AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714470874
Éditeur : Belfond (06/10/2016)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 265 notes)
Résumé :
C'est le grand jour de la sortie en forêt de l'école maternelle des Pinsons. La météo clémente et l'enthousiasme des éducateurs comme des enfants donnent à cette journée un avant-goût de vacances. Tout se déroule pour le mieux jusqu'au moment du retour, quand une enfant manque à l'appel. C'est Emma, cinq ans, une des élèves de la toute jeune institutrice Mylène Gilmont. C'est l'affolement général.
Tandis que deux enseignantes ramènent le groupe d'enfants au c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (132) Voir plus Ajouter une critique
Ydamelc
16 octobre 2016
J'aime.
J'aime comme Barbara Abel est capable de faire tourner des situations du quotidien en un véritable cauchemar...
Ce quotidien, c'est le votre ! Celui de vos amis, de vos voisins ! de cette petite famille, en apparence sans histoire, du bout de la rue, que vous croisez à la boulangerie de votre quartier....
Une petite vie bien rangée, jusqu'au moment où un événement, un petit grain de sable, vient tout enrayer, tout pulvériser !
Ici, nous avons Camille, la trentaine, bonne situation professionnelle, mariée à Patrick, "satisfait de son existence", et mère d'une jolie petite Emma de 5 ans.
Jusqu'à il y a cinq semaines, elle semblait mener une vie heureuse et épanouie.
Jusqu'à sa rencontre avec Etienne.
Son tsunami.
Son électrochoc, qui a réveillé en elle des sensations qu'elle n'avait plus idée qu'elles pouvaient exister...
"Alors que jusque-là elle suivait son petit bonhomme de chemin sans se poser de questions, son regard l'a ressuscitée avec une violence inouïe : comme on se réveille en sursaut au milieu de la nuit sans comprendre où l'on est, elle s'est brutalement retrouvée au bord de la route dont elle a su avec certitude qu'elle ne l'avait pas vraiment choisie."
Après cinq semaines d'une passion aveuglante, une imprudence sous les yeux d'Emma va tout faire basculer, lorsque le lendemain, lors d'une sortie scolaire en forêt, la petite fille va être portée disparue.
Une plongée au coeur de secrets de famille, qui une fois menacés d'être révélés, peuvent réveiller les pires instincts de l'homme pour tenter de se préserver...
Une histoire dérangeante, qui fait froid dans le dos.
Des situations cyniques, plus vraies que nature,
Des sentiments, émotions, superbement parlants, décrits à la perfection,
Un malaise permanent,
Une intrigue parfaitement maîtrisée.
Des personnages tous autant énigmatiques les uns que les autres.
Un titre, qui revient, comme un refrain, du début jusqu'à la fin.
Un thriller psychologique digne de ce nom, que vous ne lâcherez pas, ça c'est certain...
Un conseil ! Courez l'acheter !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          695
nameless
06 juin 2017
Ce que je sais, c'est que je me suis attachée à Mylène, jeune femme au physique ingrat, à la santé précaire, négligée par ses parents, devenue institutrice sans grande conviction pédagogique. Je sais aussi que la vie de Camille, aussi banale soit-elle, n'en est pas moins crédible, et qu'au bout de quelques années de mariage, lorsque l'éternité jurée se transforme en perpétuité pesante, un homme séduisant, beau parleur, plein d'humour, peut constituer une tentation adultère rafraîchissante et rajeunissante à laquelle il est parfois difficile de résister. Je sais aussi (j'en sais des trucs !) qu'il peut arriver que des enfants s'égarent lors de sorties scolaires surtout quand on choisit de les emmener dans une inextricable forêt truffée de trous profonds. Ces aspects du roman, Barbara Abel les maîtrise fort bien. Elle contrôle également parfaitement le suspense, qu'elle confine dans une intrigue bien ficelée resserrée autour de quelques personnages aux caractères analysés avec justesse, et excelle dans l'art de faire dérailler un quotidien ordinaire en thriller psychologique grâce à une plume nerveuse et précise.

Mais comme je ne sais pas tout, je me demande de quel(le) enfant s'est inspirée l'auteure pour son personnage principal : Emma, 5 ans. Car des enfants de 5 ans, (âge de ma petite-fille) comme Emma, qui possèdent un caractère aussi affirmé, une maturité hors de normes et une telle connaissance précoce du bien et du mal, je n'en connais pas. Les méthodes éducatives de ses parents y sont peut-être pour quelque chose, Emma fait ce qu'elle veut quand elle veut, ment ou dit la vérité, joue à se cacher dans les grandes surfaces ou à disparaître lorsqu'elle est contrariée, enfin, d'une manière générale, fait tourner en bourrique les adultes et ses camarades de classe. Des policiers comme ceux du roman, je n'en connais pas non plus, qui peinent à trouver une adresse ou à exploiter un journal d'appels téléphoniques. Enfin, des questions que je me suis posées en cours de lecture à propos des motivations de certains acteurs du drame, sont restées sans réponse une fois l'épilogue atteint. Je ne peux en parler sans spoiler.

Ces quelques petites incohérences de scénario ou maladresses de casting, affaiblissent le travail de Barbara Abel, et m'ont laissée sur une sensation d'inabouti. J'attends donc avec impatience ses opus suivants en espérant qu'elle saura trouver sa vitesse de croisière personnelle, qui mettra en valeur l'intégralité de son talent, encore trop dispersé. Ce n'est que mon avis, et pour le reste, comme d'autres lecteurs l'ont dit avant moi : « Je sais pas ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          523
iris29
02 février 2017
- Si j'ai aimé ?
Oui. Non. Enfin : je sais pas ...
Au cours d'une sortie scolaire dans la forêt , une enfant de 5 ans disparaît . Trois adultes dont son institutrice, partent à sa recherche, cette dernière la retrouve au fond d'un trou,descend pour l'aider, puis reste bloquée au fond. La gamine est retrouvée mais elle répète qu'elle ne sait rien ...
Je sais qu'il y a beaucoup de suspens dans ce roman mais les débuts sont tellement invraisemblables (nullité des services de police) que j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans "le match".
Je sais aussi que je n'apprécie pas la plume de Barbara Abel qui est parfois à la limite" Arlequinesque": " Un visage taillé dans les braises de la vie" , etc...
Je sais que je n'apprécie pas que pour m'expliquer ce qu'est le diabète , elle nous fasse un espèce de copié-collé Wikipédia ... C'est bon, je ne suis pas médecin , une ligne me suffit .
Quand je lis un roman, j'ai besoin d'y croire . Or , en plus des incohérences dans l'enquête , il y en a une concernant le métier de l'héroine qui étant à la tête d'une agence de décoration intérieure , a des employés ingénieurs et designers (elle a vu jouer ça où ? ).
Il y a des faiblesses aussi dans la façon de décrire les rapports parents/enfants.( Barbara Abel a t-elle des enfants ? Je sais pas .
Une maman interrogée par la police dans sa cuisine , envoie sa gamine de 5 ans regarder la télé dans le salon et ferme la porte pour être tranquille avec les enquêteurs ... Quelle mère fermerait une porte de façon à laisser une enfant de 5 ans ,livrée à elle-même seule dans le reste de la maison . Je ne parle même pas des relations entre l'héroïne et sa fille qui me laissent sceptique (supermarché) .
Je ne sais pas non plus si une institutrice resterait en poste avec le caractère évoqué par l'auteur ...J'ai des doutes . Encore que... je sais qu'il y a pire.
Alors voilà je sais qu'il n'est pas parfait, mais qu'il se laisse lire volontiers .Ce roman a au moins, le mérite d'être original (rapport au caractère de la petite Emma, au visage d'ange) .
Et au vu de nombreuses critiques élogieuses, je sais que je suis peut-être trop exigeante ou à coté de la plaque ... Allez savoir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5024
jeunejane
11 novembre 2016
Camille, jeune trentenaire est mariée à Patrick Verdier. Ils ont une petite fille Emma, 5 ans.
En attendant sa fille devant l'école, elle rencontre Etienne, venu rechercher sa fille également mais on ne nous dit pas laquelle et ça aura son importance.
Camille a une liaison avec Etienne qui poussera son audace jusqu'à venir sonner à la porte du domicile de Camille, en l'absence du mari.
La petite Emma, en descendant les escaliers, va les surprendre, enlacés.
Le lendemain, Emma part en forêt avec sa classe et elle disparaît ainsi que son institutrice.
A partir de là, découvertes, surprises et tensions seront au rendez-vous avec des révélations sur les personnages au cours de la lecture.
J'ai beaucoup apprécié les similitudes de caractères établies entre la petite Emma et Mylène, son institutrice, très habilement amenées dans un but bien précis qu'on découvre à la fin.
C'est passionnant ! Ce qui me plaît dans le style de Barbara Abel, c'est qu'elle nous livre des faits très noirs mais avec une écriture agréable et élégante.
Ses deux derniers livres "L'innocence des bourreaux" et "Je sais pas" sont des suspenses admirablement menés et riches en rebondissements avec une fin très bien ficelée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
Antyryia
12 octobre 2016

En achetant ce roman dès le 06 octobre, jour de sa parution, au centre commercial, je pense n'être pas le seul à avoir vécu un court moment de solitude.
- C'est quoi le titre du roman que vous recherchez ?
- Je sais pas.
Mais le titre n'aurait pas pu être différent. Tel un leitmotiv, il revient régulièrement dans la bouche de la petite Emma, 5 ans.
"La petite fille tourne vers son père un visage d'ange.
- Je sais pas"
"Emma semble hésiter. Elle finit par ouvrir la bouche, comme si elle était sur le point de capituler. Dupuis ( capitaine de police ) l'encourage d'un signe de tête.
- Je sais pas, répète-t-elle sans sourciller."
Mais le lecteur lui, il sait. Oh, il est loin de tout savoir puisqu'il doit composer avec les éléments que Barbara Abel daigne bien lui donner au fur et à mesure, mais il sait ce qui s'est passé dans la forêt et ce dont Emma a été témoin durant sa tragique sortie scolaire de fin d'année.
Vous vous souvenez de Damien, ce mignon petit garçon de 5 ans qui incarnait l'antéchrist dans La malédiction ( le film et le roman de David Seltzer ) ? Emma m'a beaucoup fait penser à lui. Ce que ne dément pas la quatrième de couverture ("Pourtant, ne dit on pas qu'une figure d'ange peut cacher un coeur de démon ?"). Cette mignonne petite fille semble diabolique. A la fois toute fragile et terrifiante, manipulatrice. J'avais parfois envie de la secouer et de lui hurler dessus tant elle me paraissait perfide, hautaine, calculatrice et de mauvaise foi.
Ci-dessous quelques extraits, Barbara Abel étant la mieux placée pour décrire son personnage :
"C'est difficile de dénigrer une enfant de cinq ans."
"Son très jeune âge la rend vulnérable, tout en lui donnant une impunité dont elle semble avoir conscience."
"Il se dégage d'elle une candeur qui ferait fondre les plus insensibles."
"Le plus terrible dans le Je sais pas d'Emma, c'est qu'il dit clairement son refus de parler, sans qu'on puisse en appeler à la moindre responsabilité."
Mais, au risque de me répéter, le lecteur ne sait pas tout. Puisque l'auteur a des talents de magicienne et influence nos esprits sans qu'on s'en rende compte. Elle choisit consciencieusement ce qu'elle nous révèle et ce qu'elle nous cache, afin de nous emmener où elle veut et de créer un nouveau point de vue sur les évènements. Mais nous ne sommes pas omniscients. Loin s'en faut. Ici pas réellement de grand méchant dont il faut deviner l'identité, l'énigme consistant à anticiper les rebondissements et révélations pour les lecteurs les plus habiles.
Je ne vais pas non plus trop en dire afin que ce roman conserve pour tous tout son charme et toutes ses surprises.
Le point de départ est donc celui - ci : Dès le prologue Emma surprend sa mère Camille avec son amant. Elle voit une étreinte et entend quelques mots doux. Qu'a t-elle deviné ?
Toute la suite est une sorte d'effet papillon ( tiens, "papillon" est justement le surnom donné à Camille par son nouveau prétendant ! ) aux insoupçonnables ramifications provoquées par ce spectacle auquel la petite fille n'aurait pas du assister. le raz de marée provoqué par ce frêle battement d'ailes entraînera dans ses vagues tumultueuses Patrick ( père d'Emma et époux vaniteux de Camille, toujours apte à juger catégoriquement ), Etienne ( la liaison extra-conjugale ) et Mylène, l'institutrice sévère de la fillette.

J'ai adoré ce roman, mon premier Abel mais certainement pas le dernier. Il n'a pas volé son qualificatif de page-turner tant il s'est avéré difficile à lâcher. J'ai été pris dès les premières pages dans cet engrenage fatal et plus j'avançais, plus je voulais savoir, connaître la suite. Au départ j'ai pensé que le style n'était pas totalement affirmé mais ce type de suspense demande une écriture très fluide qui était finalement tout à fait adaptée. Je ne suis même pas sûr de ce que j'ai lu. Un suspense psychologique ? un thriller machiavélique ? Mais également à certains niveaux un petit bijou d'humour noir tant certains bouleversements sont ironiques et imprévus , tant les réflexions sur la famille et les liens filiaux sont grinçantes et inhabituelles. J'ai également beaucoup aimé les impressionnants talents de procrastination de Camille, la mère d'Emma
et tout ce champ lexical autour du savoir, illustrant le titre de différentes façons et disséminé tout au long du livre :
"Je ne savais pas, je savais... de quoi tu parles à la fin?",
"Ne pas savoir est source de tous les possibles. Et parmi les possibles, le pire est toujours celui qui s'impose à l'esprit avec le plus de férocité",
"Camille elle, elle sait. Oui cette fois elle sait. Et pour le coup elle aurait préféré ne pas savoir.",
"Ou elle se souvient, ou elle ne se souvient pas. Mais ne pas savoir ça ne veut rien dire."
Au cas où il subsisterait un doute, je rejoins donc les avis quasiment unanimes autour de ce livre et ne peux qu'en conseiller la lecture à tous les amateurs de thrillers psychologiques familiaux. L'histoire est aussi intéressante que prenante et réfléchie, et sort des sentiers battus de cette actuelle mode littéraire.
Ps : Si au restaurant, si vous avez envie de purée plutôt que des frites qui sont proposées, contentez vous du menu tel qu'il est. Ca évitera probablement tout incident fâcheux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2712
Citations & extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
ange77ange7702 avril 2017
— Madame ! Il y a Emma qui pleure !
— Allons bon…
L’institutrice étouffe un juron ainsi qu’un geste d’agacement
Après avoir délaissé une nouvelle fois son armature, elle retourne auprès de la fillette qui, en effet, sanglote à pierre fendre.
— Que se passe-t-il, Emma ? demande-t-elle sans cacher son irritation. Pourquoi tu pleures, maintenant ?
Pour toute réponse, la petite fille ouvre grand la bouche et pousse une longue et interminable plainte, braillant plus qu’elle ne pleure. Elle fait un boucan tel qu’elle attire aussitôt l’attention de l’ensemble des enfants et de leurs responsables aux quatre coins de la clairière.
— Tu veux bien arrêter de gueuler comme un putois, et m’expliquer ce qui se passe ? vocifère l’institutrice, autant par exaspération que pour couvrir le raffut de la fillette.
Mais Emma n’entend rien et sanglote de plus belle.
Mylène s’impatiente, se retient de l’empoigner et de la secouer comme un prunier, histoire qu’elle pleure pour quelque chose…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
hcdahlemhcdahlem02 novembre 2016
Une fois le dernier élève embarqué, la directrice reprend la caisse en carton dans laquelle ne restent que quelques brassards, tandis que Bruno grimpe à son tour, suivi de Sandrine, une des surveillantes de garderie. À l’intérieur du véhicule, Éliane et Mylène, les deux institutrices, aidées de Véronique, la bibliothécaire, achèvent de placer les enfants, gérer les caprices de chacun, veiller à ce que ceux qui ont le mal des transports soient installés à l’avant, consoler l’un ou l’autre petit que toute cette agitation impressionne.
Enfin, le car est prêt à partir. Le nez collé aux vitres, les enfants agitent joyeusement les mains en direction du trottoir opposé, signes d’au revoir auxquels les parents répondent avec chaleur. Le véhicule se met en branle et s’éloigne enfin, au grand soulagement du concierge, qui émet cette fois un grognement de contentement. Si elle éprouve la même satisfaction, Mireille Cerise n’en montre rien et salue courtoisement les parents qui, enfin, se décident à quitter les lieux.
— Ils ont de la chance, avec le temps ! fait remarquer un jeune papa en passant à sa hauteur.
— En effet ! convient-elle en levant les yeux vers le ciel. Ils ont annoncé des orages, mais seulement en début de soirée. C’est une merveilleuse journée qui les attend !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
jeunejanejeunejane11 novembre 2016
Le cœur de Camille se serre. Elle les connaît, ces individus qui se sentent investis d'une valeur supérieure à la normale. Les orgueilleux, les arrogants, les vaniteux. Elle les connaît et elle les déteste. Bien sûr, jamais elle ne détestera sa fille. Mais elle sait que c'est le genre de sentiment qu'Emma provoquera chez les autres tout au long de son existence.
Commenter  J’apprécie          130
ange77ange7728 avril 2017
De sa mère, elle ne parle pas. Jamais. Sujet tabou. Intouchable. Aucun des psys qu’elle a consultés n’est parvenu à fissurer la carapace dans laquelle elle s’est barricadée. Quand l’un d’entre eux tente d’aborder le sujet, elle s’enferme dans un mutisme borné. Elle cadenasse ses plaies, bien à l’abri des importuns. Et lorsqu’on lui demande si elle connaît la raison de son départ, Mylène fournit invariablement la même réponse :
« Je sais pas. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
iris29iris2901 février 2017
Elle recule d'un pas , consciente du danger, sans vraiment savoir qui des deux est le plus menaçant, le regard de cet homme qui la convoite ou le feu intérieur qui la consume...
Commenter  J’apprécie          250
Videos de Barbara Abel (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Barbara Abel
Barbara Abel était présente à la Foire du livre de Brive. Elle évoque les rencontres avec ses lecteurs. En savoir plus sur « Je sais pas » : http://bit.ly/2gzjSqK
À cinq ans, on est innocent, dans tous les sens du terme? C?est le grand jour de la sortie en forêt de l?école maternelle des Pinsons. La météo clémente et l?enthousiasme des éducateurs comme des enfants donnent à cette journée un avant-goût de vacances. Tout se déroule pour le mieux jusqu?au moment du retour, quand une enfant manque à l?appel. C?est Emma, cinq ans, une des élèves de la toute jeune institutrice Mylène Gilmont. C?est l?affolement général. Tandis que deux enseignantes ramènent le groupe d?enfants au car, les autres partent aussitôt à sa recherche. Mylène prend une direction différente, s?aventurant donc seule dans la forêt. Au bout d?une demi-heure, les forces de l?ordre sont alertées. Un impressionnant dispositif est mis en place et l?équipe du capitaine Dupuis se déploie dans la forêt avec une redoutable efficacité. Et puis Emma réapparaît. le soulagement de ses parents arrivés sur place, Camille et Patrick, est à la hauteur de l?angoisse qu?ils ont éprouvée. Visiblement, il y a eu plus de peur que de mal pour la petite. Pourtant, la battue doit continuer avant la tombée de la nuit, car cette fois, c?est Mylène qui ne revient pas. Camille a retrouvé sa fille. En vérité, elle ne le sait pas encore, pour elle, le cauchemar ne fait que commencer.
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1088 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .