AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hélène Morita (Traducteur)
ISBN : 2714442846
Éditeur : Belfond (04/09/2008)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.45/5 (sur 335 notes)
Résumé :
Jubilatoires, flamboyantes, hypnotiques, ces histoires courtes de Haruki Murakami nous plongent dans un univers délicieusement insolite et drôle, où d'une situation d'apparence anodine peuvent surgir à tout moment le fantastique et l'absurde. Depuis un an, quand on la prend de court, Mizuki Ando est incapable de se souvenir de son nom. Elle se décide à consulter une psychiatre, loin de se douter qu'un singe cleptomane est à l'origine de son trouble... Attiré par les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  12 décembre 2018
La première réflexion qui me vient en lisant cet ouvrage est : "mais au bout du compte on se compte qu'on est toujours tout seul au monde", merveilleusement bien interprété par Maurane.
La plupart de ces vingt-trois nouvelles tournent autour de ça.
Ou alors elles sont comme le bus qui passe, oui évidemment le vingt-trois. Il s'arrête en bas de chez vous, vous grimpez, faites la connaissance de divers personnages, situations, et puis vous descendez à votre station et l'histoire continue sans vous. Vous n'avez qu'une bribe, une parcelle, mais votre imaginaire c'est mise en route. Alors vous inventez une suite, un passé, car l'histoire c'est infiltré au plus profond de votre être et a déclenché en vous ce petit mental qui aime à tout contrôler, quitte à broder, à inventer, qui aime à se raconter un univers dont il est le héros.
H. Murakami c'est de l'or en barre, du nectar, c'est un vieil homme à la terrasse d'un café au bord de la mer, le visage buriné par les embruns, qui attire votre attention et qui vous embarque de sa voix grave et mélodieuse. Tout n'est pas dit, parfois l'intrigue est à peine suggérée mais il a fait l'essentiel, il vous a fait rêver, vous a sorti de votre train-train quotidien et c'est en cela qu'il est incontournable, c'est un admirable conteur d'histoires que je ne me lasse pas d'écouter.
Depuis un temps j'ai appris à lire un recueil de nouvelles. Ne jamais les enchainer ... jamais, et lire d'une traite sans aucun arrêt, même pas pour faire pipi ou se curer le nez. de préférence les lire lors de vacances, enfin pour ceux qui en ont, une de temps en temps, avant d'aller à la plage ou de s'occuper de son petit neveu qui sort de l'eau frigorifié ...
C'est étrange que ce passage de Starmania me soit venu. Je ne suis ni fan et de plus tout est interconnecté …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          523
DidierLarepe
  01 novembre 2016
Petits résumés des nouvelles :
Hasard, hasard (~ 1996)
H.Murakami qui se met en scène, raconte quelques coïncidences sans conséquences qu'il a vécu avant de raconter celle d'un ami gay à propos d'une rencontre avec une femme atteinte d'un cancer du sein autour d'un livre de Dickens dans un petit bar puis sa réconciliation avec sa soeur atteinte aussi d'une cancer du sein.
L'année des spaghettis (1981)
Le narrateur raconte comment il a passé son année 1971 à se faire des spaghettis tous les jours, toutes les recettes et avec méticulosité ; et pour lui tout seul. Un après-midi de fin d'année, une fille l'appelle pour lui demander l'adresse de son petit ami qui est aussi l'ami du narrateur. Celui-ci veut rester tranquille, dans sa solitude et avec ses spaghettis ; il prend pour prétexte qu'il est en train d'en cuisiner pour ne pas lui répondre. Les spaghettis comme explication à la solitude.
L'avion ou : Il se parlait à lui-même comme s'il lisait un poème (1987)
L'amant d'une jeune mariée heureuse en ménage parle tout haut sans s'en rendre compte. Sa maîtresse le lui signale ce qui le laisse perplexe et lui fait se poser des question sur sa vie jusqu'à ce jour. Une belle nouvelle sur l'incommunicabilité de certains êtres entre eux, l'amant ici n'ayant jamais compris pourquoi sa maîtresse l'avait choisi et couchait avec lui ; la femme elle-même ne le sait sans doute pas.

L'histoire d'une tante pauvre (1980) Bimbô na obasan no hanashi
Le narrateur décide d'écrire un roman sur les tantes pauvres mais sa copine à laquelle il s'en est ouvert lui fait remarquer qu'il n'a pas de tante pauvre alors qu'elle même en a une. Cette remarque fort juste annihile toute capacité à écrire quoique que ce soit jusqu'au jour où il se rend compte qu'une tante pauvre, toute petite et peu encombrante, s'est installée dans son dos. Cette tante pauvre tout le monde peut la voir et la voit chacun à sa manière en fonction de ses intérêts ou de ses souvenirs. le narrateur devient une vedette jusqu'au jour où, au retour d'un déplacement en train, alors qu'il assiste à une triste scène entre une fille et sa mère et son frère, il s'aperçoit que sa tante pauvre a disparu. le narrateur est un peu triste et se demande où elle a bien pu aller ; il l'imagine dans 10 000 ans dans un pays de tantes pauvres où chacune se serait enfermé dans une bouteille de vinaigre ; peut-être alors pourrait-il leur écrire un poème ?
L'homme de glace (1991)
Une jeune femme se marie avec un homme qu'elle a rencontré au sport d'hiver, un homme de glace. Elle vit avec lui une vie normale et en a même un enfant. Un jour ils décident de partir en vacances au Pôle Sud : la femme est enchantée, l'homme un peu hostile. Finalement ils s'installeront là-bas à la plus grande joie de l'homme qui y trouve un pays à sa dimension ; la femme quant à elle n'est pas malheureuse, elle a juste l'impression que toute chaleur s'est évadée d'elle.

La baie de Hanalei
Une femme apprend la mort de son fils surfeur, attaqué par un requin à Hawaï. Elle décide d'y partir et y revient ensuite chaque en pèlerinage…
La luciole (1983) Hotaru
Une très belle nouvelle : le narrateur entame sa première année à l'université, logé dans un foyer traditionnel avec un colocataire quelque peu maniaque. le narrateur rencontre régulièrement une amie avec laquelle il se promène longuement en échangeant peu de paroles : c'est l'ancienne petite amie d'un ami commun qui s'est suicidé à 17 ans. Lors de l'un de leurs rencontres, l'amie est particulièrement triste et éprouve le besoin pour une fois de parler, beaucoup parler. C'est cette nuit là qu'ils font pour la première fois l'amour. le narrateur reçoit quelques temps plus tard une lettre de son amie qui lui apprend qu'elle arrête ses études et qu'ils ne se reverront peut-être plus avant longtemps tout en lui affirmant que ce qui s'est passé entr'eux n'est pas un problème. C'est la fin de l'année, le foyer est presque vide et son locataire lui offre une luciole. le narrateur, seul, emporte la luciole avec lui et la libère. Il voit sa toute petite lumière s'éloigner de lui. La nouvelle donna naissance à ‘'La ballade de l'impossible'' qui reprend de manière quasi inchangé tout cet épisode du foyer étudiant, de la petite amie d'un ami commun et de la luciole.
La-pierre-en-forme-de-rein qui se déplace chaque jour
Un jeune qui n'a de relations que distantes avec son père reçoit un jour de sa part une confidence : seules trois femmes comptent dans la vie d'un homme. Et voilà les premières expériences amoureuses gâchées : et si c'était une des trois ? Finalement il se liera avec une femme qui bientôt sortira d'elle même de sa vie, la deuxième. Et le jeune homme en sort libéré : il en reste une, il saura la trouver dorénavant.

La tragédie de la mine de New-York
Le narrateur vient de vivre une mauvaise année à enterrer de nombreuses personnes de son entourage, tous jeunes ; à chaque fois il a emprunté un costume noir à l'un de ses amis qui lui n'a encore jamais eu à s'en servir, ami qui aime visiter les zoo les jours de cyclone. Lors de la soirée du nouvel an, le narrateur fait une rencontre étrange avec une femme qui certifie avoir tué son ex. Tout se finit au fond d'une mine, en quelques lignes. Et… ?
Le bon jour pour les kangourous (1981) Kangarû biyori
Un bébé kangourou est né au zoo et le narrateur attend le bon jour (qu'il ne pleuve pas, qu'il n'est pas autre chose à faire…) pour aller le voir avec sa petite amie. Une fois arrivés, ils sont un peu déçu, le kangourou a déjà bien grandi ; la petite amie du narrateur lui pose plein de questions, lui faisant regretter de ne pas avoir consulté une encyclopédie avant de venir. Finalement le petit se réfugie dans la poche de sa mère, c'est donc bien toujours un bébé. La visite peut se terminer. Cette scène est en fait la même que celle racontée dans le communiqué du kangourou : petit zoo, un mâle, deux femelles et un bébé né il y a un mois ; mais là, le narrateur était seul.
Le couteau de chasse
Un couple en vacances au bord de la mer, site enchanteur, mer bleue, palmier. Les voisins, un fils hémiplégique et sa mère qui regarde la mer chaque après-midi. le dernier jour, enfin, le fils est seul sur son fauteuil roulant
Le jour de ses 20 ans
Le jour de ses 20 ans, l'héroïne est coincée par son travail de serveuse mais, grâce à un malaise de son patron elle va enfin rencontrer le propriétaire du restaurant que personne n'a jamais vu et lui porter son repas. Ce dernier, vieillard affable va lui offrir comme cadeau d'anniversaire de réaliser un souhait et un seul. On retrouve là un thème longuement développé dans La ballade de l'impossible, écrit certainement dans les mêmes temps.
Le miroir (1983)
Travaillant comme gardien de nuit dans un collège, une nuit lors d'une ronde, le narrateur est confronté à son reflet dans un miroir, reflet qui semble avoir sa propre autonomie voire qui semble vouloir prendre le contrôle ; le lendemain matin, le narrateur s'aperçoit qu'il n'y a pas de miroir… La nouvelle est écrite comme si le narrateur s'adressait à une assemblée qui se raconte des expériences inhabituelles et à faire peur.
Le petit grèbe
Venu chercher un travail l'auteur se retrouve dans un dédale de couloirs qui rappellent ceux du roman La fin des temps. le narrateur finit par trouver l'entrée et se trouve face à un gardien qui sort de son bain ;
Le septième homme (1996)
Un homme se souvient du typhon qui, dans son enfance, emporta son meilleur et seul ami ; il aurait pu le sauver mais n'avait pas su. Toute sa vie, ensuite, le remord le tarauda et surtout une peur panique de la mer ou de toute étendue d'eau. Un jour, il décide quand même d'affronter sa peur et de retourner dans son village d'enfance, sur la plage du drame.
Le singe de shinagawa
Une femme oublie son nom, de plus en plus souvent, seulement son nom. Elle consulte un thérapeute et se souvient avoir conservé le badge nominatif d'une camarade de classe qui s'était suicidée. Ce badge, tout comme le sien a disparu depuis 1 an, date à laquelle le trouble est apparu.
Les chats mangeurs de chair humaine (1991)
Le narrateur lit à sa maîtresse une nouvelle dans le journal, l'histoire d'une vieille dame morte au milieu de ses chats et que ces derniers ont commencé à dévorer. Ils se sont rencontrés peu de temps avant, se sont plus, ont quitté leur femme et mari et se sont installés en Grèce ; on retrouve ici Izumi, la copine du narrateur dans Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil. Ils vivent heureux jusqu'au jour où le narrateur a le sentiment d'avoir disparu. Izumi aussi reste introuvable… Comme dans Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil la femme idéale disparaît à la fin du récit laissant derrière elle un sentiment d'irréalité ; on retrouve aussi cette idée du couple marié sans histoire, tellement sans histoire que le narrateur s'invente une histoire ailleurs, avec Izumi ici, avec Shimamoto-San dans le roman.
Cette nouvelle aurait aussi servi à l'écriture de Kafka sur le rivage.
Les crabes (1986 ?)
Un jeune couple en vacances à l'étranger découvre un petit restaurant typique qui est spécialisé dans la préparation des crabes. Tous les soirs ils viennent en manger et s'en régaler. le dernier soir l'homme se sent mal et va vomir : au fond des WC il découvre que ce qu'il a vomi, vit, bouge, ondule.
Les vicissitudes des piqu'crocks (1983) Tongariyaki no seisui
Le narrateur participe à un concours de création de pâtisseries dont le jury est un élevage de gigantesques corbeaux criant « Piqu'crocks ».
Nausée 1979 (1986 ?)
Un homme vomit tout ce qu'il ingère pendant une courte période de sa vie (on retrouve quelques éléments de la nouvelle Les crabes). En même temps chaque jour il reçoit un coup de fil avec un homme qui se contente de lui dire son nom et de raccrocher. Vivant seul il couche avec les femmes de tous ses amis… Peut-être est-ce une vengeance de l'un de ces amis ? Finalement un jour l'homme au téléphone ajoute quelques mots et les coups de fil cessent ainsi que les nausées.
Où le trouverais-je ?
Une femme vient trouver le narrateur qui est détective privé bénévole : son mari a disparu après avoir rendu visite à sa mère qui habite 2 étages plus bas qu'eux ; l'homme qui a une phobie des ascenseurs prend toujours les escaliers. le narrateur va explorer l'escalier à la recherche d'un signe, d'une vibration, se liant avec différents voisins de la tour.

Saules aveugles, femme endormie (1983) Mekurayanagi to nemuru onna
Le narrateur accompagne son jeune cousin atteint d'une surdité chronique à l'hôpital. Comme il l'attend à la cafétéria, il repense à une visite dans un autre hôpital à une amie qui avait occupé son temps au lit à écrire une nouvelle sur des saules « aveugles » qui donnaient naissance à des mouches qui faisaient s'endormir les femmes pour mieux ronger leur cerveau. Au moment de reprendre le bus avec son cousin, le narrateur repense à la boite de chocolat qu'il avait amené à son amie à l'hôpital et qu'il avait laissé fondre au soleil. Il est pris d'un léger malaise.
Un récit folklorique de notre temps : la préhistoire du capitalisme à son stade ultime (1989)
Le narrateur, après une courte introduction sur les années 60 et leur exceptionnalité, en vient à raconter l'histoire d'amour de deux premiers de la classe, qui ont toujours tout réussi dans leur scolarité mais se trouve bien démunis, bien que winner devant le monde réel des adultes. Ainsi la volonté de la fille de garder sa virginité pour son mari, celui-ci ne pouvant être son petit ami car il a le même âge qu'elle et l'homme se doit d'être plus âgé que la femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lafilledepassage
  21 février 2019
Il y a quelques mois, un ami babeliote (ça sonne exotique, vous ne trouvez pas ? quelque part entre cairote, dubaïote et chypriote, non ?) me disait vouloir découvrir Haruki Murakami et me demandait conseil pour aborder au mieux l'univers étrange de cet écrivain prolifique. Délicate question …
Après la lecture de ce recueil de nouvelles, j'ai enfin une proposition un peu plus solide que celle que je fis à l'époque : pourquoi ne pas commencer par « Saules aveugles, femme endormie » ?
D'abord, ce sont des nouvelles et si l'une d'entre elles nous déplait notre déconvenue n'est pas trop longue. Mais surtout on y trouve toute la fantaisie de Murakami, des histoires décalées et poétiques…
Les premières nouvelles du recueil - je ne sais pas si elles sont classées par ordre chronologique - sont déroutantes, déjantées, sans queue ni tête, et avec mille fins possibles … Les suivantes sont beaucoup plus classiques, plus élaborées – deux d'entre elles sont d'ailleurs les premiers jets de romans plus longs – mais toujours Murakami parle de notre réalité bien rodée (ou érodée?), y introduit un grain de sable et nous fait déboucher sur un monde complétement différent, et pourtant si proche du nôtre … Une femme qui oublie son nom, un mari qui disparait mystérieusement entre le 14ème étage et le 16éme, une pierre à la forme très particulière de rein. On se retrouve un peu comme dans un rêve où tout semble réel et pourtant …
Au travers des situations ordinaires (ou presque) et toujours avec des mots simples, l'auteur nous nous touche et nous questionne sur notre identité, sur ce « moi » souvent mal connu et peut-être seulement le simple reflet de ce que les autres perçoivent en nous, sur le hasard, sur la « normalité », …
Je referme le livre avec une seule envie : retrouver très vite l'écriture de cet auteur si talentueux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
AudreyT
  24 août 2015
De Murakami, je ne connais rien, si ce n'est le nom de cet illustre auteur... Dans le cadre d'un challenge, et pour ne pas mourir idiote, j'ai pioché un livre au hasard à la médiathèque. Les connaisseurs me diront peut être que mon choix n'a pas été judicieux, que j'aurais pu commencer ma découverte par un autre ouvrage... Quoi qu'il en soit, "saules aveugles, femme endormie" est un recueil de nouvelles. Courtes, elles parlent toutes de situations quotidiennes au Japon. Mais je n'ai pas compris où voulait en venir Murakami, son univers ne me parle pas. Il n'y avait ni chute, ni conclusion et je n'ai jamais vraiment pu dévoiler le sens des histoires...
Bref, une grande déception...
Commenter  J’apprécie          176
BrunoA
  03 avril 2013
Encore une fois, Murakami, à travers vingt-trois très belles nouvelles, nous entraîne aux confins de tous ses univers, partant du réel et, sans qu'on s'y attende, basculant dans le fantastique et dans un imaginaire construit dans plusieurs dimensions.
Aucune lecture de Murakami n'est jamais décevante, et ce recueil n'échappe pas à la règle. On est captivé et séduit de bout en bout, au fil de chacune des histoires courtes qui le composent.
Des choses en apparence parfaitement simples et banales recèlent des trésors d'imagination.
Commenter  J’apprécie          180

critiques presse (1)
Lecturejeune   17 février 2012
Lecture Jeune, n°129 - mars 2009 - Une jeune fille promet à son petit copain qu'elle fera l'amour avec lui quand elle aura un mari. Victime d'un singe kleptomane, une jeune femme sent son propre nom lui échapper. Au cours d'une promenade, un médecin ramasse une pierre en forme de rein, qui ferait un bon presse-papiers dans son cabinet. Mais la pierre ne tient pas en place. Un détective « totalement bénévole », que cela « intéresse énormément, sur un plan personnel, de localiser les personnes qui ont disparu », recherche un homme d'affaires volatilisé entre le vingt-quatrième et le vingt-sixième étage de son immeuble. Vainement.
Singulières, envoûtantes, bien qu'inégales, voici vingt-trois nouvelle du grand Murakami. L'occasion de se laisser ravir par l'art du conteur, par son univers insolite, traversé de hasards et de coïncidences, d'étranges échappées oniriques. Le fantastique de Murakami possède une séduction tenace, un humour désinvolte dignes de Buñuel. Narquois, l'auteur renvoie personnages et lecteurs à leur propre perplexité, sans proposer d'explication : « Des choses qui commencent sans raison s'arrêtent sans raison. Le contraire peut être vrai aussi. » ? Charlotte Plat
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
michokomichoko   19 décembre 2015
Qu'un poète meure à vingt et un ans, qu'un révolutionnaire ou une rock star disparaissent à vingt-quatre, passe encore. Mais pour vous, une fois ce cap franchi, selon les pronostics les moins optimistes, tout devrait bien se dérouler. Vous avez dépassé le Dead Man's Curve, vous êtes sorti du tunnel, vous roulez droit vers votre but sur une autoroute à six voies - que vous l'ayez vraiment voulu ou pas. Vous vous êtes coupé les cheveux. Vous vous rasez chaque matin. Vous n'êtes plus un poète, un révolutionnaire ou une rock star. Vous ne vous endormez plus, ou ne vous évanouissez plus ivre mort dans les cabines téléphoniques, et vous n'écoutez plus les Doors à plein volume à quatre heures du matin. A la place, vous souscrivez une assurance-vie dans la société d'un ami, vous vous rendez dans les bars des hôtels pour consommer de l'alcool, et vous conservez les factures de vos soins dentaires pour bénéficier de réductions d’impôts. Vous avez vingt-huit ans, n'est-ce pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
albisiaalbisia   22 mars 2011
Peut-être que finalement tu n'as pas de tante pauvre dans ta famille. dans ce cas, toi et moi, nous aurions quelque chose en commun. C'est plutôt bizarre, n'est-ce pas, de partager ça ? Comme une flaque d'eau un matin tranquile. Mais, au moins, tu as certainement rencontré une tante pauvre au mariage de quelqu'un. Exactement comme chaque étagère possède une longue rangée de livres que l'on n'a pas lus, chaque armoire, une robe qui n'a pratiquement pas été portée, à chaque mariage figure une tante pauvre.
Presque personne ne prend la peine de la présenter aux autres convives. Presque personne ne s'adresse à elle. Personne ne lui demande de faire un discours. Elle a pris place à la table qu'on lui a assignée, mais elle est simplement là - comme une bouteille de lait périmée. Elle avale son consommé à toutes petites cuillerées tristes. Elle mange sa salade avec sa fourchette à poisson. Elle ne parvient pas à attraper tous les haricots. Et c'est la seule qui n'a pas de cuillère quand, au dessert, les glaces sont servies. Et si la chance lui est contraire, il sera abandonné, mis au rebut à l'occasion d'un déménagement en même temps, par exemple, que cette espèce de trophée méconnaissable, couvert de poussière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
domisylzendomisylzen   03 novembre 2018
Quelquefois, nous n'avons pas besoin des mots. C'est plutôt les mots qui ont besoin de nous. Si nous n'existions plus, les mots perdraient leur fonction.
Commenter  J’apprécie          290
zorazurzorazur   16 novembre 2011
Nous avions un nombre incroyable de sujets à évoquer ensemble. Nous parlions, parlions sans fin, avec un plaisir qui ne se démentait pas. Je comprenais avec une extrême acuité ce qu'elle m'exposait. Et les choses que je parvenais difficilement à expliquer aux autres, à elle, j'arrivais à les lui communiquer parfaitement, à un degré qui me surprenait moi-même... je dirais, de manière empirque, qu'il est rare, voire exceptionnel, de rencontrer quelqu'un à qui l'on puisse transmettre ses sentiments d'une manière aussi parfaite, aussi pleine. Je crois bien que la majorité des gens passent leur vie entière sans faire ce genre de rencontre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
pyrouettepyrouette   22 mars 2016
Oui, la peur, la peur est bien là, c'est vrai... Elle se présente à nous sous différentes formes, à des époques différentes de notre vie et elle nous submerge. Mais le plus effrayant que nous puissions faire est de lui tourner le dos, de fermer les yeux. Car alors, ce que nous avons de plus précieux à l'intérieur de nous, nous le cédons à quelque chose d'autre. (Le septième homme)
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Haruki Murakami (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Haruki Murakami
Découvrez trois sorties littéraires immanquables d'octobre dans notre nouvelle vidéo !
---------------------- Les livres dont on vous parle dans cette vidéo : - le signal de Maxime Chattam : http://bit.ly/2yj9bnb - L'empire des Soleri de Michaël Johnston : http://bit.ly/2PAkkH2 - le Meurtre du Commandeur d'Haruki Murakami : http://bit.ly/2CENfXj
Rejoignez notre Bookclub Bookeen : http://bit.ly/2ASauI7 et ne manquez pas notre article sur les 10 immanquables d'octobre : http://bit.ly/2Ehlnu0
---------------------- Vous pouvez également venir parler littérature et lecture numérique avec nous sur : - Twitter : https://twitter.com/Bookeen - Facebook : https://www.facebook.com/Bookeen - Instagram : https://www.instagram.com/bookeen_cafe/
---------------------- Musique de fond : I Will Not Let You Let Me Down (Instrumental Version) by Josh Woodward (licence CC) http://bit.ly/2qSEksB
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..