AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2879297036
Éditeur : Editions de l'Olivier (07/01/2010)

Note moyenne : 3.07/5 (sur 56 notes)
Résumé :
« Par nombre de traits de caractère, de choix et de positions, je me place hors du cours normal des choses. Ce qui s’est produit lors de la semaine suivante procède donc d’une certaine logique. » Mathias, l’« homme de l’ombre » qui rédige depuis douze ans les discours du maire de Paris, doit rencontrer Fata Okoumi, une femme d’affaires africaine grièvement blessée par un policier auquel elle refusait de présenter ses papiers d’identité. Il s’est vu confié par le mai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
carre
  06 décembre 2012
On ne pourra pas à reprocher à Martin Page son originalité. Une puissante femme d'affaires africaine est violemment agressée suite à une bavure policière. Mathias, homme de l'ombre qui écrit les discours du maire, reçoit ces dernières volontés extravagantes avant de plonger dans le coma, faire disparaitre Paris. Fonctionnaire zélé à la vie routinière, Mathias va prendre à coeur cette demande farfelue.
D'une histoire à dormir debout, Martin Page nous livre un conte plein de charme et d'humour. Son ton volontairement décalé est bien agréable et l'on se surprend à apprécier son écriture à la fois légère et poétique.
Le personnage de Mathias évolue au fil de ces entretiens avec l'envie de mener à bout sa promesse. Récompensé par le « prix des Etonnants Voyageurs », gage de qualité (Alain Mabanckou, Carole Martinez, Gilbert Gatoré ont notamment remporté ce prix), ce roman original mérite un petit séjour dans la chambre d'hôpital de Fata Okoumi. Un roman attachant, plus profond que l'idée de départ pourrait laisser paraitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Ingannmic
  28 juillet 2014
Il m'a fallu quelques pages pour accepter de lâcher prise, et de me laisser aller au charme du roman de Martin Page.
Dans un premier temps, j'ai trouvé que le ton utilisé par l'auteur, qui se veut décalé, manquait de fantaisie, pâtissait d'une certaine fadeur. Sans doute cette impression était-elle en grand partie provoquée par la personnalité du narrateur.
Mathias est ce que l'on appelle un "homme de l"ombre", et cette fonction semble avoir déteint sur son caractère. A moins que ce ne soit l'inverse, que ce soit son manque de charisme, sa banalité, qui ait déterminé son choix professionnel. Cet employé de la municipalité de Paris est en quelque sorte le Cyrano du maire de la capitale, dont il est chargé de rédiger les discours.
Et cela le satisfait pleinement. Loin d'être un individu aigri, Mathias se montre d'une simplicité débonnaire. Il mène une existence sans vagues ni rébellions, se contente de tièdes certitudes et d'opinions consensuelles. Homme de gauche, ainsi qu'il se définit lui-même, il l'est sans passion. C'est un être à la conscience tranquille, qui affiche l'humble discrétion de ceux qui n'ont jamais connu de drame, ni jamais souhaité de mal à quiconque.
Son quotidien tranquille va être quelque peu bouleversé par sa rencontre avec Fata Okoumi, femme d'affaires camerounaise en visite à Paris. Suite à son refus de présenter ses papiers lors d'un contrôle de police, le coup de matraque conséquent de l'agent chargé dudit contrôle s'est soldé par un séjour à l'hôpital.
C'est là que Mathias lui rend visite, en vue d'élaborer le discours du maire suite à ce regrettable incident. Il éprouve pour la victime une immédiate et profonde sympathie, malgré son profil de "cruelle capitaliste" guère en accord avec ses convictions...
"La disparition de Paris..." a des apparences de fable peu subtile : nous avons là un héros ordinaire, qui vit une aventure à deux doigts de verser dans le fantastique, mais dont la chute s'avère finalement plutôt banale, ce qui, paradoxalement, surprend le lecteur.
Et pourtant, ce roman possède un charme indéniable, sans doute parce qu'il est sans prétention, un peu insensé, et qu'il lance mine de rien quelques intéressantes pistes de réflexion sur les préjugés, et pose la question de la pérennité des principes, lorsqu'ils sont confrontés aux réalités humaines.
Une lecture en somme bien agréable.
Lien : http://bookin-ingannmic.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
camille_alivreouvert
  27 décembre 2011
(Billet écrit en mai 2011)
Lors d'une bavure policière, Fata Okoumi, une puissante femme d'affaire africaine en visite à Paris est blessée. Mathias, petit fonctionnaire de la mairie de Paris, lui rend visite à l'hôpital afin de préparer un discours que prononcerait le maire pour «réparer» l'outrage qui lui a été fait. Mais avant de sombrer dans le coma, Fata Okoumi confie au jeune quadragénaire son souhait en guise de réparation de faire disparaître Paris. Mathias se sent le devoir d'exaucer cette dernière volonté…
La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique est un conte. L'artifice qui conduit à faire disparaître Paris pour satisfaire le voeu de la femme d'affaire est quelque peu décevant mais à de nombreux autres égards, le roman de Martin Page est singulier et très séduisant. le personnage de Mathias, anti-héros célibataire dépourvu d'ambition mais attachant et se voulant intègre dans ses propres questionnements est extrêmement réussi. L'intime du narrateur se mêle à ses réflexions sur la société. Percent notamment toutes les émotions contradictoires qui l'animent face à la femme d'affaire qui lui est d'emblée sympathique, mais qu'il sait être responsable de tout un tas de saloperies qui lui ont permis de gravir les échelons. Il y a aussi ses pensées qui reviennent souvent vers la jeune femme qu'il retrouve à l'hôtel une fois par semaine sans qu'il soit question de donner à ces rencontres un caractère amoureux. Et il y a bien sûr Paris...
Le bouleversement parisien dont Mathias se fait complice lui redonnera l'envie de vivre pleinement.
Un livre légèrement décalé, poétique et attachant.
La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique a reçu le prix Ouest-France Etonnants voyageurs 2010.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yaki
  08 juillet 2014
Fata Okoumi, 70 ans, riche femme d'affaires africaine en visite à Paris reçoit un coup de matraque d'un policier pour avoir refusé de montrer ses papiers. Elle est hospitalisée d'urgence et l'affaire fait grand bruit. Embarrassé, le maire de Paris décide de préparer un discours en collaboration avec Fata Okoumi pour calmer les esprits. Mathias travaille au service de la communication de la mairie. Il a 40 ans, est célibataire, satisfait de son sort et vit une aventure sans lendemain avec Dana qu'il rencontre une fois par semaine à l'hôtel pour discuter, boire du vin et faire l'amour. Il est chargé de rédiger le discours du maire. Il se rend au chevet de Fata Okoumi et tombe sous le charme de la vieille dame. Dans la conversation cette dernière lui confie qu'elle souhaite faire « disparaitre » Paris. Mais qu'a-t-elle bien pu vouloir dire ?
C'est un roman intrigant, touchant et surtout un roman sur Paris. C'est aussi
une fable contemporaine racontée avec une écriture très réaliste qui fait qu'on
est vraiment entrainé dans l'histoire avec Mathias. Et enfin, c'est l'histoire
d'un homme qui va se redécouvrir à travers cette histoire. Malgré l'intérêt du
récit, je l'ai trouvé un peu long et parfois un peu trop descriptif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
soazcongar
  09 septembre 2010
Mathias travaille à la mairie de Paris et rédige les discours et les allocutions du maire à l'occasion des inaugurations de crèches ou de travaux de mairie. L'agression de Fata Okoumi, femme d'affaires africaine, va changer le cours de ses journées, qu'il croyait éternel, dans sa petite vie bien rangée.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
NikolasdeparisNikolasdeparis   24 janvier 2016
Je ne crois pas à l'influence du milieu extérieur (de la musique, du lieu et du temps) sur l'écriture. Lorsque je lis des entretiens d'artistes, je suis dubitatif quant au rôle que beaucoup accordent à leur environnement. Il ne faut jamais faire confiance à un artiste qui parle de son travail, car le discours sur la création est lui-même une création. Un écrivain a besoin de trois choses pour écrire : une feuille de papier, un stylo et son obsession.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EdlihtamEdlihtam   10 mai 2013
On peut être ivre d'action. Je crois que c'était mon état depuis deux jours, depuis que la décision avait été prise de faire disparaître un immeuble. [...] Quand on découvre le pouvoir que l'on a, que l'on nous donne, il est facile de croire en sa propre puissance. [...] Ce pouvoir aurait pu me faire sombrer dans la dépendance. Un effort gigantesque était nécessaire pour ne pas s'y abandonner, pour refuser la jouissance intrinsèque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EdlihtamEdlihtam   10 mai 2013
Il y a des idées qui paraissent excellentes à l'intérieur de notre crâne, mais qui, une fois dites à voix haute, se révèlent dans toute leur absurdité.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Martin Page (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Page
Martin Page, auteur du roman : "Le garçon de toutes les couleurs"
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Plus tard, je serais moi

Qui est le personnage principal dans ce livre ?

Verane
Selena

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Plus tard, je serai moi de Martin PageCréer un quiz sur ce livre