AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782265155299
288 pages
Éditeur : Fleuve Editions (15/04/2021)
4.17/5   222 notes
Résumé :
Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (127) Voir plus Ajouter une critique
4,17

sur 222 notes
5
59 avis
4
50 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis

sylvaine
  10 mai 2021
Megg est Mère au foyer à plein temps et quand je dis plein temps je n'exagère pas. Pourtant ce matin qu'il lui semble difficile de mettre le pied hors du lit ... elle est épuisée et puis la journée qui l'attend va être une nouvelle fois trépidante et épuisante. Entre une une ado de 16 ans revêche voir insolente, un fils adorable de 10 ans qui demande toute son attention , et un mari aimant qui la considère comme la meilleure épouse qu'il puisse avoir... parce qu'elle cuisine, pâtisse, gére maison enfants ménage bref l'intendante parfaite et ... trouve en plus le temps de passer au pressing récupérer sa chemise porte bonheur... Heureusement il y a Romy sa voisine, sa meilleure amie extravagante et lumineuse qui se propose pour l'aider à vider le grenier de la maison parentale bien vide depuis le décès de sa mère.. et le coup de grâce lui est asséné par une pellicule photo trouvée non développée dans un carton ..
Carène Ponte harponne son lecteur avec une écriture , alerte et fluide , alternant le chaud et le froid, l'émotion et le rire. Un joli roman détente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
coquinnette1974
  02 avril 2021
Grâce aux éditions Fleuve Editions et à net galley, j'ai eu le plaisir de découvrir en avant-première : La lumière était si parfaite de Carène Ponte.
Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ?
Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd'hui à une ado en crise qu'elle ne reconnaît plus.
Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes.
Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d'infarctus qui a fauché sa mère avant l'heure.
Tandis qu'elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l'intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu'elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie. Partie sur les traces d'un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c'est son avenir qu'elle est en train de reprendre en main.
La lumière était si parfaite est un joli roman feel-good.
L'histoire n'est pas originale mais ça fonctionne parfaitement grâce à un personnage principal très attachant.
Megg est une femme de presque 40 ans à laquelle on peut facilement s'identifier. Elle est mariée depuis de nombreuses années, a une fille de 16 ans qui grandit et donc, logiquement, s'éloigne d'elle. Heureusement son fils n'est pas encore un ado, et il l'aide toujours de l'amour inconditionnel d'un petit garçon envers sa maman.
Stephane, son mari, est gentil mais il travaille beaucoup et ne comprend pas qu'une charge mentale de plus en plus lourde repose sur les épaules de son épouse. Surtout que celle-ci a perdue sa maman six mois auparavant, d'un infarctus alors qu'elle était en forme.
Depuis un an, Megg est amie avec Romy une de ses nouvelles voisines, et grâce à l'amitié de celle-ci elle va prendre conscience de certaines choses. de plus, elle va découvrir une pellicule photo avec dessus un contenu inattendu..
Les deux femmes vont partir sur les traces du passé, en compagnie de la fille adolescente de Megg.
J'ai aimé découvrir ses femmes, leur histoire, et j'ai adoré partir avec elle pour un court voyage en Europe. Les descriptions des villes traversées sont très parlantes, cela donne vraiment envie d'y aller, notamment à Milan. C'est frais, facile à lire car l'écriture de Carène Ponte est fluide.
Je n'ai pas eu de coup de coeur mais j'ai passé un bon moment de lecture. Je vous le conseille si vous aimez ce genre.
Ma note : quatre étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LabiblideVal
  23 avril 2021
Ce matin, Megg a bien du mal à se lever. Serait- ce un petit coup de vieux alors qu'elle atteint la quarantaine ? Serait- ce un coup de déprime suite au décès brusque de sa mère six mois plus tôt ? Ou alors la fatigue, ayant deux enfants, dont elle s'occupe à temps plein du fait de son statut de mère au foyer ? A moins que ce ne soit le désintérêt de son mari, Stéphane, qui ne pense qu'à sa carrière professionnelle ? Megg a envie de pleurer, comme c'est le cas ces derniers temps, pour un rien, même suite à une pub pour la célèbre enseigne qui remplace les pare- brises fissurés. Que lui arrive-t-il donc ?
« Stéphane, lui, est déjà prêt, habillé en costume parfaitement coupé, comme chaque jour de la semaine. Il en possède une dizaine qu'il a tous achetés dans le même magasin. "A quoi bon aller ailleurs, quand on a trouvé ce qui convient", me répond- il chaque fois que je le taquine à ce sujet. Ces derniers temps, j'ai le sentiment que cette réplique est valable pour moi, comme si j'étais moi aussi une chemise sur mesure. » Vite, une journée chargée l'attend : les enfants à aller conduire puis rechercher à l'école, au sport, des papiers à signer, des courses à faire et un dîner d'affaires à préparer. Megg court dans tous les sens, sans penser une seule fois à elle, à ce dont elle a envie, ou besoin…
« Tu es à cran, Megg, tu ne peux pas le nier. Entre les enfants, ton mari et l'entretient de cette immense baraque, quand est- ce que tu as pris du temps pour toi pour la dernière fois ? Je veux dire, vraiment du temps pour toi ? » le lendemain, lorsque Romy, la voisine et meilleure amie de Megg débarque, elle trouve la quadragénaire en piteux état. En lui proposant son aide pour aller débarrasser le grenier de la maison des parents de Megg, et en mettant la main sur une mystérieuse pellicule photographique, elle ignore qu'elle va entamer une démarche qui va les emmener dans un road trip jusqu'en Bulgarie !
« Et là, à Venise, dans cette ville que je visite pour la première fois, alors que nous nous sommes probablement perdues, je me sens vivante. Pour la première fois depuis bien longtemps, l'énergie pulse dans mes veines. Mon coeur bat la chamade, il fait si chaud que la sueur ruisselle le long de mon dos, pourtant je suis bien. » Il aura fallu à Megg quelques milliers de kilomètres pour pouvoir se retrouver, oser s'affirmer et s'autoriser un avenir qui lui plait. A un moment où le burn- out la menaçait, il était temps pour elle de reconnaître que la charge mentale qu'elle portait à elle seule pour toute sa famille était une charge de plomb sur ses frêles épaules.
Au final, un roman que j'ai dévoré tant la plume de Carène Ponte est addictive. Les personnages sont vraiment attachants – mention spéciale à Romy !!!!! Les événements s'enchainent avec légèreté tout en abordant des thèmes sérieux terriblement d'actualité. « Une véritable ode aux femmes » dit le bandeau ; j'approuve !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Chroniqueuse
  01 mai 2021
Carène Ponte a commencé à partie de mes auteures préférées avec “Tu as promis que tu vivrais pour moi” , un roman émouvant . Depuis , je guette ces nouvelles parutions sur Instagram. “La lumière était si parfaite” vient de sortir chez Fleuve éditions et il me tardait de le découvrir.
Le quotidien de Megg commence à ternir son estime . Femme au foyer , ses journées se ressemblent par l'accomplissement des taches hebdomadaires à un rythme effréné. le décès de sa mère rajoute à sa mélancolie. Des troubles dépressifs se pointent puisant son énergie .
L'image corporelle de Megg esquisse la sonnette d'alarme sans aucune prise de conscience de sa famille. Entre un mari aimant mais envahit par son travail , et des enfants capricieux , elle se console par le soutien de Romy , sa voisine . Il est clair que le cadre familial ne sera pas un remède pour ses nerfs à fleur de peau . L'espoir d'un changement à l'horizon de sa vie actuelle est minime voir impossible . La situation est démoralisante pour le moral , qui appelle au secours !
Megg baigne dans les souvenirs de sa mère ce qui lui rappelle que la maison maternelle nécessite un peu de rangement . Une charge qui lui réserve bien des surprises émouvantes , quelque peu surprenantes par la découverte d'une pellicule qui va chambouler ses croyances . Un secret inattendu se dévoile laissant Megg pantoise. Un voyage au loin entre filles serait profitable pour rassembler le puzzle de ce mystère .
En route pour un road-trip en compagnie de Romy , Megg et sa fille . Une occasion pour panser les blessures , entamer l'ouverture d'un dialogue harmonieux en vue d une réconciliation avec une adolescente en pleine crise identitaire .
Ce périple mouvementé se présente dans la bonne humeur avec un certain lâcher-prise . Les contraintes font place à la détente . Une bouffée d'oxygène se diffuse chez les personnages en mal-être évident. Carène Ponte installe une quête de soi en ressortant les maux de femmes qui baignent dans des incertitudes et des peurs illusoires.
La lumière était si parfaite” provoque une rencontre avec soi et procure un certain apaisement avec le passé dans une ambiance légère . Une lecture qui apporte un peu de réconfort en ces temps difficiles même si mon coeur balance toujours plus pour un autre livre de Carène Ponte
Un roman fluide qui vous fera passer un bon moment de lecture.

Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
YsaM
  24 juin 2021
Quel bonheur de retrouver Carène Ponte qui a le don de nous embarquer dans de belles histoires qui nous font rire et pleurer, empreintes de merveilleuses leçons de vie. Ce neuvième livre n'échappe pas à la règle et une nouvelle fois je me suis régalée avec Megg son héroïne.
Megg était photographe avant de rencontrer Stéphane, de l'épouser et de fonder une famille avec lui, ensemble ils ont eu deux enfants, l'ainée Lalie et Malone le petit dernier. Depuis, elle gère la maison, les enfants et les repas d'affaires de Stéphane qui se déroulent souvent à leur domicile.
Stéphane est un homme très occupé qui n'a pas vraiment de temps à accorder à sa famille ni à sa femme. Lalie est en pleine crise d'adolescence et ne supporte plus sa mère qu'elle envoie allègrement balader à chaque discussion. Megg est dans une impasse et ne sait comment faire avec cette ado qu'elle coiffait encore chaque soir il y a peu. Son mari n'est pas à l'écoute et elle plie sous les différentes tâches à mener chaque jour, le burn out n'est plus très loin. Megg aurait pu se confier à sa mère, celle avec qui elle a toujours tout partagé, avec qui elle était fusionnelle, mais elle est décédée d'un infarctus il y a 6 mois et Megg a beaucoup de mal à remonter la pente, l'absence de sa mère lui pèse cruellement. Heureusement, elle peut compter sur la bonne humeur de sa voisine Romy, une femme un peu excentrique, un poil envahissante parfois mais qui s'avère être une véritable amie sur qui elle peut compter.
Megg doit débarrasser l'appartement de sa mère afin de le mettre en vente et en rangeant des cartons dans le grenier, elle découvre une pellicule photo qui n'a pas été développée. Persuadée qu'il s'agit de clichés de sa mère et peut-être même avec son papa décédé il y a dix ans, Megg emmène la pellicule chez le photographe et quand elle découvre les photos c'est le choc, elle se rend compte que sa mère détient un secret dont elle ne lui a jamais parlé. Dès lors, elle n'a plus qu'une idée en tête, découvrir la vérité.
Les photos ont été prises en Bulgarie dans un hôtel dont sa mère lui a beaucoup parlé, si elle veut découvrir la vérité, c'est la bas et pas ailleurs, ça tombe bien, Romy lui propose une virée en voiture et autant joindre l'utile à l'agréable, le circuit passera par l'Italie, la Croatie et la Serbie et durera une quinzaine de jours, Lalie sera du voyage, ça permettra peut-être à la mère et à la fille de mieux se comprendre et de se rapprocher. Malone restera avec son père qui sera chargé d'alléger son quotidien afin de s'occuper de son fils.
Carène Ponte nous embarque à bord de la petite voiture de Romy direction l'Italie pour commencer et autant dire que le voyage est délicieux, du rire, des paysages magnifiques, un road trip entre filles, une évasion totale qui va s'avérer bénéfique pour tout le monde mais surtout pour Megg qui est bien décidée à ne plus subir sa vie mais à prendre les choses en main.
J'ai adoré cette histoire, c'est pétillant et lumineux, ça fait du bien et on ne voit pas filer les pages qui nous rapprochent rapidement de la fin et de la découverte du secret. On rit beaucoup, on assiste à des révélations concernant Lalie, il y a beaucoup de solidarité entre les trois femmes, beaucoup d'amour aussi. Megg ne le sait pas mais ce voyage va définitivement changer sa vie.
Carène Ponte, comme dans tous ses romans, nous délivre de beaux messages de vie, et nous parle d'infidélité, de sacrifice, de l'amour des mamans, de la charge de travail qui pèse sur la femme au foyer, des adolescents mal dans leur peau, des maris absents qui ne pensent qu'à leur carrière, des secrets de famille, des non-dits et tout ce joyeux mélange nous donne un magnifique roman tout doux qu'on dévore comme une sucrerie. On en ressort apaisé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
LabiblideValLabiblideVal   23 avril 2021
Et là, à Venise, dans cette ville que je visite pour la première fois, alors que nous nous sommes probablement perdues, je me sens vivante. Pour la première fois depuis bien longtemps, l'énergie pulse dans mes veines. Mon cœur bat la chamade, il fait si chaud que la sueur ruisselle le long de mon dos, pourtant je suis bien.
Commenter  J’apprécie          90
CelineCebulskiCelineCebulski   24 juin 2021
- (…) Et puis ce soir-là, il a fait quelque chose et je me suis dit c'est lui.
- Il a fait quoi ?
- Eh bien, il y avait pas mal de monde ce soir-là, j'avais un verre bien rempli à la main et quelqu'un m'a bousculée. Tout le contenu de mon verre s'est répandu sur ma robe blanche. Ça a fait rire les gens. Jusqu'à ce que ton père qui n'était pas loin renverse volontairement le contenu de sa bière sur sa chemise en me souriant. " A deux, c'est le début d'une mode ", m'a-t-il dit, et c'est là que j'ai su.
Lalie me jette un regard sceptique.
- Donc il a fait un truc con et ça a suffi ?
- Oui, parce qu'il l'a fait rien que pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   20 avril 2021
Je peux sans mal imaginer comment ces photos ont été prises. Un couple d’amoureux qui demande à un passant de bien vouloir immortaliser l’instant pour eux. Le passant, qui accepte avec joie –comment résister à cet amour qui émane de ce couple –, prend l’appareil photo qui lui est tendu, recule peut-être de quelques pas pour obtenir un cadrage idéal et une lumière parfaite, puis leur demande de sourire et enfin appuie sur le déclencheur. Sans se douter une seule seconde que ces clichés seront regardés pour la première fois des années plus tard par la fille de la femme amoureuse. Et qu’ils occasionneront une telle révélation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   19 avril 2021
L’image que me renvoie le miroir n’est pas désagréable. Malgré mes traits tirés, je continue à me trouver plutôt jolie. J’aime la couleur verte de mes yeux, ma bouche ni trop fine, ni trop épaisse, mes longs cheveux blonds, même s’ils me demandent beaucoup de soins. J’apprécie d’avoir une peau quasi sans défauts malgré les ravages de l’acné en son temps et une fine cicatrice sur le menton, résultat d’une belle chute à vélo lorsque j’avais 6 ans. Il n’y a guère que mon front que je trouve beaucoup trop grand.
Ce matin pourtant, je détourne rapidement les yeux avant de me déshabiller et d’entrer dans la douche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   20 avril 2021
Elle aimait ce type, c’est une évidence. Alors, pourquoi ne m’en a-t-elle pas parlé ? Entretenaient-ils encore une relation au moment de son décès ? Ce qui signifierait qu’elle aurait vécu une histoire d’amour secrète pendant plus de dix ans. Non, impossible. Nous nous voyions souvent, je m’en serais forcément aperçue. Même si la photo est la preuve que j’étais dans l’ignorance. Les images de ces longs mois passés au chevet de mon père à l’hôpital me reviennent par bribes. Elle lui rendait visite tous les jours, essuyant régulièrement les larmes qu’elle ne voulait pas que je voie. Est-ce qu’en réalité elle pensait à lui, à cet autre homme qui faisait battre son cœur ? Tous ces moments que nous passions ensemble, essayant de tromper l’inquiétude et d’éloigner l’issue inexorable, étaient-ils factices ? Courait-elle le retrouver chaque nuit, une fois ôté le masque de l’épouse angoissée ? Chaque nouvelle question me tord un peu plus l’estomac que la précédente. Et je n’ai aucun moyen d’y apporter des réponses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Carène Ponte (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carène Ponte
Carène Ponte salue La Galerne et ses lecteurs dans cette vidéo où elle présente son nouveau roman, "La lumière était si parfaite" (Fleuve éditions) et lit un extrait du texte.
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
515 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

.. ..