AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2260034373
Éditeur : Editions Julliard (16/08/2018)

Note moyenne : 2.29/5 (sur 53 notes)
Résumé :
"Vous, mademoiselle, dites-nous ce que vous en pensez, vous qui avez raté votre devoir. Aucune forteresse ne résiste à cela. Blême, frissonnante, l'expression fissurée par la déflagration, l'estomac enfoncé, l'espérance perdue, elle se faisait violence avec un héroïsme en tous points admirable pour ne pas fondre en larmes ou sombrer sous la table."
Sans complaisance, un étudiant décrit le quotidien d'une année d'hypokhâgne, sacro-sainte filière d'excellence ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Sociolitte
  07 juillet 2018
Emprunté, ampoulé, sophistiqué, trop pour moi.
Le propos a suscité mon intérêt, la lourdeur du style m'aura assommé.
Un des nouveaux grands talents annoncés de cette rentrée ne m'a pas touché. Et j'en suis désolé.
Peut-être une autre fois...
Lu en juin 2018.
Commenter  J’apprécie          959
si-bemol
  31 décembre 2018
Ayant été moi-même, à l'âge de 17 ans, élève en classe préparatoire dans l'un de ces lycées parisiens dits “d'excellence', le lycée Henri IV, et pour y avoir réellement souffert, tant - au-delà du travail à fournir et de la pression normale du concours - l'humiliation y était constante et la volonté de blesser évidente, cynique et assumée, la parution de "La Purge", qui fit grand bruit à sa sortie, a immédiatement attiré mon attention.
Il s'agit là du témoignage romancé de la vie des lycéens en classe préparatoire, telle que l'a connue l'auteur dans un établissement de province. J'y ai retrouvé bien des éléments de ce qui fut pour moi à l'époque, comme pour beaucoup de mes condisciples, un petit avant-goût de l'enfer. Pourtant, je n'ai pas du tout aimé ce roman dont la lecture m'a été si pénible que j'ai failli l'abandonner.
Il y a d'abord la mauvaise foi, évidente, de l'auteur. Car ce qu'il se garde bien de rappeler, c'est qu'on n'entre pas en classe préparatoire par hasard, on n'y postule pas par inadvertance, l'admission dans l'une de ces grandes prépas est d'abord un honneur et une chance, et les règles du jeu sont connues : libre à chacun de les accepter ou non.
Il y a ensuite, dans ce portrait résolument à charge et sans nuances, des contre-vérités choquantes, pour ne pas dire des mensonges éhontés, comme par exemple la soi-disant discrimination sociale à l'égard des élèves boursiers, le confortable entre soi des enfants de la bonne bourgeoisie, entretenu par les autorités… Voilà une invention pour le moins stupéfiante qui dit surtout de l'auteur sa méconnaissance totale du système scolaire français.
Et puis il y a le style… de Prévert et Rimbaud, outrageusement présentés en référence sur la quatrième de couverture, je n'ai vu, hélas, aucune trace. En leur lieu et place, j'ai trouvé une écriture extraordinairement boursouflée et pompeuse qui m'a prodigieusement agacée : parce que la grandiloquence systématique ne fait pas le style et fatigue le lecteur ; parce que l'ironie, à être trop présente, finit par perdre toute sa force ; parce que la vindicte, la violence et l'outrance qui submergent le lecteur au long d'interminables diatribes ne font pas argument et desservent le propos ; parce qu'enfin il y a dans ce roman une aigreur et une telle volonté de calomnier et de nuire que j'ai davantage eu l'impression d'assister à un règlement de comptes malveillant et sournois qu'à la naissance d'un futur écrivain.
La personnalité de l'auteur, telle que je l'ai ressentie au travers de ces pages, ne m'incite pas à l'indulgence. Il s'agit cependant du tout premier roman d'un très jeune homme, avec tous les défauts prévisibles de la forme et du fond qu'il parviendra peut-être à corriger avec le temps. D'autre part, pour l'avoir moi-même vécu et subi, je partage avec l'auteur, mais de manière plus nuancée et beaucoup moins violente, la certitude que l'enseignement dans les parcours dits d'excellence gagnerait beaucoup en efficacité et en intelligence si le corps professoral acceptait d'accompagner avec une bienveillance qui n'exclut d'ailleurs pas la rigueur les adolescents dont il a la charge.
Il reste cependant que tel qu'il est, et avec ses limites, le parcours en prépa et la qualité de l'enseignement qui y est dispensé constituent une expérience humaine et intellectuelle irremplaçable qui mérite un minimum de reconnaissance à l'égard de ces professeurs qui ne veulent certainement pas que du mal à leurs élèves, et dont il n'y a nulle trace dans ce livre.
Une lecture pénible, donc, qui me laisse avec beaucoup de réticences et un livre que, tout simplement, je regrette d'avoir acheté. A tous ceux qui souhaitent avoir une vision plus saine et plus réaliste de la vie, assurément éprouvante, d'un lycéen en classe préparatoire, je conseille la lecture, sur le même sujet, de “Un hiver à Paris” de Jean-Philippe Blondel.

- - - - - - - - - - - - - - - - -

A tous mes ami.e.s de Babelio, dont les lectures et les contributions m'enrichissent et m'enchantent,
à tous les lecteurs que je ne connais pas encore et dont il me tarde de faire la connaissance,
à toute l'équipe de Babelio, ses administrateurs et ses “petites mains” qui oeuvrent dans l'ombre à la pérennité de ce site magnifique de partages, de bienveillance, d'intelligence et d'enthousiasme,
je souhaite, de tout coeur, une excellente Saint-Sylvestre et une formidable année 2019, pleine de curiosité littéraire, de belles lectures et de superbes découvertes ! ❤❤❤
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
Eve-Yeshe
  18 août 2018
J'ai eu un peu de mal à terminer ce livre car le thème abordé est difficile mais il est intéressant : la vie quotidienne des étudiants dans une classe prépa, ici Hypokhâgne, avec tous les travers de l'enseignement de ces jeunes gens appelés à être les élites de la France de demain, débouchant sur des postes prestigieux.
La description du travail acharné, du bachotage, du manque de sommeil, dans un lieu où même la nourriture laisse perplexe, de ces étudiants qui triment pou arriver à des meilleurs résultats, devenant des robots ou des « chiens savants », car leur pensée elle-même a été captée, cette description est parfaite, tellement précise qu'on ressent les choses dans son propre corps.
La maltraitance psychologique des élèves est bien décrite, avec ces professeurs sadiques qui n'aiment qu'une chose : dominer, humilier et casser, et bien sûr devant tous les autres élèves, sinon ce n'est pas source de jouissance. Ils entendent à longueur de journées qu'ils sont nuls et qu'ils ne réussiront pas, alors comment résister et continuer à travailler ? Certains professeurs sont pires que les autres :
« Il faut, pour qu'on saisisse ce qui m'aura poussé à me faire le juge de cette personne ignoble, le professeur d'Histoire, et de cet être terrible, le professeur de philosophie, qu'on redonne l'image de cette époque-là. » P 89
La manière dont réagit le héros est intéressante, notamment sa tentative de résistance au formatage et à la pensée unique. Seulement voilà, ce récit m'a un peu laissée sur ma faim. Peut-être parce que j'ai préféré la manière dont Jean-Philippe Blondel l'aborde dans « Un hiver à Paris », car le héros me plaisait davantage.
Je suis allée au bout de la lecture parce que l'écriture d'Arthur Nesnidal est magnifique et emporte le lecteur. Les phrases sont bien construites, il y a ici un amour de l'écriture, du langage écrit et une grande poésie dans les mots :
« La conscience des hommes a ceci de superbe, qu'elle confine au divin par pure inadvertance. On veut l'Inde, on a l'Amérique, on veut l'espace, on a la lune. On s'attend à l'étude et l'on trouve le savoir. A tâtons, ignorants, nous tenons du génie. » P 25
La page trente-sept est magnifique et on a envie de l'apprendre par coeur. Parmi les cinq livres que la FNAC m'a proposé, celui-ci est sans conteste le mieux écrit.
Ce roman, qui est un premier roman, il ne faut pas l'oublier, est prometteur et si l'auteur réussit à introduire plus d'émotion et de chaleur, le plaisir du lecteur sera au rendez-vous. Je rappelle au passage qu'il est âgé de vingt-deux ans !
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          435
hcdahlem
  12 septembre 2018
Quand on se replongera dans les archives pour tenter de comprendre comment, au début du XXIe siècle, le système s'est délité avant de faillir complètement et d'entraîner conflits et destructions, alors on retrouvera sans doute un épais dossier consacré à l'éducation et à la fabrication des soi-disant élites qui devaient conduire le pays à la réussite. Un chapitre y sera sûrement consacré aux classes préparatoires qui, comme leur nom l'indique, devaient préparer les meilleurs élèves à intégrer les grandes écoles. Peut-être fera-t-il aussi référence à un ouvrage intitulé La purge et qui démontait alors, point par point, ce système défaillant.
Un témoignage édifiant – de l'intérieur – sur les curieux us et coutumes qui présidaient alors dans ce lycée que l'on n'aura guère de peine à situer à Clermont-Ferrand. «Tout, dans cet établissement, dégageait ce délicat fumet de rance et de désuet, de poussière et de moisi, dont nos enseignants se délectaient volontiers, s'extasiant sans retenue sur l'immuabilité réactionnaire des classes préparatoires. Les couloirs vomissaient leur papier peint en lambeaux, le carrelage d'avant-guerre se disloquait à tout-va, et la craie, sur nos tableaux encore noirs, n'en finissait plus d'agoniser en crissements déchirants. » 
Après les infrastructures et le cadre de vie proposé aux élèves et aux enseignants, concentrons-nous sur les méthodes. On trouvera particulièrement motivant la haute considération affichée par le corps enseignant pour des élèves «médiocres, mauvais, incultes, vides». Les professeurs ne vont du reste pas manquer une occasion de souligner leurs propos, allant jusqu'à humilier ces cancres qui n'ont pas assimilé toutes les subtilités du latin, du grec ou des mathématiques : « il annonçait tout haut la note qui tombait; puis, sans élever la voix, il faisait des remarques sur les fautes grossières que l'on avait commises, sur les égarements qu'on eût pu éviter, sur tout ce qui faisait de nos humbles travaux d'immondes petits torchons; on aurait dit une hyène rôdant parmi les chats.»
Arthur Nesnidal s'en donne à coeur joie dans ce roman à charge, flinguant à tout va, massacrant avec cruauté, dézinguant sans discernement. C'est ce qui rend son brûlot tout autant jouissif qu'excessif. Car pour lui, il n'y a qu'à jeter le bébé avec l'eau du bain. On le suit volontiers lorsqu'il dénonce la nourriture qui leur est servie ou lorsqu'il met en avant les absurdités de l'administration. On se régale notamment de cette scène ubuesque lorsqu'il vient expliquer à la comptabilité qu'il s'acquittera de sa dette lorsque l'argent de la bourse lui sera versée: « Maintenant que vous savez que je paierai, et quand je le ferai, pourriez-vous arrêter d'envoyer des courriers de rappel ? 
– On ne peut pas, c't'automatique, récita-t-elle d'un ton embarrassé qu'une rage incontrôlée faussait de plus en plus. 
Automatique, bien sûr. Comment n‘y avais-je pas songé? Ils avaient certainement inventé pour le soin du service une sorte de rotative à timbrer les enveloppes, et une autre machine plus ingénieuse encore pour reproduire l'écriture manuelle et ses fautes de français. Sans compter le robot à poster, merveille de technique, qui se glissait la nuit pour se faire discret jusques aux boîtes aux lettres les plus proches des bureaux. » 
En revanche, le romancier donne avec son livre la preuve que la théorie du formatage des esprits, du modèle unique, peut très bien voler en éclats pour peu que l'on cherche à s'émanciper de ce modèle unique et stérile. Laissant de côté les « plaisirs d'ignorance, de paresse et d'orgueil » il nous offre un exercice de style vivifiant servi par une plume trempée dans l'acide.
Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
LiliGalipette
  06 octobre 2018
« Parmi la multitude des enfers ici-bas, je vis, au commencement de ce siècle, tourner l'implacable machine de la grande industrie intellectuelle et vomir à grandes fournées ses séries de troufions de l'esprit et son lot de déchets. On nommait ces chaudrons les es préparatoires. » (p. 9) Avec cet incipit acerbe qui donne le ton du texte, le narrateur entame une longue diatribe contre le système d'enseignement supérieur à la française. Avant que survienne une guerre dont on ne sait rien, mais qui a tout ravagé, l'homme a subi l'ineptie d'une machine à broyer les âmes et les corps, alambic cruel censé sublimer les esprits. Dans cette supérieure usine à démolir règnent des Professeurs aux méthodes vicieuses. « Peu de choses amusaient encore le vieux vampire ; après tout, son errance pouvait être lassante. Nous rendre nos devoirs en se moquant de nous, briser nos rêves d'enfant en donnant des lectures perverses de nos comptines, humilier ses élèves de toutes les façons, cela allait de soi. » (p. 86) Ainsi, si l'étudiant hagard parvient à déjouer les mille et un pièges du latin, il aura encore à endurer l'ironie tiède d'un corps professoral dont la vocation a laissé place à l'amertume. Et pourtant, bien que brisé, affamé, épuisé, le narrateur développe une capacité grandissante à fustiger la bêtise, comme contaminé par les hautes exigences de ses maîtres. « Pauvres petites créatures qui usent de la force sans savoir réagir à l'intelligence. » (p. 101)
Comment supporter l'absurde aliénation du cerveau entièrement tourné vers un but chimérique, j'ai nommé le sacro-saint concours ? Ayant usé mes jupes et ma santé sur les bancs de la khâgne, je me suis complètement retrouvée dans la peinture qu'en fait Arthur Nesnidal. le ultra-sophistiqué de l'auteur pourra en dérouter, mais il illustre à merveille les attentes sadiques de certains professeurs : à plusieurs reprises, j'ai constaté que certains notaient moins la qualité de la réflexion que la tortuosité de l'expression. Comme si maîtriser les méandres sadiques et pompeux de la langue était une poudre aux yeux suffisante pour convaincre de la compréhension profonde d'un sujet. « Ces élus savaient tout ; ils interposaient Barthes à leurs contradicteurs comme les Jésuites fourraient leurs Saintes Écritures au coin d'une virgule pour broyer les païens du pilon de leur science. Que pouvait-on répondre aux initiés du dogme ? » (p. 21)
Il y a un passage qui m'a replongée dans la terreur que j'avais d'un professeur, être terrible que, 12 ans après avoir quitté la prépa, je n'arrive pas à chasser de mes cauchemars. Passage qui illustre le mépris institutionnalisé de ces pontes qui ne doutent de rien : « Hors sujet. [...] Vous auriez pourtant dû en sortir autrement, le sujet était fait pour qu'on le réussisse. [...] Vous, Mademoiselle, dites-nous ce que vous en avez pensé, vous qui avez raté votre devoir. » (p. 47) D'aucuns diraient que ce genre d'attitude est censé fortifier le coeur et le caractère. Mais a-t-on jamais rendu un âne plus intelligent en le convainquant d'avancer à la force d'un fouet ? Je ne nie pas que l'hypokhâgne et la khâgne m'ont apporté une fabuleuse masse de connaissances et des méthodes pour réfléchir et exprimer clairement ma pensée à l'oral et à l'écrit. Mais comme le narrateur de la purge, j'accuse un système violent qui se fonde sur un socle friable pour produire des élites qui, à leur tour, feront tourner ledit système. L'absurdité de ce dernier est d'ailleurs parfaitement démontrée – et démontée – par le monde apocalyptique dépeint à demi-mot par le narrateur : est venu un conflit qui a renversé l'ancien ordre établi, balayant du même coup institutions politiques, économiques et enseignantes. Preuve que produire des élites ne suffit pas à faire tourner le monde.
La purge est un premier roman aux accents vengeurs et imprécateurs, riche d'indéniables qualités, et je suis curieuse de lire les prochains écrits d'Arthur Nesnidal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

critiques presse (1)
Telerama   11 septembre 2018
De ses quelques mois passés en classe préparatoire, Arthur Nesnidal livre une vision bien sombre : professeurs méprisants, culture de l’humiliation, locaux sordides et antidépresseurs à tous les étages. Un premier roman empreint d’une rage salutaire, qui sait aussi faire preuve d’une belle ironie à l’égard de l’institution.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
SociolitteSociolitte   06 juillet 2018
Parmi la multitude des enfers d’ici-bas, je vis au commencement de ce siècle, tourner l’implacable machine de la grande industrie intellectuelle et vomir à grandes fournées ses séries de troufions de l’esprit et son lot de déchets. On nommait ces chaudrons les classes préparatoires.

Page 9, Julliard, 2018.
Commenter  J’apprécie          635
hcdahlemhcdahlem   12 septembre 2018
Parmi la multitude des enfers d’ici-bas, je vis, au commencement de ce siècle, tourner l’implacable machine de la grande industrie intellectuelle et vomir à grandes fournées ses séries de troufions de l’esprit et son lot de déchets. On nommait ces chaudrons les classes préparatoires. C’était le temps des gueux, c’était le temps des villes, le temps des miséreux qu’on ne verra jamais plus.
Il faut se figurer l’esprit de ce temps-là. Les murs de nos frontières n’étaient pas encore tombés, et cette contrée s’appelait alors la France, mère patrie de tous ses enfants nés de ses entrailles de terre et de sang. L’Histoire connaît ces envolées que le ciel ne peut ignorer. Les rues de nos bourgades serpentaient bruyamment sous leurs voitures enragées ; à Paris se dressaient Notre-Dame et la tour Eiffel, que la guerre détruisit depuis. La pluie zébrait la grisaille de notre civilisation, martelait le macadam qui chaussait les pas de nos aînés, et les immeubles de béton s’empilaient, sans ordre ni mesure, à la marge des trottoirs qu’investissait chaque aube la foule grouillante de nos ancêtres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Eve-YesheEve-Yeshe   19 août 2018
Le corps privé de sommeil exige réparation ; il ne veut pas comprendre que le latin vaut mieux. Il se cabre, il hurle, fait sa révolution ; du pain, du pain ! rien ne peut contenir son appétit de vivre. Il ne laisse pas tuer si aisément. Même dans la misère, il combine le souffle ; son ordre impérieux interdit le suicide… P 37
Commenter  J’apprécie          230
Eve-YesheEve-Yeshe   18 août 2018
Être aveugle, c’est espérer ; voir, c’est perdre envie. On ne se désillusionne jamais qu’avec regret. P 27
Commenter  J’apprécie          240
LiliGalipetteLiliGalipette   06 octobre 2018
« Hors sujet. […] Vous auriez pourtant dû en sortir autrement, le sujet était fait pour qu’on le réussisse. […] Vous, Mademoiselle, dites-nous ce que vous en avez pensé, vous qui avez raté votre devoir. » (p. 47)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Arthur Nesnidal (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Nesnidal
C'est la rentrée sur Bookeenstore ! Notre libraire vous présente trois titres de la rentrée littéraire 2018 à ne pas manquer dans notre nouvelle vidéo.
---------------------- Les livres dont on vous parle dans cette vidéo : - Isidore et les autres de Camille Bordas : http://bit.ly/2LNrPHW - Un gentleman à Moscou d'Amor Towles : http://bit.ly/2C4nvEr - La Purge d'Arthur Nesnidal : http://bit.ly/2LHWiGY
Découvrez notre page dédiée à la rentrée littéraire 2018 sur Bookeenstore : http://bit.ly/2N6xWvx
---------------------- Vous pouvez également venir parler littérature et lecture numérique avec nous sur : - Twitter : https://twitter.com/Bookeen - Facebook : https://www.facebook.com/Bookeen - Instagram : https://www.instagram.com/bookeen_cafe/
---------------------- Musique de fond : I Will Not Let You Let Me Down (Instrumental Version) by Josh Woodward (licence CC) http://bit.ly/2qSEksB
+ Lire la suite
autres livres classés : grandes écolesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..