AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : SIE279535_644
Centre international de créations théâtrales (01/01/1974)
3.82/5   19 notes
Résumé :
Le nom de Timon était devenu proverbial dans l'Antiquité pour exprimer un misanthrope. L'histoire de sa misanthropie, et le bizarre caractère de ce personnage frappèrent sans doute Shakespeare pendant qu'il s'occupait d'Antoine et Cléopâtre...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bobby_The_Rasta_Lama
  25 mars 2022
"Things fall apart; the centre cannot hold;
Mere anarchy is loosed upon the world..."
"W.B. Yeats, "The Second Coming")
"Timon d'Athènes" m'a solidement remuée.
Cette pièce de la période jacobéenne (1605, écrite en collaboration avec Thomas Middleton) n'est pratiquement plus jouée, et je crois comprendre pourquoi. On peut presque dire que tout ce qui arrive à Timon est de sa faute, car il manque cruellement de lucidité. Mais ce ne serait que rester à la surface des choses. L'histoire de Timon, riche et aimable athénien extrêmement généreux qui devient le pire des misanthropes, est comme une contemplation de l'abîme de Nietzsche : sa banqueroute financière est avant tout une banqueroute humaine.
La pièce est incroyablement amère, et on y cherche en vain les deux ingrédients principaux qui font habituellement la magie de Shakespeare. le premier, c'est l'humour. "Timon" n'en est pas complètement dépourvu, mais c'est un humour tellement cynique qu'on en a froid dans le dos. Aucun Touchstone ni Feste ne viennent égayer cette histoire sur le renversement de l'ordre des valeurs, jusqu'à l'extrême. Et le deuxième ingrédient manquant sont les femmes. La pièce fait beaucoup penser à la tragédie du roi Lear, et n'importe quel metteur en scène hésitant entre les deux va probablement encore opter pour "Lear", une histoire tout aussi terrible, mais qui propose au spectateur un semblant de catharsis. Bref, dans "Timon", il n'y a aucune Cordélia...
Une fois de plus, le Grand Will s'est inspiré chez Plutarque, mais l'Athènes de la pièce n'est qu'un décor en carton-pâte pour une histoire universelle sur l'ingratitude sans bornes, concupiscence, convoitise et rapacité humaines.
Timon aime être généreux : il distribue sans compter, se plaît à aider son prochain sans rien demander en retour, et ses banquets sont toujours pleins d'amis enthousiastes qui chantent ses louanges. Pas étonnant : contre le moindre petit présent, Timon en offre trois de valeur trois fois supérieure. Il ne fait que rire des remarques du philosophe Apémantus (probablement le plus grand cynique que j'ai jamais rencontré chez Will) qui observe ces festins avec horreur (qui renvoie clairement vers le Nouveau Testament) :
"Ô dieux ! que d'hommes dévorent Timon, et il ne le voit pas ! Je souffre de voir tant de gens tremper leur langue dans le sang d'un seul homme ; et le comble de la folie, c'est qu'il les excite lui-même !"
Il reproche à Timon de vouloir s'acheter l'amour de son prochain, mais non, Timon est vraiment de ceux qui pensent que "donner, c'est recevoir". le seul moyen de comprendre Timon, c'est de le prendre au sérieux, et voilà toute l'ironie noire de la pièce : Timon est un saint entouré par des charognards.
La seule personne qui l'aime sincèrement est son intendant Flavius, mais ses mises en garde répétées que la caisse sera bientôt vide sont balayées par un geste de main : qu'importe, quand on est entouré d'amis ! Celui qui a fait tant de bien ne peut jamais rester seul. Et c'est cela, la grande et tragique erreur de Timon.
"Coupez mon coeur en pièces de monnaie", s'écrie t-il, quand ses serviteurs partis chercher le soutien ne trouvent que des excuses et des dérobades; un véritable festival de fourberie et de mauvaise foi. La désillusion va transformer son amour inconditionnel en phénoménale haine. le monstrueux "anti-banquet" qu'il organise (Tiens, un nouveau festin ? Timon n'est pas vraiment fauché ? C'était seulement un test ? Peu importe, revenons-y tous !) est sa façon de faire ses adieux définitifs à la race humaine.
La malédiction qu'il lance sur Athènes, quand il se dépouille de ses vêtements et se retire dans la solitude de la forêt, est un moment fort et dur, un monologue presque apocalyptique, et j'imagine aisément le silence dans la salle, le coeur serré et les yeux grands ouverts des spectateurs jacobéens.
Et l'ironie du sort continue. Nu et misérable, à la recherche de quelques racines pour se nourrir, Timon déterre un fabuleux trésor...
C'est vraiment une pièce des extrêmes, et tout comme "l'anti-bénédiction" lors de "l'anti-banquet" à la fin de la première partie montre le changement radical de Timon, cet or, inutile comme celui de Midas, servira à faire des "anti-cadeaux" épouvantables, pour augmenter encore la pourriture d'Athènes et accélérer sa chute.
Bien des personnes viennent déranger Timon dans sa solitude, et sa conversation ultime avec Apémanthus sur les "bêtes" qui rodent à Athènes souligne encore le côté biblique et apocalyptique de la pièce. Il m'était impossible de ne pas penser au terrifiant poème de Yeats, "The Second Coming", en lisant "Timon"; les deux expriment le même désespoir et les mêmes interrogations sur l'avenir de l'humanité. Car la chute de Timon, c'est la chute de l'Homme.
Et vous savez quoi ? Si j'étais un metteur en scène, je finirais la pièce dans le noir, seulement avec un grand ciel étoilé projeté sur le plafond. On regarderait les constellations, et écouterait le bruit du ressac, quand la mer passe et repasse sur le tombeau de Timon... cela rappellerait le rythme de l'Univers, caché dans toutes les pièces du grand magicien Will.
"Ci-gît Timon, qui de son vivant détesta tous les hommes vivants.
Passe et maudis à ton gré, mais passe et n'arrête point ici tes pas."
5/5, pour un tas de raisons, pas toujours objectives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6713
colimasson
  19 juillet 2012
Timon d'Athènes fera bientôt une croix sur la deuxième partie de sa dénomination… Vivre dans la grande cité grecque ne lui convint qu'un temps, lorsqu'il croyait être entouré d'amis de confiance qu'il régalait de banquets prodigieux et à qui il n'hésitait pas à fournir crédits et autres avances sur dettes… Prodigue jusqu'à s'en compromettre, le brave Timon, qui ne se faisait jamais prier pour mettre la main à la poche afin d'aider son prochain, ne doutait pas qu'on puisse agir différemment avec lui.
La naïveté sera punie. Arrive ce que tout le monde avait prévu, et ce dont Timon avait été à maintes reprises prévenu : sa ruine. Timon hausse les épaules. Il se remémore le nombre de ceux qu'il a aidé et compte sur eux comme autant d'hypothétiques créanciers. Mais lorsqu'il envoie ses valets quémander auprès d'eux, il ne récolte rien de plus que des refus et des excuses embarrassées. Toute une vie de bonté, passée jusque-là pour totalement désintéressée (mais finalement pas tant que ça) prend fin. Timon le philanthrope devient Timon le misanthrope. Toutefois, personne ne s'en doute encore… Pour marquer les esprits de ce changement radical, le grand Timon organise un ultime banquet qui deviendra le symbole de l'aversion nouvelle qu'il éprouve pour ceux qu'il avait pris pour ses amis, et –par extension- pour tous les hommes. Puis, il se retirera loin d'Athènes, préférant bêcher la terre plutôt que de continuer à fréquenter ses semblables -mais aussi parce qu'il ne possède plus rien et qu'il ne veut pas se résoudre à finir mendiant.
Timon le Misanthrope ressemble à un Diogène, à la seule différence près qu'il ne supporte ni la solitude, ni le silence. Même dans son exil hors d'Athènes, il ne sera jamais seul très longtemps, toujours amène à sa manière lorsqu'il s'agit de vitupérer contre la nature humaine. A ce titre, Apémantus, qui abhorre les hommes depuis toujours, semble plus proche de Diogène que ne l'est Timon. La verve superbe qu'il déployait contre ses interlocuteurs, dans des dialogues dont chaque réplique est ponctuée par une pique percutante, se retrouve plus modérée lorsqu'il va à la rencontre du Timon misanthrope. Ultime assaut de son esprit contestataire ? il refuse alors d'admettre la pure misanthropie de Timon car toute haine des hommes ne peut se passer du plaisir de trouver un exutoire dans la parole –contradiction ultime. Surtout, Apémantus tourne au ridicule la soudaine conversion de Timon : comment l'homme prodigue a-t-il pu faire disparaître tous ses bons sentiments en un jour ? La question est de savoir qui, de Timon le misanthrope ou de Timon le philanthrope, est le plus honnête des deux… Entre comédie et tragédie, difficile de trancher, même si le déroulement de la pièce et la condition de Timon en eux-mêmes nous font clairement pencher du côté de la tragédie. Mais il y a dans le personnage des comportements absurdes et des contradictions flagrantes qui le rendent ridicules aux yeux avisés d'Apémantus, le véritable contempteur de l'humanité. Celui-ci n'épargne pas non plus les profiteurs, dont la convoitise rapace est exacerbée à travers les figures du peintre, du poète ou du marchand. Au-delà des portraits extrêmes de la philanthropie ou de la misanthropie, on devine l'esquisse d'une figure de véritable bonté à travers le personnage d'Alcibiade. La peinture est donc riche, qui ne se limite pas à la caricature de quelques personnalités grossières.
Timon d'Athènes mêle le plaisir de la forme à travers un style à la fois lyrique et épique, et le plaisir du fond, qui fait se côtoyer des figures extraites du panel des différents rapports à l'homme que l'on peut dénombrer entre les deux extrêmes de la misanthropie et de la philanthropie. Shakespeare, par la puissance de cette pièce, devient un argument à lui seul défendant la foi que requiert l'humanité !
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Mermed
  12 avril 2022

Sempronius Timon d'Athènes Acte 3, scène 3
(Sempronius a bénéficié des largesses et des cadeaux de Timon, comme beaucoup d'autres Athéniens. Timon est ruiné et demande une aide à tous, et voici la belle façon de se tirer d'affaires pour ne pas aider...°

Quoi ! Ils l'ont jeté ? Ventidius et Lucullus l'ont jeté ? Et maintenant c'est à moi qu'il s'adresse? Pouah! Quel manque d'affection ou de bon sens... Ne suis-je là qu'en dernier recours? Ses amis, comme le feraient des médecins, l'abandonnent, est-ce à moi de le soigner ? Quelle insulte pour moi ! je suis très en colère contre lui, il devrait savoir ce qui m'est du : c'est à moi qu'il aurait du s'adresser en premier. Car, j'en suis conscient j'ai été le premier qu'il a couvert de cadeaux . A-t-il si mauvaise opinion de moi maintenant, qu'il me sollicite en dernier ? Non non je serais en butte aux moqueries et passerais pour un triple idiot. Je lui aurais donné trois fois la somme, s'il t'avais avait envoyé d'abord vers moi, tellement je voulais lui être utile. Mais maintenant retourne chez lui, et à leur minable réponse, ajoute ceci:  qui fait fi de mon honneur ne verra pas mon argent.

(j'ai traduit cette tirade)
effleurements livresques, épanchements maltés http://holophernes.over-blog.com © Mermed
Lien : http://holophernes.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NMTB
  23 avril 2016
Timon est un Athénien favorisé par la Fortune, riche, entouré, généreux et un peu inconscient, naïf. Tous ceux qui bénéficient de ses largesses, citoyens, serviteurs, artistes, marchands, l'encensent et assurent qu'ils lui seront à jamais reconnaissants et dévoués. Dans ce bonheur parfait et ce concert de louanges, Apémantus apporte une note disharmonique. Philosophe cynique, il insulte tout le monde et rappelle sans cesse que les hommes sont pires que des chiens. La Fortune tourne, Timon se retrouve ruiné et, comme l'avait prévu Apémantus, abandonné par ses anciens flatteurs. Devenu l'exact contraire du bienfaiteur qu'il était au début, plus que désabusé, en colère, il maudit Athènes et tous ses habitants, en adoptant un mode de vie cynique, méprisant l'or et ses adorateurs.
Une pièce répétitive et pas très imaginative, conçue comme un diptyque, la vie de Timon avant son infortune et après, bienheureux béat et misanthrope aigri ; pour une fin moraliste qui prône la modération et le discernement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jaures95
  21 octobre 2018
J'ai assisté à une représentation de la pièce de Shakespeare en 2017 au Théâtre de la Tempête et j'ai eu envie de lire le texte.
Ce n'est certainement la pièce la plus connue de l'auteur et ce n'est sans doute pas non plus son texte le plus puissant.
Néanmoins ces textes classiques font toujours de l'effet par leur forme et leur style. S'appuyant sur un personnage de l'Antiquité grecque , W S se livre à une satyre de son temps : le pouvoir de l'argent, la duplicité , l'hypocrisie ... bref les pire penchants de la nature humaine toujours actuels.
A découvrir
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   23 mars 2022
TIMON. – Apémantus, que ferais-tu de l’univers si tu le tenais sous ta puissance ?
APÉMANTUS. – Je l’abandonnerais aux bêtes féroces pour me délivrer des hommes.
TIMON. – Voudrais-tu tomber toi-même dans la destruction générale des hommes et rester brute avec les brutes ?
APÉMANTUS. – Oui, Timon.
TIMON. – Ambition de brute ! que les dieux t’accordent ton désir ! Si tu étais lion, le renard te duperait ; si tu étais agneau, le renard te dévorerait ; si tu étais le renard, le lion te suspecterait, si par hasard l’âne venait à t’accuser ; si tu étais l’âne, ta stupidité ferait ton tourment, et tu ne vivrais que pour servir de déjeuner au loup ; si tu étais le loup, ta voracité serait ton supplice, et tu exposerais ta vie pour ton dîner ; si tu étais la licorne, ta fureur et ton orgueil seraient un piège pour toi, tu périrais victime de ta colère ; si tu étais un ours, tu serais tué par le cheval ; si tu étais cheval, tu serais la proie du léopard ; si tu étais un léopard, tu serais cousin germain du lion, et ta peau mouchetée serait fatale à ta vie ; tu n’aurais de sûreté que dans la fuite, et ton absence serait ton unique défense. Quel animal pourrais-tu être, qui ne fût soumis à quelque autre animal ? Et quel animal tu es déjà, de ne pas voir comment tu perdrais à la métamorphose !
APÉMANTUS. – Si ta conversation avait pu me plaire, ce serait surtout en ce moment. La république d’Athènes est devenue un repaire de bêtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   20 mars 2022
APÉMANTUS. – Va, tu n’as jamais connu le juste milieu de l’humanité ; mais seulement l’un ou l’autre extrême. Au milieu de ton or et de tes parfums, on se moquait de toi pour ton excès de délicatesse. Maintenant, sous tes haillons, tu n’en connais plus aucune et on te méprise pour l’excès contraire. Voici une nèfle, mange-la.
TIMON. – Je ne mange point ce que je hais.
APÉMANTUS. – Et tu hais une nèfle ?
TIMON. – Oui, parce que tu lui ressembles.
APÉMANTUS. – Si tu avais haï plus tôt les flatteurs, tu t’aimerais toi-même davantage aujourd’hui. Quel prodigue as-tu jamais connu qui ait été jamais aimé après la perte de ses moyens ?
TIMON. – As-tu jamais connu un homme qui fût aimé sans les moyens dont tu parles ?
APÉMANTUS. – Moi.
TIMON. – Je te comprends ; tu as quelques moyens pour avoir un chien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          306
palamedepalamede   09 novembre 2018
Le soleil est un voleur qui, par sa puissante attraction, vole le vaste océan ; la lune, voleur effronté, vole au soleil la pâle lumière dont elle brille. L’Océan est un autre voleur qui fond la lune en larmes salées et les mêle à ses flots. La terre est un voleur qui ne produit et ne nourrit que par un mélange soustrait au résidu de toutes les substances. Toute chose est un voleur ; les lois, votre frein et votre verge, sont elles-mêmes, par leur pouvoir tyrannique, les plus effrénés des brigands.

(Timon aux voleurs, Acte IV, scène 3)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
palamedepalamede   11 novembre 2018
Dans des circonstances toutes semblables, les hommes ne sont pas toujours les mêmes. C’est le temps et le chagrin qui ont produit en lui ce changement ; le temps, en lui offrant d’une main plus propice le bonheur de ses premiers jours, peut ressusciter en lui l’homme d’autrefois.

(Second sénateur à Flavius, Acte V, scène II)
Commenter  J’apprécie          323
palamedepalamede   10 septembre 2017
... notre poésie est comme une gomme qui coule de l’arbre qui la nourrit. Le feu caché dans le caillou ne se montre que lorsqu’il est frappé ; mais notre noble flamme s’allume elle-même, et, comme le torrent, franchit chaque digue dont la résistance l’irrite.

(Acte I, scène I)
Commenter  J’apprécie          320

Videos de William Shakespeare (362) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Shakespeare
Les Sonnets de Shakespeare ont toujours paru à l'auteur contenir un fond romanesque. Il a choisi de délocaliser complètement « l'histoire » et la situe en France, à la fin du XXe siècle, mais en conservant les trois personnages d'origine : le poète est devenu libraire, amateur d'art et de musique classique, la dame sombre est une Américaine métisse, une femme libre, et le jeune homme un adolescent d'aujourd'hui qui concentre sur lui tous les talents. Leurs amours triangulaires vont du sublime au plus sombre et explosent en une multitude de passions contradictoires. Les désirs rivaux s'exacerbent dans une quête éperdue de l'amour vrai. Parfaitement maîtrisé, autonome, ce récit peut se lire sans référence à sa source shakespearienne. Il suffit de se laisser prendre par les sentiments et les émotions des trois protagonistes qui ressemblent à nos contemporains.
Voir le livre : https://cutt.ly/vLJzlzZ
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Joël Hillion, né en 1945, est l'auteur d'une traduction remarquée des Sonnets de Shakespeare, ainsi que de plusieurs essais et romans publiés chez L'Harmattan.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Suivez-nous
Instagram : https://www.instagram.com/editions.ha... Twitter : https://twitter.com/HarmattanParis Facebook : https://www.facebook.com/Editions.Har...
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Roméo et Juliette

"Roméo et Juliette" est une comédie.

Vrai
Faux

10 questions
1745 lecteurs ont répondu
Thème : Roméo et Juliette de William ShakespeareCréer un quiz sur ce livre