AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michael Foreman (Illustrateur)
EAN : 9782070620838
76 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (09/10/2008)
4.36/5   18 notes
Résumé :

Lesley est envoyée à Venise pour interviewer le célèbre violoniste Paolo Levi, sachant qu'elle ne doit pas évoquer Mozart avec lui.

Mais au cours de l'entretien, celui-ci lui raconte qu'étant enfant, il était fasciné par un violon qui semblait entouré de douloureux secrets en rapport avec le passé de ses parents juifs ayant connu la déportation.

Histoire parue dans Au pays de mes histoires.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
MuLM
  23 mai 2009
Alors qu'elle est débutante, Lesley McInley remplace au pied levé une journaliste confirmée et interviewe un célèbre violoniste... La seule consigne que lui a laissé sa consoeur est de surtout ne pas lui poser la question Mozart. Impressionnée, troublée, Lesley fait maladroitement allusion à la question défendue.
Mais contre toute attente, parce que c'est elle et que c'était le moment, Paolo Lévi lui livre le souvenir intime et traumatique autour de cette fameuse question Mozart.
Il lui révèle l'histoire de ses parents musiciens, contraints pendant la seconde guerre mondiale, alors qu'ils étaient tous deux en camp de concentration, de jouer dans un orchestre pour les nouveaux arrivants... La musique servant alors à endormir les craintes des déportés. Ce lourd secret, Paolo Lévi en a eu connaissance suite à la rencontre avec un violoniste devenu son professeur, qui avait été dans le camp avec ses parents.
Michael Morpurgo raconte avec beaucoup de pudeur cet évènement. Il y est question de transmission. le récit est raconté à la journaliste et est confié à nous lecteurs... Ce procédé donne encore plus de force au propos : ce souvenir monstrueux nous est passé tel un témoin, et nous rappelle l'importance du devoir de mémoire et de la transmission aux générations futures.
Il y a une grande violence dans cette utilisation monstrueuse de la musique à des fins malsaines... Mais le récit indirect sollicite davantage notre émotion et notre compassion, que notre révolte.
A la fin de la guerre, le père de Paolo, pourtant passionné de musique, avait totalement renoncé à jouer. Lorsqu'il reconnaît le talent de son fils et accepte sa vocation, sa seule exigence est qu'il ne joue jamais Mozart...
Les illustrations de Foreman, aquarelles dans des nuances de bleu rajoute à la mélancolie de ce roman....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Blandine54
  11 septembre 2017
Plus jamais Mozart est un court roman bouleversant (mais grand par son intensité !) de Michel Morpugo.
Une jeune journaliste a l'honneur d'interviewer le très célèbre violoniste "Paolo Levi". On lui recommande toutefois de ne pas lui poser la question "pourquoi ne jouez-vous jamais du Mozart ?".
Parce qu'elle va la poser indirectement, le violoniste va lui raconter son histoire et donc celle de ses parents.
Un roman qui aborde avec subtilité les camps de concentration et la culpabilité du "survivant".
A partir de 8 ans accompagné d'un adulte.
Commenter  J’apprécie          90
Lali
  03 février 2011
Ne jamais poser « la question Mozart » au grand violoniste Paolo Levi, telle est la seule directive donnée à la jeune journaliste appelée à l'interviewer à Venise à la veille d'un concert important. Et justement, parce qu'elle lui dit qu'elle ne mentionnera pas le nom de Mozart et qu'elle lui demande plutôt comment le violon est entré dans sa vie, le violoniste se servira de cette question comme tremplin pour lui raconter sa vie. Ou du moins une partie de celle-ci, puisqu'on ne peut parler de soi sans parler des siens.
Et c'est ce qui arrive à Paolo qui va livrer son histoire à la journaliste, des rues de Venise où il va écouter Benjamin qui sera en cachette de ses parents son professeur de violon jusqu'au troublant passé de ses parents, l'un venu d'Italie, l'autre de Pologne, réunis dans un camp parce qu'ils étaient juifs. Une histoire où Mozart sera évoqué, mais dont je ne dirai pas davantage, parce que Michael Morpurgo la raconte si bien que je préfère que vous lisiez Plus jamais Mozart et que vous en profitiez pour admirer le très beau travail de l'illustrateur Michael Foreman.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Corinne31
  18 mars 2013
Magnifique histoire sur la seconde guerre mondiale autour d'un secret de famille et le monde du violon. Musical, historique, réaliste.
Commenter  J’apprécie          10
Pays_des_contes
  25 avril 2012
Court roman magnifiquement illustré par les aquarelles de son ami Michael FOREMAN, Plus jamais Mozart est, une fois de plus, une de ces histoires dont Michael MORPURGO a le secret : troublante, émouvante, bouleversante, plongeant ses racines dans le passé pour mieux y ouvrir ses ailes. (...)
Lien : http://siletaitencoreunefois..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Pays_des_contesPays_des_contes   25 avril 2012
Je caressai la surface polie du bois, qui avait la couleur du miel, du miel bruni sur le devant, et du miel doré en dessous. Je passai mes doigts sur les chevilles noires, le chevalet marbré, la volute si finement ciselée. Je me rappelle qu’il était si léger ! J’étais émerveillé par sa beauté fragile. Je sus aussitôt que toute la musique du monde était cachée dans ce violon, et qu’elle ne demandait qu’à en sortir. Je rêvais d’être celui qui l’en sortirait, je mourais d’envie de poser doucement le violon sous mon menton, de faire vibrer les cordes, d’essayer l’archet. Je voulais le ramener immédiatement à la vie, le faire chanter pour moi, entendre la musique que nous ferions ensemble. Mais lorsque je demandais à ma mère si je pouvais en jouer, elle eut soudain l’air effrayé, me dit que papa pourrait l’entendre de la boutique, et qu’il serait furieux qu’elle me l’ait montré. Il ne l’avait même pas regardé une fois depuis des années. Lorsque je lui demandais pourquoi, elle me rappela ma promesse de ne plus poser de questions. Elle m’arracha quasiment l’instrument des mains, le remit dans son étui, l’enveloppa à nouveau dans la couverture, et le reposa en haut de l’armoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Blandine54Blandine54   11 septembre 2017
Je sus aussitôt que toute la musique du monde était cachée dans ce violon, et qu'elle ne demandait qu'à en sortir. Je rêvais d'être celui qui l'en sortirait, je mourrais d'envie de poser doucement le violon sous mon menton, de faire vibrer les cordes, d'essayer l'archet. Je voulais le ramener immédiatement à la vie, le faire chanter pour moi, entendre la musique que nous ferions ensemble.
Commenter  J’apprécie          60
Blandine54Blandine54   09 septembre 2017
Il n'aime pas qu'on l'applaudisse. N'attend jamais les applaudissements. Il n'y crois pas, apparemment. Le soir où je l'ai vu, il a simplement quitté la scène, et n'est pas revenu. Il pense que s'il faut applaudir quelque chose, c'est la musique, mais certainement pas les musiciens. Il dit que le concert fait partie de la musique, et ne devrait pas être interrompu. N'enregistre pas non plus. Il pense que la musique devrait être vivante, et pas mise en boîte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
poupoumafiapoupoumafia   02 août 2015
Someone once told me that all secrets are lies. The time as come, I think, not to lie anymore.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Michael Morpurgo (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Morpurgo
Portrait de Michael Morpurgo par l'auteur lui même au micro de Stéphan de Pasqual.
autres livres classés : camps de concentrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox