AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cécile Sakai (Traducteur)Marc Mécréant (Traducteur)
ISBN : 2916266674
Éditeur : Editions Sillage (16/06/2010)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 25 notes)
Résumé :


Seikichi, un jeune tatoueur, est en passe de devenir l’artiste le plus réputé de Tokyo. Des plus fameuses courtisanes jusqu’à l’amateur éclairé, tous se disputent l’honneur de lui confier la décoration de leur épiderme. Insensible au succès, Seikichi est rongé par l’envie ardente de réaliser son chef-d’oeuvre. Il lui faut pour cela trouver une femme très jeune et d’une beauté incomparable. Les années passent, et le hasard met sur son chemin celle qu’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  28 juin 2016
Ce recueil de Junichiro Tanizaki est composé de trois nouvelles, magnifiquement écrites.
La première nouvelle, "le tatouage" qui donne son titre au recueil, met en scène un tatoueur à la recherche de la femme qui sera le support le plus parfait à son art. Il rencontre une jeune femme qu'il séquestre, la drogue et la tatoue. Ce récit à la tonalité sensuelle et troublante très réussie propose un éventail de fantasmes joliment et délicatement évoqués, comme par exemple la description toute en fascination fétichiste du pied de la geisha. J'ai beaucoup aimé la façon dont Tanizaki aborde le thème du tatouage. le motif qui ornera la jeune femme ne va pas la transformer mais lui révéler à elle-même sa véritable nature profonde. Cet angle suscitera évidemment l'intérêt de toute personne attirée par l'art du tatouage.
La 2ème nouvelle évoque les jeux de jeunes enfants, jeux au départ innocents mais qui vont très vite dériver vers des amusements beaucoup plus pervers, mêlant souffrance, plaisir et humiliation. Il n'est guère surprenant que ce récit ait provoqué un scandale. Là aussi, l'auteur met en scène des fantasmes qui avaient de quoi faire grincer des dents la société bien-pensante de 1911, date à laquelle le texte a été publié.
La dernière nouvelle exploite la même veine fantasmatique en mettant en scène un homme se travestissant en femme qui retrouve une femme avec qui il avait vécu une aventure.
Ces trois nouvelles distillent un parfum de délicate perversité qui m'a beaucoup rappelé les écrits d'Edogawa Ranpo. Il ne fait aucun doute que l'auteur de "la bête aveugle", "l'île panorama" ou encore "la chambre rouge" a été profondément marqué par l'oeuvre de Tanizaki.
Le raffinement pervers, la sensualité vénéneuse et le charme troublant de ces récits m'ont donné très envie de poursuivre ma découverte de l'auteur.
Challenge Petits plaisirs 2016 - 30
Challenge XIXème siècle 2016 - 8
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Woland
  24 octobre 2017
Etoiles Notabénistes : ******
Shisei
Traduction : Marc Mécréant pour Gallimard et La Pléiade
ISBN : Inconnu mais 2070113191 pour l'Edition de la Pléiade dont cette nouvelle est extraite.
Tanizaki Jun'ichirô est l'un des plus grands écrivains du Japon moderne. Nous avons déjà eu l'occasion de le dire et nous aurons maintes fois celle de le redire. Même si le rapprochement n'est pas évident entre les deux hommes, le plus âgé nettement hétérosexuel et peu engagé sur le plan politique, le plus jeune homosexuel revendiqué et nationaliste virulent, un parallèle existe bel et bien entre Tanizaki et Mishima. Mais encore plus évidente est la filiation entre l'univers sadien, purement occidental, qui a soigné inconsciemment son créateur en accumulant sur le papier les horreurs et en lui évitant ainsi le passage à l'acte carrément meurtrier, et l'art de Tanizaki, oriental mais plus enclin au raffinement du fanstasme, du sous-entendu et du non-dit. Né dans la haute noblesse, Sade entend la renier et "perdre la face" ne le dérange pas, bien au contraire : il brandit sa révolte, son besoin impérieux d'être reconnu pour ce qu'il est - un cas unique, il faut bien l'admettre, tant sur le plan de l'écriture que de la psyché - comme un étendard. Tanizaki, lui, est tout aussi révolté. Mais sa culture, même s'il a certainement lu le Divin marquis, lui interdit justement de perdre la face. En revanche, elle l'autorise à exprimer ce qui le domine, cette union étroite entre Eros et Thanatos, entre la Chair et la Mort, en empruntant les mille et un détours de l'érotisme cultivé par les maîtres anciens, tant sur le plan littéraire qu'artistique. (Encore l'érotisme artistique japonais glisse-t-il souvent, comme partout ailleurs, dans la pornographie plus ou moins soignée, plus ou moins rebutante, en fonction des préférences de l'auteur ou de ce qui lui est demandé.)
C'est sur ce culte dédié à la pulsion de Vie et à la pulsion de Mort, intimement enlacées, que repose l'essentiel de l'oeuvre de Tanizaki. En ce domaine, aucun lecteur ne parviendra à oublier "La Vie Secrète du Seigneur de Musachi" (les extraits que nous avons choisis à son sujet sont, à notre avis, particulièrement révélateurs), exemple parfaitement accompli du complexe sadien de son auteur. Mais ce culte, l'écrivain japonais le rend évidemment de bien multiples manières, n'omettant pas la folie à laquelle il peut mener. Folie à laquelle on se heurte, obsessionnelle, dès la nouvelle qui le rendit célèbre : "Le Tatouage". Prévu pour le premier numéro d'une toute nouvelle revue littéraire, en 1911, les responsables, qui craignaient la censure impériale, jugèrent prudent de placer le texte en novembre et non en septembre de cette année-là, ce qui permit à Tanizaki, qui avait initialement imaginé son intrigue dans le Japon de cette fin de l'Ere Meiji, de reprendre son texte et de le transposer dans l'Edo du XVIIème siècle, resserrant en outre au passage plan et écriture. Si l'on compare les deux versions, celle dont nous parlons aujourd'hui a certainement gagné au change. Au reste, elle n'encourut nulle censure. Pourtant, elle détonait et annonçait, sans doute possible, une Ere nouvelle dans la littérature nippone. le grand Kafû Nagaï, qu'idolâtrait le jeune débutant, ne s'y trompa pas, qui lui consacra une critique étincelante et enthousiaste.
Le thème du "Tatouage", que je lus pour la première fois dans la célèbre "Anthologie du Fantastique" concoctée par Roger Caillois, possède, c'est indéniable, quelque chose d'inquiétant. Pour autant, cette nouvelle ne relève en rien à mon sens de l'épouvante traditionnelle mais bel et bien de l'insolite sadien et, pour ceux qui connaissent un tant soit peu Tanizaki et son oeuvre, des obsessions de l'homme comme de l'écrivain. Elle est en même temps aussi légère qu'une fleur qui déroule ses pétales au printemps naissant et aussi pesante que le tranchant aiguisé d'une hache déjà ensanglantée. A Edo, Seikichi est le plus célèbre des tatoueurs professionnels. Obtenir qu'il vous tatoue n'est d'ailleurs pas si simple que cela car le Maître est difficile dans ses choix. Il préfère certains types de peau à d'autres - ce qui peut s'expliquer d'ailleurs par des raisons techniques - mais il y va aussi, peut-on dire, "à la tête du client".
Si l'on excepte les samouraïs, chez qui ce genre de fantaisies n'est guère à la mode, les représentants de la gent masculine aiment bien se faire tatouer : chefs de bandes bien sûr mais aussi jeunes gens qui veulent éblouir leurs belles, porteurs de palanquins qui, en général très musclés et travaillant torse nu, souhaitent faire admirer non seulement les dessins qui ornent leurs muscles mais aussi le courage qu'il leur a fallu pour en endurer la réalisation, et même certaines geishas et courtisanes, de haut ou de moindre rang ... Bref, on l'aura compris, la profession de tatoueur est difficile mais elle est aussi, si l'on a le talent, voire le génie nécessaires, promesse de célébrité et de richesse - peut-être même d'immortalité.
Si nul n'oserait critiquer un seul trait instillé dans la chair par Seikichi, nul n'ignore non plus que sa préférence va à deux techniques, parmi les plus douloureuses, de tatouage : le tatouage au cinabre et le tatouage en dégradé de coloris. Ceux qui acceptent de s'y soumettre savent qu'ils courent au supplice mais ils savent aussi que le motif qui jaillira des aiguilles et de la science du Maître sera unique, inoubliable. Alors, malgré l'étrangeté du personnage ; malgré le plaisir qu'il prend - et qu'il ne cache pas - à voir souffrir sous ses doigts ses clients résignés et à les contempler ensuite, affalés sur des claies et appelant pour certains la Mort après avoir pris, immédiatement à la fin du travail, un bain quasi brûlant destiné à aviver à jamais les couleurs de l'oeuvre qui ne fait plus qu'un avec leur corps, avec le mépris et la jouissance du sadique authentique ; malgré tout ce que peut présenter de redoutable et de trouble la personnalité du plus grand tatoueur d'Edo, bien rares sont ceux qui, ayant les moyens de le payer, ne se décident pas un jour ou l'autre à franchir sa porte.
Mais, quoiqu'il ne l'avoue pas, ces plaisirs-là ne sont, pour Seikichi, que menu fretin. Depuis des années, il s'est mis en tête de tatouer ce qui sera son chef-doeuvre sur la peau, très blanche, d'une femme qui, elle-même, sera très spéciale. Comme une espèce de papillon merveilleux que le motif tatoué fera émerger de son cocon ...
Un jour que la jeune employée d'une courtisane en renom vient lui apporter un vêtement de prix sur lequel sa maîtresse désirerait qu'il peignît l'une des merveilles dont il a le secret, Seikichi sait qu'il se trouve - enfin - devant celle qu'il attend. Il lui fait boire un somnifère puissant et, tout un jour et toute une nuit, il travaille sur le corps ainsi abandonné à ses doigts et à son génie créateur mais, avouons-le franchement, au bord de la folie - et ce, depuis longtemps ...
La conclusion est une splendeur, sinistre et terrible, qui explique en partie pourquoi Caillois inclut cette nouvelle dans le tome deux de son "Anthologie du Fantastique." le style est déjà du grand Tanazaki - l'un des écrivains qui a mené jusqu'au zénith l'art du sous-entendu et du non-dit, en particulier sur le plan sexuel. Sans même jouir d'une grande expérience littéraire, le lecteur sait qu'il vient de découvrir un écrivain fabuleux et d'une complexité d'autant plus prononcée que les tabous effleurés la nuancent encore plus délicatement pour mieux la protéger tout en la mettant en valeur.
Tout l'art d'un tatoueur de génie, en somme ... ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
chocobogirl
  10 février 2011
" le tatouage", nouvelle éponyme de ce recueil de nouvelles, marque l'entrée en littérature du célèbre écrivain japonais. Parue en 1910 dans une revue, cette première et très courte nouvelle qui le rendra célèbre contient déjà tous les thèmes fétiches de l'auteur.
Elle est ici accompagné de 2 autres nouvelles : "Les jeunes garçons" et "Le secret".
Le tatouage (1910) :
Seikichi est un jeune tatoueur talentueux, réputé pour l'originalité de ses compositions. Les courtisanes se battent pour avoir le privilège de voir leur peau décorée par le maitre. Car c'est ce dernier qui choisit ses modèles et leur imposent le motif et le prix. Mais Seikichi est insatisfait et rêve de réaliser un chef d'oeuvre sur le corps d'une femme exceptionnelle qui révèlerait le plus profond de son âme.
Un jour, le hasard met sur sa route une femme dont il n'aperçoit qu'un simple pied blanc. Celle-ci disparait et Seikichi en eprouve une violente passion. Quand la jeune fille, Satsuko, future prostituée, vient à recroiser le tatoueur, celui-ci décide de la séquestrer et de lui tatouer sur le corps une énorme tarentule...
Il faut savoir qu'au Japon le tatouage est un signe d'appartenance à un groupe social. Il était autrefois réservé aux prostitués et voyous / prisonniers, avant de devenir un code yakuza, par extension. L'araignée est par ailleurs le symbole de la prostitution.
C'est un art qui est surtout reconnu pour la maitrise de celui qui le réalise et passe traditionnellement par des séances de tatouage à la main (et non par des outils électriques comme aujourd'hui) extrêmement douloureuses, le tatoueur maniant lui-même les aiguilles.
Et comme souvent chez les japonais, douleur rime souvent avec plaisir et perversion.
" Et lui, contemplant d'un oeil glacé la forme misérable, ne manquait jamais de dire avec un sourire de satisfaction:
«Vrai ! Ce que vous devez avoir mal ! » "
Dans cette nouvelle, l'accent est mis sur le plaisir qu'eprouve Seikichi d'infliger d'atroces douleurs aux tatoués et plus particulièrement à la femme séquestrée. On pourrait presque y voir un parallèle entre pénétration des aiguilles et acte sexuel.
On retrouvera également le fétichisme marqué de l'auteur pour le symbole du pied, qui provoque la passion chez notre tatoueur. le désir se retrouve nourri par l'attente et Seikichi perd tout maitrise de lui-même.
Avant de tatouer la jeune fille, Seikichi va lui montrer 2 peintures qui symbolisent la beauté cruelle de la femme. Alors que Satsuko refuse de s'y voir tout en s'y reconnaissant, le tatouage transformera véritablement la jeune fille en femme fatale. Et le tatoueur, qui y a mis toute son âme, y perd sa cruauté. Eprouvant compassion pour la souffrance qu'il lui a infligé, Seikichi n'est plus celui qui mène la danse. C'est désormais la jeune femme qui impose ses règles et accepte de se dévoiler pour éblouir les hommes avec son tatouage, endossant la figure de la femme fatale des tableaux.
Cette nouvelle qui parait bien trop courte à la première lecture finit par dévoiler ses thématiques cachées au cours des suivantes et se révèle d'une grande force, précurseur des oeuvres à venir de Tanizaki.

Les jeunes garçons (1911) :
Dans cette nouvelle, nous sommes face à un narrateur qui évoque ses souvenirs d'enfance. Sympathisant à l'école avec le jeune Shin-Ichi, il passe désormais ses journées à jouer avec ce dernier dans la grande maison de sa famille. Rejoints par Mitsuko, la soeur de Shin-Ichi, et Senkichi, le palefrenier, les enfants s'amusent à des jeux innocents qui dérivent bientôt en séances plus perverses. Et les garçons deviennent peu à peu l'esclave de la petite fille qu'ils avaient tout d'abord maltraitée.
Leurs jeux mettent en avant les notions de domination, d'humiliation qui touchent tour à tour chacun des enfants qui prennent plaisir à ces souffrances corporelles.
Entre sado-masochiste et scatologie, "Les jeunes garçons" est une nouvelle sulfureuse qui vaudra pour la première fois à l'auteur une censure au nom des bonnes moeurs. Explorant l'univers de la sexualité inconsciente des enfants, il évoque les jeux à la fois innocents et pervers d'une bande d'enfants, fascinés par le pouvoir qu'ils peuvent avoir sur autrui. Comme dans la première nouvelle, nous assistons à une transformation : la tourmentée devient à son tour une tourmenteuse cruelle.

Le secret (1911) :
"Le secret" est également un récit à la première personne. le narrateur semble blasé de toutes formes de plaisir et recherche l'attrait de la nouveauté en se travestissant en femme.
" N'existait-il pas quelque chose d'insolite, de bizarre, qui fût propre à secouer, à ébranler mes nerfs devenus totalement insensibles aux excitations ordinaires ? "
Habillé, coiffé et maquillé en femme, il se rend au théâtre et jouit de sa nouvelle identité. Un soir, à ses côtés, une ancienne conquête le reconnait discrètement sous son fard. Ils ne se connaissent pas sous leur vrai nom mais souhaitent mutuellement se revoir, en gardant leur identité secrète. La femme l'emmène chez elle les yeux bandés, faisant moults tours et détours pour que notre homme ne puisse reconnaitre le trajet. Ce dernier, piqué par la curiosité, élabore tout un stratagème pour retrouver le chemin. le secret éventé, le charme et l'effet de mystère n'agit plus. Les 2 amants ne se verront plus.
On retrouve une fois de plus chez Tanizaki des pratiques sexuelles déviantes : ici, le travestissement. La femme fatale est toujours présente, sublimé ici par le goût du secret dont la disparition évente le pouvoir attractif. La technique employée par le narrateur pour retrouver la sroute qui l'emmène chez son amante est particulièrement intéressante. S'appuyant sur les bruits, les odeurs, la mémoire et la logique, ce dernier réussit avec brio à venir à bout de l'énigme. Hélas pour lui, celà se fera au détriment du désir et de la passion.
Ce recueil se révèle particulièrement intéressant. Présentant 3 nouvelles parmi les premières écrites par Tanizaki, il expose déjà les thématiques centrales de son oeuvre.
Tout le monde n'y trouvera pas son bonheur, les thèmes étant assez particuliers mais je le conseille aux amateurs !
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
El_Gabier
  10 juillet 2018
"Chaque instillation d'encre lui coûtait un effort infini ; chaque mouvement pour enfoncer et retirer l'aiguille lui arrachait un profond soupir, comme s'il perçait son propre coeur" comme un asservissement total. Chaque piqûre l'avilissait un peu plus, pantin sexuel aux desseins d'un dessin, esclave d'un désir, d'un vice inavouable. Des souffrances en guise de passe-temps, un amour toujours plus vil et douloureux, des relations séditieuses, masochistes où les femmes imposent leurs désirs, leur perversion. Entre Seikichi le peintre déchu et le narrateur soumis, la décadence affleure lentement, toujours plus cruelle, ironique et sadique. Tanizaki s'amuse là où ses contemporains moralisent, il distille, à l'instar de Seikichi le tatoueur, des incisions contre la société nippone.
Entre séduction et domination, les prémices de la future oeuvre transpirent dans ces trois nouvelles écrites au début des années 1910. L'innocence et la beauté se muent en arme destructrice et les jeux d'enfants deviennent prétextes à une perversité machiavélique. Les personnages de Tanizaki abandonnent leur âme à de sombres destins, des passions interlopes, laissant jaillir des comportements humains abscons et sans tabous.
"Quand la pointe de ses aiguilles pénétrait les tissus, la plupart des hommes gémissaient de douleur, incapables d'endurer plus longtemps le martyre des chairs tuméfiées, cramoisies, gorgées de sang ; et plus déchirantes étaient les plaintes, plus vives était l'indicible jouissance qu'étrangement il éprouvait ".
On se délecte de l'écriture, oubliant parfois qu'il s'agit d'une traduction et l'on s'émerveille devant le travail de l'artiste. « C'était à qui serait le plus beau. Tous en venaient à se faire instiller l'encre du tatouage dans ce corps qui pourtant est un don du ciel ; et somptueuses, voire puissamment odoriférantes, lignes et couleurs dansaient alors sur la peau des gens ». Entrer dans le monde de Tanizaki, c'est pénétrer un univers étrange, faire ses premiers pas dans un lupanar littéraire où l'abandon de soi accoucherait de désirs les plus sournois, où l'être n'est jamais innocent.
(La nouvelle le tatouage, ainsi que le meurtre d'O-Tsuya ont servi de base pour le film Tatouage du maître Yasuzo Masumura en 1966, avec l'excellente interprétation de Ayako Wakao.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Shan_Ze
  08 mars 2013
Un tatoueur cherche à réaliser l'ouvre de sa vie, des enfants subissent les sommations d'un camarade et un homme cherche à découvrir qui est son amante secrète... Trois nouvelles qui montrent l'envie : l'envie du meilleur, l'envie de dominer, l'envie de savoir.
J'ai beaucoup aimé ces nouvelles, très bien menées par Tanizaki. L'écriture est simple et détaille bien les personnages et lieux sans trop s'attarder. Rien d'extraordinaire mais j'ai été rapidement conquise par ces petites histoires simples dont il ressort un peu de noirceur, une sexualité sous-jacente. Tanizaki, un auteur que je relirai ! Surtout quand j'ai appris dans la biographie du début que ce sont ses premiers récits.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
WolandWoland   24 octobre 2017
[...] ... Quand la lune suspendue au-dessus de la résidence en Edo du clan de Tosa, sur la rive d'en face, déversa sa lumière irréelle dans les pièces des maisons en bordure du fleuve, Seikichi n'était pas encore à moitié de son ouvrage et ravivait avec acharnement la flamme des bougies.

Chaque instillation d'encre lui coûtait un effort infini ; chaque mouvement pour enfoncer et retirer l'aiguille lui arrachait un profond soupir, comme s'il perçait son propre cœur. Peu à peu, les marque laissées par l'aiguille ébauchèrent les formes d'une énorme tarentule ; et quand le ciel nocturne recommença à blanchir, la bête étrange, démoniaque, comme à l'affût, déployait ses huit pattes sur toute la surface du dos.

La nuit printanière fit place au point du jour dans les bruits d'avirons des barges montant et descendant la rivière. A l'heure où, parmi la brume en train de s'effilocher au-dessus des voiles blanches gonflées par la brise matinale et glissant vers l'aval, étincelèrent les toits de tuiles de Nakasu et de Akosaki, de Reiganjima, Seikichi laissa retomber son pinceau et resta en contemplation devant l'araignée incrustée dans le dos de la jeune fille. Oui, toute sa vie avait passé dans ce tatouage, et maintenant qu'il avait achevé son travail, il se sentait dans l'âme un vide immense.

Un moment encore, les deux silhouettes demeurèrent ainsi complètement immobiles et puis très faible, un peu rauque, une voix vibra, incertaine, entre les quatre murs de la chambre :

- "Pour faire de toi une femme vraiment belle, c'est toute mon âme que je t'ai instillée avec mes encres. Désormais, dans tout le Japons, aucune femme ne te surpassera. Te voilà délivrée de ce qu'il y avait de pusillanime en toi. Tous les hommes, oui, tous, seront ta riche pâture."

Perçut-elle ces paroles ? Une faible plainte, aussi ténue qu'un fil, monta jusqu'à ses lèvres. Peu à peu, elle reprit ses sens. Au rythme de sa respiration qui, lourdement, soulevait et laissait retomber ses épaules, les pattes de l'araignée s'étiraient et se contractaient comme celles d'une bête vivante.

- "Ca doit te faire mal, cette araignée qui enserre ton corps entre ses pattes ?"

A ces mots, la fille entrouvrit des yeux un peu perdus dans le vague. Petit à petit, comme croît la clarté de la lune montante, ses prunelles s'illuminèrent, éclairant le visage de l'homme.

- "Maître, faites-moi vite voir mon tatouage ! Si c'est votre vie que j'ai reçue en moi, alors comme je dois être devenue belle !" ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
WolandWoland   24 octobre 2017
[...] ... Un vœu dès longtemps caressé et des jouissances inconnues d'autrui étaient enfouies au plus profond du cœur du jeune maître. Quand la pointe de ses aiguilles pénétrait les tissus, la plupart des hommes gémissaient de douleur, incapables d'endurer plus longtemps le martyr des chairs tuméfiées, cramoisies, gorgées de sang ; et plus déchirantes étaient les plaintes, plus vives était l'indicible jouissance qu'étrangement il éprouvait.

Il avait une prédilection marquée pour deux techniques réputées particulièrement douloureuses : le tatouage au cinabre et le tatouage à coloris dégradés. Quand, dans une seule journée, après avoir en moyenne subi la perforation de cinq ou six cents aiguilles, on ressortait du bain chaud destiné à aviver les couleurs, c'était pour s'abattre à moitié mort aux pieds de Seikichi, où l'on restait un bon moment incapable du moindre mouvement. Et lui, contemplant d'un œil glacé la forme misérable, ne manquait jamais de dire avec un sourire de satisfaction :

- "Vrai ! Ce que vous devez avoir mal !"

Quand il avait affaire à une poule mouillée qui, toute honte bue, tordait la bouche et serrait les dents comme à l'agonie en poussant des petits cris de détresse, il lançait :

- "Tu es pourtant un gars d'Edo ! Prends ton mal en patience ... C'est bien connu qu'elles font atrocement mal, les aiguilles de Seikichi !"

Et tout en jetant des regards de coin sur la face ruisselante de larmes, il poursuivait comme si de rien n'était ses perforations ou encore, si quelqu'un était assez maître de soi pour tout supporter sans broncher, sans un seul froncement des sourcils, il riait en découvrant ses dents blanches.

- "Oui, oui, tu veux te donner des airs de dur ... mais tu vas voir : ça va se mettre à t'élancer si fort que tu auras beau faire, tu ne pourras plus y tenir !" ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
feanorafeanora   04 février 2012
Son vœu secret depuis des années était de trouver une femme d'une incomparable beauté, d'un éclat éblouissant, en qui il pût instiller toute son âme. Pour la nature profonde comme pour la physionomie, elle devait répondre à diverses exigences.......

Pour un œil aussi pénétrant que le sien, les pieds d'un être humain reflétaient autant que le visage tout un jeu d'expressions complexes.
Commenter  J’apprécie          30
MellowMellow   30 novembre 2016
"Juste à cet instant le soleil levant illumina l'aragne, composant à la fille un dos éblouissant." [Le tatouage, dernière ligne]
Commenter  J’apprécie          20
Video de Junichirô Tanizaki (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Junichirô Tanizaki
Jun'ichirô Tanizaki, par Igort.
Jun'ichirô Tanizaki (1886-1965) révèle dans ses oeuvres une sensibilité frémissante aux passions propres à la nature humaine et une curiosité illimitée des styles et des expressions littéraires.
autres livres classés : fetichismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
373 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre