisme ne s'accommode pas de ces deux intrus qui viennent de débarquer. Dylan dont le coeur bat pour la fille de son patron.
Sa soeur Jessica, délurée et toujours dans la provocation. Sa solution pour attirer l'attention.
Et enfin Chloé, qui vit là depuis six ans. Elle est plus discrète que Jessica, mais comme elle, fait battre le coeur des nouveaux venus.
Djib est mal à l'aise devant ces jeunes vies tant malmenées. A côté il n'a vraiment pas à se plaindre. Puis lui et son copain ne sont là que pour la durée des vacances. Ensuite ils retrouveront leurs familles aimantes. En fait ils sont chanceux !
Comme le dit si bien Marie :
Extrait P.38 :
« Ils arrivent tous avec une histoire. Et nous sommes là pour les accompagner, et les aider à écrire cette histoire. »
Ici point de Madame et Monsieur, ce sera Tata et Tonton.
Les deux « parisiens » vont prendre leurs marques. Apprendre le travail de la ferme, mais la grange à retaper devient l'arlésienne…
En fait, le temps va s'écouler entre balades à vélo, baignades, parties de pêche, apprendre à faire du pain, à découvrir l'amour ; plus ou moins sincère…
Tonton recadre, et veille. Désamorce les crises.
Extrait P.137 :
« Ce que je peux humblement vous conseiller, quand le torrent des émotions est trop difficile à endiguer, c'est de peser ce que vous avez comme bonheur et comme malheur, et d'essayer de les faire cohabiter. Il vous faut préserver des petits moments de joie dans le tragique de vos vies, ils sont à vous. »
Extrait P.213 :
« Tonton qui hisse le sac de frappe, leur parle comme à des hommes. « Si vous voulez frapper, c'est là-dedans. » »
Dylan et Vasco, les deux impulsifs, vont finir par s'apprécier, et le racisme de Dylan pour Djib va s'envoler.
Extrait P.279 :
« … Ils sont devenus si importants les uns pour les autres ! »
La cohabitation, délicate, va finalement leur offrir une magnifique parenthèse qu'ils n'oublieront jamais. Et des armes pour se construire.



J'ai découvert la plume de Benoît avec ce roman, et quelle découverte !
Un ENORME coup de coeur.

Si vous n'avez pas encore lu cette pépite : foncez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Victor10
  21 avril 2017
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Sarbacane pour cet envoi ainsi que Mathilde du blog Books & Boom. Vous pouvez retrouver sa chronique ici.
Je n'ai encore jamais lu de Benoît Minville (honte à moi) même si les Géants me tente énormément. Après plus deux ans sans nouvelle parution chez Sarbacane, et un passage dans la collection Série Noire de Gallimard avec Rural Noir, l'auteur revient avec un double actualité Pépix-Exprim' au mois d'octobre. Il nous offre avec Les Belles Vies un grand roman, l'un des meilleurs de cette année, sans aucun doute.
L'histoire nous mène donc à la rencontre de Djib et Vasco. Amis depuis le berceau, inséparables même dans les pires situations, les deux adolescents ne savent pas encore qu'ils vont vivre le plus bel été de leur vie suite à leur dernier écart de conduite.. Ce sont deux personnages qui m'ont énormément touché. Je ne m'attendais pas à me sentir si proche de ses deux jeunes un peu paumés dans la campagne nivernaise. J'ai adoré suivre leurs péripéties, je me suis vraiment identifié à eux tout au long de l'histoire. A travers ses deux personnages principaux, Benoît Minville dresse un portrait juste et fidèle de la jeunesse des cités. On voit ces deux banlieusards, habitués à passer leur week-ends à glander sur un banc, totalement perdus face à la campagne qui s'offre à eux le temps d'un été. Là-bas, auprès de Tata et Tonton, ils découvriront la vie, d'une certaine façon. Ils grandiront aussi, aussi bien physiquement que mentalement.
Dans la Nièvre, on découvre les enfants élevés par Tata. Et là encore, c'est une merveilleuse palette de personnages que nous offre l'auteur. Une bande de jeunes hauts en couleur, forts en caractère, avec des vies très différentes les unes des autres. J'ai adoré ce petit groupe, auquel le lecteur fait parti intégrante durant sa lecture, le temps d'un été. On s'attache à chacun d'entre eux, on les accepte comme ils sont. Ils deviennent nos amis, on est triste quand ils sont tristes, on rit quand ils rient... On passe par toute sorte d'émotions, et ce durant un été de 272 pages.
Le romancier nous emporte donc dans la Nièvre, la campagne, la France profonde dont on parle peu en littérature. Un petit coins de paradis, où il fait bon vivre, avec ses petits villages chaleureux, sa rivière où on passe chacune de nos après-midis, ses prés couleur soleil... Benoît Minville nous fait vivre le quotidien de Vasco, de Djib et des autres enfants. Un quotidien rythmé par les balades, les baignades, les parties de foot... le lecteur est littéralement transporté dans cette campagne qui prend des allures d'oasis paradisiaque. Cette lecture est une véritable bouffée d'air. Les Belles Vies est un livre qui fait du bien, que j'avais énormément envie de retrouver chaque soir pour en dévorer quelques chapitres. On prend le temps de savourer cette belle aventure, cet été ensoleillé, qui nous fait sourire, parfois même rire aux éclats. Ce dépaysement total touche aussi bien le lecteur que Djib et Vasco. On aimerait rester là-bas, avec Tonton, Tata, et les autres. On est triste de quitter cet univers, on relit les dernières pages plusieurs, dans l'espoir de retourner dans cette campagne qui apaise. Après notre lecture, on a juste une envie : passer des vacances dans la Nièvre. Essayer de trouver cette famille d'accueil, ce petit hameau de village. Les Belles Vies... Un titre juste pour un roman merveilleux.
L'auteur écrit parfois finement, parfois d'une écriture plus fracassante. Il aborde des thèmes parfois très durs, comme le racisme, les relations familiales... On retient de belles citations, on voit à ses descriptions que le romancier est déjà venu dans la Nièvre. C'est si juste, si réel.
Merci monsieur Minville, pour ce superbe moment de lecture. Les Belles Vies est un livre qui apaise, à mettre dans les mains de n'importe qui recherchant une histoire drôle, parfois plus émouvante, qui donne du baume au coeur. Splendide coup de coeur pour ma part, et je suis sûr que c'est le cas de beaucoup d'autres lecteurs.
Lien : http://larbrealire.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81


critiques presse (2)
Liberation   09 mars 2017
Ce roman convient très bien aux adolescents à partir de 13 ans. Lumineux et intense, il constitue une ode à l’espoir, à la vie.
Lire la critique sur le site : Liberation
Ricochet   22 décembre 2016
Un roman très fort qui est aussi une belle quête de soi pour deux héros à l’aube de leurs vies d’adultes.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
ILLEILLE   05 juillet 2022
Et puis tu vas me tutoyer, d'accord? Je sais que tu le fais par respect et parce ce qu'on te l'a appris, mais je préférerais. Le respect se place à un autre niveau qu'un "tu" ou un "vous", chez moi.
Commenter  J’apprécie          20
ILLEILLE   05 juillet 2022
Vasco rumine. Qu'est-ce qu'il leur restera de ces deux mois. Un beau bronzage, des muscles travaillés au grand air, un visage reposé et serein? Ou plus que ça, peut-être
Commenter  J’apprécie          10
ILLEILLE   05 juillet 2022
José jette un coup d'œil aux deux potes, on dirait des petits garçons pétrifiés, à mille lieues de l'image d'ados rebelles et hâbleurs qu'ils véhiculent à longueur de temps. Il sourit, malgré lui.
Commenter  J’apprécie          00
CDIMarcChagallCDIMarcChagall   13 septembre 2017
Soudain, la voix de Vasco l'arrache à ses doutes.
- Matez-moi cette vache de killeur !!! Truc de malade, tu lui mets des ailes et elle a un premier rôle dans le Seigneur des Anneaux !
Le bestiau les regarde à quelques mètres, séparé d'eux par l'endroit où la rivière est au plus bas.
Dylan se redresse, crispé :
- Merde... C'est pas une vache, mec. Tu connais peut-être pas ce qu'il a entre les jambes, mais c'est pas une vache...
Chloé se rapproche lentement de Djib ; les jambes faibles, il pose les mains sur ses épaules, sans quitter du regard l'encolure, le front massif et les cornes de la gentille vache qui vient de se transformer sous leurs yeux en bête féroce. Vasco chuchote :
- Oh putain, il vient de gratter par terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GaouletteGaoulette   30 octobre 2017
Le soleil décline, ils ont pris une douche, puis Vasco est vaguement parti en exploration dans les tiroirs des filles, sans savoir ce qu'il cherchait vraiment. A part des produits pour l'acné, des tampons et des serviettes hygiéniques, du maquillage, des crèmes de jour et de nuit, il n'a rien trouvé de très exotique... en tout cas, ni les secrets du corps féminin ni des tiroirs gorgés d'érotisme.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Benoît Minville (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benoît Minville
Pour recréer du lien avec vous en cette période de distanciation sociale, nous avons imaginé en partenariat avec Livres Hebdo une rencontre avec nos auteur•rices. Un webinaire animé par Gwendal Oulès de la librairie Récréalives et Sonia Petit de la librairie Ici. Une présentation du printemps jeunesse chez Sarbacane avec la participation exceptionnelle de : - Bertrand SANTINI auteur de la série le Journal de Gurty - Clémentine BEAUVAIS et Max DUCOS, autrice et illustrateur de Boucles de Pierre - Olivier DAIN-BELMONT, auteur de permacité - Laurent AUDOUIN, illustrateur de la série Les enfants du tonnerre - Benoît MINVILLE, auteur de la série Punkette & Poupoune - Julia THÉVENOT, autrice de Lettre à toi qui m'aimes
+ Lire la suite
autres livres classés : famille d'accueilVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4525 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre