AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072897016
Éditeur : Gallimard (08/10/2020)
2.93/5   37 notes
Résumé :
Qu'est-ce qu'un catakit ? Quelle est la différence entre un bon vivant et un bon survivant ? Peut-on s'hydrater avec de l'eau de vie ? Quelles est la valeur nutritionnelle d'un rêve ? Peut-on se sauver en se sauvant ? Les lapins sentent-ils venir la mort ? Autant de questions que Victor, père de famille et gentil looser, ne s'est jamais posées... jusqu'au jour où il se retrouve enfermé dans sa cave avec un chien et un lapin pendant que le monde s'écroule. Survivalis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
2,93

sur 37 notes
5
2 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
5 avis

TerrainsVagues
  18 octobre 2020
Si on m'avait dit un jour que je n'aurais qu'une envie, celle de massacrer un bouquin de Thomas Vinau, j'aurais crié au fou.
Et pourtant, ce « Fin de saison » notifie une fin de série de lectures pleines et enrichissantes, ce « fin de saison » annonce la première dispute du couple que je formais jusque là avec les bouquins de Thomas Vinau.
Jusque là, humour, tendresse, poésie, anti conformisme faisaient merveille dans les pages noircies par l'auteur. Là… pour tout vous dire, j'ai tenté une conciliation jusqu'à la page 64 et puis j'ai jeté l'éponge. Oui, le « éventré de la glotte aux roustons » et la dernière bite pour moi « nom d'une bite en bois » ont eu raison de ma bonne volonté.
L'histoire, un mec se met en mode survie dans sa cave au cours d'une tempête (enfin je crois que c'est une tempête…). Kho Lanta au sous sol, mouais pourquoi pas. Après 5 ou 6 pages déjà, je me suis senti moyen moyen quant à l'envie de découvrir un nombre à deux chiffre en bas de la page…
Des vannes moisies, de fin de série, entrecoupées tous les trois mots de putain, enculé, bite, un ton très « Bigarré » puissance dix.
J'ai essayé, ça m'a gavé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4412
Kawane
  27 février 2021
AÏE...j'ai fui!..mais que se passe-t-il chez Thomas Vinau ? Lui qui m'avait subjugué de sa plume poétique et délicate dans"la part de nuages " et "Ici ça va"!!
Moi qui me suis précipitée pour le lire dès sa parution! Oups!!
... Se serait-il pacsé avec la plume de Virginie Despentes ou quelques sketchs de M. Bigard ? ..
comme c'est étrange!..
...j'ai abandonné, tristement, en espérant que cette parenthèse, roman au vocabulaire plus que "fleuri"..se fane de lui-même...triste de devoir écrire ce commentaire..j'attendrai le retour d'un prochain roman un jour meilleur..
Commenter  J’apprécie          3611
zabeth55
  30 avril 2021
Mon deuxième Thomas Vinau.
Je vois dans les critiques qu'il n'a pas toujours été bien perçu.
Il ne ressemble pas au premier, c'est sûr.
Personnellement, j'ai beaucoup aimé.
Ce que l'on ne retrouve pas en poésie, on le trouve en humour.
Quoique la poésie soit sous-latente sous une apparente grossiéreté.
Un père de famille aimant mais plutôt inactif se retrouve enfermé dans une cave avec le chien et le lapin de la maison.
Une terrible tempête semble avoir tout détruit à l'extérieur.
De vivant à moitié, le voilà devenu survivant à part entière.
Amateur de films catastrophes, son imagination déborde.
J'ai adoré sa manière d'aborder le événements
Dehors comme dans la cave, comme dans sa tête, c'est un véritable bordel cataclysmique.
Et ça l 'entraîne loin dans ses réflexions sur sa vie.
Le style est impeccable.
Direct, implacable.
A travers quelques mots un peu crus pointe une réelle sensibilité.
Le narrateur est un véritable loser au coeur tendre.
Un anti-héros sentimental qui dispose heureusement d'un tonneau d'eau de vie pour survivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Lucillius
  02 novembre 2020
Un roman totalement d'actualité, que faut-il mettre dans son Catakit ? Un Catakit c'est un kit de survie en cas de catastrophe... Un texte à la fois poétique, grossier et enivrant ! A consommer sans modération en ces temps de confinement pour essayer de se fendre un peu la poire !
Commenter  J’apprécie          120
Boumleonita
  19 octobre 2020
Libraire depuis 20 ans, grande lectrice et amoureuse des précédents ouvrages de Thomas Vinau, ce nouveau titre (paru dans la collection Sygne chez Gallimard), m'a immensément déçue. Pourquoi une telle grossièreté dans la bouche du narrateur ? Pourquoi un personnage aussi beauf ? Comment peut-on aimer quelqu'un qui aboie des insultes à défaut d'idées ? J'aime les losers, la littérature en est pleine, mais celui-ci, c'est une blague ; l'histoire qu'il essaye de nous raconter, cette fameuse fin du monde, on n'y croit pas ! Narrativement, ça ne marche pas. Stylistiquement, c'est un naufrage. Pas agréable de refermer un livre en se disant qu'on s'est moqué de vous.
Commenter  J’apprécie          73

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
darkdaysdarkdays   05 juillet 2021
Chaque soir avant de m'endormir je faisais une petite prière dans ma tête en énumérant les prénoms des gens que j'aimais et je demandais au petit Jésus de les protéger afin que nous puissions tous vivre heureux longtemps. Je croyais que les gens bien ne mouraient que de vieillesse, pour faire de la place aux autres, presque dans la joie. Je pensais que ceux qui faisaient du mal le payaient. Inéluctablement. Et puis en vieillissant Dieu s'est éloigné. Comme le père Noël. Faudrait pas me prendre pour un jambon. J'ai vu des gens honnêtes et bons mourir comme des merdes, des enflures boursouflées d'ignominie prospérer en se curant les dents. J'ai compris que les humains étaient tous perdus, comme moi, et qu'ils seraient prêts à se couper les bras en rondelles avec un clou rouillé pour être simplement un peu plus aimés et consolés. Comme moi. Juste pour crever moins seul. J'ai vu que nous avions besoin de croire. Éperdument. J'ai compris que faire des enfants nous sauvait en nous autorisant simplement cet indispensable privilège d'actionner ces deux fameux boutons. Amour et Consolation. Enfanter pour aimer et consoler. Enfanter pour être aimé et consolé. Enfanter pour être obligé de croire en demain aussi. Comme le moindre mammifère puant de cette planète. Comme le gamin dans le noir de son lit le soir. Comme une souris dans le grand vide de l'univers. Je n'ai jamais eu la foi. Mais j'ai besoin de Dieu. Parce que j'ai besoin d'avoir quelqu'un à maudire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
martineden74martineden74   14 novembre 2020
Le temps qui passe quelle putain de belle saloperie. Un jour après l’autre il nous marche sur la gueule, nous use la peau, nous courbe le dos. Quand j’étais jeune je me trouvais vilain. Si j’avais su la sale gueule que je me paierais plus tard, j’aurais relativisé. On était beaux tous les deux avec ma femme. Dedans comme dehors. Frais. Joyeux. Qu’est-ce qui nous est arrivé ? Ce mélange de tout et de rien justement. Le temps. Et encore, nous faisions partie des chanceux, ceux qui ont eu le droit de devenir. De se regarder pourrir en disant merci. Oh elle est restée belle, elle. Sincèrement c’est pas du chichi. Bien sûr son corps a changé, les grossesses, la fatigue, le boulot, l’usure quoi, mais elle est restée sublime ma femme. Dedans comme dehors. Jusqu’à la fin. Alors que moi, putain, c’est comme si chaque jour j’avais été obligé de me lever seulement pour voir le destin nous foutre des gnons dans la tête. La tabasser jusqu’au sang. Me péter le foie, m’exploser la rate. Faire cracher les dents à tous nos rêves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
darkdaysdarkdays   06 juillet 2021
L'alcool déshydrate encore plus. Il faut surtout ne jamais arrêter d'en boire sinon tes boyaux et tes synapses se mélangent et se nouent pour te pendre. A un moment j'ai entendu Cono aussi, le lapin, qui se tapait un coup de speed. Il s'acharnait à frapper de la patte contre le sol, grignotait les barreaux de la cage, tentait de creuser un tunnel dans la chape de béton de la cave. Comme s'il avait une chance de s'en échapper. Le con.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
darkdaysdarkdays   04 juillet 2021
Devant ces histoires que j'adorais, je me prenais quelques minutes pour le héros kravmagué, le Bruce-Willis-Conan-le-Barbare-Mad-Max-Jason-Statham-sa-mère! Et puis je finissais par apercevoir ma silhouette sur le canapé en train de fumer, avec mon dos voûté et mes bourrelets saillants. Alors je me disais: Regarde-toi, nom d'une bite en bois! Tu parviens à être à la fois maigre et gras. Tu bricoles comme un pingouin et t'as la mémoire d'un steack haché congelé. T'es prêt à tellement peu et préparé à tellement rien. Musclé et tordu comme un sac d'aspirateur. Tu serais incapable de protéger ta femme et de sauver tes gosses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LucilliusLucillius   11 octobre 2020
L'amour, on devrait se faire pousser une femme à l'intérieur, comme les escargots, ça permettrait d'écouter l'autre autant qu'on s'écoute, d'y porter attention autant qu'on se branle l'ego.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Thomas Vinau (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Vinau
Avec Arthur H, Rim Battal, Seyhmus Dagtekin, Maud Joiret, Sophie Loizeau, Guillaume Marie, Emmanuel Moses, Anne Mulpas, Suzanne Rault-Balet, Milène Tournier, Pierre Vinclair & les musiciens Mathias Bourre (piano) et Gaël Ascal (contrebasse) Soirée présentée par Jean-Yves Reuzeau & Alexandre Bord
Cette anthologie reflète la vitalité impressionnante de la poésie francophone contemporaine. Quatre générations partagent des textes pour la plupart inédits. La plus jeune a 17 ans, les plus âgés sont nonagénaires. Ils sont ainsi 94 à croiser leurs poèmes sur la thématique du désir, un mot aussi simple que subversif.

ADONIS – ARTHURH – Olivier Barbarant – Linda MARIA BAROS Joël BASTARD – Rim BATTAL – Claude BEAUSOLEIL – Tahar BEN JELLOUN – Zoé BESMOND DESENNEVILLE – Zéno BIANU – Carole BIJOU – Alexandre BONNET-TERRILE – Alain BORER – Katia BOUCHOUEVA – Julien BOUTREUX – Nicole BROSSARD – Tom BURON – Tristan Cabral – CALI – Rémi Checchetto – William CLIFF – François de CORNIÈRE – Cécile COULON – Charlélie COUTURE – Laetitia CUVELIER – Seyhmus DAGTEKIN – Jacques DARRAS – Michel DEGUY – Chloé DELAUME – René Depestre – Thomas DESLOGIS – Ariane DREYFUS – Renaud EGO – Michèle FINCK – Brigitte FONTAINE – Albane GELLÉ – Guy GOFFETTE – Cécile GUIVARCH – Cécile A. HOLDBAN – Philippe JAFFEUX – Maud JOIRET – Charles JULIET – Vénus KHOURY-GHATA – Anise KOLTZ – Petr KrÁL – Abdellatif LAÂBI – Hélène LANSCOTTE – Jean LEBOËL – Yvon LE MEN – Perrine LEQUERREC – Jérôme LEROY – Hervé LETELLIER – Sophie LOIZEAU – Lisette LOMBé – Mathias MALZIEU – Guillaume MARIE – Sophie MARTIN – Jean-Yves MASSON – Edouard J.MAUNICK –
+ Lire la suite
autres livres classés : apocalypseVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17305 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..