AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702432956
Éditeur : Le Masque (14/11/2007)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 25 notes)
Résumé :

L'existence sans histoires de Violette, dix-sept ans, est chamboulée le jour où les médias annoncent la mort accidentelle de l'acteur français Pierre Vasseur. Sa mère, Henriette, lui apprend brutalement que son géniteur n'est autre que ce comédien reconnu, déjà père de trois enfants. Sans attendre, Violette se manifeste auprès de la famille Vasseur, qu'elle rêve d'intégrer. Il faut dire que ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Antyryia
31 octobre 2016

Illustre Inconnu - Rediffusion
Livre belge ( 2007 ). Réalisation : Barbara Abel. Durée : 340 pages.
Avec : Pierre Vasseur ( dans son propre rôle ), Leïla Vasseur ( son épouse ), Bastien et Amélie ( leurs enfants ), Igor ( fils d'un premier mariage ), Violette ( sa fille illégitime ) et Henriette ( son coup d'un soir et la mère de Violette )
Comédie dramatique.
Deux femmes que tout oppose s'affrontent en un duel psychologique sans merci.
Résumé :
Flash info. L'illustre acteur Pierre Vasseur, monument du cinéma français, est mort dans un accident de la route.
En entendant cela, Henriette, vieille femme aigrie, annonce à sa fille de 17 ans Violette que cette célébrité décédée était son père. L'adolescente élevée depuis toujours au sein de cette famille monoparentale apprend ainsi que ses gênes disgracieux proviennent du côté paternel, et qu'au final son père est tout sauf inconnu.
De son côté le clan Vasseur, mené de main de maître par Leïla, la veuve éplorée, gère tant bien que mal la succession et de nombreuses querelles internes. Leïla a à coeur de maintenir intacte l'image et la réputation de feu son époux. Elle ne vit d'ailleurs que pour les apparences comme en témoigne son corps encore parfait à soixante ans, préservé par la chirurgie esthétique.
Comment réagira-t-elle quand elle apprendra que son mari l'a trompée dix-huit ans plus tôt, laissant pour preuve une fille illégitime ?
Henriette, avec la disparition de l'acteur, a vu sa poule aux yeux d'or disparaître. Pierre Vasseur lui faisait en effet parvenir un petit pécule tous les mois pour que leur secret reste bien gardé. Elle envoie donc sa fille en mission, pour faire chanter le clan Vasseur et demander sa part d'un héritage conséquent.
Cependant, l'intention de Violette est tout autre. Elle voudrait appartenir à cette famille à part entière, faire connaissance de ses demi - frères et de sa demi - soeur, avoir une chambre pour elle toute seule, profiter quotidiennement de cette vie de rêve et de luxe.
L'avis de la rédaction :
Dernière réalisation de Barbara Abel avec le producteur "Le masque", souvent associé au genre policier, Illustre inconnu se rapproche pourtant surtout du drame familial à l'humour noir.
Impossible d'anticiper les réactions des protagonistes ou des intervenants extérieurs ( qui est cette femme en guenilles qui harcèle Leïla ? ).
Si ce dernier film avec Pierre Vasseur s'essouffle un peu en début de seconde partie, c'est pour mieux repartir ensuite avec une conclusion magistralement amenée. Au programme : non-dits, quiproquos, enlèvements et rebondissements. Avec ironie, le style unique de la réalisatrice met à mal la vision de la famille parfaite. On sourit et on grince des dents en découvrant toutes ses dysfonctions, jusqu'à leur apogée.
Bande annonce :
- "Il y a cette fille qui se radine la bouche en coeur et la tronche enfarinée, qui réclame sa part du gâteau et veut faire partie du club des nantis dégénérés"
- "Et comme elle le disait si bien, il était plus facile pour un homme d'avoir un enfant que pour un enfant d'avoir un père."
- "Elle prit conscience qu'elle possédait une arme dont la virulence était inversement proportionnelle aux faiblesses de ses ennemis.
Faiblesses qui avaient pour nom "rumeurs", "fastes", "clinquant" ,"apparat".
Ou encore "simulacres", "convenance", "étiquette".
Mais aussi "mensonges", "dissimulation" ... Et surtout "secrets".
A noter :
Barbara Abel semble avoir un compte à régler avec le diabète. Dans Illustre inconnu, c'est la mère de Violette qui en souffre et qui a même été amputée d'un pied. Dans son court-métrage "Au bout du monde, au bout de la ligne", une femme tuera son père en vidant la seringue de son insuline avant la piqûre. Et dans son récent blockbuster Je sais pas, cette maladie héréditaire caractérise également deux des principaux personnages.
 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
VivianeB
09 mai 2017
Un réel plaisir que de retrouver cette auteure qui possède une force narrative pour nous décrire au scalpel les psychologies de chacun de ses personnages, elle brouille les pistes en manipulant le lecteur pour le diriger dans un sens puis l'amener lentement à se poser des questions, à tenter de deviner. Jusqu'au rebondissement, au dénouement et de laisser le lecteur satisfait de s'être identifié à certains, d'avoir vibré dans les moments les plus « horrifiques ». Quand je parle du lecteur, je parle de moi et je me suis bien éclatée dans cette lecture. ;)
Commenter  J’apprécie          80
Axelinou
18 mars 2017
.
Qui dit Barbara Abel, dit thriller psychologique, mais aussi famille et apparences.
En lisant le quatrième de couverture, on imagine dans quelle direction l'auteur pourrait aller. Les premiers chapitres nous donnent raison et puis le doute apparaît. Mais où va-t-on ? Parfois on se dirige vers une impasse, parfois les routes se multiplient.
Si on prend les petites piques familiales séparément, on se reconnaîtra tous d'une manière ou d'une autre. Si on considère qu'elles s'accumulent, on commence à prendre peur. Et si on ajoute l'esprit machiavélique de l'auteur, soit on referme le bouquin, soit on passe une nuit blanche.
Quand Barbara Abel dit que la veuve veut sauver les apparences coûte que coûte, eh bien cela coûte bonbon. Mais je ne vais pas vous dévoiler l'histoire, juste vous dire que le final est éblouissant.
Bonne lecture !
.
Commenter  J’apprécie          60
Cerbere1975
19 juin 2016
Pierre Vasseur, le célèbre acteur français est mort.
Le cinéma français a perdu un de ses plus grands acteurs. Leila, elle, a perdu l'amour de sa vie.
Pour la splendide et arrogante veuve, c'est tout un monde qui s'effondre: un écrin de perfection qu'elle a construit pendant 3 décennies, une vie privée qu'elle s'est toujours évertuée à préserver de la presse et des ragots populaires.
Maintenant que Pierre n'est plus, Leila craint de voir l'image de feu son mari ternie par les querelles intestines qui déchirent son clan car Pierre était également le patriarche d'une famille recomposée, le garant de l'unité familiale.
Un clan familial qui est loin d'être une fratrie unie. Déjà rudement mise à l'épreuve par le décès de Pierre, un évènement inattendu va faire irruption dans leur vie sous les traits de Violette qui se revendique comme étant la fille naturelle de l'acteur, fruit d'une liaison d'un soir.
Pour Violette, une ado de 17 ans, mal dans sa peau et en manque d'amour, la révélation de l'identité de son père est l'occasion rêvée d'intégrer la famille idéale. A défaut d'avoir connu son père, elle compte bien revendiquer sa place qu'elle estime légitime auprès des Vasseur.
Mais la famille ne l'entend pas de cette oreille et c'est dans un contexte de plus en plus délétère que les vieilles rancoeurs vont ressurgir avec coups bas et trahisons au rendez-vous.
C'est toujours avec grand plaisir que je retrouve Barbara Abel au sommet de son art avec ce thriller psychologique intense.
Derrière le miroir des apparences, on trouve souvent une vérité qui n'est pas toujours belle à voir.
Le roman m'a tenu en haleine de la première à la dernière page. Une fois les éléments mis en place, le thriller fait monter l'adrénaline jusqu'à son apogée avec une fin à la hauteur des espérances et totalement surprenante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chevalierortega33
14 janvier 2017
Ce roman de Barbara Abel est sorti en 2007 et on n'en parle pas assez, tout comme « le bel âge pour mourir ». Certes peu de morts et peu de sang mais une intrigue psychologique comme elle nous a depuis habitués à les attendre chaque année.
Un milieu bourgeois et show-biz confronté à une jeune fille modeste qui recherche la famille de son père biologique, cet illustre inconnu. En découle la confrontation des milieux et les secrets qui éclaboussent pour aboutir à un final en feu d'artifice. Une réussite !
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
AntyryiaAntyryia29 octobre 2016
- Ce qui me désole, vois tu, explique Leïla dans un trémolo de sanglots étouffés, ce qui me dévaste littéralement, c'est qu'il soit mort...
- Bien sûr, c'est normal... acquiesce aussitôt Cécile.
- ...Et que je ne puisse moi-même le tuer de mes propres mains, achève-t-elle les traits durcis par la colère.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui08 juillet 2015
À propos de souvenirs…
Il y a ceux qui ressurgissent en vrac et s’altèrent d’un voile d’amertume, les phrases prononcées longtemps auparavant qui résonnent en écho avant de dénaturer la signification qu’on leur avait donnée, et puis les mots qui se doublent d’un sens perverti par la douleur. Il y a aussi cette image qui s’impose chaque fois que l’on ferme les yeux, celle de deux corps enlacés dont l’intimité de l’un se fond avec l’étrangeté de l’autre, comme un dessin insolite sur lequel l’auteur aurait délibérément introduit une erreur. Enfin surtout, il y a cette impossibilité infernale de demander des explications, d’exiger réparation, d’exhiber au coupable le mal qui ronge, les braises de la haine dont chaque étincelle consume le cœur et l’âme, la chair et l’esprit, jusqu’à la démence de ne pouvoir trouver le baume réparateur. En sachant qu’il n’existe plus.Qu’il est mort et enterré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AxelinouAxelinou18 mars 2017
Violette esquisse un sourire amer.
" Quelle étrange démarche que celle de vouloir se faire reconnaître par quelqu'un atteint de la maladie d'Alzheimer... " songe-t-elle non sans ironie.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui08 juillet 2015
Les secondes se décomposent en miettes d’acier, rafales d’aiguillons acérés s’abattant avec rudesse sur les épaules de Leïla. Sa splendeur n’est plus qu’une photo de glace inanimée, elle ressemble à ces statues de cire que les vedettes inaugurent au musée sous les flashes des photographes de la presse internationale. Elle les sent d’ailleurs crépiter autour d’elle, éclats d’avidité cherchant à capturer l’instant de désarroi qui menace, le trouble qui l’oppresse et qu’elle tente, tant bien que mal, de maîtriser d’abord, de vaincre ensuite, d’enfouir enfin au plus profond de son cœur lézardé. Chaque parcelle de son âme lutte pour ne pas être broyée sous l’assaut de la souffrance. D’instant en instant, elle s’épuise à dompter ce masque sclérosé d’un sang-froid simulé, d’une grandeur désuète, d’une prestance désormais de pacotille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui08 juillet 2015
Tu auras beau avoir passé ta vie à créer une œuvre, à bâtir une carrière, à défendre une cause, si tu as le malheur de faire un petit pas de travers, on ne retiendra plus que cela de toi. Et ça peut durer des années entières. Chaque fois que ton nom est cité, même vingt ans plus tard, on parlera d’abord du scandale qui a fait la une pendant trois semaines et seulement après, on évoquera ce que tu as mis des années à construire. Chaque regard qui se pose sur toi ricane de la malheureuse petite faute que tu as commise un jour, il y a longtemps. Derrière chaque phrase qui t’évoque se cache un sous-entendu. Que ce soit pour te défendre ou pour t’assassiner, le scandale est toujours là, c’est une cicatrice qui te défigure à jamais, toujours prête à se rouvrir et se remettre à saigner. Je ne veux pas que ça nous arrive à nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Barbara Abel (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Barbara Abel
Barbara Abel était présente à la Foire du livre de Brive. Elle évoque les rencontres avec ses lecteurs. En savoir plus sur « Je sais pas » : http://bit.ly/2gzjSqK
À cinq ans, on est innocent, dans tous les sens du terme? C?est le grand jour de la sortie en forêt de l?école maternelle des Pinsons. La météo clémente et l?enthousiasme des éducateurs comme des enfants donnent à cette journée un avant-goût de vacances. Tout se déroule pour le mieux jusqu?au moment du retour, quand une enfant manque à l?appel. C?est Emma, cinq ans, une des élèves de la toute jeune institutrice Mylène Gilmont. C?est l?affolement général. Tandis que deux enseignantes ramènent le groupe d?enfants au car, les autres partent aussitôt à sa recherche. Mylène prend une direction différente, s?aventurant donc seule dans la forêt. Au bout d?une demi-heure, les forces de l?ordre sont alertées. Un impressionnant dispositif est mis en place et l?équipe du capitaine Dupuis se déploie dans la forêt avec une redoutable efficacité. Et puis Emma réapparaît. le soulagement de ses parents arrivés sur place, Camille et Patrick, est à la hauteur de l?angoisse qu?ils ont éprouvée. Visiblement, il y a eu plus de peur que de mal pour la petite. Pourtant, la battue doit continuer avant la tombée de la nuit, car cette fois, c?est Mylène qui ne revient pas. Camille a retrouvé sa fille. En vérité, elle ne le sait pas encore, pour elle, le cauchemar ne fait que commencer.
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1097 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre