AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246818380
272 pages
Grasset (26/08/2020)
3.52/5   85 notes
Résumé :
Qui est ce soldat énigmatique qui se fait appeler Belleface ? Et quel est le lourd et douloureux secret qu’il dissimule avec tant de précautions à ses hommes ?
Rescapé du camp de Treblinka, ancien légionnaire en Indochine, officier légendaire de l’armée israélienne, il commande un avant-poste dans le sud du Liban en 1985. Sa mission : protéger la frontière nord d’Israël contre les attaques du Hezbollah avec l’aide de quelques miliciens libanais à la solde de... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 85 notes

Un check-point, à Ras-el-Bayada, au sud-Liban, pour surveiller la route de Tyr afin de créer une zone tampon entre le Hezbollah et Israël et la tension est déjà palpable.

Le Métier de mourir de Jean-René van der Plaetsen m'a plongé dans le quotidien de ces soldats tentant de sauvegarder une paix qu'ils savent fragile, leur vie étant menacée constamment. Cela se passe en 1985, dure trois jours et deux nuits, les 6, 7 et 8 mai et, depuis, nous savons que les malheurs n'ont cessé de s'abattre sur ce pays, le Liban, décrit souvent comme un paradis terrestre, en principe.

Dès les premières lignes, j'ai senti que l'auteur connaissait parfaitement son sujet et j'apprends qu'avant de devenir journaliste, Jean-René van der Plaetsen fut Chasseur alpin et surtout Casque bleu au Liban, faisant partie de la FINUL (Force intérimaire des Nations Unies pour le Liban), justement en 1985 !

Deux personnages monopolisent l'attention et découvrent peu à peu leurs origines, ce que fut leur vie jusque-là. Il y a d'abord Belleface, dit le Vieux, chef de poste, qui ne cesse de citer L'Ecclésiaste, ce qui est plutôt lassant. Il approche de la soixantaine et possède une immense expérience acquise dans la Légion étrangère pour la guerre d'Indochine où il a côtoyé de nombreux nazis tentant de faire oublier leur passé. Puis il s'est engagé avec Tsahal, l'armée israélienne, où il avait le grade de colonel.

L'autre est bien plus jeune, se nomme Favrier. Il est Français. Il pense à sa famille, à ses parents, à sa soeur restés à Barbizon et regrette surtout Claire qu'il aime toujours. Au contact de Belleface, il retrouve un père, un modèle et plusieurs séquences les réunissent. Ce sont des hommes faits pour la guerre mais ils savent apprécier un temps de baignade, tôt le matin, dans une petite crique bien protégée. Par précaution, ils nagent chacun à leur tour puis reviennent à pied au check-point afin d'assurer une nouvelle journée pleine de tension et d'insouciance malgré tout.

C'est lorsqu'une patrouille de Tsahal fait halte que Favrier réussit à en apprendre davantage sur Belleface, grâce aux confidences du commandant Avner Yarhi qui a appris à connaître l'homme au cours de la guerre des Six jours. S'il respecte son goût pour la solitude, sa tristesse insondable, il lui parle de cette femme, Ruth, qu'il aimait et fut assassinée par un Palestinien.

Ces hommes côtoient la mort, ont pour métier de la donner aussi, si nécessaire, mais ils n'aiment pas raconter ce qu'ils ont vécu ou subi. Belleface nous ramène au temps du ghetto de Varsovie puis au camp de Treblinka. Cet homme est donc un survivant de la Shoah et c'est parce qu'un prêtre lui a sauvé la vie et lui a confié sa Bible, qu'il se réfère sans cesse à ses textes, sans négliger sa pipe d'opium, chaque soir, habitude prise en Indochine et difficile à oublier.

Prix Renaudot des Lycéens 2020 succédant au roman de Victoria Mas (Le bal des folles), le Métier de mourir est un roman très particulier, sans beaucoup d'action. Il mérite d'abord d'être lu pour connaître un peu plus ce Moyen-Orient déchiré depuis si longtemps et ce Liban, si beau. Ensuite, grâce aux souvenirs de Belleface, il permet de prendre conscience des ravages causés par l'idéologie nazie, bien longtemps après la chute de ce régime.

Cette mort inéluctable qui rôde sans cesse finira-t-elle par avoir le dernier mot ?


Lien : http://notre-jardin-des-livr..
Commenter  J’apprécie          1270

Jean-René van der Plaeten a souvent entendu son grand père, le Général Jean Crépin, Compagnon de la Libération, raconter la mort épique d'Amilakvari, à la bataille d'El Himeimat, en octobre 1942 et le souvenir de ce résistant l'a incité à s'engager dans les Chasseurs Alpins, à intervenir au Liban dans les rangs de la FINUL avant de rejoindre Le Figaro pour y mener d'autres combats et publier « Le métier de mourir » qui marquera cette rentrée littéraire.

Le dialogue entre Belleface, un soldat de métier, et Favrier un jeune étudiant, engagés tous deux dans une milice libanaise gardant la frontière d'Israel contre le Hezbollah, s'inscrit dans la lignée d'Antoine de Saint-Exupéry et sa « Lettre au Général X » et de Hélie de Saint Marc dans « L'aventure et l'espérance ». « Ce qu'on appelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir » rappelait Camus durant l'occupation nazie dans « le mythe de Sisyphe »…

Ces deux héros m'ont fascinés et m'ont semblé incarner (hypothèse toute personnelle) le Capitaine Borella et Stéphane Zanettacci tombés pour la libération du Liban.

Dominique Borella avait reçu la médaille militaire à Dien Bien Phu (plus jeune médaillé de France à 17 ans) avant de combattre en Algérie, au Cambodge puis de partir sur la trace des croisés en Terre Sainte et y mourir au combat . « L'histoire ne dressera nulle stèle à ce colonial, partisan d'une guerre sans haine, qui savait, comme Lyautey, voir dans l'adversaire d'aujourd'hui l'ami de demain  … mais Jeanne d'Arc toute armée sur le seuil du Paradis, l'étendard à la main, lui sourit et le salue avec l'épée. » rappelait Dom Gérard, Père Abbé du Barroux.

Stéphane Zanettacci « Qui des tigres rejoignit les faisceaux, Pour garder libre la Phénicie» tomba pendant l'attaque du camp retranché de Tel-al-Zaatar, une enclave palestinienne en territoire chrétien, en juillet 1976 à l'âge de 22 ans.

Il est aussi possible que l'auteur ait voulu honorer la mémoire des 58 paras français et les 241 soldats américains victimes de l'attentat de Beyrouth en octobre 1983.

« Le métier de mourir » répond au devoir de mémoire et est un magnifique acte d'espérance pour une nation défendue par des Belleface et des Favrier.

Un ouvrage à lire et à méditer. Un ouvrage incontournable.

Commenter  J’apprécie          1104

Printemps 1985. Israël s'est retiré du Liban après en avoir expulsé l'OLP, gardant le contrôle d'une zone tampon avec l'aide de l'Armée Sud du Liban. L'avant-poste de Ras-el-Bayada y a été placé sous le commandement du très respecté vétéran Belleface. D'origine polonaise, ce rescapé du camp de Treblinka a passé sa vie à combattre, d'abord comme légionnaire en Indochine, puis dans l'armée israélienne où il s'est élevé au rang de colonel. A cinquante-huit ans, le voilà à la tête d'une dizaine de miliciens, à surveiller route et mer par où peuvent à tout instant survenir les attaques terroristes du Hezbollah.

Sur ce bout de territoire chauffé à blanc par le soleil, entre poussière du désert et éclat aveuglant de la mer, le temps s'écoule au ralenti d'une interminable attente, passée en alerte permanente. Chaque fois qu'il prend son tour de garde à la barrière du check-point, chacun de ces combattants sait que le pire peut arriver, caché sous les apparences les plus banales. C'est donc avec au ventre la peur de l'imprévisible et la hantise de l'imparable, que l'on se laisse enfermer dans le huis-clos d'un drame annoncé, sous la menace d'un ennemi d'autant plus terrifiant qu'invisible et impalpable.

Dans cette fournaise qui ne demande qu'à exploser, les esprits gambergent. Favrier, un jeune engagé français fasciné par l'imposante aura de Belleface, s'attire la sympathie du vieux guerrier qui se plaît bientôt à projeter en lui le fils qu'il n'a jamais eu. Peu à peu se révèle le parcours douloureux et secret de ce personnage taciturne, inspiré de l'histoire vraie racontée à l'auteur par son grand-père, lui-même militaire de carrière. Cet homme, demeuré anonyme, prend au fil du récit la dimension d'un héros digne et courageux, incroyable trompe-la-mort désespérément condamné à la solitude par son exceptionnelle longévité dans le « métier de mourir », mais aussi sage et fataliste témoin de l'éternelle et folle faiblesse humaine, tragiquement soulignée par la litanie de ses références bibliques, extraites de l'Ecclésiaste.

La narration, puissante et sobre, exsude l'amour profond de l'auteur pour le Liban et témoigne de sa connaissance fine du contexte du pays. Casque bleu dans cette zone en 1985, il a lui-même assisté à cette guerre d'usure silencieuse, qui, à force d'attaques sporadiques et terriblement meurtrières, très souvent sous la forme d'attentats à la voiture piégée, a fini par permettre au Hezbollah de récupérer le terrain abandonné par les forces armées israéliennes. Et, alors qu'il est issu d'une famille de militaires, son livre est aussi une réflexion sur les valeurs qui motivent des hommes à s'engager dans le métier de soldat, par vocation et par idéal, parce qu'à leurs yeux leur vie vaut d'être donnée pour la cause qu'ils défendent.

En mêlant les accents antiques d'une tragédie grecque aux sonorités modernes d'une guerre contemporaine, ce livre bâti tout en tension et profondeur, comme un fatidique compte à rebours vers ce que l'on devine d'emblée une dramatique explosion finale, fait résonner avec beaucoup de tristesse l'apparente infinitude des conflits qui embrasent le Proche-Orient, épicentre de nos civilisations, de nos religions, mais aussi d'une violence dont les vagues n'ont pas fini d'ébranler le monde.


Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          939

Le choix des lycéens de primer un livre portant un tel titre avait éveillé ma curiosité. le métier de mourir est un ouvrage qui sort de l'ordinaire, comme d'ailleurs son auteur, dont c'est le deuxième roman. Jean-René van der Plaetsen a mené une longue carrière de journaliste au Figaro, après avoir été, dans sa jeunesse, soldat en mission au Sud-Liban, en tant que Casque Bleu. Une expérience personnelle qui l'aura inspiré.

Quand ils évoquent le personnage principal d'un roman, les gens disent parfois « le héros », un terme souvent injustifié. Dans le métier de mourir, il serait légitime de l'employer pour Belleface. C'est en tout cas clair dans l'intention de l'auteur. Celui que ses hommes appellent le Vieux est un militaire de carrière juste et courageux, une personne de bonne moralité, qui a crapahuté en Indochine dans la Légion étrangère, participé aux campagnes de Tsahal, où il accède au grade de colonel, avant de prendre, à l'âge de la retraite, un poste dans l'Armée du Liban-Sud. En 1985, il est assigné à la surveillance du check-point de Ras-el-Bayada, à l'entrée d'une zone franche entre Israël et le Liban. Un endroit stratégique, susceptible d'être attaqué par le Hezbollah.

J'ai été impressionné par la table des matières, strictement cadrée : premier jour, deuxième jour, troisième jour. L'attente d'une hypothétique attaque terroriste rappelle un peu celle du roman culte de Dino Buzatti, le Désert des Tartares. Dans le métier de mourir, l'attente ne dure que trois jours, mais son intensité dramatique est d'autant plus forte. le dénouement est fracassant.

Le sujet du livre dépasse largement ces trois journées d'expectative, vécues sous un soleil de plomb, dans un paysage grandiose de premier matin du monde et dans un contexte politique conflictuel qui ne surprend plus personne. le roman restitue en effet toute la vie du héros, sous forme de témoignages indirects et de souvenirs qui lui reviennent, traînant avec eux leurs lots de nostalgie, de tristesse et de colère : l'enfance heureuse dans une famille juive aisée de Varsovie, la déportation et l'extermination des siens à Treblinka, le sacrifice d'un prêtre lui ayant permis d'en réchapper miraculeusement…

S'en est suivi un long parcours de baroudeur, au cours duquel Belleface a construit sa morale de soldat, une démarche nourrie aussi par la lecture de l'Ecclésiaste, ce livre de l'Ancien Testament constitué d'aphorismes sur le sens de la vie. Tout ne serait que vanité, il n'y aurait rien de nouveau sous le soleil… Faut-il alors se résoudre à ne rien transmettre de ce qu'on a appris ? Et si Favrier, le jeune soldat français présent aux côtés de Belleface, pouvait lui tenir lieu de fils spirituel et entendre le secret qui hante le vieux militaire ?

J'ai beaucoup aimé ma lecture… pendant les deux tiers du livre. Je l'ai trouvé superbement écrit, car j'apprécie les phrases longues à la syntaxe grammaticale impeccable. Les paysages sont rendus avec un lyrisme de bon aloi, les environnements sont décrits avec un sens du détail qui dénote des qualités d'observation et d'expression hors du commun. Les parcours familiaux et les configurations psychologiques des personnages sont captivants.

Mais j'ai fini par me lasser de l'immobilité de la narration, de son rythme ralenti par l'abus de détails et de son basculement vers le prêche philosophique, ponctué de révélations métaphysiques. Quant au grand secret inavouable, il ferait sourire les lecteurs de thrillers.

Le livre a cependant le mérite de rappeler certaines problématiques géopolitiques, dans un Liban multiculturel où ce sont les religions qui régissent les comportements. Un monde magnifique, mais désespérant. Car là où l'humanité s'est jadis civilisée, les fous de Dieu ont pris un avantage sur les sages qui doutent. Parmi les citations en exergue, un extrait d'une sourate m'a fait froid dans le dos.


Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
Commenter  J’apprécie          480

Nous sommes le 6 mai 1985. L'avant-poste que commande Belleface, cet officier reconnu de l'armée israélienne, est situé dans un lieu improbable, perdu sur la frontière entre le Liban et Israël. le paysage est sublime, au loin s'étale la ville blanche de Tyr tandis que la méditerranée miroite sous un soleil féroce. Il semble que rien ne peut arriver et pourtant Belleface maintient la vigilance de ses soldats car il sait, en militaire expérimenté, que les attaques du Hezbollah peuvent surgir à tout moment et qu'il ne peut malheureusement pas grand-chose contre l'explosion d'une voiture piégée.

Tout n'est que lenteur le long de ces journées brulantes rythmées par les tours de garde. Ceci n'est pas sans évoquer le roman de Buzzati « le désert des Tartares » où il est aussi question d'un combat qui n'arrive pas tandis que tout s'enlise dans l'attente.

Face à lui-même, Belleface a tout loisir pour se pencher sur sa vie. Ainsi on découvre son vrai patronyme, la disparition de sa famille dans l'enfer de Treblinka, et son amour pour Ruth. Ses pensées sont ponctuées de citations de « L'ecclésiaste » cette bible qui ne le quitte jamais et dont il partage la vision fataliste.

Peu à peu, à partir de fragments de son passé, le destin de Belleface se révèle au lecteur par le truchement de Favrier, ce jeune français admirateur de son chef. Favier est aussi le fils que Belleface n'a jamais eu et à qui il aimerait confier ses secrets pour qu'ils lui survivent.

Ce récit ne couvre que trois jours décrits avec minutie dans un huis-clos dense et oppressant.

Le personnage de Belleface intrigue, séduit et questionne le lecteur, qui est-il vraiment et le sait-il lui-même ?

Outre le conflit entre Israël et le Hezbollah, le roman aborde de nombreux sujets comme la vie après l'holocauste, la religion et sa radicalisation, la filiation. Beaucoup de thèmes en seulement 270 pages et parfois on a l'impression de s'égarer un peu. Peut-être certains sujets auraient nécessité plus de réflexion. Néanmoins, « le métier de mourir » est un très bon roman qui se lit d'une traite et que je recommande.

Commenter  J’apprécie          360


critiques presse (1)
LaCroix   07 décembre 2020
Poursuivant sa quête de héros positif, Jean-René Van der Plaetsen imagine l'amitié entre un colonel de l'armée israélienne et un casque bleu français, en 1985 dans le sud du Liban.

Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
Le métier de mourir de Jean-René Van Der Plaeten
Nous sommes en 1985, au Sud Liban, dans un poste avancé commandé par Belleface surnommé Le Vieux, par un jeune étudiant français Favrier venu rejoindre cette milice libanaise. Belleface n' est en fait que le pseudonyme pris par cet homme rescapé du Camp de la mort de Tréblinka ou toute sa famille sera assassinée, «  clouée à la baïonnette par les SS contre les portes d'une casemate sous les ordres d'un officier SS Rottenführer Karl Schiffner » . Belleface a blanchi sous le harnais lors de la guerre du Vietnam s'étant engagé cinq années dans la Légion Étrangère. Légende de l'Armée israélienne, officier supérieur âgé de cinquante ans, célibataire, sans enfant, sans famille, il commande le poste avancé de Ras-El-Bayada armé de milicien libanais, sur la frontière du Liban et d'Israël, non loin de la ville de Tyr, proche de la méditerranée. Dans ce poste avancé le temps s'écoule lentement entre la surveillance à pieds de cette zone, le contrôle des véhicules désirant entrer dans l'enclave, les tours de garde au mirador rythmés par une relève toutes les deux heures. Rien ne semble pouvoir arriver dans ce lieu qui est toutefois une point de passage stratégique.
Mais, craignant à tout moment une attaque du Hezzbollah par l'explosion d'une voiture piégée, Belleface, ce vieux briscard maintient d'une poigne de fer la discipline de ses soldats. Dans ce poste, un jeune français Favrier, ardente, idéaliste, catholique est arrivé . Petit à petit entre Belleface et Favrier, une relation particulière semblable à celle qui lie un père à son fils se noue. Belleface comme on le lira dans différents chapitres de ce livre Le métier de mourir de Jean-René Van Der Plaeten, souhaite transmettre à Favrier, son expérience, son savoir militaire, non pas de manière intellectuelle, mais par l'exemple des situations. On les verra tous les deux effectuer, une exploration de leur zone à pieds, se protéger mutuellement lors d'une baignade dans la mer méditerranée assurant arme à la main la surveillance d'un petit défilé menant à cette crique fermée de rochers escarpés. Favrier, catholique affirmé est venu au Liban à la recherche des traces des trois religions révélées . Il est fasciné, intrigué par le Vieux. Quel est le mystère de sa vie ? D'où lui vient cette force tranquille, cette sagesse reconnue par tous les militaires qu'il côtoie comme son ami Avner Yarhi Officier Israélien ? Quelle est se secret douloureux que le Vieux cache ? Pourquoi tient-il tant à cette bible ancienne qui ne le quitte pas ? Celle du Père Tarkovski. Pourquoi répond-il à toute les interrogations de sa vie par les versets de L'Ecclésiaste ? ( qui parsèment les différents chapitres de ce roman). Toutes les réponses à ces interrogations vous seront données à la lecture de roman.
Le métier de mourir de Jean-René Van Der Plaeten est un livre que je vous recommande par la description des paysages sublimes du Liban, par ces histoires d'amours perdues. De la tendre enfance de Belleface entre un père médecin et une mère violoncelliste ou à sa femme, Ruth, assassinée par un terroriste alors qu'elle rentrait chez elle. Pour cette transmission de tout homme vers une descendance choisie ou subie. Pour cette réflexion sur ce métier si particulier de militaire, rendant hommage à tous ces hommes et femmes capables de donner leur vie pour leur prochain dans des terres si lointaines. Ce livre montre également la dureté du métier des armes, la douleur, de perdre un camarade. Vous croiserez une patrouille de La FINUL ( Force Intérimaire des Nations Unies au Liban ) établie en mars 1978 par le conseil de sécurité pour confirmer le retrait des troupes israéliennes du Sud Liban, rétablir la paix et la sécurité internationale et aider le Gouvernement libanais a rétablir son autorité dans cette région. «  Belleface expliqua à ses hommes, qu'il ne voulait pas de démêlés avec les autorités militaires de l'ONU et encore moins acec les casques bleus français qui étaient selon lui, les seuls vrais combattants de la FINUL. »
Belleface et Favrier, deux hommes seuls, combattants cherchant chacun dans sa foi Dieu sur cette terre merveilleuse emprunte de sacré Le Liban.
Le métier de mourir de Jean-René Van Der Plaeten , aborde également le sujet de la vie après l'holocauste, la religion et sa radicalisation. On le perçoit nettement dans la bouche du colonel Belleface « En France, vous ne pouvez concevoir ce qui se trame ici car vous ne savez pas de quoi sont capables les Palestiniens ni les chiites du Hezbollah » sans que le jeune Favrier ne puisse répondre. « le Hezbollah n'est qu'un avant-goût de ce qui nous attend. Nous sommes là pour protéger les frontières du monde occidental en attendant que les nôtres ouvrent les yeux » ajouta-t-il.
Le métier de mourir de Jean-René Van Der Plaeten est un bel hommage rendu à tous ces soldats tombés sur le sol Libanais et quand vous aurez refermé ce livre, vous aussi , vous ne pourrez pas oublié Belleface et Favrier ces héros inconnus dont l'histoire n'a pas retenu leur nom. Bien à vous.
Commenter  J’apprécie          40
Belleface avez fini colonel lorsqu’il avait pris sa retraite et il en était assez fier. Colonel dans l’armée Israélienne c’était l’équivalent d’un général chez les Américains ou les Français. Heureusement, se disait-il parfois, qu’on lui avait donné sa chance, une fois de plus, malgré son âge, et permis de continuer à servir son pays en intégrant l’ALS (Armée du Liban Sud), cette milice libanaise constituée de chrétiens à la solde d’Israël. On lui avait simplement demandé en contrepartie de renoncer à son grade.
Commenter  J’apprécie          332
Survivre à la Shoah, se disait-il maintenant, c’était non seulement apprendre à vivre avec la colère, mais aussi accepter l’obligation de prendre une revanche sur la vie. C’était un devoir dont il était redevable envers les siens, envers tous ceux qui avaient péri dans le camp de Treblinka. Dans son cas, la revanche sur la vie passait par la vengeance. Et cette vengeance s’appelait réparation : elle était un préalable à toute forme de reconstruction. Nul ne le convaincrait jamais du contraire.
Commenter  J’apprécie          304
Il contemplait à présent les ruines antiques de la cité phénicienne qu’il apercevait au loin et qui précédaient l’arrivée dans la ville moderne. D’où il se trouvait, les murailles de pierres calcaires, les rues quadrillées, l’arène, et même les vestiges du château croisé, qu’il croyait deviner dans le paysage, formaient comme une éclaboussure de blancheur entre les nuances bleues de la mer Méditerranée et les tons verts des palmeraies, orangeraies et bananeraies qui bordaient cet ensemble monumental. (page 214)
Commenter  J’apprécie          270
Comme chaque nuit depuis tant d’années. Maintenant il était prêt à affronter ces images de violence et d’effroi qui le hantaient depuis qu’il avait vu, dans le camp de Treblinka, mourir ses parents, ses soeurs, son frère. Ils avaient péri sous ses yeux et il n’avait rien pu faire pour s’y opposer, lui qui s’était ensuite battu sans jamais s’arrêter. Oui, à présent, il était prêt. Et il revit sans ciller cette scène qui s’invitait tous les soirs dans ses songes.
Commenter  J’apprécie          290

Videos de Jean-René Van der Plaetsen (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-René Van der Plaetsen
A l'occasion du Salon "Le Livre sur la place" à Nancy, Jean-René van der Plaetsen vous présente son ouvrage "Le métier de mourir" aux éditions Grasset. Rentrée littéraire automne 2020.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2448419/jean-rene-van-der-plaetsen-le-metier-de-mourir
Note de musique : YouTube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : guerreVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus

Autres livres de Jean-René Van der Plaetsen (1) Voir plus




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1069 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre