AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782290304563
217 pages
J'ai Lu (24/10/2000)
3.06/5   36 notes
Résumé :

Sam Goodman, lieutenant à la brigade criminelle de Boston, est envoyé à Paris pour coopérer avec la police française dans le cadre d'Interpol. Sam sympathise avec Christian, un policier atteint du Sida, et travaille avec lui sur une affaire de chantage. Un dangereux maniaque, Thierry, surnommé "le fou à la bombe", dépose des explosifs en divers endroits de la capitale, dont une dans l'entrepôt d'une usine de produits chimiques, pour exiger de coquettes ranço... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,06

sur 36 notes
5
0 avis
4
2 avis
3
5 avis
2
3 avis
1
0 avis

cicou45
  17 juillet 2021
En plus de mettre en pratique l'opération de "désherbage" dans la médiathèque pour laquelle je travaille, je me suis dis que ce serait pas mal de faire la même chose chez moi, dans mes nombreuses bibliothèques. Aussi, par exemple, cet ouvrage que je n'avais pas encore eu le temps de lire et qui va finir, je crois, directement dans les dons que je vais faire pour ma médiathèque (celle de mon boulot cette fois-ci) car on ne peut pas tout garder (à mon grand regret).
C'est ma première rencontre avec Maud Tabachnik et don avec son personnage de de Sam Goodman (personnage que le lecteur découvre dans son ouvrage "Un été pourri" mais le lecteur, moi la première, peut très bien s'adapter sans avoir lu ce dernier et ce n'est en rien gênant si ce n'est qu'il rate les antécédents de ce personnage mais cela n'entrave en rien son immersion dans cette lecture-là).
Sam n'imaginait pas qu'en étant muté en France (à Paris exactement), il allait être confronté à une affaire aussi scabreuse. En effet, avec son nouveau coéquipier, Christophe Martial -qu'il va apprendre à connaître et à apprécier -, il se mettre en traque d'un gros gibier : un homme qui tue apparemment pour le plaisir, un véritable fou furieux qui se fait appeler Alex ! Et si les apparences, comme bien souvent étaient trompeuses ? Si le dit Alex (ou Axel ou Thierry mais là dessus, je ne vous en dirai pas plus car je vous laisse découvrir par vous-même pourquoi je l'affuble de plusieurs patronymes), bien que peut-être fou (là encore, je dis peut-être) avait des sérieuses raison=s de tuer (je n'entends pas par là justifier ses crimes) mais peut-être y a-t-il une explication rationnelle derrière tous ces meurtres et les sommes astronomiques qu'il demande à chacun de ses actes ?).
Une lecture agréable pour un roman policier (je me répète mais il est vrai que je n'en lis que rarement), bien écrit mais avec un scénario un peu trop simpliste pas moments et qui a tendance à être un ^peu bancal et c'est dommage ! A découvrir par curiosité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          551
Yassleo
  19 octobre 2015
Ça démarrait pourtant bien...
Sam Goodman (le flic de Boston présenté dans Un été pourri) est muté sur Paris et se retrouve sur les traces d'un tueur qui adore faire sauter ses petites bombes fabrication maison et éparpiller quelques corps ici et là. Comme tout bon psychopathe qui se respecte, ça ne tourne pas bien rond dans le ciboulot du garçon, mais suffisamment rond quand même pour mener la vie dure aux enquêteurs. Donc l'enquête tient la route, le suspense est bien présent. Jusqu'ici pas de problème.
En revanche... Grosse surprise car Maud Tabachnik n'y va pas de main morte sur les clichés! Une vraie caricature, faites la queue messieurs dames, y en aura pour tout le monde: les corses, les bretons, les juifs, les francais racistes et antisémites, les arabes, les femmes nunuches, et tout ça avec un cynisme déconcertant... Alors oui c'est son style (déja son premier roman annonçait la couleur avec l'émasculation des hommes au sens propre comme au figuré) et en principe j'affectionne même particulièrement cet humour noir, corrosif. C'est d'ailleurs principalement ce qui m'attire dans l'écriture de cette auteure qui souvent m'amuse par sa répartie froide et mordante. Mais à trop faire dans l'inconvenance et le cynisme, une question se pose tout de même: est-ce toujours de l'humour là...? Car ici c'est non-stop et, plus que drôle cela en devient dérangeant.
Alors peut-être que je me pose cette question parce qu'on est en 2015, vingt ans après l'écriture de ce roman et qu'à l'époque ça ne choquait pas autant? Ou peut-être ai-je perdu le sens de l'humour? Ou peut-être que je me pose trop de questions tout simplement, et que ce n'est qu'un petit polar sans prétention qui se veut avec une écriture cinglante ni plus ni moins? Je ne sais pas.
Quant à ce dénouement tarabiscoté, il ne vaut même pas la peine d'etre évoqué. Manque d'inspiration ou ras le bol de l'auteure qui voulait en finir au plus vite, aucune idée. Juste incompréhensible.
Certainement pas le premier roman à lire si on veut découvrir cette auteure. Grosse déception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Eric75
  15 juillet 2011
C'est mon premier Maud Tabachnik, ma lettre T du Challenge ABC Critique 2011, et ce livre (offert avec deux achetés dans la même collection) était dans ma PAL depuis un certain temps déjà. le challenge ABC vide les PAL d'un côté et les remplit de l'autre. Disons-le tout de go, le style de Maud Tabachnik qui transparait dans ce roman (je ne connais pas les autres) me laisse une impression extrêmement mitigée. Malgré un scénario classique et pour le moins efficace (une enquête policière haletante qui vise à identifier un dangereux tueur en série), le roman souffre de deux défauts majeurs : l'allergie pathologique aux Français et la facilité scénaristique.
Maud Tabachnik a peut-être une revanche à prendre, en tout cas elle semble vouloir régler des comptes avec ses compatriotes (« je trouve les Français assez cons »). le personnage principal, Sam Goodman, est un policier juif américain de Boston détaché à Paris. Avec sa mère, qui ne tarde pas à venir le rejoindre, ils sont pratiquement les seuls personnages sympathiques du récit. Les autres protagonistes, les Français donc, sont invariablement méprisables, incompétents, prétentieux, fourbes, racistes voire à moitié idiots. Et on a droit à un tour de France de nos régions pour prouver qu'il n'y a pas d'exception possible : Colonna le Corse (« qui parle comme un truand dont il a l'allure ») est belliqueux et raciste, Faou le Breton est d'extrême-droite et raciste (« on est quelques-uns à penser que la France doit rester propre, vous voyez ce que je veux dire ? »), la jolie voisine de palier est de Montluçon, c'est une « nunuche intégrale », nymphomane et raciste (« des restaurants ? Mais ils sont tous juifs ! […] C'est dégueulasse ! Tu pourrais manger la viande d'un animal qui a été égorgé ? Et tous ces types avec leur barbe et leur galette sur la tête ! »). Les Français en général, quand ils ne sont pas ouvertement antisémites, sont antiaméricains et prétentieux (« je n'ai pas l'impression que les enfants de l'Oncle Sam soient tellement en odeur de sainteté de ce côté-ci de l'océan » ; « qu'est-ce que t'es lettré, pour un Américain ! Je lève les yeux au ciel. J'avais oublié que les Français, même les meilleurs, pensent avoir inventé la culture »). Au milieu de ce peuple arriéré et xénophobe, les deux américains, eux, font figure de surdoués, ils sont riches, élégants, distingués, cultivés, et forcément pris pour cible (la mère sera enlevée par le tueur en série). Il n'est donc pas étonnant que Sam Goodman, dans la chasse aux malfaiteurs, surpasse très vite ses collègues Français incompétents et devienne même un héros médiatique.
Le deuxième problème de ce roman est la grosse ficelle finale qui va permettre de conduire au tueur en série : l'utilisation de l'art divinatoire vaudou et d'un pendule pour se diriger tout droit vers la cachette du meurtrier ! Tout ceci n'est pas crédible un seul instant, et vient mettre à mal un scénario au suspense pourtant garanti, qui par ailleurs aurait pu tenir ses promesses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
verobleue
  06 mai 2013
« La mort quelque part » de Maud Tabachnik est un polar mettant en scène un policier juif, Sam Goodman, envoyé à Paris suite à un échange entre les deux pays. Goodman épaule ses collègues français dans l'enquête sur « Alex » qui revendique des attentats en réclamant de l'argent.
La mère de Goodman, la mère juive caricaturée, débarque, la santé du collègue français avec lequel Sam s'entend le mieux décline et il débute dans l'ennui une histoire d'amour sordide avec sa voisine. L'enquête est vachement tirée par les cheveux, se finalisant avec l'aide d'un prêtre vaudou…
Deuxième roman de la française Maud Tabachnik et je suis toujours aussi mitigée. le livre se laisse lire, l'écriture est agréable mais le scénario manque de puissance et l'enquête se révèle peu vraisemblable.
Commenter  J’apprécie          60
collard380
  04 janvier 2021
Dégoûté par les moyens utilisés par l'agent Sam Goodman, son patron saute sur la première occasion pour l'envoyer de Boston à Paris. Un échange de flics dans le cadre d'Interpol. L'occasion de l'oublier ou de le mettre sur une voie de garage ?" Un appartement exigu dans le Marais, un demi-bureau Quai des Orfèvres : tu parles d'un bol ! A part ça, l'ambiance à la police parisienne vaut bien celle des states. Tout le monde est sur le qui-vive suite d'une série d'attentats revendiqués par un psychopathe. Ambiance et mission complexe. Pourquoi ne pas en charger le Ricain ? Sam est ravi. Les dingues, il a l'habitude. Là-dessus sa mère débarque dans la capitale
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   16 juillet 2021
"_T'as des problèmes avec les insulaires ?
_Insulaires ?
_Ceux qui habitent une île.
_Ouais, en attendant, je croyais bien tenir le fil d'Ariane.
_Ariane ?
_Celle qui a filé à son jules une pelote de laine pour retrouver la sortie du labyrinthe.
_Qu'est-ce que t'es lettré, pour un Américain !
Je lève les yeux au ciel. J'avais oublié que les Français, même les meilleurs, pensent avoir inventé la culture."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
cicou45cicou45   17 juillet 2021
_"La vie et la Mort sont liées, vie et mort n'existent que l'une par l'autre, vie et mort font partie du Grand Tout. Sa mort a servi ta vie, elle a sauvé deux vies. Dans le plateau de la balance d'Astahrot elle pèsera le poids de l'immortalité."
Commenter  J’apprécie          180
BillDOEBillDOE   25 mars 2018
Elle n’a jamais voulu l’envoyer dans un établissement spécialisé, un de ces horribles endroits où les enfants sont mélangés aux vieillards baveux et édentés, aux agités écumants, aux vicieux, à tous ces rebuts de la société.
Ce n’est pas faute que son mari ait insisté, mais elle n’a rien voulu savoir. C’était son fils.
Alors, quand il a achevé son père…
Commenter  J’apprécie          110
verobleueverobleue   08 avril 2013
- Comment ça se fait que vous parlez le français aussi bien ? s’étonne mon compagnon.
- Mon père était roumain, et dans la classe aisée, à Bucarest, avant la guerre, ils le parlaient presque tous. Il me l’a appris.
- C’est drôlement avantageux.
- D’autant que ma mère, polono-russe d’origine, n’a pas voulu être en reste et m’a appris le russe et le polonais.
Martial se marre.
- Moi, mon père, il m’a appris à attraper les truites à main nues, et ma mère à me décalotter pour me laver.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Eric75Eric75   11 juillet 2011
On reste à parler un bon moment de nous et de ceux qu'on aime ou qu'on a aimés.
Des visages rôdent dans ma mémoire.
Autour de nous les gens se croisent sans se voir.
Les tables se vident et se remplissent d'ombres incertaines.
Les enfants s'amusent avec férocité comme s'ils pressentaient que ce temps d'innocence leur était compté.
Leurs parents traînent leurs valises remplies de vies déçues.
On joue tous à faire semblant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Maud Tabachnik (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maud Tabachnik
Claustrations de Salvatore Minni aux éditions Phénix Noir https://www.lagriffenoire.com/1100293-romans-claustrations.html • Code 93 de Olivier Norek aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=21264&id_rubrique=25 • La chambre des morts de Franck Thilliez aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=21416&id_rubrique=20 • le Cinquième Jour de Maud Tabachnik aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=15281&id_rubrique=20 • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionsphenixnoir #editionspocket #editionslivredepoche
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La vie à fleur de terre" de Maud Tabachnik.

Comment s'appelle le nain ?

Lucas
Ficelle
Rouget

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La vie à fleur de terre de Maud TabachnikCréer un quiz sur ce livre