AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225307067X
Éditeur : Le Livre de Poche (04/01/2017)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.21/5 (sur 654 notes)
Résumé :
Cette année, Amélie Nothomb fait sa rentrée avec un conte de fées virant à la tragédie grecque. "Le crime du comte Neville" raconte l'histoire d'une jeune châtelaine mal dans sa peau, qui cherche à se faire assassiner par son père, pour aider ce dernier à réaliser sans dommages la prédiction d'une voyante rencontrée à l'issue d'une fugue qui n'en est pas une.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (214) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  06 septembre 2015

J'ai hésité à lire ce dernier livre de Nothomb,n'en lisant plus depuis quelques années,sans raison précise,mais vu les critiques positives babeliotes, j'ai succombé.Et j'ai trés bien fait!
Henri va devoir tuer un invité durant la garden-party qu'il donnera dans quelques jours dans son château,la dernière, avant de le vendre.C'est ce que du moins lui prédit une voyante.Le problème est que Henri est aristocrate,-comte de Neuville-,et chez les aristos, même tuer un invité a ses règles:préméditer, nan! trop grossier! Tuer un invité,dans un instant de colère, ça c'est la classe,le chic....Aaah,les devoirs,les principes aristos...de plus Henri possède l'art de recevoir et a développé une haute mythologie de l'invité,alors pour lui, tuer un invité,est comme tuer un élu au sein de l'espèce humaine.Dés lors la prédilection de la voyante équivaut à l'anéantissement de sa foi et de son art.S'y ajoute les propositions de sa fille dépressive,pour lui donner un coup de main...Henri est K.O....
Si ce n'était un livre d'Amelie Nothomb,concernant le sujet,j'aurais dit,"n'importe quoi! Une histoire à dormir debout....".Mais elle, avec sa plume efficace,la raconte si bien, avec humour et finesse ,qu'elle en devient une délicieuse fantaisie, avec des belles réflexions sur la vie,même si quelques unes sont des clichés.L'ensemble est bien ficelé,et j'ai bien aimé la chute rapide.Donc un livre que je conseillerais vivement pour cette rentrée littéraire 2015!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          643
Yassleo
  05 décembre 2015
Une petite heure à perdre et envie de se détendre? Amélie Nothomb, présente, pour vous servir.
En ce qui me concerne, le ptit dernier de la baronne chapeautée est à l'image des grands frères, vite lu, vite oublié.
Mais je continuerai à la lire, pas en fan de l'auteure, mais simplement parce que j'aime bien le personnage qu'est Amélie Nothomb.
Et à vrai dire, son écriture ne me déplaît pas, loin de là. Elle a un style indéniablement agréable, une patte bien à elle, une plume efficace et enjouée et une érudition certaine.
En revanche, je n'accroche toujours pas à ses histoires. Mais alors pas du tout... J'essaie pourtant, je persiste régulièrement, mais j'accroche pô. Intrigues toujours bâclées à mon goût.
Dans le Crime du comte Neville, Amélie Nothomb s'attaque à du lourd, avec un remake belge de la nouvelle du grand Oscar Wilde. Evidemment grosse prise de risques et chapeau (!) d'oser le challenge.
On retrouve donc l'idée de la prédiction funeste d'une voyante et une critique piquante du milieu aristocratique. Point.
Pour l'intrigue, ben... la mayonnaise ne prend pas. Tel un poisson rouge, on tourne vite en rond, l'humour subtil, la naïveté du personnage principal et les rebondissements De Wilde sont relativement absents, mais fort heureusement, l'aquarium ne compte que 150 pages.
Les dix premières et les deux dernières pages suffisent pour avoir une vue d'ensemble du roman. Entre les deux, on donne à manger aux petits red fishes que nous sommes, en brodant autour de la mort et du regard social avec moult références mythologiques, littéraires voire cinématographiques, mais le tout, survolé et non abouti.
Pas assez de profondeur, un gros gâchis quand on possède ce talent d'écriture, cette culture, et une idée pourtant séduisante. Quelques phrases par-ci, par-là, viennent témoigner de la qualité de la plume de Nothomb, malheureusement trop sporadiquement à mon goût.
Trois étoiles quand même. Allez comprendre ça? Serais-je une poire hypnotisée par ses passages télé, ses interviews et le personnage charismatique qu'elle est? Ou un poisson rouge qui tourne, qui tourne, sans se poser de questions?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
traversay
  29 août 2015
Ah, mais lis Nothomb ! Ce n'est pas une injonction mais presque et les crus successifs ont beau être de valeur inégale, la curiosité l'emporte et ma foi, le temps de sa lecture a au moins deux vertus : primo, il distrait, par sa légèreté, du reste de la littérature contemporaine dont les accents sont généralement bien plus graves. Secundo, en moins d'une heure et d'une seule traite, l'affaire est entendue. Il sera alors temps de passer à quelque chose de plus roboratif. Oui, parce que les prétendus romans d'Amélie Nothomb s'apparentent tout au plus à des nouvelles et qu'il ne faut pas y chercher une densité ou une profondeur qui n'y sont point. Ce qui assez amusant est que la femme au chapeau n'écrit jamais le même livre mais procède à peu près toujours de la même façon, et le crime du comte Neville n'y échappe pas. Un point de départ original, un développement avec d'incongrus rebondissements fluidifié par des dialogues souvent savoureux et un dénouement toujours bâclé comme si Nothomb, à l'instar d'un journaliste, se devait de rendre une copie qui ne dépasse pas un certain nombre de signes, espaces compris. A moins que ce ne soit l'heure du thé et que Amélie soit pressée d'en finir. Sinon, que dire de cette cuvée 2015 ? Que cette fantaisie qui rend hommage à Oscar Wilde (très bon auteur de nouvelles soit dit en passant) et se moque gentiment des us et coutumes de la noblesse décatie des Ardennes belges n'est pas sans panache ni suspense. La meilleure façon d'apprécier un Nothomb, à moins d'être un aficionado, est de ne pas trop en attendre si ce n'est un moment de lecture relativement agréable. Mission accomplie pour le crime du comte Neville. A l'année prochaine, Amélie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
lyoko
  03 août 2017
Encore un Nothomb qui se lit vite (mais en existe t'il un ou il en est autrement ? ).
Le comte de Neville doit vendre son chateau. Ses finances l'y oblige. Mais avant tout ça il va faire une dernière réception. Cependant une voyante lui prédit qu'il tuera un de ses invités justement ce jour là.
Un petit roman qui peut préter a sourire et qui pointe du doigt certains travers de l'espèce humain. Vaut-il mieux parader ou vivre ?
Un bon moment de lecture et de détente...un Nothomb quoi !
Commenter  J’apprécie          444
rabanne
  17 janvier 2016
J'ai fait volontairement des pauses avec Amélie Nothomb, pour éviter de tourner en rond comme un poisson dans son bocal. Ma dernière lecture remontant à "Tuer le père", je renoue le contact avec le roman de la rentrée 2015. Majoritairement salué par mon entourage, il n'a pas vraiment eu sur moi l'effet jubilatoire escompté.
Le comte de Neville ne dort plus depuis qu'il a reçu une troublante prédiction d'une voyante...
Malgré la maîtrise narrative, il m'a manqué tout de même un peu plus de causticité ou de folie douce dans cette histoire. J'ai également trouvé la chute facile et bâclée.
(niveau 3e)
Commenter  J’apprécie          428

Les critiques presse (2)
LaPresse   28 septembre 2015
Sous l'élégance blasée, le regard de l'auteure reste vif et le jugement saignant. Un horrible délice.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LePoint   17 août 2015
La flèche wallonne a encore tiré. Le Crime du comte Neville est LE Nothomb de la rentrée. Une histoire à dormir debout !
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations & extraits (132) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   06 septembre 2015
Les enfants de l’ancien monde n’avaient droit qu’à une portion congrue d’attention et d’affection, sauf s’ils s’efforçaient de séduire leurs parents ; les enfants modernes étaient dès leur naissance l’objet d’une tentative de séduction de la part de leurs parents – ces derniers n’ayant droit qu’à une portion congrue d’affection. C’était une révolution de point de vue : les enfants, qui dans l’ancien monde n’étaient qu’un moyen, étaient devenus la fin, le souverain but.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
sandraboopsandraboop   12 septembre 2015
C'était un grand mystère que l'insomnie. A priori, quelle souffrance y avait il à séjourner durablement dans un lit confortable, même sans dormir ? Pourquoi t devenait on le siège de pensées atroces ? L'explication était celle-ci : l'insomnie consistait en une incarcération prolongée avec son pire ennemi. Ce dernier était la part maudite de soi. Tout le monde n'en était pas pourvu : ainsi, tout le monde ne connaissait pas l'insomnie.
Cette malédiction était d'autant plus redoutable qu'elle s'attaquait à des individus plongés dans l'obscurité et donc privés de l'échappatoire du regard. Les médecins conseillent, en cas d'insomnie, de se lever et de s'occuper : c'est ignorer que le plus souvent, l'insomniaque n'en est pas à sa première nuit sans sommeil, il est trop fatigué pour accepter une diversion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
SZRAMOWOSZRAMOWO   28 juin 2015
Si l'on avait dit au Comte Neville qu'il se rendrait un jour chez une voyante, il ne l'aurait pas cru. Si l'on avait précisé que ce serait pour y chercher sa fille qui aurait fait une fugue, cet homme sensible se serait évanoui.
Un genre de secrétaire lui ouvrit la porte et le conduisit jusqu'à une salle d'attente.
- Madame Poternduère va vous recevoir très vite.
On se serait cru chez le dentiste. Neville s'assit, très raide, et regarda avec perplexité les motifs tibétains qui décoraient les murs. Quand il se retrouva dans le cabinet de la voyante, il demanda aussitôt où était sa fille.
- La petite dort dans la pièce d'à côté, répondit la dame.
Neville n'osa parler, allait-on exiger de lui une rançon ? La voyante, une femme sans âge, énergique, rondelette, d'une extrême vivacité, reprit la parole :
- Hier, après minuit, je me promenais dans la forêt non loin de votre domaine. La lune éclairait presque comme en plein jour. C'est là que je suis tombée sur votre fille, roulé en boule, qui claquait des dents. Elle n'a rien voulu me dire. Je l'ai convaincue de m'accompagner : elle allait mourir de froid si elle restait dehors. Arrivée ici, j'ai voulu vous appeler tout de suite pour vous rassurer : elle a dit qu c'était inutile, que vous n'aviez pas remarqué sa disparition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jeunejanejeunejane   06 septembre 2015
"Cette prédiction me rappelle quelque chose", pensa Henri. Soudain, il se souvint d'un conte d'Oscar Wilde qui racontait une histoire similaire. La bibliothèque du Pluvier était si désordonnée qu'y retrouver un livre y relevait du miracle.
Neville préféra se rendre à la librairie du village. Sur le catalogue Folio, il repéra le titre d'Oscar Wilde : Le crime de lord Arthur Saville.
Le libraire en possédait un exemplaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
QuiltQuilt   21 mars 2016
A cette anxiété permanente s'ajoutait un complexe de génération. Il existe une frontière temporelle, d'autant plus énorme qu'elle n'est pas officielle, qui sépare l'humanité en deux espèces qui pourraient bien ne jamais se comprendre. Arbitrairement, situons-là en 1975, tout en étant conscient d'une variabilité extrême de cette date en fonction des pays et des milieux. C'est la limite qui sépare les enfant nés pour séduire des enfants nés pour être séduits.
Les enfants de l'ancien monde n'avaient droit qu'à une portion congrue d'attention et d'affection, sauf s'ils s'efforçaient de séduire leurs parents ; les enfants modernes étaient dès leur naissance l'objet d'une tentative de séduction de la part de leurs parents - ces derniers n'ayant droit qu'à une portion congrue d'affection. C'était une révolution de point de vue : les enfants, qui dans l'ancien monde n'étaient qu'un moyen, étaient devenus la fin, le souverain but.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Amélie Nothomb (96) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amélie Nothomb
Vidéo de Amélie Nothomb
autres livres classés : prédictionsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Que savez-vous d'Amélie Nothomb ? (niveau facile)

Amélie Nothomb est née...

En Chine
En France
A Bruxelles

8 questions
842 lecteurs ont répondu
Thème : Amélie NothombCréer un quiz sur ce livre
. .