AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352046548
Éditeur : Les Arènes (06/09/2017)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Rabat, été 2015. Suite à la parution de son livre "Dans le jardin de l'ogre", un roman cru et audacieux qui aborde la thématique de l'addiction sexuelle, Leila Slimani part à la rencontre de ses lectrices marocaines. Face à cette écrivaine franco-maghrébine décomplexée qui aborde la sexualité sans tabou, la parole se libère. Au fil des pages, l'auteur recueille des témoignages intimes déchirants qui révèlent le malaise d'une société hypocrite dans laquelle la femme ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
tchouk-tchouk-nougat
  03 octobre 2017
Leïla Slimani nous le dit en préface, c'est lors d'une tournée de dédicace pour son roman "dans le jardin de l'ogre" qu'elle a rencontré des marocaines ayant le désir de s'exprimer sur leur sexualité, sujet tabou dans leur culture. L'auteur a eu envie de recueillir ses témoignages, et de les dévoiler au public sous forme d'une BD. Une manière pour elle de dédiaboliser le sujet et de faire avancer les mentalités.
Cela donne un joli roman graphique, mis en image par Laetitia Coryn qui a su, grâce à un dessin simple, faire ressortir les témoignages de ces femmes marocaines. On s'attend au contenu, on s'attend même souvent à pire, mais je trouve que c'est dit que manière très neutre, sans à priori et sans jugement de valeur. Tout en dénonçant l'hypocrisie des traditions et des lois marocaines, et en poussant gentiment les femmes à s'émanciper.
Un recueil de témoignages donc, sur un sujet d'actualité, encore trop tabou dans certains pays. Après j'ai parfois trouvé la lecture décousue, certains passages plus ennuyant que d'autre. J'aurais aimé, pour parler de ce sujet délicat mais au combien important, une histoire plus tangible.
Néanmoins je salue bien bas ce genre d'ouvrages qui j'espère est un moyen pour faire avancer les choses. En parler c'est déjà ouvrir les esprits!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
Catilina38
  29 septembre 2017
Le travail d'édition (les Arènes n'est pas à l'origine un éditeur BD) est de très bonne qualité, avec un beau livre doté d'une maquette élégante et soignée jusqu'à la quatrième de couverture. Une préface de Leïla Slimani explique l'origine du projet et une biographie des personnes rencontrées clôt le livre. A noter que l'illustration de couverture n'est pas due à l'illustratrice de la BD, mais on reste dans un style très proche et il n'y a pas tromperie.
Suite au succès de ses ouvrages, les éditions des Arènes ont demandé à la médiatique Leïla Slimani d'adapter son travail sur la sexualité des marocaines dans une version BD. Ce qui aurait pu n'être qu'une transposition commerciale aboutit à un très bel objet cohérent, une véritable BD et une belle réussite. Si la trame est celle du reportage BD, l'on sent le regard de l'illustratrice dans certains plans larges, paysages, vie de rue au Maroc et l'on reste bien dans un cadre BD avec son appropriation graphique. Les textes sont élégants, les dialogues très fluides et le tout s'enchaîne sans difficulté malgré la structure qui passe du récit de Slimani aux entretiens avec les autres personnages. L'album est découpé en chapitres qui aèrent le tout et jamais l'on ne sent la lourdeur que peuvent revêtir certains albums de reportage BD. L'illustration y est sans doute pour beaucoup. Ce sujet est passionnant, plein de découvertes, mené sans pathos, avec quelques révoltes et l'on sent la sincérité de la retranscription des témoignages. le format BD apporte une légèreté qui permet de passer beaucoup d'informations sans plomber la lecture, si bien que Paroles d'honneur se parcoure d'une traite.
Laetitia Coryn a surtout travaillé dans la BD d'humour dans un style plutôt cartoon et la technique utilisée ici démontre une remarquable maîtrise technique dans un ton plus réaliste notamment dans les expressions des personnages que l'on distingue bien physiquement et qu'elle parvient à rentre touchantes. La colorisation (réalisée par une coloriste) est très agréable, l'effet crayonné ajoutant une texture très agréable. L'exercice n'est pas évident puisqu'il s'agit d'une succession de discussions entre deux personnages. Les planches sont pourtant très aérées avec des alternances de portraits, de paysages, de représentations de scènes familiales ou de cases façon strip. L'on est immergé dans les familles et les rues marocaines, avec quelques focus sur des costumes traditionnels, des échoppes, etc. C'est documenté, fait avec le plus grand sérieux, très chouette.
Au final nous avons un pari réussi qui fait le pont entre la BD classique et le reportage journalistique (souvent plus austère), sans oublier l'importance du graphisme dans ce média. Je recommande chaudement cet album, sur un sujet peu abordé dans les médias français et qui nous fait nous questionner y compris sur la place de la femme dans les familles françaises.
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
trust_me
  04 octobre 2017
A travers les propos de ces femmes se dresse le portrait d'un pays oscillant entre hypocrisie et schizophrénie. Un pays qui élève la pudeur en vertu absolue mais est « le cinquième consommateur mondial de pornographie sur internet ». Une société patriarcale où suinte chez les hommes autant de frustration que de peur de voir éclore des femmes fortes qui assument leur sexualité et s'assument en dehors du groupe. Un pays d'où se dégage un terrible manque d'éducation sexuelle et où la religion est brandie comme un étendard pour mettre un terme à toute tentative de discussion : « Dès qu'on veut vous dominer on vous assène cette phrase : c'est le coran qui le dit ». C'est instructif et sans langue de bois mais ce n'est pas non plus provocateur ou rentre dedans. le jugement est à charge mais la volonté d'explication apporte une lumière bienvenue sur « les racines du mal ».
Un album courageux, militant et engagé qui décrit une situation effarante avec beaucoup de calme et d'intelligence, avec une réflexion et une sincérité qui honore chaque femme ayant osé se livrer sans retenue. Surtout l'espoir demeure de voir les choses changer et la société évoluer peu à peu. Croisons les doigts pour qu'un retour en arrière obscurantiste ne vienne pas mettre à mal les rares signaux d'émancipation émergeant à l'heure actuelle.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
celinefabre27
  09 septembre 2017
Parmi les plaisirs de septembre, il y a la rentrée littéraire, et ... le retour de la Grande Librairie. J'étais contente de retrouver cette émission. J'ai beaucoup aimé l'intervention de Leïla Slimani. Je n'ai pas lu Chanson douce... j'en avais envie, mais le début était trop dur ! Pourtant, cette année, je me suis laissé tenter par sa BD qu'elle nous a présentée. Je n'ai pas été déçue. le graphisme et les couleurs m'ont plu. Quant à l'histoire, enfin les rencontres, ça m'a beaucoup touchée ! on se dit qu'on ne connait pas notre chance de vivre dans un pays comme le nôtre ! Ni moi la mienne d'avoir eu des parents ouverts, avec lesquels on pouvait parler de sexualité ! Quand on n'en parle pas, ça devient moche, violent... car beaucoup font leur éducation sexuelle avec des films porno ! Alors que la parole, instruit, éduque...
Commenter  J’apprécie          20
Bardak
  08 septembre 2017
Bien que le bandeau de la couv annonce un roman graphique, on est bien ici dans le registre de la bande dessinée de reportage, assez classique. Les propos de ces femmes libérées (ou presque) sont intéressants, parfois choquants, toujours justes et nuancés notamment vis à vis de la religion. Mais que vient apporter le medium de la bande dessinée à ces paroles de femme? Pas grand chose, une simple illustration plaisante, de jolies ballades au coeur des villes marocaines... On sent que la bande dessinée est ici un prétexte pour séduire un lectorat moins capté par les essais arides sur la condition féminine. Et après tout, ça fonctionne, même si on reste un peu sur sa faim, surtout si l'on s'attend à un véritable roman graphique, ou l'image révèle tout autant voire davantage que le texte.
Commenter  J’apprécie          20

Les critiques presse (1)
BDGest   25 septembre 2017
Paroles d'honneur expose de manière claire un sujet qui fâche, une crise qui couve et se cache sous le voile de l'hypocrisie. Cette initiative est à saluer car beaucoup de ses victimes n'ont pas forcément la possibilité ou la force de s'exprimer.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   04 octobre 2017
-Je le rappelle qu'elles utilisaient des méthodes vraiment obsolètes pour se protéger des maladies... des trucs de grand-mère, sans aucune efficacité.
-De toute façon, la MST la redoutée au Maroc, ce sont les bébés!
Commenter  J’apprécie          80
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   03 octobre 2017
Quand tu vois ta femme comme une machine à procréer, qui n'est pas censée éprouver de plaisir, et dont le corps est quasiment ta propriété, comment veux-tu avoir un rapport sain à la sexualité?
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Leïla Slimani (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leïla Slimani
Payot - Marque Page - Leïla Slimani - Sexe et mensonges
autres livres classés : marocVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
catholique

10 questions
862 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre
. .