AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2348042371
Éditeur : La Découverte (10/01/2019)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Servi par une érudition étourdissante, une plume agile et un sens aigu de la formule, Homo domesticus nous offre une synthèse brillante et sans équivalent de l'histoire des premiers États, de la naissance de l'agriculture aux premiers centres urbains, démontant implacablement le grand récit de la naissance de l'État antique comme étape cruciale de la civilisation humaine.Aucun ouvrage n'avait jusqu'à présent réussi à restituer toute la profondeur et l'extension univ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Achillevi
  04 avril 2019
Il y quatre siècles à peine, un tiers seulement de la population mondiale vivait dans des Etats.
Homo Domesticus est un essai très intéressant qui s'intéresse à deux énigmes de l'histoire de l'humanité. La première, la révolution "néolithique", est celle de l'origine de l'agriculture qui a transformé de petits groupes de chasseurs-cueilleurs nomades en villageois sédentaires à la démographie galopante. La seconde, succédant à la première plusieurs millénaires après, est la révolution urbaine qui a permis l'apparition des premiers Etats centralisés.
L'émergence de l'agriculture s'est étalée sur des siècles, voire des millénaires. Elle a connu des retours en arrière et l'on peut s'interroger sur les raisons qui ont vu des groupes de chasseurs-cueilleurs s'asservir au travail lent et pénible de la terre, gourmand en main d'oeuvre, exigeant des soins quotidiens, quand, au préalable, la recherche de leur pitance ne les occupait que quelques heures par jour .
L'Etat s'est quant à lui développé à partir des foyers de monoculture céréalières dont la concentration de la production les rendait propices au prélèvement fiscal, à l'appropriation, au stockage, au rationnement et aux registres cadastraux raison première de l'invention de l'écriture.
L'Etat, c'est le contrôle des populations que la culture céréalière permet. Avec son émergence, vient également l'esclavage. Et les premières guerres, sont moins motivées par des désirs de conquête territoriale que par le besoin de main d'oeuvre essentielle à la survie des premiers Etats.
Rien ne pouvait cependant laisser supposer que l'Etat allait finir par dominer le mode d'organisation social et politique que l'humanité connait aujourd'hui. Et de fait, jusqu'au début du XVIIième siècle, ce n'est qu'une fraction minoritaire de l'humanité qui vit sous sa férule. L'Etat, à sa naissance est fragile, sujet à bien des péripéties : prédation des tribus pastorale nomades alentour, épidémies, catastrophes écologique. Là également, son émergence s'est étalée sur plusieurs millénaires et a connu bien des expérimentations malheureuses.
Il semble toutefois que les périodes d'effondrement des premiers Etats, n'étaient finalement pas pour les hommes, un retour aux âges sombres de l'humanité, tel qu'on peut le percevoir au prisme de notre fascination pour les grandes réalisations architecturales qui ont contribué à glorifier leur grandeur, mais plutôt une libération.
Et c'est enfin une réflexion plus profonde sur les relations entre périphérie nomade, les barbares, et centres étatiques, les deux étant finalement en compétition pour conserver leur capacité de prédation des économies villageoises à même de composer au mieux avec l'environnement. C'est de la nature même de ces relations interdépendantes que les barbares ont fini par creuser leur propre tombe en reconstituant pour les Etats les reserves de main d'oeuvre qu'ils leurs livraient ou en leur fournissant les mercenaires dont il avait besoin pour garantir sa survie.
James C.Scott s'intéresse essentiellement au Croissant Fertile qui a vu émerger les premieres villes du monde, puis les cités-Etats, d'abord indépendantes et par la suite regroupées en royaumes et en empires. Mais il note des parallèles intéressants en Chine, en Inde, en Europe et sur le continent américain.
Parfois répétitif, par moment très érudit, ce livre se lit néanmoins facilement et offre finalement quelques clés de lectures intéressantes pour comprendre les logiques géopolitiques qui traversent notre monde actuel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
Bequelune
  09 mars 2019
Partant sur les pistes de la formation des premiers véritables Etats de l'humanité, dans la Mésopotamie antique, James C. Scott nous livre un pavé dont il a le secret. Une approche stimulante, originale, qui a le mérite de contester toute nos idées reçus. Plusieurs de ses affirmations restent cependant à confirmer par de nouvelles recherches et découvertes archéologiques.
L'histoire se passe en Basse Mésopotamie dans la deuxième moitié du IVe millénaire avant notre ère. Pour qui, comme moi, ne s'était intéressé que de loin à cet espace-temps, ce livre peut réintérroger bien des représentations. J'en étais resté à une vision classique : les hommes se sont sédentarisés, ont inventés l'agriculture pour pouvoir répondre aux besoins d'une population croissante, et l'Etat a germé de la nécessaire organisation d'une société de plus en plus nombreuse et complexe.
Sauf que cette vision, ce « grand récit civilisationnel », comme on peut l'appeler, a grosso modo tout faux. Et a du être abandonné devant l'accumulation des preuves archéologiques.
— D'abord, la sédentarité a très largement précédé l'agriculture. Dans les zones humides de Basse Mésopotamie, celles-là mêmes qui verront naitre les premiers Etats, la gamme de ressources alimentaires était si vaste et si varié que les chasseurs cueilleurs pouvaient s'installer en villages, sans avoir besoin d'être mobiles.
— de deux, l'agriculture n'a pas été un acquis « une bonne fois pour toutes ». Sur plusieurs millénaires, des traces d'agriculture apparaissent puis disparaissent, cohabitent avec d'autres modes de subsistance. En fait Scott note que tout donne à croire que les humains aient fait le maximum pour éviter d'avoir à trop dépendre de l'agriculture – activité fatiguante et peu productive au regard des multiples modes de chasse, pêche et cueillettes qui existaient dans cette région. C'est encore plus marqué pour la domestication : impossible de tracer un « avant » et un « après », ça semble s'être fait petit à petit, avec des allers retours, selon les besoins du moment.
— de trois, même quand il y a eu sédentarité, agriculture et société nombreuse, cela n'a pas automatiquement donné une société avec Etat. En fait, de façon générale, Scott – sources à l'appui – avance qu'il a fallu 4000 ans pour qu'apparaissent les sociétés agropastorales que nous associons au début de la civilisation.
Ensuite, une autre partie du livre est consacrée à expliquer le fonctionnement de ces premiers Etats (plutôt des Cités-Etats), leurs relations entre eux principalement faite de concurrence, et de guerres avec captures de prisonniers (pas des guerres de conquête de territoire), mais aussi leurs effondrements. Car c'est une donnée amplement documenté en Mésopotamie mais aussi en Chine, pourtour méditerranéen et Amérique centrale : partout où les premiers Etats se formaient, ils s'écroulaient au bout de quelques siècles, voire quelques années. N'en découlait pas forcément le chaos, mais plutôt des populations plus dispersés, en petits villages, voire un retour vers de la mobilité de chasseurs-cueilleurs.
La vie n'était pas forcément meilleure sous le joug d'un Etat – au contraire. Scott s'emploie à montrer comment une des premières contraintes d'un Etat devait être de fixer sa population autour d'un point central, notamment par la force. Etat = appropriation d'un excédent alimentaire, grâce à la culture des céréale, au profit d'une minorité non productive (dirigeants, prêtres, soldats...). Avant l'apparition des Etats, on ne trouve guère trace d'inégalités marquées – même dans les sociétés complexes et nombreuses.
De ce livre stimulant, je n'ai sans doute pas tout résumé, ni abordé l'intégralité des sujets. Je pointerais pour finir la faiblesse, la seule selon moi de cet ouvrage qui est par ailleurs amplement documenté, sourcé et dont on peut vérifier les dires par d'autres lectures complémentaires : la faiblesse, c'est le risque de raisonnement cyclique. Comme nous parlons d'époques dont les traces archéologiques sont lacunaires, on est obligé de travailler à partir d'hypothèses. Et Scott fait des hypothèses à partir de ses hypothèses ; si la 1ere s'écroule, toute la suite s'en trouverait invalidée.
Il n'empêche que la préface de Jean Paul Demoule, archéologue, préhistorien français et professeur émérite de protohistoire européenne à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, est pour moi un immense gage de sérieux. J'apprécie énormément Demoule. La caution de l'ancien président de l'INRA n'est pas rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ErnestLONDON
  10 janvier 2019
À la recherche de l'origine des États antiques, James C. Scott, professeur de science politique et d'anthropologie, bouleverse les grands récits civilisationnels. Contrairement à bien des idées reçues, la domestication des plantes et des animaux n'a pas entrainé la fin du nomadisme ni engendré l'agriculture sédentaire. Et jusqu'il y a environ quatre siècles un tiers du globe était occupé par des chasseurs-cueilleurs tandis que la majorité de la population mondiale vivait « hors d'atteinte des entités étatiques et de leur appareil fiscal ».
(...)
Dans la continuité de Pierre Clastres et de David Graeber, James C. Scott contribue à mettre à mal les récits civilisationnels dominants. Avec cette étude, il démontre que l'apparition de l'État est une anomalie et une contrainte, présentant plus d'inconvénients que d'avantages, raison pour laquelle ses sujets le fuyait. Comprendre la véritable origine de l'État c'est découvrir qu'une toute autre voie était possible et sans doute encore aujourd'hui.
Article très complet sur le blog.
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
gigi55
  20 mars 2019
Un ouvrage représentatif de l'anthropologie anarchiste américaine qui démonte l'histoire classique des premiers états. Construits sur l'exploitation de ce que James C. Scott appelle le module "céréales /main d'oeuvre", ces états ont certes été à l'origine des brillantes civilisations, mais à un coût humain et naturel exorbitant. En comparaison les peuples sans État, appelés barbares, ont su utiliser de façon plus durable les ressources qu'ils cueillaient et chassaient, tout en conservant un grande part de liberté dans leurs déplacements, échappant à l'entreprise de domestication dont ont été victimes les agriculteurs et éleveurs sédentaires.
Une lecture enrichissante et stimulante.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LeMonde   08 janvier 2019
Dans son nouvel essai, l’anthropologue américain relie la centralisation progressive du pouvoir, en Mésopotamie, à l’évolution des pratiques agricoles.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AchilleviAchillevi   31 mars 2019
Il est donc clair que nombres de barbares n'étaient pas des primitifs arriérés ou marginalisés, mais plutôt des réfugiés politiques et économiques ayant fui vers la périphérie afin d'échapper à la pauvreté, à l'impôt, à la servitude et aux guerres liés à l'existence de l'Etat.
Commenter  J’apprécie          30
AchilleviAchillevi   30 mars 2019
Ce que l'Etat a certainement inventé, ce sont des sociétés de grande taille reposant systématiquement sur le travail forcé et une main d'oeuvre asservie.
Commenter  J’apprécie          60
ErnestLONDONErnestLONDON   10 janvier 2019
Avec le recul, on peut percevoir les relations entre les barbares et l’État comme une compétition pour le droit de s’approprier l’excédent du module sédentaire « céréales/Main-d’oeuvre ».
Commenter  J’apprécie          40
AchilleviAchillevi   31 mars 2019
Avec le recul, on peut percevoir que les relations entre les barbares et l'Etat comme une compétition pour le droit de s'approprier l'excédent du module sédentaire "céréales/main d'oeuvre". Ce module était en effet le fondement essentiel tant de la construction de l'Etat que du mode d'accumulation barbare.
Commenter  J’apprécie          20
AchilleviAchillevi   28 mars 2019
L'Etat n'a pas plus inventé la guerre qu'il n'a inventé l'esclavage, mais il a considérablement renforcé ces institutions en en faisant les rouages essentiels de son fonctionnement.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : barbaresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
294 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre