AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Bataillon (Traducteur)
ISBN : 2020849526
Éditeur : Seuil (09/02/2006)

Note moyenne : 3.06/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Mario aime passionnément sa femme Blanca.
Son insouciance bourgeoise et sa fantaisie le fascinent.
Mais une menace inquiétante pèse sur son couple : l'incompréhension et la souffrance s'installent, Blanca s'évade peu à peu. L'amour peut-il survivre à sa propre disparition ?
Antonio Muñoz Molina y répond à sa manière, élégante et juste.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  09 septembre 2016
125 pages. Parfois, c'est tout ce que ça prend. J'aime bien m'immerser dans un pavé que je peux étirer comme je le veux mais, à d'autres moments, un petit bouquin pas trop compliqué, qui entre facilement dans le sac et qu'on peut lire dans le métro, c'est tout aussi bien. L'absence de Blanca fait partie de ces derniers. Pas une galerie de personnages à retenir, pas un univers à décoder, non. La vie, tout simplement. Merci Antonio Munoz Molina. Dans ce petit roman (presque une nouvelle avec seulement 125 pages) qu'il nous propose, Mario rentre chez lui et découvre sa femme partie. Pour de bon. Alors commence les « pourquoi ? », les « comment en est-on arrivés là ? » Mario a déjà quelques réponses en tête. Il est devenu routinier, ennuyeux. Non, il l'était déjà même s'il ose à peine l'admettre. Elle, de son côté, devait le savoir, c'était ce dont elle avait besoin à ce moment dans sa vie. Mais elle s'est lassée de son «fonctionnaire mental».
L'auteur nous propose donc l'autopsie d'une relation. C'est presque une analyse psychologique que tous ces souvenirs qui reviennent à la surface et qui raconte leur histoire d'amour à tous les deux. Et qui disent tout car, s'ils s'aiment beaucoup, il devient clair que leurs tempéraments sont incompatibles. Mario et Blanca. Blanca et Mario. Puis Mario tout seul. À travers cette progression, l'auteur a bien amené ses deux personnages. L'homme sans ambition, monotone, pâle, qui se complait dans sa petite ville du sud de l'Espagne. La femme passionnée et énigmatique, d'une autre classe, d'un autre monde, fantaisiste. Quand l'étincelle n'est plus et que la vie à deux ne devient qu'une habitude, qu'advient-il du couple ? Heureusement, l'auteur a évité plusieurs clichés, les scènes, les pleurs, etc. J'ai passé un moment agréable avec L'absence de Blanca mais, attention, il ne faut pas s'attendre à une histoire renversante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
sylvaine
  14 août 2016
Mario, petit "fonctionnaire" au Conseil Général de Jaen près de Malaga, vit le parfait amour avec Blanca son épouse depuis sept ans. A peine finie sa journée de travail vite vite il rentre chez lui , ouvre la porte , sent les bonnes odeurs de cuisine et n'a qu'un désir rester toujours et encore avec la lumière de sa vie.... Pourtant il se demande encore comment il a pu conquérir cette jeune femme issue d'une famille aisée de Malaga, habituée à fréquenter les milieux "intellectuels" peinture , musique, théâtre, littérature, qu'ont-ils donc en commun ?...Puis soudan le regard de Mario sur Blanca change insidieusement, inexorablement .Est-ce toujours elle , est-elle toujours la même? Qui change? elle ou lui ? ....
Bien court roman par rapport aux autres textes d' Arturo Munoz Molina mais brièveté rime ici avec intensité . Qu'en est il de la pérennité de l'amour ?
Commenter  J’apprécie          310
Pirouette0001
  23 septembre 2015
Quel beau petit opus que celui-ci !
Je n'y ai certes pas retrouvé la verve de "Dans la grande nuit des temps" ou même de "Pleine lune". Pour ceux qui ont lu d'autres livres de Muñoz Molina, cet ouvrage-ci se rapproche davantage, avec sa délicatesse introspective, du "Vent de la lune".
C'est un roman sans aspérité, tout en rondeur, que l'auteur nous offre ici, et qui décrit si bien l'illusion amoureuse d'un homme qui ne voit son couple s'effriter que lorsqu'il est trop tard.
La fin peut dérouter certains, mais m'a plu personnellement.
Ceci dit, j'ai préféré les deux premiers livres que je citais, qui avait une dimension littéraire supplémentaire à mon estime, raison pour laquelle je ne mets 'que' quatre étoiles à celui-ci.
Commenter  J’apprécie          180
lesebooksdemarie
  22 juillet 2015

"En l'absence de Blanca" d'Antonio Muñoz Molina- Aimer jusqu'à se perdre
21 Juillet 2015, 12:30pm |
Publié par Marie
"En l'absence de Blanca" d'Antonio Muñoz Molina- Aimer jusqu'à se perdre
J'ai trouvé ce livre dans les rayons d'une librairie et la quatrième de couverture a immédiatement attiré mon attention.
L'histoire
Mario est un homme simple. Fonctionnaire dans la petite ville de Jaén, il se voue corps et âme à sa femme, jusqu'à l'étouffer.
