AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742753354
Éditeur : Actes Sud (08/03/2005)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 23 notes)
Résumé :

À l'été de 1967, Montréal brille de tous ses feux pour accueillir l'Exposition universelle. Le général de Gaulle, se voulant le sauveur des cousins du Nouveau Monde, vient soudain mettre le feu aux poudres en prononçant son historique, " Vive le Québec libre ! " Voilà sur quel fond de scène Michel Tremblay, dans ce second volet des Cahiers de Céline, brosse à traits vifs et pétillants, empor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Dirlandaise
  25 février 2013
Je viens tout juste de refermer ce livre magnifique de Michel Tremblay et je suis encore sous le coup de l'émotion ressentie lors de la lecture des toutes dernières pages. Comment résister à la tendresse qui se dégage de la plume de l'écrivain lorsqu'il raconte les aventures truculentes vécues par Céline dans son nouvel emploi d'hôtesse de bordel de travestis. Ouvrir ce livre, c'est comme regarder un feu d'artifice tellement le monde décrit est truculent et rocambolesque. Céline est chargée de présenter le menu aux touristes et visiteurs et ensuite de les diriger vers les chambres où les attendent les hommes déguisés en femmes. le tout se passe durant l'été soixante-sept alors que l'Exposition universelle de Montréal attire un nombre record d'étrangers de toutes provenances. Fine Dumas, la propriétaire du Boudoir, en femme d'affaires avisée, profite de la manne pour s'enrichir rapidement sans penser au lendemain. Afin de fêter dignement ses soixante années, elle décide d'emmener son personnel visiter l'Expo. La journée ne se passe pas sans heurts mais se termine en apothéose.
Un roman fort réussi dans lequel Michel Tremblay décrit un monde qu'il connaît bien, celui des travestis de la Main. On sent chez lui une immense tendresse pour ses personnages et leur misère. Leur vie n'est pas rose et les déboires amoureux sont monnaie courante. Pourtant, une solidarité existe malgré les coups bas et les vacheries et c'est l'essentiel. J'ai beaucoup aimé les nombreuses références à la nouvelle De Maupassant « La maison Tellier ». Monsieur Tremblay termine d'ailleurs son livre avec une phrase tirée de cette nouvelle.
Un beau moment de lecture. J'ai refermé ce livre avec regret mais il me reste un tome à lire des cahiers de Céline ce qui me console un peu. J'aurais aimé demeurer plus longtemps en compagnie de Fine Dumas, Jean Le-Décollé, Greluche, La Duchesse et les autres. Mais toute bonne chose à une fin comme on dit et je me résigne à quitter ce monde unique et savoureux né de la plume de l'écrivain québécois que je préfère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
claraetlesmots
  01 octobre 2013
Le cahier rouge fait suite au Cahier noir. Céline a quitté son emploi de serveuse pour devenir hôtesse de bar dans une maison de travestis. Nous sommes en 1967 et l'exposition universelle se déroule à Montréal. Fine Fumas la maquerelle qui régie tout ce petit monde espère avoir plus de clients grâce a cet événement.
Dans ce second tome, Céline raconte essentiellement le monde des maisons closes, les petits ou grands déboires des travestis. Ce sont toujours des personnages hauts en couleurs pour lesquels l'empathie est immédiate. On plonge dans un monde où on se serre les coudes et Céline est toujours prête à rendre service. Même si contrairement au cahier noir, Céline ne parle pas d'elle, on sent qu'elle a mûri.
J'ai trouvé cette suite moins réussie avec des longueurs mais l'écriture de Michel Tremblay est toujours un délice avec des expressions purement québécoises si savoureuses. Une écriture qui s'attache à décrire des personnages avec une grande humanité !
Il me reste "Le cahier bleu" à découvrir pour terminer cette trilogie.
Vous n'avez pas fini de m'entendre parler de Michel Tremblay car je veux continuer à lire cet auteur. Son écriture est un coup de coeur !
Lien : http://fibromaman.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Neneve
  08 novembre 2016
C'est avec un grand bonheur que nous retrouvons Céline pour ce deuxième tome de ses cahiers. Encore du très bon Tremblay.
Commenter  J’apprécie          00
Nikoz
  04 novembre 2017
La suite des aventures de cette improbable troupe, un rien croche et bancale, mais tellement (faussement?) chaleureuse.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   16 juin 2016
Les heures sont longues, c’est vrai, le milieu peut se montrer dur malgré sa superficialité, parfois même dangereux quand les clients ont trop bu et perdent la tête. Le fait d’être sans cesse plongée dans un environnement où le sexe, une sexualité non orthodoxe en plus, tient la plus grande importance alors que je n’y participe jamais s’avère à l’occasion difficile à expliquer si j’y pense trop - j’y vis mais je n’en vis pas, j’en suis témoin mais je ne collabore pas -, comme si j’évoluais dans un monde auquel je n’avais pas accès parce que je n’en étais que la gardienne, le maître d’hôtel. Mais ce n’est jamais ennuyant et l’effort, le vrai, celui au bout duquel se trouve le précieux dollar, ce n’est pas moi qui ai à le faire, après tout, je ne suis que celle qui tient les comptes et tend le menu. Les dollars viennent à moi sans que j’aie à dépenser beaucoup d’énergie, alors je m’estime chanceuse et j’apprécie avec gratitude ma position privilégiée de simple pourvoyeuse en plaisirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 juin 2016
Ce sont donc des hommes sans talent particulier, sans expérience des maisons closes ni du show business, mais à qui on demande de se comporter en professionnelles tout en essayant, en plus, de faire croire qu’ils peuvent chanter ou danser! Faut le faire! Ils triment comme des forcenés et méritent, à mon avis, beaucoup plus que l’argent qu’ils font.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 juin 2016
Je suis hôtesse et actrice. C’est épuisant, c’est vrai, mais lorsque j’ai l’impression d’avoir tout ce beau monde sous contrôle, que les rires fusent, que les critiques se font rares, qu’on s’amuse beaucoup en attendant de passer aux choses sérieuses, ça peut s’avérer assez réjouissant, en tout cas très gratifiant pour moi.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 juin 2016
Ça reste clinquant, mais d’une façon éteinte, sans rutilance. Ça manque d’éclairage, de vie, de sons. Des dorures dans la pénombre, c’est déprimant; des miroirs sans reflets aussi. Quand rien ne brille dans cette boîte à musique faite pour la lumière douce, flatteuse, pour le mensonge élevé au rang de grand art, quand la magie du faux-semblant n’a pas encore commencé à opérer et que l’envers du décor est trop visible, une angoisse glaciale vous prend au creux du ventre, vous voulez quitter cet endroit mort pour vous réfugier là où se trouverait un peu de chaleur humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 juin 2016
Dans le pire des scénarios, si Fine Dumas le prend mal, c’est un congé sans solde qui les guette, ruineux parce que les filles en vacances ne se contentent pas de poireauter, elles dépensent. Sans compter les moqueries humiliantes de la part des camarades - on dirait que c’est pire chez les travestis que chez les prostituées, ils sont plus méchants entre eux, se soutiennent moins - et la réputation difficile à racheter parce que le téléphone arabe, sur la Main, est encore plus rapide et plus efficace que partout ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Michel Tremblay (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Tremblay
Moment décisif aujourd?hui : les séries des libraires prennent fin avec un ultime duel qui oppose deux monuments de la littérature québécoise? et deux merveilles de la librairie indépendante. D?un côté, c?est Michel Tremblay, auteur chouchou de notre littérature, et son roman Un ange cornu avec des ailes de tôle qui est défendu par la Superbe de Trois-Rivières, la rayonnante Audrey Martel de la librairie l?Exèdre. de l?autre, c?est la bien-aimée des lecteurs, Anaïs Barbeau-Lavalette, auteure du méga-succès La femme qui fuit, qui compte sur les arguments-chocs de la Menace de Saint-Jean-sur-Richelieu, le passionnant Denis Gamache de la librairie Au carrefour.
+ Lire la suite
autres livres classés : Montréal (Canada)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
143 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre