AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213636238
264 pages
Éditeur : Fayard (14/09/2016)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Icône absolue de la poésie de langue allemande aux traces pourtant si parisiennes, Rilke est cet homme toujours en partance. De Prague à Paris, en passant par Munich, Capri ou Venise, il parcourt l'Europe en quête d'un havre d'inspiration.Catherine Sauvat suit le poète dans ces éternelles errances à travers des lieux tantôt aimés tantôt haïs. Mais elle brosse aussi le portrait d'un personnage distant et dépressif dont les départs soudains ont déjoué toutes les relat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
deuxmotspassant
  12 novembre 2019
Rainer Maria Rilke, célèbre poète, « icône absolue » de la poésie en langue allemande est un personnage complexe aux facettes souvent contradictoires. Il est né à Prague en 1875 et décède à l'âge de 51 ans à Montreux en Suisse.
Son enfance auprès de ses parents est encline à l'ambiguïté. En effet, ses deux prénoms reflètent les circonstances de sa venue au monde. René est lien avec une renaissance (renai… ssance) relative au décès de sa soeur à quelques jours de vie. Maria se rapporte à la vierge Marie en quête de protection car sa santé est fragile. Il est couvé par sa mère qui le considère comme une fille, certaines photos en témoignent.
Il sera néanmoins un grand séducteur à l'égard des femmes dont il est fortement attiré sans ambigüité.
A l'âge adulte, sa silhouette est frêle, son front haut, ses grands yeux clairs ont le regard triste. Une épaisse moustache tombante masque des lèvres épaisses légèrement boudeuses et un menton fuyant.
Catherine Sauvat écrivaine et journaliste française d'origine autrichienne nous décrit le grand poète à travers cette biographie.
S'appuyant sur des archives, une abondante correspondance, l'auteur nous présente un homme à la personnalité agitée, ne sachant pas s'établir, ni géographiquement, ni affectivement.
Grand séducteur, il côtoie des femmes dans le milieu artistique dont il tombe amoureux et qui l'inspirent dans l'écriture de ses poèmes souvent axés sur le thème de l'amour.
Il se marie à Clara Westhoff qui lui donne une fille Ruth dont il s'occupera très peu.
Son statut marital ne l'empêche pas de s'exhiber en compagnie d'autres femmes même mariées elles-aussi.
Il est passionné durant un moment puis tient chacune de ses conquêtes à l'écart car il n'aspire qu'à la solitude et surtout à la liberté.
Avant de pouvoir vivre de son art, il est entretenu par des plusieurs bourgeois du milieu mondain qu'il fréquente.
Il écrit de nombreuses lettres, entretient des relations épistolaires avec plusieurs femmes dont une musicienne, pianiste à qui il écrira « Lettres à une musicienne ».
Rilke est instable psychologiquement, fragile toujours à la limite de la dépression. Il décrit son état comme un « déclin intérieur ».
Ses lettres composent une parfaite échappatoire à sa propre vie, elles favorisent sa solitude et le protègent des intrusions non désirées. Elles lui permettent un attachement amoureux et amical sans le lier physiquement.
J'ai beaucoup aimé découvrir l'intériorité de ce personnage dont j'apprécie l'écriture. Je ne me suis pas figurée découvrir une personne si instable, si peu ancrée. Je trouve qu'il est intéressant voire fondamental d'étudier la personnalité de celui qui écrit surtout la poésie.
Cette lecture m'a apporté un réel éclairage sur la vie d'un artiste écrivain, véritable icône dans le monde de la poésie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
meeva
  26 octobre 2016
Il est des références inratables.
Rainer Maria Rilke, "Lettres à un jeune poète".
Pas besoin de l'avoir lu pour la connaître, cette référence. Bon, à ce stade, c'est de la culture-confiture – moins tu en as, plus tu l'étales…
Alors pourquoi ne pas commencer par s'intéresser à l'homme, à défaut de connaître son oeuvre ?
Autres temps, autres moeurs…
Poursuivant des études fictives afin d'avoir accès à des financements, vivant au grand jour une liaison avec une femme mariée à un autre, refusant la vie commune avec sa propre femme, ne s'occupant pas de sa fille, vivant la vie de château parmi ses « amis » de la haute...
Oui, mais il écrit des lettres, et ça, c'est vraiment d'un autre temps !
Catherine Sauvat nous raconte la vie de Rilke, de sa naissance en 1875 à sa mort en 1926, au fil de ses errances géographiques et sentimentales plutôt que de manière linéaire.
On découvre un homme souffreteux, au moral influençable par sa santé défaillante et éternel inquiet à ce sujet.
Versatile dans son rapport aux femmes, il illustre à merveille le précepte « suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis ».
Inconstant jusque dans ses lieux de résidence, ses déceptions sont à la hauteur de ses enthousiasmes.
Son abondante correspondance fait souvent part de son mécontentement, de ses plaintes…
C'était un con ? question avisée de Jules quand je lui raconte ma lecture… Oui, mais non.
Infatigable épistolier, les quelques dix mille lettres qu'il a rédigées tout au long de sa tumultueuse existence nous donnent à connaître un homme plein de contradictions dans son rapport aux autres. Rilke n'a jamais été aussi proche de ses proches que loin d'eux. de ses proches, de ceux qu'il aime.
De celles qu'il aime plutôt. Car c'est un grand séducteur, qui semble bien lui-même séduit plus que de raison. Sa vie croise celles de nombreuses artistes. Un bon point car cela permet l'évocation de femmes artistes. Cherchez, cherchez une poétesse, cherchez une sculpteure, cherchez une peintre…voyez si vous trouvez…
Sa vie cosmopolite s'est accommodée de ses errances, attiré par des lieux parfois autant que par des gens. Et Paris fut une ville particulièrement importante dans sa vie, lui inspirant des sentiments contradictoires au gré de sa santé fluctuante, sombre ou illuminée.

Une belle découverte, qui m'invite bien sûr à faire connaissance avec cet incontournable poète.
Merci aux éditions Fayard de participer à Masse critique et merci à Babelio de l'organiser.

Lien : https://chargedame.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
ValerieLacaille
  11 octobre 2016
Je tiens tout d'abord à remercier Babelio et les éditions Fayard qui m'ont permis de découvrir et d'apprécier ce livre, la biographie d'un des plus grands poètes de langue allemande qu'est Rilke.
Catherine Sauvat a mené un véritable travail d'enquêtrice pour remonter le fil de la vie de cet auteur vagabond. Heureusement, en ce début du XXe siècle, les lettres sont encore le principal moyen de communication entre deux individus physiquement éloignés (et je rejoins d'ailleurs Jean d'Ormesson sur son inquiétude quant à la disparition du courrier au profit du téléphone et autres messageries informatiques: que restera t-il des correspondances de nos auteurs contemporains?). Rilke, se montre ainsi dans ses échanges épistolaires sous sa vérité la plus crue: séducteur intempestif, puis fuyant ses conquêtes en se proclamant avide de liberté, vouant le dénuement d'un côté et attiré par le luxe de l'autre, tantôt mondain, tantôt vivant tel un ermite! C'est bel et bien cet ensemble de contradictions qui fait du poète un être torturé, jamais satisfait, jamais serein, qui se nourrit de ses expériences personnelles pour produire des oeuvres exceptionnelles.
Incapable de se créer des racines dans un lieu donné, Rilke voyage sans cesse, que ce soit pour fuir une femme ou pour trouver un protecteur financier. Ses relations l'entraînent en Italie, en Allemagne, mais aussi en France, où le voilà vivant sous le même toit que Rodin, puis fréquentant Zweig, Gide, Paul Valéry. Ses compagnes sont bien souvent des artistes: Clara Westhoff (qui lui donnera une fille), Lou Andreas-Salomé, Paula Modersohn-Becker ont, entre autres, ravi son coeur. Mais Rainer Maria Rilke met un point d'honneur à échapper à toute contrainte, même amoureuse!
Ayant lu Les cahiers de Malte Laurids Brigge vers l'âge de vingt ans; j'ai le souvenir d'être ressortie de cette lecture enchantée, éblouie, et après avoir lu cette biographie, agréablement écrite par Catherine Sauvat, je n'ai qu'une envie: m'y plonger à nouveau!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
marlene50
  05 décembre 2016
Merci à Babelio de m'avoir permis de découvrir le parcours de vie d'un des plus célèbre poète Allemand.
Catherine Sauvat nous livre au fil des pages, l'errance, le mal être mais aussi la complexité d'un homme solitaire à la recherche de la beauté féminine qui est source d'inspirations inépuisables et d'élans d'amours éphémères.
Rilke n'aime rien autant que son célibat ; mais bien qu'étant un grand solitaire à ses heures, il aime briller en société et devient alors mondain.
Il voyage beaucoup, défait les amours naissants pour sa paix et sa liberté chéries, mais noue de solides amitiés qui perdurent par lettres interposées.
Il se fait "coucou" et met financièrement ses amis à contribution pour pouvoir vivre de son art et voyage dans toute l' Europe de ville en ville en se faisant héberger régulièrement.
Il fait grâce de sa présence (très recherchée il est vrai), et apprécie les échanges sur les arts des lettres, de la peinture , de la sculpture ......
Un artiste mal dans sa peau, en quête continuelle de l'inaccessible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pleasantf
  19 avril 2017
Impressionnant portrait d'un écrivain en errance permanente, obsédé par son oeuvre et par la création artistique, tourmenté, angoissé, égoïste, inconstant, tour à tour charmant et distant, séducteur et solitaire. Un nombre incalculable de conquêtes féminines et d'amitiés aristocratiques. Une correspondance pléthorique. Ce livre est aussi le portrait d'une Europe de ducs et de princesses en train de disparaître, d'un XIXème siècle qui expire dans la 1ère guerre mondiale et les années 20. Il est aussi l'occasion de croiser d'autres grands artistes de l'époque (Rodin, Tolstoï, Zweig, ...)
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (2)
NonFiction   13 juin 2017
Les voyages de Rilke : une expérience proche de l’ascèse et d’une solitude à toute épreuve.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LaLibreBelgique   28 septembre 2016
Catherine Sauvat ne la réfléchit malheureusement pas dans sa poésie.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
deuxmotspassantdeuxmotspassant   09 novembre 2019
Les choses ne sont pas toutes aussi tangibles et exprimables qu'on voudrait la plupart du temps nous le faire croire; la plupart des événements sont indicibles, ils se déroulent dans un espace où jamais un seul mot n'a pénétré ; et plus indicibles encore que tout le reste sont les oeuvres d'art , mystérieuses existences dont la vie demeure, tandis que la nôtre passe.
Commenter  J’apprécie          111
marlene50marlene50   05 décembre 2016
Marie Texis décrit de son côté un homme distingué aux manières parfaites, timide et fort modeste, petit avec un long nez et un menton fuyant, mais surtout avec des yeux bleus incroyables.
Elle est une fois de plus surprise par ce qu'elle appelle sa laideur vite oubliée grâce à son charme et son rire presque enfantin.

Mais d'autre part, si vous n'étiez aussi désespéré, vous ne sauriez probablement pas écrire de façon aussi merveilleuse.
Donc, soyez désespéré !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marlene50marlene50   05 décembre 2016
Rainer qui s'est déjà séparé de sa femme est capable de la considérer comme son alter-ego, une complice et une artiste à part entière ... à condition, qu'elle ne vienne pas empiéter sur sa liberté.

Il se comporte comme un enfant qui lutte pour être le préféré et ne supporte pas de partager.

A travers l'admiration qu'il leur voue, il élabore une théorie de l'amour "intransitif" ou de l'amour sans réciprocité, transcendé par l'absence ou le rejet de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ValerieLacailleValerieLacaille   11 octobre 2016
Elle a évidemment remarqué son attirance pour le luxe et la richesse, lui qui prêche le dénuement et la simplicité. Tout comme il éprouve depuis toujours une affection immodérée pour la noblesse et la mondanité contre laquelle il ne cesse d'opposer sa quête de solitude et de retraite.
Commenter  J’apprécie          30
ValerieLacailleValerieLacaille   11 octobre 2016
L'honnêteté le force toutefois à reconnaître son décalage: "Mais avec le temps, je me méfie de plus en plus de ce monstre que je suis, qui ne s'est jamais préoccupé d'un être quelconque de façon aussi torturante et constante que de lui-même. Un monstre si horrible a- t- il seulement le droit de parler de ce qui se joue entre les êtres, et les met en conflit?"
Commenter  J’apprécie          20
Video de Catherine Sauvat (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Sauvat
Anne Simon a reçu en 2004 le prix Jeunes Talents au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême... Quinze ans et une dizaine d'albums plus tard (dont les biographies dessinées de Freud, Marx et Einstein), l'artiste continue d'éblouir de son talent et propose cette année, avec Catherine Sauvat au scénario, une nouvelle biographie dessinée, celle de Sacher-Masoch (qui donna, bien malgré lui, son nom au masochisme), dans L'homme à la fourrure ! Découvrez l'album : http://www.dargaud.com/bd/Homme-a-la-fourrure-L
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
917 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre