AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226188441
180 pages
Albin Michel (20/08/2008)
  Existe en édition audio
3.15/5   1658 notes
Résumé :
« Le fait du prince » Un homme vole l’identité d’un inconnu. « Il y a un instant , entre la 15ème et la 16eme gorgée de champagne où tout homme est un aristocrate ».
Que lire après Le fait du princeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (199) Voir plus Ajouter une critique
3,15

sur 1658 notes
Je crois que je suis en train de devenir boulimique d'Amélie Nothomb ; aussi vais-je devoir me calmer et ce pour deux raisons : non seulement parce que je crois que j'ai quasiment épuisé le stock dans lequel je m'approvisionne (à savoir celui de la médiathèque dans laquelle je travaille) et parce que c'est comme tout, les ouvrages de cette auteure se lisant tellement vite, il faut savoir les déguster avec délectation et lenteur, comme on boirait une bouteille de champagne par exemple pour ne citer que celui-ci (petit clin d'oeil à l'auteure et aux protagonistes de cet ouvrage).

N'avez-vous jamais rêvé de devenir quelqu'un d'autre ?
Baptiste Bordave est un homme modeste, célibataire, la quarantaine...bref, un Monsieur-tout-le-monde à qui on ne prête pas plus attention que cela d'ordinaire. Cependant, un simple coup de sonnette va changer sa vie : un homme sonne chez lui en le priant de pouvoir passer un simple coup de fil car sa voiture est en panne. Quoi de plus courtois et normal pour notre Baptiste Bordave que d'accéder à cette requête sans imaginer une seule seconde qu'aussitôt les premières détonations entendue, notre inconnu s'écroulerait raide mort sur sa moquette....Dès lors, que faire ? Se rappelant d'un entretien qu'il a eu la veille, il s remémore que si il appelle les secours ou voire la gendarmerie, il passera aussitôt comme le suspect idéal. Appeler un taxi prétextant que cette personne a eu un malaise et qu'il est décédé sur e chemin des urgences ? Oui, cela serait le meilleur moyen...Cependant, pris de panique et ayant touché à toutes les affaires de l'individu qui s'appelle en réalité Olaf Sildur, notre hôte n'a plus d'autre solution plausible pour échapper à cette enfer que fui. Néanmoins, il ne va pas tout simplement prendre la fuite car dans son esprit se met en place un plan cruellement diabolique et qui le laverait de tout soupçon ? Et si il n'avait jamais été Baptiste Bordave mais Olaf Sildur ? Son corps à lui (enfin celui de l'autre bien sûr, pas le sien...bref, c'est là que cela en devient démoniaque) serait retrouvé dans une semaine ou deux et l'on conclurait tout simplement à la mort de Baptiste Bordave : simple employé de bureau, sans attache et sans famille et dont personne ne se serait inquiété plus tôt.
Ola Sildur ou du moins anciennement Baptiste Bordave n'a plus qu'à commencer une nouvelle vie, avec à la prime, non seulement une belle villa à Versailles, une jaguar et une femme de rêve. Cependant, qui sait réellement qui était le premier Olaf Sildur exactement et dans quelles affaires notre protagoniste va se plonger ?

Un scénario rondement bien mené, assez machiavélique je dois l'admettre dans lequel le champagne coule à flots (bref, du Amélie Nothomb tout craché) avec une écriture fluide et légère propre à l'auteure. Un agréable moment de détente. A découvrir !
Commenter  J’apprécie          522
Baptiste Bordave mène une existence plutôt morne jusqu'au jour où un inconnu sonne à sa porte, demande à téléphoner et meurt subitement. Or, lors d'un dîner en ville, pas plus tard que la veille, Baptiste a eu une conversation édifiante évoquant justement cette situation contrariante où l'on finit toujours par être le premier suspect de la police. Baptiste décide donc d'abandonner le corps et d'endosser l'identité du mort. Dorénavant, il sera Olaf Sildur, citoyen suédois installé à Versailles. A lui la confortable Jaguar, la superbe villa et la magnifique femme d'Olaf ! Mais la situation est étrange, inquiétante même. Pourquoi Olaf est-il venu mourir chez lui ? Dans quelles magouilles trempait-il ? Pourquoi sa femme, grande amatrice de champagne, l'accueille-t-elle avec tant de désinvolture ? Et qui sont les deux hommes qui font le pied de grue devant la villa ? Après quelques jours hors du temps le nouvel Olaf doit fuir, entraînant dans son sillage sa nouvelle épouse.


Un roman aussi pétillant que le champagne qui coule à flots entre ses lignes. Situations et dialogues cocasses et absurdes, aucun souci de vraisemblance…Amélie Nothomb se fait plaisir en laissant divaguer son imagination et nous fait plaisir en nous régalant de ses loufoqueries et de ses délires.
Inutile de chercher une logique, une explication ou une morale à cette histoire purement fantaisiste. Il faut juste se laisser porter, boire une coupe et apprécier…Santé !
Commenter  J’apprécie          495
Un petit roman pour un joli après-midi sur mon balcon.
Ça faisait un petit moment que j'avais délaissé Miss Nothomb au profit d'autres lectures. Mais avoir revu cette grande dame à la Librairie tout aussi Grande à la télé l'autre soir, m'a donné instantanément envie de me replonger dans ses histoires parfois tragiques, parfois comiques, souvent loufoques, toujours décalées.
Le fait du prince ne déroge pas à la règle.
On y trouve des éléments clés de la plume d'Amélie Nothomb : une situation ubuesque, une rencontre improbable, des personnages hauts en couleur ou en transparence de vie, de l'argent et du champagne.
Et ma foi, ça fonctionne !
Lorsqu'un homme vient mourir dans l'appartement d'un inconnu, je suis instantanément intriguée et je me laisse emballer par la suite.
Mais... car il y a un grand MAIS.
La fin est bâclée. L'histoire se termine en queue de poisson, ou plutôt sans queue ni tête. Ce qui m'avait intriguée auparavant a fini par être un pet dans l'eau, qui n'a même pas fait de bulles.
Dommage... J'aurais bien lu encore quelques centaines de pages supplémentaires avec le fait du prince.
Voilà c'était mon bémol qui n'est en rien comparable au plaisir que j'ai eu de passer mon après-midi au soleil à contempler deux inconnus boire du champagne hors de prix avec ardeur, vénération et délectation.
Commenter  J’apprécie          412
Amélie Nothomb pousse si loin son imagination pour nous produire un livre d'un suspens assez décalé. Usurpation d'identité? crime prémédité? mise en scène d'un clan d'espionnage? un mauvais sort circonstanciel? un destin sacrifié? enfin, toutes ces questions nous troublent avant qu'on arrive au bout de la lecture. Et même à la fin de la lecture, rien ne vient assouvir notre curiosité, y a juste une sensation du creux, du
de vide, l'auteure nous fait patauger dans une vacuité sans merci. En tout cas, elle nous laisse dans une impasse avec beaucoup de pourquoi. Dommage que l'écriture ait été fluide et agréable, à cela s'ajoutent de beaux dialogues, pour donner une oeuvre sans fondement, sans une essence plausible!
Commenter  J’apprécie          410
Que feriez-vous si un inconnu avait le mauvais goût de sonner chez vous pour y mourir ?
Un roman parfaitement décalé, qui badine avec la mort et avec l'amour, sans la moindre once de vraisemblance. Très superficiel, loufoque, émaillé de dialogues hors-sol exquis. J'ai trouvé ce roman pétillant ( on le serait à moins étant donné la quantité phénoménale de bouteilles de champagne que les deux héros s'enorgueillissent de boire). Son effet charmant et léger sera peut-être légèrement volatile mais franchement Madame Nothomb, votre plume a du panache !
Commenter  J’apprécie          400

Citations et extraits (139) Voir plus Ajouter une citation
Il y a un moment entre la quinzième et la seizième gorgée de champagne, où tout homme est un aristocrate. Ce moment échappe au genre humain pour un motif médiocre : les êtres sont si pressés d'atteindre le comble de l'ivresse qu'ils noient ce stade fragile où il leur est donné de mériter la noblesse.
Commenter  J’apprécie          270
Je me rappelai que le salon était visible depuis la rue. Sigrid déménagea le seau dans la cuisine.

— A quelle heure commençons-nous ? demanda-t-elle.

— A onze heures du matin. C’est le défaut du champagne : il n’est pas bon au saut du lit.

— Vous avez déjà essayé ?

— Oui comme le vin et le whisky, la vodka et la bière : ça ne passe pas.

— De la bière le matin ? Pourquoi avez- vous tenté une chose si affreuse ?

— Vous avez raison, c’est la pire. C’était par admiration pour Bukowski qui se réveillait encore profondément imbibé et qui buvait aussitôt une bière. J’ai vite renoncé à l’imiter. Lui, c’était un héros.

— Un alcoolique, vous voulez dire.

— Le héros de l’alcoolisme. Il buvait avec une sorte de vaillance. Il avalait des doses incroyables d’alcool de qualité infecte, et puis il écrivait des pages magnifiques.

— Voulez-vous écrire, vous aussi ?

— Non. Je veux être avec vous.

— Vous voulez voir ou l’alcoolisme nous conduira ?

— On ne peut pas être alcoolique en ne buvant que du champagne.

Elle me considéra avec scepticisme.

Des onze heures, elle déboucha le veuve-Clicquot. Les premières gorgées me paralysèrent de plaisir. Il fallait se taire et fermer les yeux : que l’être entier devienne la caisse de résonnance de cette jouissance.

— Vous avez une grande vertu, Sigrid : Vous savez boire. Ce n’est pas si fréquent chez les femmes.

— C’est à croire que vous ne les connaissez pas. Etes-vous marié, Olaf ?

— Non. C’est la première fois que vous me posez une question indiscrète.

Elle se tut, comme prise en faute. Je reremplis les flûtes pour dissiper le malaise.

Il y a un instant, entre la quinzième et la seizième gorgée de champagne, où tout homme est un aristocrate. Ce moment échappe au genre humain pour un motif médiocre : les êtres sont si pressés d’atteindre le comble de l’ivresse qu’ils noient ce stade fragile où il leur est donné de mériter la noblesse.
Commenter  J’apprécie          30
La villa n'a pas de fenêtres, mais des baies vitrées. J'en déteste la fonction. La fenêtre sert aux habitants d'une maison à voir l'extérieur, tandis que la baie vitrée sert aux habitants d'une villa à être vus de l'extérieur. La preuve, c'est que la baie vitrée va jusqu'à terre : or les pieds ne regardent pas. Cela permet de montrer aux voisins qu'on porte de belles chaussures, même quand on reste chez soi.
Commenter  J’apprécie          180
- Vous n'êtes pas innocent. Quelqu'un est mort chez vous.
- Il faut bien mourir quelque part.
- Chez vous, pas au cinéma, pas à la banque, pas dans son lit. Ce quidam a attendu d'être chez vous pour passer l'arme à gauche. Le hasard n'existe pas. S'il est mort à votre domicile, vous y êtes forcément pour quelque chose.
- Mais non. Cette personne peut avoir éprouvé une émotion violente à laquelle vous êtes étranger.
- Elle a eu le mauvais goût de l'éprouver dans votre appartement. Allez expliquer cela à la police.
Commenter  J’apprécie          100
Les continents possèdent une ligne de partage des eaux, lieu mystérieux à partir duquel les fleuves décident de couler vers l'est ou l'ouest, le nord ou le sud. Le corps humain possède une ligne de partage du champagne, géographie encore plus mystérieuse, à partir de laquelle le vin doré cesse de couler vers l'intelligence pour refluer en direction du grand n'importe quoi.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Amélie Nothomb (188) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amélie Nothomb
"Tout retour est impossible; l'amour le plus absolu n'en donne pas la clef" Amélie Nothomb
Pour en savoir plus : https://www.albin-michel.fr/limpossible-retour-9782226495945
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalbinmichel Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbinMichel Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel Linkedin : https://www.linkedin.com/company/albin-michel
autres livres classés : champagneVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (4021) Voir plus



Quiz Voir plus

Que savez-vous d'Amélie Nothomb ? (niveau facile)

Amélie Nothomb est née...

En Chine
En France
A Bruxelles

8 questions
1181 lecteurs ont répondu
Thème : Amélie NothombCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..