AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782020057950
208 pages
Seuil (01/03/1981)
4.3/5   35 notes
Résumé :
La linguistique a la réputation d'être une discipline austère, compliquée, inaccessible. L'ouvrage de Marina Yaguello est une tentative originale (et réussie) pour en présenter les bases de façon ludique. Le lecteur est ici invité à redécouvrir et observer son propre comportement de créateur de langage. Car chacun de nous est un linguiste qui s'ignore : les jeux de mots, les lapsus, la poésie, les slog... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Myriam3
  29 octobre 2014
Comme beaucoup d'autres étudiants de Lettres, j'ai reçu comme conseil, de certains de mes profs, la lecture de ce livre. J'ai attendu longtemps avant de le lire enfin, mais je le gardais dans un coin de ma tête. le temps passant, j'en attendais chaque année davantage.
Aujourd'hui c'est chose faite (ou presque, il me reste encore vingt petites pages, mais comme il n'y pas d'intrigue, il n'y aura pas non plus de rebondissements, et je peux rédiger cette critique en toute sérénité...) et il a parfaitement répondu à ce que j'en attendais!
Pour tout curieux ou amoureux de la langue, des mots, des tournures, et à condition de ne pas être hermétique à toute évolution de la langue, à ses possibles déviances, aux manipulations qu'elle subit que ce soit dans la bouche de poètes, d'enfants ou d'étrangers, ce livre est pour vous, lisez-le si ce n'est déjà fait!
Marina Yaguello a pris le parti de regrouper ici les grandes théories linguistiques et des les rendre accessibles à tous les non-spécialistes. Ca n'empêche pas un essai d'une grande rigueur et d'une grande précision.
Prenant régulièrement les deux récits de Lewis Caroll comme exemple, ainsi que les textes de Robert Desnos, entre autres, l'auteure décortique pour nous le sens, le son, la poétique et tout ce qui relève de l'inconscient dans le choix de tel mot ou telle syntaxe. Elle nous révèle la richesse inépuisable de la langue, ses changements constants.
J'ai pris un énorme plaisir à lire ce livre absolument pas rébarbatif, à tel point que plusieurs fois, le matin, j'ai dû m'arracher à sa lecture avec regrets. J'ai trouvé cette manière d'aborder la langue très fraîche et enthousiaste, on y devine sans difficulté que Marina Yaguello aime sa discipline et n'en finit pas d'être étonnée par ses ressources.
Enfin, Alice au Pays du langage m'a permis de dépoussiérer un peu ce jargon linguistique et poétique que j'ai tendance, le temps passant, à oublier!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
Elyria
  28 mars 2011
J'ai commencé ce livre pour que mes cours de linguistiques soient un peu moins abscons. Je n'avais aucune notion, j'étais le lecteur type visé par l'autrice. Je ne dirais pourtant pas que j'ai tout saisi, loin de là. Toutefois, il est vrai que ce voyage au pays du langage m'a instruit et quand il ne m'instruisait pas car je ne comprenais pas tout, tout du moins, il m'amusait. Il est rapide à lire, facile. Après, il s'agit de concepts et je pense que ces concepts sont assez complexes pour nécessiter parfois deux explications. Ce n'est donc pas du fait de l'autrice mais de mes connaissances personnelles que ce livre m'a semblé un peu dur.
Il m'a quand même ouvert des portes.
Commenter  J’apprécie          40
Verteflamme
  07 décembre 2021
Ouvrage lu car la linguistique m'intéresse (j'étudie les Sciences du Langage), et que j'ai recommandé à mon père, friand amateur de jeux de mots. D'un point de vue disciplinaire, rien à redire, je connaissais déjà un peu de linguistique mais une personne n'y connaissant rien pourrait le lire en comprenant tout. D'un point de vue culturel, les divers exemples littéraires (notamment de la fameuse Alice, au pays des merveilles ou de l'autre côté du miroir) sont enrichissants et font prendre conscience de tous les problèmes que peut soulever une simple parole.

Comme écrit dans une critique du Catalogue des idées reçues sur la langue, Marina Yaguello sait vulgariser. Un livre que je recommande.
Commenter  J’apprécie          30
TheClo
  14 octobre 2013
Étant étudiante en première année en Sciences du Langage, plusieurs de mes professeurs nous conseillaient de feuilleter ce livre. Pour ma part j'ai décidé de le lire en entier et d'en faire une sorte de fiche de suivie pour reprendre les points les plus importants.
Ce que j'ai bien aimé dans le livre de Marina Yaguello c'est qu'il est accessible à tous, aussi bien à des débutants comme moi, qu'à des personnes extérieures, même si certains passages sont plus dur à comprendre que d'autres.
Grâce aux nombreux exemples que l'auteur introduit dans son ouvrage, certaines choses sont bien compréhensible. Néanmoins, certaines choses se répètent et sont plus durs à comprendre.
L'auteur met une touche d'humour pour faire passer les informations.
Ce livre m'a permis de comprendre pourquoi on fait telle ou telle chose qui nous paraisse normales, comme les jeux de mots, les devinettes,...
Au final, Alice au pays du langage était vraiment interessant, il m'a permis d'en apprendre d'avantage sur cette faculté qui nous ai offerte: le langage!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lademoiselleauxcerfs
  10 avril 2017
Marina Yaguello s'est inspirée de l'histoire de Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll pour écrire son livre. En effet, étant enfant, elle adorait cette histoire et plus grande elle a découvert qu'il s'agissait de plus que ça. Les mots sont joués, interprétés, de différentes valeurs et sens. Alice au pays du langage est l'analyse de Marina Yaguello a travers le travail de Lewis Caroll, de ce qu'elle a pu apercevoir et s'en inspirer mais pas que. Elle nous emmène au coeur de la linguistique.
L'auteure nous fait part de différents thèmes, de la sonorité des mots jusqu'aux différentes orthographes. le vocabulaire utilisé est plutôt technique et je pense qu'il faut avoir d'ors et déjà quelques connaissances dans le domaine des lettres ou de la linguistique pour s'y retrouver. En effet, cela a été compliqué pour moi, n'ayant pas tout le vocabulaire requis, je me suis parfois perdue à ne pas comprendre ce que je lisais. J'ai tout de même pu apprendre certaines notions et me cultiver sur certains thèmes. Je pense que cette lecture sera plus adaptée à un étudiant en lettres ou linguistiques ou une personne ayant déjà les bases de cette discipline.
Pour conclure, ma lecture n'a pas été brillante non pas pour la qualité du texte mais à cause de mes connaissances personnelles. Ayant une approche de la linguistique plutôt rare, la compréhension a été difficile ainsi que la technicité du vocabulaire. Je l'aurai sûrement plus apprécié si j'avais eu un savoir supplémentaire dans ce domaine. Je le recommande aux personnes plus expérimentées que moi.
Lien : https://lademoiselleauxcerfs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Myriam3Myriam3   22 octobre 2014
En français du Sénégal, on relève par exemple: "gaucher" pour "tourner à gauche", "linger" pour "faire la lessive", "indexer" pour "critiquer", "cadoter" pour "faire cadeau".
Il faut se féliciter et non s'affliger de ce phénomène qui est une preuve de dynamisme de toute langue, bien préférable au paresseux emprunt; et qui donne, en plus, des motifs de rire ou de se réjouir!
p.68
Commenter  J’apprécie          250
Myriam3Myriam3   18 octobre 2014
Le duel verbal, cet affrontement rituel en paroles, tel qu'il se pratique, par exemple, chez les jeunes Turcs pré-adolescents, exige de ceux-ci une virtuosité dans l'art d'enchaîner et de faire rimer les reparties et les insultes. Il s'agit d'un rite de passage, d'une initiation qui ouvre l'accès au monde des hommes. Chez les jeunes Noirs des ghettos américains, la pratique de l'insulte rituelle, qui accompagne la traversée de l'adolescence, a une fonction de défoulement. Elle est un substitut à l'agressivité et exige également un maniement virtuose de la langue: rimes, calembours, doubles sens, figures de style s'enchaînent à une cadence rapide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Myriam3Myriam3   27 octobre 2014
Si on vous présente deux mots inconnus: "mil" et "mal", et qu'on vous dit que l'un veut dire "grande table" et l'autre "petite table", il y a tout à parier que vous associerez "mal" à l'idée de grandeur et "mil" à l'idée de petitesse (expérience de Sapir). Ceci étant lié, bien sûr, au degré d'ouverture des voyelles ("i" est fermé, "a" est ouvert).
Commenter  J’apprécie          120
Ethiquement_EveEthiquement_Eve   31 juillet 2021
Enfin, dans la vie courante, une bonne partie des échanges n’ont d’autre fonction que d’assurer le contact social. Lorsqu’un automobiliste, par exemple, prend un auto-stoppeur, il est rare que l’un ou l’autre ne se sente pas obligé d’engager la conversation, la plupart du temps pour n’échanger que des banalités, simplement parce que le silence, dans ce genre de situation, est interprété comme une attitude hostile. Et cette motivation est celle que l’on retrouve derrière la majorité des conversations dites « de salon ». La règle du jeu veut qu’on parle en société, même pour ne rien dire (ce qui se produit le plus souvent), et c’est seulement dans certaines situations (les rapports avec les proches, les relations officielles ou de travail) qu’on a la possibilité de se taire quand on n’a rien à dire. Au cours d’un dîner, lorsqu’ « un ange passe », chacun ressent une gêne et le répertoire des anecdotes et des histoires drôles est un des moyens utilisés couramment pour maintenir le contact verbal sans défaillance. Certaines personnes éprouvent une véritable angoisse à voir ce contact rompu, car cela signifie que chacun rentre en lui-même, et nous connaissons tous de ces gens qui relancent sans relâche la conversation au moment de partir, sur le seuil de la porte.
Un des aspects les plus intéressants d’ Alice est la mise en cause de la fonction phatique. Alice se trouve dans un monde déconcertant, dans lequel les différents personnages manifestent le plus grand mépris pour les règles de la communication phatique . Les règles de la conversation telles qu’elles sont en usage dans le monde d’Alice sont constamment ridiculisées et l’aspect stéréotypé en est souligné. Les formules de politesse, les phrases destinées à établir ou à maintenir le contact sont prises au pied de la lettre ou volontairement interprétées de travers. Il n’y a pas de place au pays des merveilles pour les automatismes de langage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ethiquement_EveEthiquement_Eve   31 juillet 2021
Tout acte de communication verbale met en jeu un locuteur qui émet un message en direction d’un interlocuteur (qui peut être absent ou virtuel). Ce message est doté d’un référent (l’objet du discours, ce à quoi il réfère). Pour émettre son message, le locuteur fait appel à un code , que l’interlocuteur est censé partager. Enfin la communication exige l’utilisation d’un canal physique (la voix, la page écrite, le geste, etc.) servant à établir le contact .
Ces six éléments sont solidaires dans l’acte de communication verbale, mais l’un ou l’autre d’entre eux peut prendre une importance particulière. Ce qui permet de mettre en évidence six fonctions essentielles du langage.
Au locuteur s’associe la fonction expressive (émotive).
A l’ interlocuteur , la fonction d’ incitation (interpellation, ordre).
Au référent , la fonction référentielle (information).
Au contact , la fonction phatique (communion, contact social).
Au code , la fonction métalinguistique (analyse du code).
Au message , la fonction poétique (jeu, plaisir du texte).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Marina Yaguello (1) Voir plusAjouter une vidéo

Le sexe des mots
En français les mots ont un genre. Est ce affaire de pure convention comme le prétendent les grammairiens (qui sont en général des hommes)ou bien l'illustration de la misogynie masculine? Sur le plateau trois femmes, féministes :Nicole Lise BERNHEIM et Mireille CARDOT auteurs de " Mersonne ne m'aime,"polarde" dont Bernard PIVOT raconte la trame et Marina YAGUELLO auteur de "les mots et les...
Dans la catégorie : LinguistiqueVoir plus
>Linguistique (97)
autres livres classés : linguistiqueVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
671 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre