AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Valérie Moran (Traducteur)
EAN : 9782221103531
324 pages
Éditeur : Robert Laffont (16/08/2007)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Maintenant que la génération des baby boomers et celles qui l'ont suivie peuvent avoir autant de relations sexuelles qu'elles le veulent, elles semblent en avoir perdu l'envie... ". Convaincue, après avoir suivi des centaines de couples (hétérosexuels, homosexuels, avec ou sans enfants et de tous âges), qu'il n'y a pas de fatalité au déclin du désir amoureux, la thérapeute Esther Perel nous livre ici une ana... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bruno_Cm
  11 avril 2019

Il y a des livres indispensables. Des livres qui servent l'humanité, qui peuvent lui ôter de la souffrance, beaucoup de souffrances, à peu de frais et même carrément entretenir et faire continuer les femmes et les hommes et les couples à prendre-avoir du plaisir. Sexuel ou mieux EROTIQUE !
Car, oui, « Ce livre parle ainsi de l'érotisme et de la poétique du sexe, de la nature du désir érotique et des problèmes qui lui sont inhérents. »
Je suis psychologue et lors de mes chères études on ne m'a jamais parlé de la sexualité et du couple de cette façon… Cette façon est terriblement permissive dans le bon sens du terme, terriblement jouissive si l'on y parvient, jamais stigmatisante, jamais dure, jamais pathologisante… Faire feu-éros de tout bois-fantasme, avec toutes vos particularités, avec qui vous êtes, vous, et l'autre.
Comment faire entre de l'Autre dans le couple… Sans l'exploser, mais en l'/s'exposant. Comment sécuriser tout en prenant une distance qui attire, excite. Comment jouer avec sa peur, ses peurs pour en faire des adjuvants provocateurs de désir et de plaisir… Il est question de tout ça dans ce livre.
Evidemment, selon qu'on soit ou pas en couple, que l'on soit le tiers d'un couple, ou que l'on ne croit plus au couple, les résonances seront très différentes… Mais, je pense que chacun peut trouver dans ce livre de l'espoir, des forces, des idées aussi pour oser vivre, oser vivre sa sexualité, son plaisir, une certaine forme d'égoïsme, celle qui fondamentalement est… juste. de ce juste qui se révèle être profitable à tout le monde.

Les idées de Perel ne sont ni neuves ni originales, mais la façon de le dire, l'écrire est on ne peut plus simple et fraîche, accessible et encourageante. Elle ne veut pas tout faire exploser, pas de révolution, juste trouver sa touche, ses touches tout à fait personnelles et de couple.
« Je vous invite à réfléchir aux moyens d'introduire du risque dans la sécurité, du mystère dans le familier, et de la nouveauté dans la stabilité. »

« Voilà les vraies questions : Pouvons-nous faire coexister l'amour et le désir ? Comment ? Et dans quel genre de relation ? »

L'intimité et la sexualité…
« C'est là toute l'ironie de la chose : ce qui produit une intimité agréable ne produit pas toujours une sexualité satisfaisante. Ma conviction de thérapeute - conviction peut-être contraire à l'intuition - est qu'un accroissement de l'intimité affective va souvent de pair avec un fléchissement du désir sexuel. »

Société … Sado-maso, soumission ? Plaisir ?
« Pour ma part, je pense que ces rituels de domination et de soumission sont un moyen subversif d'appréhender une société qui glorifie la maîtrise, déprécie la dépendance et réclame l'égalité. [...]
Dans cette perspective, les clubs de rencontre sont de véritables sanctuaires où l'on admet ce que la société rejette par ailleurs. »

Le fantasme, le fantasme, le fantasme…
« A mon avis, le fantasme sexuel intègre toute activité mentale capable de générer du plaisir ou d'intensifier l'enthousiasme. Ces pensées n'ont pas besoin d'être imagées ou même bien définies. le plus souvent, elles sont inarticulées et correspondent davantage à des sentiments qu'à des images, elles sont plus sensuelles que sexuelles. Virtuellement, l'imagination érotique peut se servir de tout ; souvenirs, odeurs, sons, mots, moments spécifiques de la journée, textures... Si le désir est mis en mouvement, tout cela peut relever du fantasme. »

Tout (se) dire ?
« Se dévoiler n'est pas nécessaire pour que le fantasme fonctionne. Loin de moi l'idée de plaider en faveur d'une approche où il faudrait tout se dire. »

L'infidélité ?
« Je conteste l'idée répandue selon laquelle l'infidélité est toujours le symptôme de problèmes plus profonds au sein du couple. Les aventures sont motivées par d'innombrables forces, qui toutes ne sont ps liées aux imperfections du mariage. Il se trouve que beaucoup de gens qui commettent un adultère sont raisonnablement satisfaits de leur couple. »

Le vrai défi ?
« Se plaindre d'une vie sexuelle ennuyeuse est facile et conventionnel. Entretenir l'érotisme chez soi est un acte autrement plus subversif. »

Je n'ai élaboré là rien grand-chose, et cette critique ne fait pas honneur à ce livre essentiel.
Sachez que Perel envisage d'autres sous-thématiques : quelques titres de chapitre : « »Les pièges de l'intimité moderne », « Démocratie contre sexualité », « le sexe, c'est sale : réservez-le à la personne que vous aimez » (titre ironique, of course), « Les modèles érotiques », « Être parents » (très intéressant les rapports mère-enfant), « L'ombre de l'Autre », « Réintroduire du « X » dans les relations sexuelles »…

Bref, je pense que si j'étais un quelconque responsable dans l'éducation au sens large (a fortiori un doyen de fac de psycho ou de socio), je mettrai ce livre au programme. Livre qui devrait entrer dans la vie de tout un chacun, au bon moment, bien sûr… Avec Eloge du Mariage... de Christiane Singer, le Choeur des femmes de Martin Winckler et King kong théorie de Virginie Despentes

J'allais presque oublier le fait que le titre original est « Mating in captivity »… Bon… D'ailleurs, il est dommage que le livre n'a pas été traduit par Esther Perel elle-même (puisqu'elle parle le français (entre autres…))... J'imagine qu'elle a tenu son oeil attentif. Somme toute, le titre français est peut-être plus incluant. « Moins segmentant ». Ce qui n'est pas un mal. Et le texte se lit très bien.

Enfin, si ce livre est indispensable, selon moi, il n'est pas facile à trouver !! Il faut rééditer !! Ab-so-lu-ment!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
palounell
  02 octobre 2015
La grande question est notre conception du sexe au sein du couple. Pourquoi ne pas reconnaître que c'est un engagement émotionnel davantage qu'un engagement sexuel exclusif ?
N ' en revient on pas à l amour pluriel ?
Conservons alors le sens du jeu et de la séduction ,car l érotisme va au delà de l acte sexuel en lui même, il reste en chacun de nous un aspect à découvrir
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (93) Voir plus Ajouter une citation
palounellpalounell   03 octobre 2015
Le sexe a toujours existé sans désir : parlez-en aux générations de femmes qui ont toujours fait l’amour par devoir ! Mais la question ne se posait pas de la même façon. Elles étaient investies, par la société, par l’église, par la famille, d’un unique mandat : faire des enfants. Aujourd’hui, il n’y a plus ni injonction de devoir, ni obligation de reproduction. Nous sommes passés à un modèle conjugal où le rapport sexuel est uniquement ancré dans un désir sexuel qu’il faut cultiver, entretenir, séduire, anticiper.

Aujourd’hui, nous recherchons dans le couple la passion amoureuse, ET la sécurité affective, la respectabilité sociale et l’érotisme… L’érosion du désir prend sa source dans cet isolement affectif à deux. C’est dans l’espace que vit le désir.

Mais si l’amour se nourrit de la proximité, le désir, lui, réclame de la distance, de l’altérité. Le désir est la force vitale qui nous fait vivre. Chez l’enfant, cette force commence par une envie de découverte, d’exploration. C’est la nouveauté, la curiosité, le besoin d’aventure. Si les parents étouffent cette envie, ils étouffent la vie même. Dans le couple, c’est pareil : le désir ne passe pas uniquement par le sexe, il se construit sur cette envie renouvelée de partir à la découverte de l’autre. « Si je suis collé contre toi, je ne peux rien voir de toi, rien avoir envie de découvrir, rien désirer. » Les couples d’aujourd’hui n’ont pas besoin de feu, ils l’ont. Mais pour vivre, le feu a besoin d’air…

Bien sûr. En désirant un autre homme ou une autre femme, il remet de la distance.
D’autant que l’adultère met en route l’un des grands moteurs du désir : le regard de mon partenaire sur quelqu’un d’autre est érogène parce qu’il faut que je me batte pour, de nouveau, être choisi. Parce que ce qui ravive le désir c’est, entre autres, la peur de la perte. Les fantasmes de notre conjoint(e) sont la preuve qu’il est libre et qu’il possède une individualité irréductible. C’est effrayant. Dans de justes proportions, la jalousie, la peur de perdre l’autre et l’incertitude sont des aphrodisiaques puissants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bruno_CmBruno_Cm   05 avril 2019
Il existe bien des façons d'inviter l'Autre dans une relation, et la majorité ne passe pas par une sexualité extraconjugale. Chez la plupart des gens, parler de liberté sexuelle au sein du couple déclenche une sonnette d'alarme. Peu de sujets liés à l'engagement amoureux provoquent une réaction aussi viscérale. "Et si elle tombe amoureuse de lui ?", "Et s'il ne revient jamais ?"... L'idée qu'on puisse aimer une personne et avoir des relations sexuelles avec quelqu'un d'autre donne le frisson. Nous redoutons que le franchissement de cette limite ne conduise potentiellement à la violation de toutes les autres, chose qui ne manque as de faire surgir dans notre esprit des images de chaos : promiscuité sexuelle, orgies, débauches. contre une telle décadence, le couple offre l'unique barricade qui nous protège de nos pulsions. il est notre meilleure défense contre l'animalité débridée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   30 mars 2019
- Nous avons aussi fini par comprendre qu'être proches ne signifiait pas ne jamais se disputer. C'est amusant... Ce qui nous rendait si fiers était en fait un problème.
Il me vient à l'esprit, en écoutant Candice, que le mot "sécurité" a de multiple sens. La psychologue Virginia Goldner fait une distinction précise entre la "sécurité molle d'une intimité douillette" et la "sécurité dynamique" des couples qui se disputent et se réconcilient, et dont la relation est une succession de brouilles et de raccommodages. Ils ne privilégient pas l'agressivité, mais se l'approprient pour que la tension sexuelle puisse se libérer ) et qu'elle-me^me génère à son tour la sécurité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   05 avril 2019
- Vous avez l'air de considérer qu'il est mal d'instrumentaliser quelqu'un qu'on aime.
- Vous êtes en train de me dire que ce n'est pas le cas ? demande-t-il.
- Je dis que cela ne devrait pas l'être. Vous savez, beaucoup de personnes jouent avec la chosification afin de donner une part d'altérité à leurs partenaires devenus trop familiers. On évite souvent cela parce qu'on y voit une absence d'intimité, mais je pense que, lorsque les deux partenaires en ont envie, c'est une autre forme de proximité. On doit avoir une grande confiance en quelqu'un pour s'autoriser à oublier qui il est.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   03 avril 2019
A mon avis, le fantasme sexuel intègre toute activité mentale capable de générer du plaisir ou d'intensifier l'enthousiasme. Ces pensées n'ont pas besoin d'être imagées ou même bien définies. Le plus souvent, elles sont inarticulées et correspondent davantage à des sentiments qu'à des images, elles sont plus sensuelles que sexuelles. Virtuellement, l'imagination érotique peut se servir de tout ; souvenirs, odeurs, sons, mots, moments spécifiques de la journée, textures... Si le désir est mis en mouvement, tout cela peut relever du fantasme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Esther Perel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Esther Perel
Extrait de la conférence donnée par Esther Perel à l'ARCHE. Esther Perel est ethno-psychologue, sexologue et thérapeute.
>Psychologie>Psychologie différentielle et génétique>Psychologie de la sexualité (44)
autres livres classés : désirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Esther Perel (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
329 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre