AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Belfond (05/03/2020)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 88 notes)
Résumé :
Voilà quatre ans que l’ombre de Jeanne plane sur eux.
Comme s’ils n’avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu’elle était morte pour de faux.
Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  13 mars 2020
Jeanne est plongée dans le coma depuis quatre ans. Maintenue artificiellement en vie grâce à l'appui financier de son père, redoutable homme d'affaires. Autour de Jeanne gravite la famille, les vivants. La mère Micheline, la soeur Charlotte et le mari de Jeanne, Jérôme. Quand le docteur Goossens annonce une terrible nouvelle à la famille, les vivants commencent à se déchirer autour de l'inerte Jeanne.
J'ai beaucoup aimé les citations choisies par l'auteure au début de chaque chapitre. Je trouve celle-ci très forte :
« L'approche de la mort terrifie, et si le nouveau-né avait conscience de l'approche de la vie, il serait tout aussi terrifié. » Charlie Chaplin.
Il y avait certainement sujet à une longue dissection entre la vie et la mort. Il est en effet ici question de tout ce qui se joue quand les chats dorment, non-dits, jalousie, secrets de famille, rancoeurs, regrets. Et pendant que Jeanne dort du sommeil de dieu, les vivants conspirent, se déchaînent, se dévoilent, se déchirent.
Barbara Abel est une auteure que j'aime beaucoup, ses livres je les ai tous dévorés avec addiction. Ici, j'avoue avoir eu un peu plus de mal à rentrer dans l'histoire. Beaucoup de personnages avec chacun leurs problèmes et leur caractère rendant à ce roman un aspect assez brouillon de l'intrigue. J'aurai préféré un travail plus psychologique, une intrigue plus palpitante. J'ai eu l'impression de tourner en rond dans une famille dysfonctionnelle.
Néanmoins, le roman est servi par une plume interpellante même si sur ce coup, Et les vivants autour n'aura pas attrapé mon coeur contrairement aux autres romans de cette auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          766
latina
  08 mars 2020
Une jeune femme dans un lit d'hôpital dort, depuis 4 ans.
Et puis lui arrive une chose effroyable, aberrante.
Les vivants, autour d'elle, vont se déchainer.
Les vivants, ce sont sa famille : père, mère, soeur ainée, mari, chapeautés par le docteur Goossens, chef du service qui leur a annoncé LA nouvelle, et surveillés par les deux inspecteurs de police immédiatement entrés en scène dès cette annonce.
Je préfère ne rien vous dévoiler, cela vous ôterait le plaisir de découvrir de quoi il s'agit. Mais je suis sûre que vous avez déjà deviné, en tout cas, moi, j'y ai pensé tout de suite, et j'ai eu raison.
Tout ceci pour vous dire que le suspens n'est pas ce qui est le plus important dans ce roman. Ce sont plutôt les réactions des vivants autour de la jeune dormeuse, de l'échauffement à l'explosion finale, qui retiennent l'attention.
Je me suis passablement ennuyée dans la première moitié, mais comme pour « Derrière la haine », mon intérêt a augmenté au fur et à mesure des pages. Difficile de décrocher car il y a des révélations, des points du passé qui s'allument, des caractères qui se dévoilent.
Barbara Abel écrit assez bien, c'est dommage qu'elle n'évite pas les expressions bateau, et que certains passages soient très prévisibles.
« Et les vivants autour » est pour moi un roman qui fait passer agréablement le temps, et par cette journée pluvieuse, c'est déjà très bien !
Merci à Babelio et aux éditions Belfond pour ce cadeau lors d'une Masse critique privilégiée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5312
HuguetteM
  20 mars 2020
Voilà quatre ans que l'ombre de sa soeur plane sur eux. Comme s'ils n'avaient plus le droit de vivre « pour de vrai » tant qu'elle–même était morte « pour de faux ».
Une chambre aseptisée, sans âme, qui glace le sang. La chambre baigne dans une semi-pénombre, et sur un lit d'hôpital, le corps immobile de Jeanne qui ne bouge plus depuis quatre ans. Son esprit erre dans une autre dimension, un monde inexploré d'où elle ne peut pas communiquer, un esprit hors service dans un état végétatif.
La demande de rendez-vous du Professeur n'est pas toujours de bon augure. Les parents et l'époux de Jeanne pressentent cette fois-ci l'annonce définitive que l'équipe médicale recommande d'arrêter les machines. Or, le silence qui suit cette révélation est à la mesure de l'effroi qu'elle suscite : écrasant, insoutenable, consterné. La nouvelle est tellement énorme, que la stupeur les fige sur leur siège. Comment gérer pareille information et les conséquences que cela entraîne ?
C'est une histoire sombre, désespérée, mais c'est surtout l'histoire de ses parents, de sa soeur aînée et des conjoints qui gravitent autour d'elle, où percent les secrets des plus abominables d'une famille qui se déchire mutuellement. Le quotidien de tout ce petit monde vole en éclats et peu à peu, les masques tombent. Tout devient disproportionné ! La complexité de la situation dramatique fait ressortir des pénibles tensions : les mensonges, les reproches, les rancoeurs, les relations toxiques, autant de remontrances qui provoquent l'apparition de ravages irréversibles sur la famille toute entière.
Un tel rebondissement laisse apparaître la part d'ombre de l'âme humaine et, au centre de l'intrigue vient se greffer une enquête policière. Avec "Et les vivants autour", l'auteure dissèque une famille en apparence ordinaire et révèle que sous le vernis d'une façade se cachent parfois les secrets les plus sombres.
Une succession de surprises et d'imprévus, tous azimuts sur chacun des personnages, gâche l'atmosphère d'un suspense devenu moins oppressant, donc moins captivant…
Un thriller plus complexe, plus intéressant qu'un simple roman où l'amour cède la place à la haine qui s'amplifie jusqu'au dénouement. Des thèmes que Barbara Abel affectionne particulièrement.
Je remercie Babelio de m'avoir sélectionnée lors d'une opération « Masse Critique » et les Editions Belfond pour l'envoi de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3727
thedoc
  17 mars 2020
Jeanne dort depuis 4 ans. Plongée dans le coma suite à un terrible accident, son esprit s'en est allé dans quelques contrées inconnues et ne revient pas. Pour qualifier son état, les docteurs parlent « d'éveil non répondant ». Alors depuis quatre ans, ses proches ont organisé leur vie autour de son corps. Sa mère, Micheline Mercier, vient quotidiennement s'occuper de sa fille, la coiffer, l'habiller. Son père, Gilbert Mercier, un chef d'entreprise extrêmement occupé, passe une à deux fois par semaine. Sa soeur, Charlotte, à la tête d'un restaurant avec son conjoint, lorsqu'elle en a le temps. Et Jérôme, son mari, entre deux répétitions au théâtre. Chaque membre de cette famille apparemment unie vit l'état de Jeanne à sa façon, comme il peut.
Et puis un jour, le médecin de Jeanne qui préconise depuis un certain temps l'arrêt des soins, les convie à un rendez-vous tous ensemble. Il a une « nouvelle donnée » dont il doit leur faire part…
Absolument séduite par ce page-turner très efficace, je découvre l'auteure Barbara Abel avec « Et les vivants autour » et j'avoue avoir été scotchée dès le début par ce roman qualifié de thriller mais qui de toute évidence est bien plus que cela. Rien ne commence en effet comme un thriller. On a une longue mise en place avant la fameuse « grande nouvelle » où l'auteure prend le temps de présenter chaque personnage de la famille. La psychologie de chacun est extrêmement travaillée, y compris celle de Jeanne, le corps autour duquel tous vont finir par se déchirer. La tension monte peu à peu, avec des personnalités qui se dévoilent progressivement, révélant leurs véritables intentions et une cruauté ordinaire glaçante. Les inspecteurs habituels des thrillers sont très peu présents, l'intrigue tournant essentiellement autour des secrets de famille, de ces relations faites d'amour et de haine, des non-dits qui peu à peu empoisonnent l'existence.
L'attrait de cette histoire tient également et sans aucun doute à une narration rythmée qui cherche à décrire au mieux les émotions qui traversent chacun. La lecture en devient fluide, dynamique, vraiment prenante avec des chapitres qui s'avalent les uns après les autres. On est totalement plongé dans la vie de cette famille, au premier abord ordinaire avec ses discordes et ses tensions.
C'est pour moi une belle découverte car je découvre ici un thriller d'un autre genre que ceux que je lis habituellement. Je retournerai vers les autres romans de Barbara Abel et en attendant, je ne peux que vous conseiller cette lecture… addictive !
Merci à Babelio et aux éditions Belfond pour cette masse-critique privilégiée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
missmolko1
  09 mars 2020
Voilà bien longtemps que je ne m'étais pas plongée dans un roman de Barbara Abel et j'avais oublié comment il pouvait être addictif dès les premières pages. Encore une fois, j'ai dévoré ce roman d'un trait sans pouvoir m'arrêter.
Jeanne est plongée dans le coma depuis quatre ans et sa famille (ses parents, sa soeur et son mari) se déchirent pour savoir si oui ou non, il faut continuer à la maintenir en vie. Un scénario qui n'est pas sans rappeler bien des cas qui ont divisé la société ces dernières années. Et je dois dire, qu'avant de commencer cette lecture, j'avais pas mal de crainte concernant ce sujet et la façon dont il allait être traité : trop de parti pris dans un sens ou dans l'autre, voyeurisme, mais rassurez-vous, il n'en est rien.
L'auteure prend bien le temps d'installer son intrigue : le coté thriller n'arrive que dans les 100 dernières pages. Avant, c'est un drame familiale qui se trame sous nos yeux, une famille qui se déchire face à l'inimaginable. le roman est pour cela très bien construit, on ne voit rien venir, et certains personnages s'avère être bien plus complexes qu'ils n'y paraissent. le suspense est présent du début à la fin et la tension monte de pages en pages.
J'ai adoré le personnage de Micheline, la mère BCBG, qui a consacré sa vie à sa famille et qu'au final personne ne voit vraiment (ou est-ce elle qui dissimule beaucoup ?). Jeanne et Charlotte sont difficiles à cerner, et il faudra bien plus de pages pour vraiment se faire une idée plus précise, je pense. Jeanne parce qu'on ne l'a connait qu'à travers le récit de ses proches et Charlotte qui a parfois des réactions extrêmes ou qui est sans cesse à fleur de peau. Gilbert et Jérôme sont eux aussi complexes et leur portrait n'est pas vraiment flatteur, comme c'est le cas pour toute la gente masculine dans ce roman d'ailleurs.
La fin, qui est renversante, m'a un peu déçu et c'est la petite déception du roman. Je ne peux pas vraiment vous en dire beaucoup au risque de vous gâcher la lecture mais pour Jeanne, je l'avais vu venir gros comme une maison et je n'ai pas été surprise. Pour Jérôme, je suis déçue, j'aurai aimé une fin différente pour lui (d'ailleurs je n'ai pas compris pourquoi Charlotte n'a pas une réaction un peu plus rapide, elle qui dans l'intégralité du roman se montre très impulsive). Mais le pire reste pour Micheline qui je trouve s'en tire vraiment trop facilement !
En tout cas, c'est une très bonne lecture avec laquelle j'ai passé un excellent moment. A l'exception de la fin, je dirai qu'il s'agit d'un « presque coup de coeur » et vous êtes prévenus, une fois commencé, vous aurez du mal à lâcher ce roman.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
chevalierortega33chevalierortega33   30 mars 2020
Toutes ces années perdues ! Tous ces compromis qu’elle n’a cessé de faire, de son propre chef qui plus est, sans que personne l’exige vraiment, juste parce que… Parce que quoi ? Pour quelle raison a-t-elle passé sa vie à obéir, à arranger, à consentir, à négocier, à prendre sur elle, à ronger son frein, à étouffer ses exigences, à se taire, à maîtriser ses émotions ? Pour plaire à qui ? Pour sauver quoi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
chevalierortega33chevalierortega33   30 mars 2020
— J’ai subi ma vie d’épouse et ma vie de mère pendant des années, poursuit-elle en regardant cette fois sa fille dans les yeux. Je ne peux pas dire que ces deux rôles m’aient épanouie, bien au contraire. Quant à ma vie de femme… Elle a presque été inexistante. Sacrifiée au nom de la famille. J’ai souvent repensé à cet instant où l’idée m’a traversé l’esprit, celle de mettre fin à ma grossesse. Je savais que j’avais les compétences pour mener à bien une carrière qui, sans être exceptionnelle, aurait en tout cas pu me combler. Me rendre fière de moi. Seulement… Seulement les obstacles à franchir pour prendre cette décision m’ont semblé insurmontables : l’opprobre de mes parents, celui de la société, Dieu, mes propres convictions aussi, qui me soufflaient que si je tuais cet enfant-là je n’en aurais jamais d’autres… J’ai eu peur. Je n’ai rien osé dire. J’ai chassé cette idée folle et j’ai subi mon destin
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chevalierortega33chevalierortega33   30 mars 2020
Le viol est le crime pour lequel le « chiffre noir » est le plus élevé. Seules 10 à 25 % des victimes portent plainte, d’après les informations qui remontent jusqu’à nous aujourd’hui. La moitié des auteurs souffrent de carences éducatives ou psychoaffectives et sont déjà connus de nos services. 23 % d’entre eux font partie du personnel médical ou paramédical et passent relativement inaperçus. Ils ont en général une vie sociale peu gratifiante, éprouvent le sentiment de ne pas être à leur place. Ils manquent de confiance en eux et en leurs capacités de séduction car, il faut le reconnaître, ils sont souvent peu attirants. Les deux tiers des crimes de viol ont lieu dans un cercle d’interconnaissances. Bien que l’agresseur soit gouverné par des pulsions irrépressibles, la majorité des faits sont prémédités, et donnent lieu à des pratiques sexuelles déviantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chevalierortega33chevalierortega33   30 mars 2020
Jamais elle n’aurait imaginé devenir ce genre de femme, de celles qui subissent l’aigreur ou le dépit de leur conjoint, quand bien même elles n’y sont pour rien ; de celles sur lesquelles on se permet de passer ses nerfs, juste parce qu’elles sont là, au mauvais endroit au mauvais moment. Elle garde en mémoire les pénibles tensions que son père faisait endurer à sa mère lorsque, à son retour du bureau, après des heures de travail, harassé de fatigue, il ne gérait plus des humeurs qu’il avait contenues toute la journée. Elle se remémore les reproches, les critiques, les plaintes, autant de remontrances dont l’origine ne valait jamais les esclandres qui en découlaient. Elle se souvient surtout du regard qu’elle portait sur son père, puis sur sa mère, se jurant ses grands dieux que personne, jamais, ne la traiterait de cette façon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LizouzouLizouzou   30 mars 2020
Après tout, les gens heureux n'ont pas d'histoire.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Barbara Abel (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Barbara Abel
Vous aimez lire ? Vous aimez entendre les auteurs parler de leur écriture ? Ou tout simplement découvrir de nouvelles lectures en posant directement les questions à l’écrivain ?
Alors cette rencontre est faite pour vous. Quatre écrivains de renom Jacques Expert, Karine Giebel, Bertrand Puard et Barbara Abel viendront à la Médiathèque pour une table ronde et des échanges avec le public.
PROGRAMME
10h/12h30 : table ronde avec Jacques Expert et Bertrand Puard
14h30/17h : table ronde avec Karine Giebel et Barbara Abel
Les tables rondes seront suivies d’une séance de dédicaces
20h : « Duelles », film adapté du roman de Barbara Abel « derrière la haine », en présence de l’écrivain. Séance gratuite – Centre culturel
Réservation auprès de la Médiathèque Jean d'Ormesson au 01 41 94 31 30
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller domestiqueVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Derrière la haine" de Barbara Abel.

Quel cadeau le parrain de Milo offre-t-il au garçon pour ses 4 ans ?

un ballon de foot
une petite voiture
des gants de boxe

10 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Derrière la haine de Barbara AbelCréer un quiz sur ce livre
.. ..