La narration
Le narrateur est implacable lorsqu'il décrit ses personnages. Les adjectifs et les comparaisons choisies dressent des portraits sans concession. Petit à petit, le narrateur nous livre des indices sur ce couple en apparence, parfait qui ne l'est pas tant que ça. La progression est donc fine et tient en haleine le lecteur tandis que le roman, lui, est construit de manière circulaire. Il commence par la fin, qui nous est expliquée pour y revenir plus tard.
Les personnages
C'est là tout le corps du roman. Mario et Blanca, couple fusionnel nous apparaissent au fil du roman totalement incompatibles. Blanca rêve d'absolu, de passion et semble dotée d'une soif de nouvelles découvertes, d'apprentissage sans cesse renouvelé; Mario est tout ce qu'elle déteste. Petit fonctionnaire a l'esprit étriqué, il ne semble ne s'intéresser à rien d'autre qu'à son épouse Blanca. Blanca se moque de l'argent, née dans une famille bourgeoise, elle peut toujours compter sur sa mère pour combler les découverts; Mario est fils d'ouvrier, il sait ce qu'est le dur labeur. Nous devons attendre...................
.....
Lire la suite sur le blog: http://les-ebooks-de-marie.over-blog.com/2015/07/en-l-absence-de-blanca-d-antonio-munoz-molina-aimer-jusqu-a-se-perdre.html
Lien : http://les-ebooks-de-marie.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Myrinna
  09 novembre 2010
Une petite déception pour ce livre, je m'attendais à un peu plus de punch de cet auteur. J'avais lu Pleine lune bien que le style est différent vu que ce dernier est un thriller...Je pensais que Blanca aurait été un peu plus mystérieuse que même si Mario est abandonné par sa belle, il aurait pu rebondir...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
fbalestasfbalestas   07 décembre 2017
Il se réveilla dans le noir en entendant une clef dans la porte d’entrée et en voyant s’allumer la lumière du couloir. La femme dont il ne savait pas encore qu’elle n’était pas Bianca s’avança vers le séjour avec des pas si semblables aux siens qu’au début, Mario les crut authentiques ; mais dans la faible lumière du séjour ses cheveux aussi lui semblèrent authentiques, ainsi que la forme de son visage, le sourire bref et rose de ses lèvres charnues dans lesquelles persistait, pour les délices de Mario, une trace d’épaisseur enfantine. Elle vint vers lui avec un air fatigué, même si elle souriait comme si rien ne s’était passé, elle lui demanda sur un certain ton moqueur ce qu’il faisait dans le noir, et il mit du temps à réagir, en partie parce que les pleurs et le sommeil avaient agi sur sa conscience comme un anesthésique. Il se leva et la prit dans ses bras, et en serrant contre lui son corps, si long et flexible (elle était plus grande que lui, même en chaussures plates), à nouveau ses yeux se remplirent de larmes et il pensa, avec une émotion absolue, involontairement romanesque, qu’il lui pardonnerait tout, qu’il n’allait lui poser aucune question ni lui faire aucun reproche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1missmolko1   08 février 2016
Il se réveilla dans le noir en entendant une clef dans la porte d’entrée et en voyant s’allumer la lumière du couloir. La femme dont il ne savait pas encore qu’elle n’était pas Blanca s’avança vers le séjour avec des pas si semblables aux siens qu’au début, Mario les crut authentiques mais dans la faible lumière du séjour ses cheveux aussi lui semblèrent authentiques, ainsi que la forme de son visage, le sourire bref et rose de ses lèvres charnues dans lesquelles persistait, pour les délices de Mario, une trace d’épaisseur enfantine. Elle vint vers lui avec un air fatigué, même si elle souriait comme si rien ne s’était passé, elle lui demanda sur un certain ton moqueur ce qu’il faisait dans le noir, et il mit du temps à réagir, en partie parce que les pleurs et le sommeil avaient agi sur sa conscience comme un anesthésique. Il se leva et la prit dans ses bras, et en serrant contre lui son corps, si long et flexible (elle était plus grande que lui, même en chaussures plates), à nouveau ses yeux se remplirent de larmes et il pensa, avec une émotion absolue, involontairement romanesque, qu’il lui pardonnerait tout, qu’il n’allait lui poser aucune question ni lui faire aucun reproche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SachenkaSachenka   07 septembre 2016
[...] lui, Mario, s'était transformé en un fonctionnaire mental, avait pensé que se marier était comme décrocher un poste de titulaire, comme cet emploi de dessinateur qu'il occupait au Conseil général où il accumulait peu à peu expérience, routine, et triennats.
Commenter  J’apprécie          220
SachenkaSachenka   05 septembre 2016
Pour faire allusion aux gens qu'elle détestait le plus, les routiniers, les monotones, ceux qui étaient incapables du moindre trait d'imagination, elle disait:
- Ce sont des fonctionnaires mentaux.
Commenter  J’apprécie          181
SachenkaSachenka   06 septembre 2016
La gêne vous rend conformiste et timoré : c'est la présence assurée de l'argent, soupçonnait Mario, qui éveille et encourage l'audace.
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Antonio Muñoz Molina (93) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonio Muñoz Molina
Úbeda se reencuentra en San Lorenzo con Antonio Muñoz Molina
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre