AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080666185
Éditeur : Flammarion (04/01/1994)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 297 notes)
Résumé :
Avec le tome I du Maus d'Art Spiegelman, les lecteurs avaient fait la connaissance de Vladek Spiegelman, Juif polonais rescapé des camps de la mort, et de son fils, Art, dessinateur aux prises avec son père. Le terrifiant parcours de ce dernier et l'Histoire elle-même s'y conjuguaient déjà. Cette suite tant attendue, toujours en BD, dont les personnages ont des têtes d'animaux - les Juifs sont des souris, les Nazis des chats -, nous conduit des baraquements d'Auschw... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  10 novembre 2018
Art Spiegelman aura beau crier sur tous les toits qu'il ne fait pas des bandes dessinées mais des « romans graphiques », aka les bandes dessinées pour les snobs qui trouvent que les bandes dessinées sont trop populaires et pas assez élitistes pour leurs palais de gourmets, ses oeuvres appartiennent bel et bien à l'art séquentiel ^^
Dans les années 1980 l'auteur mêle au récit de son père Vladek qui tient autant de la biographie que du témoignage son propre récit qui tient à la fois de l'autobiographie et de l'autofiction vu qu'il n'hésite pas à repousser le 4e mur en interrogeant les lecteurs sur la manière dont il a réalisé son oeuvre et sur la manière dont il agit et interagit avec son père qui il faut bien l'avouer n'est pas facile à vivre... Il réalise ainsi l'histoire d'un survivant de la Shoah entrecoupée de tranches de vie centrées sur une difficile relation entre un père et un fils laissés en vis-à-vis par le suicide en mai 1968 d'Anja épouse de l'un et mère de l'autre et elle aussi survivante de la Shoah. Avec un tel matériel de base, difficile d'en tirer un récit qui ne soit pas poignant ! (et qui pour des raisons que la raison ignore, à moins qu'il ne s'agisse d'un humanisme universel qui soit commun aux deux oeuvres, j'ai eu les mêmes émotions qu'avec le film de Jean Renoir intitulé "La Grande Illusion")
Dans la 2e partie intitulée "Et c'est là que mes ennuis ont commencé", Art Spiegel man repousse plus que jamais le 4e mur en parlant de la réalisation du « graphic novel » que nous lisons, de lui-même, de son père et de sa conflictuelle relation avec lui. Bref Vladek et Mala se sont séparés : le vieil avare ne s'inquiète que des pertes financières potentielles mais simule un infarctus pour que son fils Artie et sa femme Françoise viennent s'occuper de lui dans sa résidence secondaire des Catskills (car il se pose comme un miséreux mais possède des centaines de milliers de dollars et plusieurs propriétés). Autant le Vladek du passé est touchant, autant le Vladek du présent est imbuvable car il est radin ou point d'en être voleur et ce n'est absolument pas le racisme qui l'étouffe... Durant la WWII Vladek et Anja sont déportés au camp de concentration / d'extermination d'Auschwitz-Birkenau*, et on nous présente un enfer sur terre ou des crevards sadiques et cruels délèguent les tâches ingrates aux Kapos tout en exploitant les Kombinators. Dans cet enfer tout le monde ne succombe à la crevardise consubstantielle au suprématisme à la con cultivé par les élites à la con, mais les bonnes âmes font long feu dans des cet univers artificiel qui fait tout pour que l'homme soit un loup pour l'homme. Tant que tu es utile à la machine économique nazie tu restes en vie, et au moment même où tu n'es plus utile à la machine économique nazie ton arrête de mort est signé (c'est la gestion des ressources humaines à la Jack Welch, übermanager de General Electrics adulé par les ploutocrates du monde entier et haï par les peuples du monde entier comme feue cette sorcière de Margaret Thatcher)... Vladek est malin et s'arrange avec les uns et avec les autres pour échapper aux Selektion, y compris celles du tristement célèbres Docteur Joseph Mengele (vous savez le monstre à visage humain qui put s'enfuir à l'étranger et vivre tranquillement en Argentine jusqu'en 1979 malgré tous ses crimes innommables qu'il a commis grâce à la complicité éhontée de qui vous savez), et après un passage en quarantaine devient zingueur et cordonnier avant de travailler comme Sonderkommando, et durant tout ce temps se débrouille pour qu'Anja tienne le coup... Nous voyons ainsi l'humanité à travers un kaléidoscope pour en voir le meilleur comme le pire, mais force est de constater qu'on s'attarde sur les salopards pour on fait semblant d'aider les victimes du nazisme pour mieux les enfoncer et toucher leurs 30 deniers (on retrouve tous ces gens mal-attentionnés dans le grands bureaux où ils touchent leurs chèques en échange de de leur trahison envers l'humanité : c'est des raclures de bidet qu'il faudrait neutraliser, mais qui aujourd'hui sont promus à niveau plus élevé par la compétitivité de mes couilles).
Le IIIe Reich se fait rattraper par la contre-attaque soviétique donc rapatrie ses prisonniers en Allemagne avant que ses boucs-émissaires ne soient libérés par l'Armée Rouge : nous assistons ainsi à un road-movie survivaliste ou les derniers nazis baladent les derniers prisonniers d'un endroit à un autre avant que ne soit proclamé l'armistice du 8 mais 1945 à Reims. Mais le calvaire continue pour Vladek et son camarade Shivek qui ère dans l'Allemagne aux lendemain de la guerre : les gens sont tous aussi racistes et antisémites qu'auparavant, n'hésitant pas à vendre leur prochain pour une bouchée de pain, et mêmes si la haine et la violence ne sont plus de mise les soldats américains ne se comportement pas nécessairement de meilleure manière que les soldats allemands... Vladek insiste sur sa relance Kombinator style en Suède avant son immigration aux États-Unis au contraire de ses amis qui on choisi l'exode vers Israël (mais ceci est une autre histoire), du coup ses retrouvailles avec Anja sont traitées en dernière page juste avant la mise en scène laconique de son décès : là encore je m'interroge sur le message que l'auteur a voulu faire passer...

Les prescripteurs d'opinions présentent tous "Maus" comme un chef-d'oeuvre voire le seul chef-d'oeuvre de la bande dessinée (qui pour information a été auto-édité pour pouvoir être publié). Mais moi je me superméfie du monde de l'entre-soi ou une oeuvre est encensée par les médias prestitués parce qu'elle reconnue et étudiée par l'université et qu'elle est reconnue et étudiée par l'université parce qu'elle est encensée par les médias prestitués (et on voit bien que certains ont la carte ou n'ont pas la carte en fonction de leur statut social, culturel et intellectuel : suivez mon regard)...
- les graphismes sont simples voire basiques, or l'auteur est capable de graphismes autrement plus détaillés sinon autrement plus stylés... C'est donc un choix assumé que de dessiner dans les années 1980 comme dans les strips comics de l'entre-deux-guerre, mais dans mon souvenir "Tintin au pays des soviets" était mieux réussi... du coup il s'échine à donner de l'expression à ses souris alors que le style graphique choisi ne se prête absolument pas à l'expression des sentiments...
- le choix de l'anthropomorphie est-il pertinent ? Si c'est une mise à distance par rapport au sujet, est-elle pour les lecteurs ou pour l'auteur ? La tradition est riche dans la culture anglo-saxonne depuis Rudyard Kipling et Walt Disney n'a fait que s'inscrire dans cette tradition qui a acquis ses lettres de noblesse avec "Watership Down" de Richard George Adams. Les Allemands sont tous des chats qui aiment jouer avec leurs proies avant de les tuer, les Juifs sont tous des souris qui se cachent et s'enfuient... Mouais c'est quand même sacrément manichéen, et puis avec Polonais = cochons, Français = grenouilles, Anglais = poissons, Américains = chiens, Suédois = rennes, et Tziganes = papillons on est au royaume des clichés. Alors on a quelques jeux d'identité avec Françoise Mouly qui passe de grenouille à souris en se convertissant au judaïsme, le Juif allemand qui passe de chat à souris, ou le fait qu'il suffit de porter un masque de cochon pour que pour le monde vous prenne pour un Polonais... Si j'étais vachard je dirais qu'une telle simplification correspond ou à la vision communautariste des Américains ou à la vision du monde raciste des Nazis ! de plus Vladek s'exprime comme Maître Yoda dans la saga Star Wars : c'est pénible et cela n'apporte aucune plus-value positive au récit...
- quel message veut faire passer l'auteur avec son père caricature du juif avare et cupide qui s'avère aussi raciste que les racistes qui ont détruit sa vie ? Art Spiegelman veut faire de la littérature du réel fusse-t-elle peu reluisante, mais passé un cap je me demandais si Vladek disait vraiment la vérité... Son histoire d'amour est invalidé par le fait qu'il a épousé Anja par appât du gain, alors que la WWII éclate il s'inquiète uniquement pour son business, il voue aux gémonies capos et kombinators mais fricotent avec eux du début à la fin du drame, et avec son habilité à sortir de son chapeau argent, bijoux et produits de premières nécessité jusqu'au bout du bout je me suis demandé s'il n'avait pas racketté ses coreligionnaires pour se les approprier... (et je passe sur certains agissements et certains comportement qui aurait fait le bonheur de la propagande antisémite des Nazis)
- les interrogations de l'auteur sur sa propre oeuvre parasitent le récit, et on entre dans le voyeurisme / exhibitionnisme quand il s'épanche sur ses passages chez le psychiatre qui font la part belle au suicide de sa mère, son sentiment d'infériorité par rapport à son frère fantôme Richieu et ses relations conflictuelles avec son père Vladek qui pourrait être le pendant masculin de Tatie Danielle... Tous ces passages étaient-ils vraiment nécessaires au récit ?
* Ah ça oui on a compris que les nazis étaient méchants puisqu'ils tuaient tout plein de gens, mais quid de IG Farben, Agfa, Basf, Bayer, Krupp, Siemens, Degesch, Union Werke, Daw et tutti quanti qui ont fait bosser dans des conditions inhumaines des centaines de milliers d'ouvriers jusqu'à ce que mort s'ensuive... Rien bien évidemment puisque tout cela a été réalité au nom de l'Argent Roi dans la plus pure tradition du capitalisme et du libéralisme bien-pensant de mes couilles ! Nous sommes dans le révisionnisme économique et cela ne choque personne, grâce au bourrage de crâne néoconservateur et ultralibéral sponsorisé par la ploutocratie mondialisée... (j'ai vérifié et dans les manuels scolaires la présence de ces marchands de morts et de ces rentiers du néant est carrément censurée car il ne faut pas choquer l'autoproclamée bonne et haute société)
PS : les mécanismes de la politique d'épuration ethnique nazie ressemble tellement aux mécanismes de la politique d'épuration économique yankee que j'ai très peur pour l'avenir... Jack Welch l'übermanager de General Electrics vénéré dans les écoles du commerce du monde entier pensait et pense toujours qu'il faut éliminer les 20% les plus faibles qui sont un coût nuisant à l'efficacité et à la compétitivité, qu'il faut exploiter jusqu'à la corde les 60% les plus valides pour faire un maximum de bénéfices (parce que pour les homines crevarices qui parasitent l'humanité les êtres humains ne sont rien d'autre qu'un coût à réduire, à optimiser ou à éliminer), et qu'il faut promouvoir les 20% les plus forts pour jouer le rôle de capos devant maintenir le système sous contrôle... Sauf qu'à ce petit jeu là, il y a toujours 20% à éliminer et que de fil en aiguille on aboutit à une extinction totale ! Un jour le traître à l'humanité qui a troqué le terme « directeur du personnel » pour celui de « directeur des ressources humaines » sera jeté du haut de la Roche Tarpéienne et ce sera bien fait pour lui !!! Et évidemment ça ne choque personne parmi la ploutocratie mondialisée qui nous dirige, à commencer par Emmanuel Macron le président des riches autoproclamé héritier de cette sorcière de Margaret Thatcher...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
anlixelle
  16 décembre 2016
Maus 2 Et c'est là que les ennuis ont commencé est la suite de Maus Mon père saigne l'histoire, BD dont les personnages ont des têtes d'animaux. Ce volume 2 nous plonge au coeur de l'innommable Holocauste avec moults détails, tous rapportés par Vladek, le père rescapé des camps à son fils dessinateur New-yorkais.
Mais tout cela est très digne, sobre, sans pathos.
Les conversations appuyées entre le père et le fils donnent une tonalité très particulière à cette biographie familiale tout à fait unique. Quand Spiegelman trace sur son papier les dessins noirs et gris de la mémoire de ce qu'une minorité de psychopathes a fait subir à des millions d'humains, le crime de masse prend alors un autre visage.
Celui du dessin où tout est relaté.
Personne ne pourra dire qu'il ne savait pas.
Mais cette BD c'est bien plus encore, car l'auteur nous y dit aussi, d'une bulle à l'autre :
- comment les  descendants de ce génocide qui portent en eux cette douleur incommensurable peuvent ils y survivre
- de quelle manière est il possible de mettre en lien le caractère maniaque, avare, égocentrique du père rescapé et la terreur, la faim qu'il a vécues
- pourquoi est-il devenu cet être parfois raciste et intolérant,  lui qui a été si courageux et victime de l'intolérance
- etc.....
Au final, " Maus est un livre que l'on ne referme pas, même pour dormir. Lorsque deux des souris parlent d'amour, on  est ému,  lorsqu'elles souffrent,  on pleure. " Umberto ECO.
Ce livre est un monument dédié au souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
gouelan
  26 novembre 2014
On retrouve le père et le fils, toujours liés par ce projet de livre, l'un témoigne en temps que survivant des camps de concentration, l'autre prend des notes et enregistre .
Vladek a bien survécu au camp et c'est un miracle , mais d'une certaine manière , il n'a pas vraiment survécu, il a laissé une part de lui-même là-bas. En ressortir vivant, n'était du qu'au hasard, on ne peut pas être admiré d'avoir survécu.
Arty se sent coupable d'avoir une vie plus facile que ses parents. Il aura bien du mal à retranscrire en mots et en images le passé de son père, relatant des évènements qui sont pires que nos cauchemars les plus noirs.
Commenter  J’apprécie          260
Davalian
  12 mai 2016
Mon père saigne l'histoire avait déjà marqué les esprits en apportant un témoignage original de la Shoah, sous la forme d'une fable caractérisée par un souci poussé du détail historique et présentée sous une forme unique. Et c'est là que mes ennuis ont commencé continue sur cette lancée.

De six, l'on passe à cinq chapitres. Trois sont directement consacrés à l'univers concentrationnaire, puis à sa lointaine et douloureuse délivrance. Deux chapitres nous invitent à prendre davantage de distance en nous ramenant vers un contexte tout différent. Ceux-là sont les plus courts. Si le passage par le camp d'Auschwitz demeure central, il est contrebalancé par une narration qui donne davantage de relief aux années 1970-1980. Artie tient une place comparable à celle de son père, malgré un quotidien radicalement différent.

Le fil-rouge reste le récit de Valdek. Nous le découvrons au soir de sa vie mais également dans l'enfer. le récit de sa survie ne peut que faire penser au célèbre Si c'est un homme de Primo Lévi mais également à une oeuvre de Bernhard Schlink : le Liseur. Plus que jamais nous affaire ici à un chef d'oeuvre littéraire.

Que dire de plus, qui n'a déjà été dit ? Celles et ceux qui auront lu la première partie liront la deuxième et inversement. Bien plus qu'une lecture, c'est ici une véritable profusion de sentiments et de souvenirs qui nous sont offerts. D'ailleurs, il sera bien difficile de tourner les dernières pages car l'on s'est attaché à l'univers. le constat est curieux et il démontre le talent de l'auteur.

Assurément voici une lecture incontournable, une suite aussi réussie qu'indispensable qui nous offre même l'apparition d'un Français… devinez sous quelle forme ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Under_The_Moon
  20 avril 2015
Difficile de faire une critique de ce second tome de Maus qui raconte l'expérience concentrationnaire du père d'Art Spiegelman.
Le moins qu'on puisse dire c'est que ce tome-ci est et de très loin, beaucoup plus émouvant, plus personnel et a nécessité plus de recherches à l'auteur . Art Spiegelman se met toujours en scène dans son travail et ses tourments, et pour le plus grand plaisir du lecteur, ce qui fait la spécificité de cet ouvrage, en dehors de la métaphore animalière.
On retrouve bien sûr dans ce récit tout ce qui fait le lot des déportés : faim, hygiène de vie épouvantables, mauvais traitements, sélections, marché noir, typhus, etc. Rien de bien original en soit, si ce n'est que j'ai trouvé certaines vignettes plus fortes que lorsqu'elles sont décrites dans un roman ; l'épisode de la sélection notamment. Mais surtout, ce qui donne tout de même le sourire au lecteur c'est de voir comment l'amour que les parents de Spiegelman se sont porté leur a permis de résister à cette affreuse période de leur vie à laquelle tant n'ont pas réchappés… à commencer par Vladek Spiegelman (le père) qui en dehors de sa femme et un de ses frères a perdu toute sa famille.
Ce qui ressort de l'histoire de ce père devenu insupportable pour sa famille, c'est la chance qu'il a eu et toutes les formes et visages que prend cette "chance" : dans les rencontres qu'il a faites au camp, le culot qu'il a eu et les contacts et "marchandages"qui lui ont permis de survivre.
Que ce soit les idées pour échapper à la sélection qui l'aurait menée directement aux fours crématoires ou le malheureux concours de circonstance qui fait qu'il aurait pu échapper à la Marche de la Mort, … Cela donne au final ce qu'on pourrait appeler un formidable récit d'aventure si seulement c'était de la fiction….
Une oeuvre incontournable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   04 novembre 2018
- Je sais que c’est dément, mais d’une certaine manière je voudrais avoir été à Auschwitz avec mes parents ; comme ça je pourrais vraiment savoir ce qu’ils ont vécu ! Je dois me sentir coupable quelque part d’avoir eu une vie plus facile qu’eux. (soupir) « - Je me sens tellement incapable de reconstruire une réalité qui a été pire que mes cauchemars les plus noirs. Et en plus, sous forme de B.D. ! Je me suis embarqué dans un truc qui me dépasse. Peut-être que je devrais tout laisser tomber. Il y a tellement de choses que je n'arriverai jamais à comprendre ou à visualiser. J'veux dire la réalité est trop complexe pour une BD... Il faut tellement simplifier ou déformer. Tiens, tu vois... Dans la réalité, tu ne m'aurais jamais laissé parlé si longtemps sans m'interrompre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
AlfaricAlfaric   31 octobre 2018
- Qu'est-ce qu'ils font là-bas, ils creusent des tranchées au cas où les Russes attaquent ?
- Des tranchées – aah ! Ce sont des fosses géantes qu'ils remplissent !... Ça a commencé en mai et cela a continué tout l'été. Ils ont amenés des Juifs de Hongrie – trop pour leurs fours, alors ils ont creusé ces grandes fosses crématoires.
C'étaient des très grands trous, comme la piscine de l'hôtel des pins ici. Et des trains et des trains de Hongrois sont venus. Et ceux qui finissaient dans les chambres à gaz avant d'être jetés dans les fossés, c'étaient eux qui avaient de la chance. Les autres, dans les fossés, ils devaient sauter quand ils étaient encore vivants. Les prisonniers qui travaillaient là, sur les vivants et les morts, ils versaient de l'essence. La graisse des corps brûlés, ils la recueillaient, et la versaient à nouveau pour que tout le monde brûle bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
AlfaricAlfaric   02 novembre 2018
- Alors tu ne sais pas ce qui est arrivé à Mandelbaum ?
- Ils l'ont tué ou il mort. Je sais qu'ils l'ont achevé. Peut-être sur le chemin du travail, un garde lui a jeté son calot. Qu'est-ce qu'il pouvait faire ? Il a couru pour le ramener et le garde lui a tirer dessus pour tentative de fuite. Le garde,il a eu les félicitations et quelques jours de permission pour avoir arrêté l'évasion. Je sais pas si c'était comme ça avec Mandelbaum, mais comme ça, ils faisaient très souvent. Ils voulaient seulement achever tout le monde. Travail très dur et très peu à manger il y a avait... Peut-être des coups de pieds dans la tête il a eu parce qu'il pouvait pas travailler assez vite... Ou peut-être, il a été très malade et ils l'ont mis d'abord à l'« hôpital » et après dans le four... Tu vois comment ils faisaient ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
AlfaricAlfaric   30 octobre 2018
[Vladek] Qu'est-ce qui t'a pris, Françoise ? Tu es folle ou quoi ?! Il a fallu que je surveille sans arrêt que ce schwartze allait pas prendre nos courses derrière !
[Françoise] Quoi ?! C'est SCANDALEUX ! Comment pouvez-vous, surtout vous, être si raciste ! Vous parlez des noirs comme les nazis parlaient des juifs !...
[Vladek] Ach !... Je croyais vraiment Françoise que tu étais plus intelligente... Il y a même pas de comparaison entre les schwartze et les juifs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Under_The_MoonUnder_The_Moon   20 avril 2015
Les Allemands, ils voulaient pas laisser une seule trace de tout ce qu'ils avaient fait.
Tu as entendu parler des gaz. Moi, je dis pas des rumeurs, mais ce que j'ai vraiment VU.
De mes propres yeux je l'ai vu.
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Art Spiegelman (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Art Spiegelman
Trump est un gros tas de merde et Macron un berger allemand : l'interview d'Art Spiegelman... .Comment dessiner Trump ou Macron ? Qui seraient aujourd'hui les souris juives de "Maus" ? Peut-on tout caricaturer ? Regardez l'interview vidéo d'Art Spiegelman, l'auteur de Maus, l'unique B.D. qui a reçu prix Pullitzer où l'holocauste est racontée avec des souris juives et des chats nazis.
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : shoahVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Maus, tome 1 : Mon père saigne l'histoire.

Quels animaux sont représentés à la place des juifs, polonais et allemands ?

Serpents, pigeons, souris
Souris, cochons, chats
Areignées, rats, chiens
Hamsters, tortues, girafes

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Thème : Maus, un survivant raconte, Tome 1 : Mon père saigne l'histoire de Art SpiegelmanCréer un quiz sur ce livre
.. ..