AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757810979
Éditeur : Points (13/11/2008)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 37 notes)
Résumé :
La langue est le bien commun de tous les hommes : chacun, en tant que sujet parlant, s'en fait donc une certaine idée. Mais, comme les langues sont nombreuses et diverses, cette idée se traduit souvent par un jugement de valeur, "d'où le besoin de classer, de comparer, d'opposer et donc de hiérarchiser les langues comme on l'a toujours fait des races, des peuples ou des individus". De là, nombre de préjugés, d'idées ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Walktapus
  28 décembre 2014
Court et pétillant d'intelligence, dense mais très accessible (réussissant brillamment l'épreuve de la lecture à haute voix), ce livre est un peu plus que ce que son titre promet, écrit par une scientifique, une introduction condensée sur le phénomène linguistique, un remède contre tous les discours réducteurs ou ultra-normatifs.
A offrir à ceux qui pensent que l'anglais est facile (mais ne sont pourtant pas fichus de le parler correctement), à ceux qui aimeraient parler comme un livre, ceux qui pensent qu'une langue a sa place dans du formol, ceux qui croient qu'une langue natale est une chose qui va de soi, ceux qui éprouvent le besoin de proclamer que leur langue est la plus belle du monde, ou qui pensent que certaines langues sont plus logiques que d'autres, à ceux qui pensent que la grammaire s'apprend à l'école, etc., etc., bref à tout le monde :)
Parsemé de petites illustrations, avec en annexe une bibliographie incitative plus que savante et un glossaire.
Commenter  J’apprécie          310
Myriam3
  12 juillet 2016
La linguistique au service de la tolérance, un beau sujet!
Qu'est-ce que vous en pensez? le français est-il une langue plus pure que l'anglais par exemple? le russe une langue plus complexe que le woolof? L'italien plus harmonieux que l'allemand?
D'emblée, Marina Yaguello précise que l'objectif de ce livre est de combattre "les préjugés , les simplifications, les idées fausses [qui] peuvent présenter un danger de nature idéologique , nuire à la compréhension de l'autre, donner des arguments à toutes les formes de racisme, contribuer à l'obscurantisme. "
D'abord, une langue, qu'est-ce que c'est? Qu'est-ce qui la différencie d'un patois, d'un dialecte? le français est-il justement un patois qui a réussi?
Et puis que penser de l'influence des langues les unes sur les autres? Faut-il l'accepter? On pense bien sûre à tous ces anglicismes actuels, et à ce propos, je note deux réflexions que j'ai trouvées intéressantes:
-"Le système phonétique n'est qu'exceptionnellement touché par des influences étrangères. le Français a cependant intégré deux sons nouveaux par l'intermédiaire de mots d'emprunt: le dj de jean et de jazz et le ing de camping et parking".
-"En fait, ce qui est inquiétant, ce n'est pas le phénomène de l'emprunt en lui-même, dont toute langue se nourrit, mais la perte d'aptitude à "digérer" les mots étrangers en les intégrant phonétiquement et orthographiquement. Qui se souvient que "boulingrin" et "paquebot" (empruntés au dix-septième siècle) viennent respectivement de "bowling-green" et de "packet-boat"?"
Ce petit livre nous en apprend des tonnes sur les langues parlées sur Terre, et nous précise par la même occasion à quoi correspond le travail du linguiste. Un vrai bijou d'ouverture sur le monde et la parole, à garder dans sa bibliothèque pour tout ceux qui ont le goût des langues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Analire
  20 avril 2015
J'ai choisi de lire cet ouvrage, car il reprenait et complétait aisément des notions abordées dans mon cours de linguistique.
Ce petit livre, écrit dans une langue fluide et compréhensible par tous, et également illustré par de sympathiques dessins qui donnent une plus grande profondeur aux informations rapportées.
Marina Yaguello n'essaie pas de nous faire la morale, mais tente de nous faire ouvrir les yeux sur les préjugés qui découlent des langues. L'homme se fait des jugements de valeur sur les langues : la langue la plus facile à apprendre serait l'Anglais, la plus dure serait le Chinois, les Français seraient nuls en langue étrangère, le Français serait une langue complexe... Des stéréotypes qu'elle taxe de "linguistique spontanée" qu'il faut apprendre à combattre.
Dans le Catalogue des idées reçues sur la langue, l'histoire diachronique condensée des langues, de l'Ordonnance de Villers-Cotterêt de François Ier en 1539 jusqu'à la disparition permanente de langues aujourd'hui, nous donnera une vue d'ensemble du parcours effectué par les langues.
Une approche plus générale montre l'universalité des langues, et les points communs que les langues entretiennent entre elles - comme la catégorie des indos-européens, s'étendant de l'Inde à L'irlande et parlant le proto-langue.
Finalement, elle nous montre l'aspect réflexive des langues, avec l'écriture et la grammaire traditionnelle, qui fixent des règles identifiables et structurent convenablement les langues.
Un livre intelligent, intéressant, qu'il faut prendre le temps de savourer. Un livre métalinguistique qui enrichit profondément notre connaissance de la langue et élargit notre culture générale. J'ai bien apprécié faire cette découverte.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
CineKino
  26 février 2018
Dans ce petit livre, une linguiste nous éclaire sur différents aspects des langues : langues logiques ou chantantes, patois, accents et pidgins, identité, emprunts, grammaire, les sujets sont nombreux, trop nombreux et trop vite traités en si peu de pages et sous forme de chapitres très courts de 3 ou 4 pages. Il s'agit plus d'une suite de chroniques, très intéressantes chacune et riches en informations inattendues et méconnues, mais trop limitées et distinctes les unes des autres pour constituer un véritable ouvrage sur la question, passant trop vite sur les exemples et les détails.
Une bibliographie détaillée est certes proposée, mais c'est un peu frustrant de ne pas développer plus ces propos. Des dessins illustrent ponctuellement le livre, mais je n'ai pas compris leur intérêt, sans doute seulement pour remplir les pages ! Trois cartes et schémas figurent également en annexes, mais peu lisibles et surtout pas commentés donc un peu utiles.
Une bonne base de départ pour aborder le sujet donc, bien écrite et enrichissante, mais qui mériterait d'être développée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LilyDrn
  26 décembre 2012
Tellement vrai, tellement réaliste!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
gavarneurgavarneur   19 avril 2019
Il est essentiel, pour aborder une langue étrangère, de se dégager des catégories et de la structure de la langue maternelle. On n'a pas toujours su le faire. Pendant longtemps en Europe et singulièrement en France, on a chercher à calquer les grammaires sur celle du latin. De la même façon, les premières descriptions de langues « exotiques », faites souvent par des missionnaires, reflètent la structure des langues de leurs auteurs (par exemple, la description du wolof par l'abbé Boilat au dix-neuvième siècle fait appel aux catégories du français, pourtant inapplicables à cette langue).
Page 73
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
WalktapusWalktapus   24 décembre 2014
Dénombrer les langues du monde revient à régler les problèmes de satut, ce qui relève plus de la politique que de la linguistique. Cela suppose aussi que tous les parlers soient autonomes et standardisés, qu'ils se prêtent à une "mise en boîte", au moins le temps de décrire et de poser une étiquette. Or, c'est loin d'être le cas.
Commenter  J’apprécie          190
WalktapusWalktapus   28 décembre 2014
Celui qui s'érige en gardien de la langue exerce par là un forme d'abus de pouvoir qui va contre la nature et la réalité du langage. Le purisme linguistique, la volonté de conserver à la langue une forme immuable - identifiable en fait à une élite de lettrés - alors que tout l'appelle à changer, est une attitude à la fois irrationnelle et irréaliste.
Commenter  J’apprécie          150
gavarneurgavarneur   16 avril 2019
De même, dans les romans de science-fiction, la langue des méchants, lorsque l'auteur se donne la peine de nous en donner un échantillon, est délibérément rendue imprononçable et désagréable. Voici comment s'expriment, par exemple, les habitants de la planète Nazar : « Spik antik flok skak mak tab (1)».
(1) L. de Holberg, Nils Klim dans les planètes souterraines, Paris, 1741.
(Page 140)
Commenter  J’apprécie          130
WalktapusWalktapus   28 décembre 2014
Quand les gens se sentent obligés de proclamer qu'ils sont fiers de leur langue, il y a des raisons de s'inquiéter pour la langue en question. Est-ce qu'on entend jamais un Américain se proclamer fier de la langue anglaise ?
Commenter  J’apprécie          170
Video de Marina Yaguello (1) Voir plusAjouter une vidéo

Le sexe des mots
En français les mots ont un genre. Est ce affaire de pure convention comme le prétendent les grammairiens (qui sont en général des hommes)ou bien l'illustration de la misogynie masculine? Sur le plateau trois femmes, féministes :Nicole Lise BERNHEIM et Mireille CARDOT auteurs de " Mersonne ne m'aime,"polarde" dont Bernard PIVOT raconte la trame et Marina YAGUELLO auteur de "les mots et les...
autres livres classés : linguistiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
399 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre