AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Georges Lemoine (Illustrateur)
ISBN : 2070538877
Éditeur : Gallimard Jeunesse (18/04/2002)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 103 notes)
Résumé :
Voici l'histoire de Wang-Fô, le fameux peintre chinois. Il parcourait le royaume des Han en compagnie de Ling, son fidèle disciple, à la recherche de nouveaux paysages. Ses tableaux étaient si beaux qu'on les disait magiques. Mais un jour, l'empereur convoqua le vieux maître pour le menacer d'un terrible châtiment...
Un conte merveilleux qui allie la poésie de Marguerite Yourcenar à l'art de Georges Lemoine.

Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Jumax
  30 mars 2013
L'histoire de Wang-Fô illustre bien que l'art est un miroir trompeur de la réalité. Un conte oriental cruel et poétique.
Commenter  J’apprécie          190
TiaRosam
  22 avril 2016
Voici un petit conte philosophique particulièrement poétique à écouter. Plein d'images à mettre dans les yeux des enfants, et plein de sens pour le coeur des adultes.
C'est une nouvelle du recueil de Marguerite Yourcenar "Les nouvelles orientales" (1936).
Wang Fô, toujours accompagné de son apprenti Ling, est un artiste peintre. On raconte que ses tableaux sont plus vrais que nature. Un jour cependant, il se fait arrêter par l'armée impériale : l'empereur qui durant son enfance n'a connu le monde qu'à travers les tableaux de l'artiste s'est trouvé bien déçu quand il n'a trouvé dans la réalité rien de ce qui lui plaisait des tableaux. Il est bien décidé à le punir pour cette trahison, ce mensonge terrible...
Commenter  J’apprécie          90
VanessaV
  11 juillet 2010
Ce petit conte de Marguerite YOURCENAR « Comment Wang-Fô fut sauvé » est une belle entrée dans les traditions de la Chine.
Wang-Fô est un vieux peintre nomade, peignant de part son pays, ne faisant que peu de cas de l'argent. Il lui arrive d'échanger ses oeuvres avec ceux qui les apprécient contre un bol de riz. Ling, son jeune serviteur, se complait à lui tenir compagnie, à voler si nécessaire pour que le peintre soit constamment libre de ne penser qu'à son art. Mais voilà que l'Empereur des Han (Grande Chine) vient les arrêter pour une raison étrange. le destin semble très peu propice à Ling et son maître. Et toute la question comment Wang-Fô devient naturelle.
Ce tout petit conte me comble bien-sûr par sa fin. J'aurais pourtant aimé être embarquée plus longtemps dans ce mode de vie nomade, miséreux et également sage. J'aurais aussi apprécié encore plus de détails de ce palais impérial, de cette autorité suprême, de cette liberté de mouvement du peintre contre cet isolement de l'empereur.
Le plaisir de lecture fut dans les détails colorés, les regards d'artiste de ce vieux peintre. Tout est prétexte à admiration : paysage, ombre sur un mur, broderie des soldats l'embarquant etc.
(...) Georges LEMOINE propose des illustrations vraiment douces, comme faites de sables mais je n'ai pas vraiment eu l'impression d'être en Chine. J'imagine que les enfants suivent ainsi l'histoire avec des repères plus « occidentaux ». (...)
l'avis complet là
Lien : http://1pageluechaquesoir.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Marti94
  07 septembre 2017
"Comment Wang-Fô fut sauvé" est le texte le plus célèbre issu du recueil "Nouvelles orientales" de Marguerite Yourcenar, paru en 1936.
Je ne sais pas pourquoi on parle de nouvelle car il s'agit plutôt d'un conte fantastique avec une très jolie fin que j'ai beaucoup aimé. Pourtant, je trouve que le texte n'est pas très bien construit. D'abord parce que, pour moi, le personnage principal n'est pas Wang-Fô mais son disciple Ling. La premiere partie du conte raconte son histoire.
Ling est un modeste peintre qui va abandonné sa famille pour devenir le disciple de Wang-Fô, vieux peintre dont les peintures sont plus vraies que nature, grâce à qui il a une perception neuve de ce qu'il y a autour de lui. Il va vendre ses biens pour suivre le maître sur les routes du royaume de Han.p
Wang-Fô, qui était craint et vénéré, et Ling, totalement soumis, vagabondent. Il donne les tableaux à qui les apprécie ou les échange contre de la nourriture jusqu'au jour où l'empereur les fait arrêter par l'armée pour punir Wang-Fô. Ce prince a passé toute son enfance à regarder les tableaux du maître et lorsqu'il a été en contact avec la réalité, le monde lui a paru bien moins beau. Ling qui essaie de défendre son maître va être décapité froidement.
Heureusement, le fantastique va prendre le dessus à ce moment de l'histoire et je pense que le conte aurait pu s'appeler "Comment Ling fut sauvé".
Sans raconter la fin, je me demande si Marguerite Yourcenar veut dire que l'image du monde doit rester un rêve ? Je ne sais pas mais elle ne cherche pas forcèment une morale.
Lu en août 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lDavidl
  05 octobre 2015
Une belle nouvelle sur la relation entre les oeuvres d'art et la réalité, entre mimésis et illusion d'optique; une question qui se pose aujourd'hui, notamment dans le domaine du jeu vidéo où, justement, les joueurs voient se confronter et se mélanger fictif et réel, comme l'Empereur de Chine dans Comment Wang-Fô fut sauvé. Intéressant aussi, car il nous pousse à nous interroger sur le rôle de l'art: doit-il représenter tel quel la nature, en débit des risques de déception, ou doit-il la déformer en laissant à la nature sa beauté propre? En tout cas, cette nouvelle merveilleuse est un très bonne découverte pour moi, que je n'hésiterai pas à relire de temps en temps.
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
DonaSwannDonaSwann   02 avril 2016

Tu m'as fait croire que la mer ressemblait à la vaste nappe d'eau étalée sur tes toiles, si bleue qu'une pierre en y tombant ne peut que se changer en saphir, que les femmes s'ouvraient et se refermaient comme des fleurs, pareilles aux créatures qui s'avancent, poussées par le vent, dans les allées de tes jardins, et que les jeunes guerriers à la taille mince qui veillent dans les forteresses des frontières étaient eux-mêmes des flèches qui pouvaient vous transpercer le cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JumaxJumax   28 mars 2013
"Ling désespéré regarder son maître en souriant, ce qui était pour lui une façon plus tendre de pleurer."
Commenter  J’apprécie          210
Lucile-Lucile-   15 février 2014
Tu m'as menti, Wang-Fô, vieil imposteur : le monde n'est qu'un amas de taches confuses, jetées dans le vide par un peintre insensé, sans cesse effacées par nos larmes.
Commenter  J’apprécie          90
vllcvllc   14 avril 2011
Le sillage s'effaça de la surface déserte, et le peintre et son disciple disparurent à jamais sur cette mer de jade bleu que Wang-Fô venait d'inventer.
Commenter  J’apprécie          100
JumaxJumax   28 mars 2013
"Wang-Fô aime l'image des choses et non les choses elles-mêmes."
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Marguerite Yourcenar (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Yourcenar
Cécile Coulon a choisi les « Mémoires d?Hadrien », de Marguerite Yourcenar, comme livre à prendre dans sa valise à l'approche des vacances.
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Marguerite Yourcenar

Quelle est la nationalité de Marguerite Yourcenar ?

Elle est belge
Elle est américaine

10 questions
139 lecteurs ont répondu
Thème : Marguerite YourcenarCréer un quiz sur ce livre
. .