AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350873439
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (04/02/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Gelin a 7 ans lorsque la Seconde République d'Espagne est proclamée. Bercé par les idéaux parentaux, il profite de cette nouvelle douceur de vivre à Madrid. Lorsque les troupes franquistes prennent le pouvoir, Gelin s'engage dans la Résistance. Dépouillé de ses illusions, le jeune ado n'aura plus que l'amitié de ses compagnons et son amour de la liberté pour ne pas sombrer.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
DOMS
  28 janvier 2016
La plume d'isabelle Alonso pour un récit qui nous plonge dans l'Histoire de l'Espagne du XXe siècle, c'est à la fois réussit et émouvant.
Espagne, 1931. Après des années passées sous un gouvernement de dictature mussolinienne porté par le général Primo de Rivera, puis le général Berenger, le roi Alphonse XII quitte le pouvoir. La seconde république est proclamée par la gauche dans la liesse et sans faire usage des armes. La joie éclate, tant à Madrid que dans tout le pays. Les attentes du peuple sont immenses et les premières réalisations seront nombreuses, liberté d’expression, laïcité, construction d’écoles, tout est à réaliser. Mais c’est sans compter sur l’avènement de Franco, la montée du franquisme et la répression des républicains. Si l’espoir est permis, il sera de courte durée.
Angel Alcalá Llach, ou plutôt Gelín, comme on le nomme affectueusement, est bercé par les idéaux de ses parents. Très tôt, dans cette famille un peu fantasque il s’instruit seul, dévorant à tour de bras les journaux et nombreux livres de la bibliothèque familiale sans contrainte ni interdit. Comme ses parents, et malgré son très jeune âge, il rêve à un monde meilleur. Il a à peine quinze ans lorsqu’ il s’engage dans cette bataille perdue d’avance, au moment où les pays voisins se laissent endormir par la montée du nazisme, tournant le dos à cette guerre civile qu’ils ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre, abandonnant ce peuple trahi par les siens et par l’Europe.
J’avoue, j’ai aimé me retrouver dans les rues de Madrid ou de Catalogne avec Gelín. Rencontrer Nena, sa jeune mère fantasque qui ne veut pas qu’on la nomme autrement que par ce prénom, ses frères et Sol, sa petite sœur, son père, personnage important de sa vie, et tu tio, cet oncle qui l’accompagne dans les joies et dans les galères. On se laisse porter par la vie de cette famille qui, comme tant d’autres, a cru à cette liberté gagnée sans les armes. On les suit dans leurs déménagements successifs. Avec Gelín enfant, j’ai contemplé la vie depuis les balcons, observé son monde, jusqu’à ce qu’il s’écroule et que les années de guerre deviennent son quotidien. Puis viendra le temps des champs de batailles, des heures sombres et sanglantes, où l’amitié, les liens qui relient ces compagnons de misère sont forts malgré tout. Même si parfois la différence de milieu et donc d’éducation montrent qu’il y a un monde entre ces jeunes hommes engagés au front. Puis viennent les camps de concentration en France, sur les bords de cette méditerranée que l’on partage avec nos voisins espagnols, toute une époque souvent oubliée.
C’est un livre très agréable, à la belle écriture, descriptive, humoristique, dans laquelle on ressent beaucoup d’affection pour les personnages et qui se lit comme un roman. Mais il évoque aussi et surtout les souvenirs de ceux qui ne sont plus là pour dire, ou si peu, et qu’il est important d’écouter pour comprendre. Et puis il y a l’amour d’un pays, de son pays, et de la liberté ! Tellement forts et tellement importants. Une belle surprise de cette rentrée, et pour un amoureuse de l’Espagne comme moi, cette évocation d’une période méconnue de l’histoire est passionnante. Car dans le sud de la France, il existe encore quelques-uns de ces camps de concentration, où étaient retenus les parents de nos amis, il est nécessaire de voir et de dire, pour ne pas oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lilibookncook
  08 janvier 2018
Nouvelle année, nouvelle auteure. Grâce à Lecteurs.com que je remercie, j'ai eu la chance de découvrir la plume engagée d'Isabelle Alonso dans un de ses derniers romans, Je mourrai une autre fois. Roman politique et social il s'en dégage, en plus d'une force civique, une sphère intime traduit par cette famille républicaine convaincue. Ça commence comme une histoire racontée au coin du feu pour évoquer la chaleur puis instaurer la peur et enfin déclencher la fureur. La guerre c'est moche, mais l'impuissance encore plus.
Angel Alcala Llach, alias Gelin, pose les yeux du haut de ses 90 ans un regard panoramique sur l'histoire familiale et celui de son pays. Des années 20 à l'aube de la Seconde Guerre Mondiale, de Valencia à Madrid en passant par la France, il se raconte pour mieux dépeindre l'Espagne en proie aux changements politiques. Aîné d'une famille de quatre enfants, il vit une existence heureuse et fantasque bercée par les convictions politiques parentales : la création d'une vraie et grande République. Socialiste, communiste ou anarchiste qu'importe, le salut viendra du peuple ou ne viendra pas ! Privé de scolarité il n'en demeure pas moins éduqué, soutenu par des parents curieux et cultivés, aimé d'une fratrie complice. Mais voilà, après le temps de l'insouciance la guerre est au pas de leur porte, balayée par le vent de l'incertitude. A quinze ans, Gelin et sa conscience politique pointue s'engagent côté républicain, de l'autre les fachas avec à leur tête un certain Franco...
Famille solaire et politiquement engagée, Gelin partage dans un premier temps son enfance auprès de celle-ci. de l'histoire familiale paternelle et maternelle, on en retient les fratries, la fierté et bien sûr la rencontre décisive entre ses deux parents. Reviens également la région de Valencia chère à leurs coeurs, l'amour des balcons et la devise du couple : carpe diem. Mais ce qui m'a le plus émerveillé dans ce rappel des souvenirs est l'éducation donnée, dans la continuité des pérégrinations au fil des villes habitées. Dans un désir de laïcité, ses parents lui ont inculqué le goût de la culture comme ceux d'ouverture et d'égalité. 
Avec beaucoup d'humour Isabelle Alonso décrit des situations domestiques drôles, des sentiments contrariés et rend à l'Espagne sa luminosité, à l'image de ses racines et l'amour de son pays.
Oui, mais tout ne se déroule pas comme prévu. Alors que les victoires s'enchaînent, suppression d'une monarchie au profit d'une République et droit de vote des femmes, le pays sombre peu à peu dans le marasme politique pour basculer dans ce qui deviendra une dictature. Des joies de la famille Llorca, l'inquiétude sonne le glas de l'insouciance.
La perte de l'innocence par l'engagement militaire voilà comment le paysage rassurant de Gelin va voler en éclats. Alors qu'il n'a pas l'âge requis et contre avis parental celui-ci, mû par une volonté sans faille, décide d'en passer par les armes. Un récit de guerre, mais surtout un récit de la violence comme témoin de la folie des hommes et des extrêmes. Isabelle Alonso rapporte cette fois-ci non pas le quotidien d'un enfant choyé, mais celui d'un enfant trop jeune pour connaître les affres de la guerre. Dur et sale il y côtoie le sang et la disette, mais aussi et contre toute attente les rencontres et le partage. de cet épisode, j' y retiens le passage de la frontière française et l'humiliation du camp de concentration, des poux, des tiques et d'une faim de loup.
La romancière partage un récit imagé et précis, tantôt sombre et lumineux, le regard doux de celle qui le porte sur l'héritage familial. La sensibilité historique d'un pays a porté de plume. J'ai hâte de savoir si Gelin va enfin rentrer chez lui, hâte de savoir dans quel état il va retrouver sa patrie et surtout quel sera son rôle au sein du parti! Eh oui comme vous pouvez vous en douter, Isabelle Alonso n'a pas fini de nous conter la petite et grande histoire puisque est paru depuis septembre Je peux me passer de l'aube, qui nous laisse aux portes de 1939...   Vous aviez cru que je vous laisserais comme ça, sans gourmandises ? Evidemment que non ! Aujourd'hui sera placé sous le signe du sucre: churros et horchata.
Lien : http://bookncook.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
angelita.manchado
  06 février 2016
Angel Alcala Llach a maintenant 90 ans. Il a tout vu, tout connu. Il raconte l'histoire de sa famille, de ses jeunes années, de son engagement pour une Espagne libre, moderne et surtout républicaine.
Un roman, outre sa capacité à nous évader, peut avoir une autre fonction, celle de nous instruire, de nous rappeler d'où nous venons. Avec Je mourrai une autre fois d'Isabelle Alonso, cela a été mon cas. Je m'explique. Mon grand-père paternel était Espagnol. Il a quitté son pays pour la France. Il est décédé alors que je n'avais que trois ans. Je n'en ai aucun souvenir. Je me suis jamais intéressée à son passé… Pourtant j'aurais pu questionner mon père à ce sujet. Mais l'Espagne, son Histoire n'ont jamais fait partie des sujets que je voulais approfondir. A part savoir qu'il y avait eu Franco et ensuite la monarchie, je ne sais rien.
Grâce à Isabelle Alonso et à cette histoire, je me rends compte que j'ai raté beaucoup de choses concernant ces personnes qui ont élu une République, qui se sont battues pour elle, qui en sont mortes. L'Espagne a été seule pour affronter tout ça, alors que l'Europe est à feu et à sang avec Hitler. L'Espagne n'a reçu pratiquement aucune aide. Les gens ont énormément souffert, les frontières ont été fermées. le livre d'Isabelle Alonso nous offre tout ça avec le récit d'Angel Alcala Llach qui est maintenant nonagénaire. le lecteur se sent très proche de cet enfant qui grandit, entouré des siens, de sa famille qui a toujours été moderne dans ses idées et cela ne date pas de ses parents. J'ai beaucoup apprécié le fait qu'ils soient athées, que la religion catholique n'ait aucune prise sur eux. Dans une Espagne aussi traditionaliste, aussi religieuse, cela a de quoi détonner. Mais c'est franchement agréable. Angel est un enfant observateur. Il veut apprendre tant et plus. L'école lui manquera toujours mais il dévorera tout ce qui lui tombe sous la main. Vivre dans une famille moderne, où la mère n'est pas si présente que ça pour brimer ses enfants, Angel aura la possibilité de faire son éducation par lui-même, d'être libre dans ses choix, ses idées, même si elles rejoignent celles de sa famille. Il a soif d'apprendre, il a soif d'aider, il a soif de s'engager pour libérer son pays. A quinze ans, il a de la suite dans les idées. Si jeune et pourtant il vivra la folie, la douleur, la dureté d'un pays en guerre. L'Espagne paiera un lourd tribu de ce régime totalitaire, archaïque. Outre Angel, les parents gagnent également à être connus, tout comme les amis, les connaissances du jeune garçon. Tous ont quelque chose qui fait que le lecteur les aime, même si j'ai eu du mal avec la mère.
Isabelle Alonso a un fabuleux pouvoir. Les mots sont tendres, ironiques, souriants lors des premières années d'Angel. Ensuite, les mots claquent comme des coups de fusil car la guerre et l'urgence sont là. Un livre vraiment très politique mais raconté comme un roman. le lecteur se laisse prendre par l'histoire, avec un h et un H, par la qualité de ces mots. le livre est vraiment dense, je ne vais pas en raconter toute l'histoire. Ce ne serait pas rendre hommage à Isabelle Alonso car je souhaite que d'autres lecteurs se laissent happer par elle. C'est la première fois que je lis Isabelle Alonso et j'en suis ravie. Ce n'est pas un coup de coeur à proprement parlé mais ça y ressemble. Merci.
Lien : https://livresaprofusion.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aubazaardeslivr
  25 février 2016
J'ai reçu ce livre dans le cadre de l'opération masse critique de Babelio et je dois avouer que je suis vraiment contente. Je ne connaissais pas Isabelle Alonso, l'écrivain et c'était donc l'occasion de la découvrir. J'aime beaucoup cette femme, du coup allais-je aimer l'auteure ?
C'est Angel qui raconte cette histoire. On le surnomme Gelin. C'est également le grand-père de l'auteure. Il nous raconte sa vie avec ses parents et son petit frère. Ils coulent des jours heureux, courrant les rues de Madrid, vivant au rythme d'une Espagne en plein changement. Chez Gelin on est athée et républicain. Alors quand en période d'après 1ère guerre mondiale, la République se bat pour prendre le pouvoir, c'est toute une famille qui se bat et vivre avec elle.
J'ai énormément aimé ce livre ! Au départ, ça ressemble un peu à un livre de Marcel Pagnol. En effet, on accompagne Gelin qui grandit au coeur de Madrid, entouré de son petit frère et de ses parents. La vie coule paisiblement, Gelin est un enfant intelligent, qui se passionne de lectures et de politiques. Mais lorsque son pays entre en guerre contre le fasciste et pour la République, il n'hésite pas un seul instant et s'enrôle alors.
Ce livre est une petite pépite. Personnellement, je ne connaissais pas bien cette partie de l'histoire Espagnole, et j'ai appris beaucoup en le lisant. Ces gens qui se battent corps et âmes défendant contre un gouvernement étriqué, qui étouffe le peuple et surtout les plus démunis. Gelin est élevé dans l'esprit de la République, sa famille est athée, il ne va pas ou très peu à l'école.
C'est très émouvant comme lecture, parce que même si c'est romancé, cela reste un témoignage, magnifiquement mis en valeur par la plume d'Isabelle Alonso. Son écriture est fluide et très agréable. J'ai tourné page après page, me retrouvant parfois en plein coeur de Madrid au côté de Gelin. Je peux donc répondre à ma question du début : oui j'aime aussi Isabelle Alonso, l'auteure.
Je remercié énormément Babelio et les éditions Héloïse d'Ormesson pour cet envoi et cette belle découverte.
Et je vous laisse avec cet extrait, qui pour moi résume bien Gelin.
"Ils se battaient pour leur vie. Pour leur idéal. Pour l'avenir. Je leur dois de n'avoir jamais cédé au découragement. Si eux y avaient cru, s'ils y sont restés, alors je n'avais, moi, pas le droit de perdre espoir."
Lien : http://aubazaardeslivres.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Dominique_Lin
  10 février 2016
Je mourrai une autre fois, d'Isabelle Alonso, relate l'épisode douloureux de l'Histoire de l'Espagne des années 1930. L'histoire d'un peuple qui a cru en un rêve et qui a tout fait pour qu'une fois approché il reste réalité.
1931, le peuple espagnol socialiste gagne les élections. Il croit à sa République laïque, dans laquelle les hommes peuvent respirer la liberté et la fraternité, à défaut d'obtenir l'égalité. Mais c'est sans compter sans les fachas, les forces d'une extrême droite nostalgique de la dictature qui refuse la décision des urnes et qui veut retrouver le pouvoir par les armes, la violence, le sang et la mort !
C'est surtout l'histoire de Gelìn, 10 ans au début du livre, qui découvre la vie, la rue, la mise en application des convictions politiques de son père et de toute une partie de l'Espagne.
Le temps va passer, et la guerre qui éclate détruit petit à petit les rêves d'une société juste. Gelìn, témoin de l'évolution de l'Histoire, malgré son jeune âge (15 ans), va s'engager dans ce conflit perdu d'avance à cause du manque d'organisation, d'armes, de soutien des pays voisins comme la France et l'Angleterre, mais surtout à cause de la détermination sans merci des fachas aidés par leur voisin en pleine ascension : l'Allemagne hitlérienne.
Après les liens familiaux du début du roman, Isabelle Alonso nous entraîne dans les liens de la fraternité des combattants. Elle nous fera vivre les combats, autant intérieurs de l'enfant que ceux de cette guerre qui n'en porte pas vraiment le nom, jusqu'à la Retirada où les sentiments de honte et de défaite s'exacerbent dans l'enfer des camps.
Merci à Isabelle pour ce roman poignant dans lequel elle ne prend pas parti, les faits parlent d'eux-mêmes. L'auteur a choisi le prisme de l'innocence de cet enfant boulimique de livres qui survivra grâce à eux, grâce aux mots qu'il n'aura de cesse de lire, pour lui, mais aussi pour les autres, pour leur soutenir le moral, pour garder le lien avec sa terre, sa patrie.
Socialistes, communistes, anarchistes et simples citoyens espagnols épris de liberté se côtoient pour une cause commune : libérer le pays de cette vague brune qui ne sera que le début d'une grande marée qui noiera l'Europe pendant des années. On vit le rêve de chacun, l'espoir de retrouver cette Espagne qui n'aura duré que quelques mois, mais qui a bien existé !
On ne peut qu'être ému par ce livre, témoignage laissé par des hommes qui se sont battus pour une noble cause. On sent, à travers ces lignes, couler le sang d'une génération espagnole, autant dans les tranchées que dans les veines de l'auteur.
Si le début semble un peu lent, l'action nous emporte au fil de l'histoire. de très belles pages de fraternité, d'humanité, de sentiments qui dépassent le temps et l'espace pour nous ramener à la condition humaine universelle : celle des hommes qui meurent pour que d'autres puissent vivre en harmonie.
Chronique ici :
http://dominiquelin.overblog.com/2016/02/je-mourrai-une-autre-fois-isabelle-alonso
Je mourrai une autre fois, Isabelle Alonso
Éditions Héloïse d'Ormesson
320 pages | 19 €
Paru le 4 février 2016
ISBN : 978-2-35087-342-8
Photo de couverture © Niall O'Leary/Millennium Images, UK
Lien : http://dominiquelin.overblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
maylibelmaylibel   20 février 2016
- Laisse-le, le môme, il parle comme un livre, c’est pas nouveau, il a trop lu, il a trop de mots…
- On n’en a jamais trop, Gramolo. Les mots c’est beau, ça ne coûte rien et ça sert à tout. On a tous de l’or dans la bouche si on sait s’en servir…
(p. 288)
Commenter  J’apprécie          70
AubazaardeslivrAubazaardeslivr   24 février 2016
Ils se battaient pour leur vie. Pour leur idéal. Pour l'avenir. Je leur dois de n'avoir jamais cédé au découragement. Si eux y avaient cru, s'ils y sont restés, alors je n'avais, moi, pas le droit de perdre espoir.
Commenter  J’apprécie          70
DOMSDOMS   28 janvier 2016
Quand, des années plus tard, j'entendrai parler des "hordes marxistes" dont Franco a prétendument délivré l'Espagne, je repenserai au bonheur qui courait dans les rues ce jour-là. A la joie qui déferla, simple, fraternelle, bienveillante. Les gens s'aimèrent, ce jour-là, comme jamais. Ils ne pouvaient pas se douter du prix qu'ils allaient payer pour cette liesse partagée.
Commenter  J’apprécie          30
AubazaardeslivrAubazaardeslivr   24 février 2016
Elles ont beau pleurer leur père adoré, ce père qui a toujours faire d'elles des femmes libres, elles sourient à la vie comme il leur a appris à le faire.
Commenter  J’apprécie          70
DOMSDOMS   28 janvier 2016
Queno se faufile la nuit dans ma chambre. Il a l’habitude de ces pérégrinations nocturnes, il déambule sans allumer, s'entraine à la cécité.
- ça m'est bien arrivé d'être sourd, on ne sait jamais. Si je deviens aveugle je saurais me débrouiller.
Je trouve ça idiot.
- Tu devrais aussi ramper sur le cul,n des fois que tu deviendrai cul-de-jatte.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Isabelle Alonso (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Alonso
Carte blanche aux éditions Héloïse d'Ormesson Rencontre avec l''éditrice Héloïse d'Ormesson accompagnée de deux auteurs de sa rentrée, Virginie Caillé Bastide, pour son premier roman, "Le Sans Dieu", ainsi qu'Isabelle Alonso, pour "Je peux me passer de l'aube". Les libraires vous présentent ensuite leurs plus beaux coups de coeur de la rentrée.
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1382 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .