AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782351780695
382 pages
Gallmeister (03/10/2013)
3.97/5   199 notes
Résumé :
Années 1970, Montréal. The Main, autre nom du boulevard Saint-Laurent, est la colonne vertébrale d’un quartier où prostituées, escrocs minables et clochards cohabitent avec les ouvriers et les nouveaux imigrants en quête d'un monde meilleur. Bourdonnant d'accents divers, mouvant et bruyant comme la foule qui s’ presse, the Main connait aussi son lot de crimes. Depuis trente ans, le lieutenant Claude La Pointe le parcourt en veillant jalousement sur “son” quartier. A... >Voir plus
Que lire après The Main (Le flic de Montréal)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 199 notes
5
15 avis
4
29 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
La couv' Gallmeister pocket est belle, le titre sobre et accrocheur.
Allez hop, The Main dans les mimines, je me lançais gaillardement sur les traces du lieutenant Claude LaPointe, aucun lien de parenté avec Bobby affiché à ce jour, pour arpenter ce bruissant quartier de Montréal aux antipodes d'un long Saint-Laurent tranquille.

Un polar, pas vraiment.
Un crime talonné par une enquête au cordeau tenteront vainement de nous faire croire à un roman de genre mais l'intérêt est ailleurs.

J'y suis rentré timidement, peu rompu à ce type d'atmosphère.
De plus, pour une raison subliminale qui m'échappe encore, j'ai mis un certain temps à me débarrasser des oripeaux du King et de son Maine entêtant pour laisser libre cours à Trevanian et ses descriptions ensorceleuses.

Le flic est bourru, veuf, condamné.
Flanqué professionnellement d'un assistant dont il se fout complet et, dans le privé, d'une jeune asphalteuse qui le trouble, LaPointe trace son sillon laborieusement.

Qui suis-je, où vais-je, dans quel état j'erre?
Trevanian interroge sur le sens de la vie.
A force de rencontres hasardeuses, d'amitiés malmenées, de souvenirs dévorants et de no future promis à très courte échéance, ce vieux flic séduit terriblement.
Une errance quasi mystique au travers d'un quartier sublimé par une plume descriptive aussi forte qu'un vieux steak de caribou boucané, la balade est somptueuse, l'ambiance surannée et amère qui s'en dégage palpable.
De plus, Trevanian possède l'élégance de la subtilité et du non-dit.
Aux évidentes descriptions factuelles, l'auteur préfère laisser libre-cours à l'imaginaire du lecteur, accentuant par là même une émotion déjà intense.

J'ai adoré déambuler dans la Main aux côtés de ce vieil argousin au bord du gouffre.
Nul doute que j'irai refaire un tour du côté de chez Trevanian à la recherche du temps suspendu.
Commenter  J’apprécie          664
Pour apprécier ce polar atypique, il faut accepter de se laisser porter par le rythme lent de l'intrigue. Si vous ne jurez que par la frénésie des polars actuels qui jouent la montre, la course aux rebondissements et le dénouement abracadantesque, passez votre chemin. Ici, la trame est ultra simple en mode traditionnel pépère meurtre – enquête – résolution.
En fait, l'enquête en elle-même n'est qu'un prétexte pour nous promener dans La Main, quartier central de Montréal, à la lisière des communautés et des milieux sociaux, pas loin du taudis cosmopolite. C'est toute l'ambiance des années 70 que l'on hume. Magistral comme ce quartier prend vie à travers une approche quasi sociologique de toute la faune locale : drogués, prostituées, jeunes filles paumées, escrocs minables, robineux ( SDF en québécois ). Pas un hasard si le personnage central, l'enquêteur LaPointe lit inlassablement la saga naturaliste de Zola.
J'ai eu un coup de coeur pour ce personnage de vieux flic fatigué mais toujours passionné par la protection des anonymes de son secteur, rongé par des fêlures inguérissables. Un personnage profondément humain et touchant.
Le tout est porté par une très belle langue, vivante, puissante et envoutante.
Un faux polar sensible inclassable. Mon deuxième Trevanian après la déflagration Shibumi.
Commenter  J’apprécie          6115
"The Main", une rue populaire du Montréal des années 1970, est le territoire du lieutenant Claude LaPointe, un vieux flic veuf qui, le soir, après avoir arpenté les rues du quartier, joue aux cartes avec ses amis.
Trois événements viennent bouleverser la vie du policier : un jeune homme est retrouvé assassiné dans une ruelle ; on lui adjoint Guttmann, un stagiaire, pour mener l'enquête ; il prend sous son aile Marie-Louise, une jeune femme égarée en ville et qui se prostitue occasionnellement.

Quelle plume !
L'auteur nous entraine dans les pas du lieutenant LaPointe, en patrouille le long de "The Main", la rue du policier, et ses ruelles adjacentes. Cette déambulation est l'opportunité saisie pour nous faire toucher du doigt l'ambiance du quartier. Un quartier qui est le personnage principal du roman, avec ses bars glauques, ses prostituées occasionnelles ou professionnelles, ses petits truands, mais aussi ses braves gens qui cherchent un moyen de s'en sortir... le décor est planté !
Confronté à la violence, une violence qu'il utilise parfois lui-même, le vieux policier désabusé va voir ses méthodes interrogées par la jeunesse, représentée par le stagiaire et la jeune femme qu'il héberge. Une remise en cause qui culminera lors du dénouement de l'enquête.
Il n'y a pas de stratégie dans la façon dont l'enquête est menée. le policier se laisse porter d'indice en indice, ouvre des portes les unes après les autres en espérant que l'une d'entre elles révèlera le coupable. Il lui faudra quand même l'oeil d'un scientifique et un peu de chance pour résoudre l'affaire.
L'auteur a une façon bien à lui d'écrire, avec lenteur, faisant ressentir sans toujours donner trop de détail. On peut parfois penser aux meilleurs des Simenon-Maigret, le dépaysement en plus.

Une plume originale !




Lien : http://michelgiraud.fr/2022/..
Commenter  J’apprécie          593
Trevanian, j'ai beaucoup aimé The Main. le lieutenant LaPointe me touche, pour moi aussi, il devient Claude. Bien sûr, c'est un policier, il y a un mort, donc une enquête, puis une piste et des morts qui peu à peu remontent à la surface. Un policier mais un roman, une histoire avec une excellente construction, des lieux et des émotions. Tout cela avance dans les années 70 à Montréal, boulevard Saint-Laurent et comme j'y suis, il fait très froid et je remonte mon col. J'entends des parlers divers dans ce quartier de la Main, où je côtoie tous les styles et toutes les nationalités. L'écriture est parfaitement adaptée aux situations, elle est même poétique pour ce qui sied aux paysages et aux tourments, mais je m'apaise en jouant au pinocle avec ces personnages. J'aime bien.
Commenter  J’apprécie          540
Trevanian, je connaissais déjà grâce à l'excellent « La sanction » que j'ai lu il y a des siècles déjà. Depuis, je me suis juré de lire l'ensemble de son oeuvre, ce qui tombe bien, vu que Gallmeister a eu la bonne idée de publier pas mal de ses livres.
Mon côté lectrice dispersée n'ayant pas aidé à avancer très vite dans mes résolutions, j'ai cependant réussi à me lancer dans la lecture de « The Main »
The Main est l'histoire d'un flic, Claude La Pointe, qui depuis des décennies traine ses guêtres dans le même quartier de Montréal. Il use inlassablement la semelle de ses chaussures dans ce quartier, le boulevard Saint-Laurent , ou si vous préférez « The Main ». Car, oui, au fur et à mesure de cette lecture qui avance lentement, au rythme des pérégrinations de le Pointe, le lecteur réalise que ce roman noir est surtout un roman qui met en avant ce quartier et les habitants qui le font vivre.
Claude La Pointe, que ses supérieurs jugent bon à prendre sa retraite, va enquêter sur le meurtre d'un inconnu trouvé dans « son quartier ». Assisté d'un jeune flic, il va donc mener l'enquête à sa façon et non selon les règles instaurées par ses supérieurs.
Pour apprécier cette lecture, il faut accepter de se laisser emmener par La Pointe et arpenter avec lui dans The Main, à son rythme, et ne surtout pas le bousculer.
J'ai apprécié de retrouver le style de Trevanian et j'espère bien le retrouver assez vite dans d'autres lectures.




Challenge ABC 2023/2024
Challenge Totem
Challenge Mauvais Genres 2023
Commenter  J’apprécie          392

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
LaPointe examine le cercle des clients : deux jeunes gens qui n’ont rien de mieux à faire ; une femme à l’air viril en manteau de drap, assisse au pied de la danseuse, et qui la fixe, fascinée, en se passant un doigt sur les lèvres n’est pas dans le coupes ; deux militaires déjà un peu ivres ; un vieux Grec qui examine tristement le contenu de son verre ; un quinquagénaire au complet strict, à la cravate classique, sont porte-documents posé sur le bar, guettant l’aller-retour des pouces dans le string, son col dur teinté de vert par la lumière ultra-violette. Somme toute, c’est le classique amalgame d’étrangers et d’épaves qu’on rencontre dans ce genre de bar en début de soirée ou l’après-midi dans les cinémas porno.
Commenter  J’apprécie          102
Enfoui dans son grand manteau sans forme, caché par la neige et l'obscurité, le lieutenant pleure.
Le tissu cicatriciel qui recouvrait et protégeait sa sensibilité a craqué et son chagrin coule à flots.
Il ne sanglote pas, non, ses larmes coulent simplement et son visage en est inondé.
Commenter  J’apprécie          120
Peut être ne faut-il pas la réveiller, elle dort si tranquillement. Mais à quoi bon faire du bon café pour deux s'il ne lui donne pas ? Non, il vaut mieux laisser dormir la pauvre fille.
- Café ? demande t il de sa voix enrouée.
Elle ne réagit pas.
Très bien, laissons la dormir.
- Café ? répète t il plus fort.
Elle marmonne et gémit, et sa tête bouge sous les couvertures. La pauvre gosse est vannée. Laissons la dormir.
- Marie-Louise ?
Une main sort, repousse la couverture et découvre sa joue. Ses paupières battent, puis s'ouvrent. Elle cligne des yeux et grimace en essayant de reconnaître la pièce. Comment est elle arrivée ici ?
- Ton café va refroidir, explique t il
Elle le regarde d'un air vague, elle ne le reconnaît pas tout de suite.
- Quoi ? interroge t elle d'un petite voix haut perchée. Ah... C'est toi.
Elle referme les yeux avec force avant de les rouvrir. L'enflure de son œil a diminué et la meurtris sûre violette tourne au vert.
- Le café est prêt, mais si tu préfères dormir, ne te gêne pas.
- Quoi ?
- Je disais... tu peux continuer à dormir si tu veux.
Commenter  J’apprécie          20
Il faut permettre à un homme d'avoir de la peine de temps en temps. S'il refuse le fardeau du chagrin, sa tristesse ne disparaît jamais.
Commenter  J’apprécie          172
En passant devant la ruelle étroite qui court le long de la banque de Nova Scotia, il sent une poussée d’adrénaline au creux de l’estomac. En dépit des années, ses nerfs, tout à fait inconsciemment, s’emballent chaque fois qu’il passe à cet endroit. C’est dans cette ruelle qu’il a été blessé. C’est là qu’il est resté aux portes de la mort, qu’il attendu la mort. Et lorsqu’un homme a perdu le sentiment de son immortalité, il ne le retrouve jamais.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Trevanian (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Trevanian
Libraire au Rayon Polar, Annaïk vous présente trois idées de lectures, de cadeaux, trois indispensables !
Voici les polars qu'elle vous invite à découvrir :
En poche, le nouveau Paul Cleave fraîchement sorti en poche, "Cauchemar" le Livre de Poche https://www.librairiedialogues.fr/livre/17467734-cauchemar-paul-cleave-le-livre-de-poche le coup de foudre de l'année d'Annaïk... "Entre fauves" de Colin Niel aux Éditions du Rouergue https://www.librairiedialogues.fr/livre/17021103-entre-fauves-colin-niel-le-rouergue Une belle édition d'un classique, "Shibumi" de Trevanian aux Éditions Gallmeister https://www.librairiedialogues.fr/livre/17267987-shibumi-trevanian-editions-gallmeister
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairiedialogues FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ TWITTER : https://twitter.com/Dialogues
À bientôt !
+ Lire la suite
autres livres classés : Montréal (Canada)Voir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (459) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2881 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..